Partagez | .
 

 (hot) no one knows what it's like (peter)

Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageMer 30 Aoû - 1:51



« Tu t'en vas ? » Un simple regard à ce brun à quelques pas d'elle, au regard si émeraude et à la chevelure ébène, une fine cicatrice en forme d'éclair sur son front, vestige du souvenir de ce qu'il avait perdu, de cette bataille qui avait failli lui coûter la vie. « Je reviens plus tard, j'ai besoin de prendre l'air. » murmura t'-elle simplement. Un an s'était écoulé depuis, une longue année qui avait suffi à lui ouvrir les yeux sur des sentiments qui commençaient à disparaître. Ginny restait cependant, ne cessant de se dire que c'était une mauvaise passe, qu'elle aimait Harry, qu'ils étaient ensemble, que rien ne pourrait les séparer...Du moins, c'était ce qu'elle essayait de se convaincre. Et à nouveau elle fuyait, laissait les problèmes derrière elle plutôt que d'affronter cette sinistre réalité. La porte claquait dans son dos, Harry ne cherchant à la retenir car lui aussi devait sans doute se bercer d'illusions. Elle l'aimait...Elle l'aimait. Elle essayait de s'en convaincre. Dans un soupir, la baguette serrée dans la poche de son manteau, elle s'éloignait de la ruelle, un endroit qui ne lui était familier, tout simplement car ce n'était pas chez elle. Un mystère qu'elle n'arrivait à percer, qui lui était incompréhensible. Elle se massait le front, se mordant la lèvre inférieure tout en s'avançant dans la pénombre, les rayons lunaires donnant une apparence fantomatique à ce paysage nocturne, mué dans un silence pesant. Il n'y avait nul angoisse dans son être tandis qu'elle laissait ses pas la guider, perdue dans ses pensées, les souvenirs affluant dans son esprit. Elle repensait à Poudlard, à ses longues années écoulées, aux choix qu'elle avait fais et à cette romance qu'elle avait tant espérée au fond d'elle...Peut-être trop ? Ginny soupirait fortement, regrettant de ne pas pouvoir parler à Hermione ou bien Luna en cet instant...Mais elle n'avait rien dis, prétendant que tout allait bien dans son couple...Une belle utopie. La rouquine s'arrêta brusquement en se rendant compte qu'elle s'était fortement éloignée, que ses pas l'avaient guidées dans la forêt. Il faisait sombre, bien trop sombre. Elle extirpait sa baguette et laissait échappé ce sortilège dans un murmure. « Lumos. » Une lumière éclairait le bout de sa baguette, lui laissant entrevoir l'espace vidé de toute présence du moins...Elle entendait des bruits de pas rapprochés, même précipités, plusieurs qui se glissaient dans la pénombre. Elle tournait sa baguette sans percevoir ne serait-ce que la moindre silhouette. « Qui est là ? » Un murmure, un ton ferme suivi de rires amusés, provocants. Et elle les vit, avancer un par un, des sourires qui n'avaient rien de rassurants peints sur leurs lèvres. « Tiens tiens qu'est-ce qu'on a là... » Le regard déterminé, elle ne bronchait et ce malgré la dangerosité de la situation. Ils étaient trop nombreux et elle était seule, seulement munie de sa baguette magique. « Ne m'approche pas. » cingla t'-elle envers l'un dont le sourire dévoilait des crocs acérés qui lui rappelait un souvenir glaçant dans sa mémoire. Elle n'écoutait ainsi que son instinct, murmurant un sort envers celui qui était le plus proche, chauves souris qui voletaient sur son visage, un cri strident retentissait tandis qu'elle profitait de la confusion pour fuir. Elle courait, aussi vite qu'elle le pouvait avant de soudainement être percuter de plein fouet, la propulsant au sol. Un cri de surprise, sa baguette lui échappant des mains, la rendant ainsi vulnérable. Ginny était à terre légèrement sonnée, le souffle court, alors que dans sa vision, elle voyait les créatures se rapprocher avec lenteur, l'encerclant, sa main tâtonnant au sol pour espérer retrouver sa baguette, un mince filet de sang s'écoulait le long de sa tempe alors que l'espoir d'une quelconque survie semblait s'éteindre petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Hale
werewolf
avatar
werewolf
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : 46 ans
∞ job : enquiquineur
∞ race : werewolf
∞ univers : Teen Wolf
∞ messages : 104
∞ avatar : Ian Bohen
∞ pseudo/prénom : Slana/Noémie

MessageMer 30 Aoû - 17:18


no one knows what it's like


Un véritable loup garou n’avait pas le besoin de la pleine pour être à sa pleine puissance. Un loup de naissance était toujours plus puissant qu’un loup de morsure. Peter était né ainsi, héritant d’une famille reconnu et adulé dans le monde de la lycanthropie. Sa sœur avait été l’alpha, l’une des rares loups garous à accéder à la transformation complète en loup. Son fils y était parvenu des mois au paravent. Peter jalousait-il son neveu pour cela ? Non, Peter préférai son apparence de bête du Gévaudan qui lui valait d’être reconnu comme supérieur malgré son statut d’Omega. Il avait été Alpha, son neveux l’avait tué lui voulant ce titre et il était revenu à la vie… plus puissant encore.  Peter avait autre fois voulu diriger une meute, mais aujourd’hui il préférait la domination du reste tout en étant seul maitre à bord. Il était plus fort que cette bande d’adolescent que sa fille prenait pour ses amis. Elle était la seule qui puisse un jour s’en prendre à lui et gagner, et non pas parce qu’elle était sa fille, mais la plus puissante du groupe. Une Coyote garou qui prenait un malin plaisir à repousser son père. Mais malgré tout ça, Peter ne renonçait pas, il avait accepté sa paternité et comptait bien la vivre jusqu’au bout. Des jours qu’il n’avait pas eu de nouvelles d’elle, des jours qu’il la traquait à l’odorat, finissant par repérer une trace olfactive aux abords de la foret. Etait-elle mal en point comme la dernière fois où il était tombé sur elle ? C’eux qui auraient osé s’en prendre à elle passerait à nouveau un sale quart d’heure.

Le loup s’enfonça dans la foret sur ses deux pieds, la lune était haute et ronde dans le ciel, il ressentait la puissance se décuplé en lui, mais au contraire des jeunes loups, il n’était pas submergé par sa puissance, bien au contraire, il était galvanisé. Son odorat en était décuplé, sa vue améliorée. Pas le moindre petit craquement de brindille ne lui échappait. C’est là qu’il entendu cette course démesuré de la peur, une femme courrait pour sa survit dans ses bois. Il n’eu qu’à tendre un peu plus l’oreille pour entendre les loups qui la coursaient. Peter était-il un héros ? Un sauveur ? Non. Était-il un bagarreur ? Frillant de violence et de combat ? Oui. C’est ce qui le poussait à se rendre dans la direction de la fille. Il ne tarda pas à la trouver. Camouflé par les arbres elle ne pouvait pas le voir se percher sur un rocher et attendre de voir ce qui allait se passer. Elle courrait toujours, jusqu’à ce qu’elle percute l’un des autres types et s’écroule à terre. La belle rousse ne tarderait pas à finir en gouté pour trois loups garous adulte et menaçant… Mais il n’avait rien avoir avec Peter Hale qui se redressa de toute sa hauteur sur son piédestal et poussa un hurlement bestial, un véritable loup était arrivé et les autres s’en rendait compte. Le hurlement les poussant à lever les yeux vers lui et se recroqueviller par la puissance de l’homme se dressant devant eux. Il ne prit même pas d’élan, il sauta dans les airs, son point prêt à jaillir. Il l’enfonça dans la tête du premier type avant même de toucher le sol. Il atterrit entre les deux autres qui se jetèrent sur lui en grognant. Il en saisit un d’une main par la gorge pendant qu’il donnait un coup de pied à l’autre. Il était fort, aussi vieux que lui, mais pas encore assez puissant pour arriver à bout de lui. Peter s’engagea dans un combat, toutes griffes dehors, déchiquetant, molestant tout ce qui se trouvait à sa porté. Le troisième se releva, se joignant au combat. La pleine lune galvanisait tellement Peter que lorsque les trois se précipitèrent sur lui en même temps il poussa un hurlement tout droit sortie de l’enfer tout en prenant l’apparence du loup qu’il était.  Les autres rebondir littéralement sur sa transformation, couinant comme des louveteaux, ce qui arracha un rire à la bête que Hale était devenu.

D’un coup de griffes, de bas en haut il découpa le premier à se jeter sur lui en deux. Se retournant bestialement vers les autres avant de leur sauter dessus la gueule grande ouverte. Celle ci se referma sur la tête du second, et le troisième tenta de s’enfuir. Mais le monstre le saisit par les chevilles et disparut sous la carrure du loup garou. On ne put qu’entendre les cris et voir les morceaux volés dans les airs avant que la bête ne se relève pour se tourner vers la rousse. Il poussa un dernier hurlement à la lune en reprenant doucement son apparence humaine, maculé de sang d’un rouge éclatant. Ses yeux bleu du loup omega se posèrent sur la jeune femme avant de reprendre leur teinte naturel, bleu aussi, mais moins éclatant.Tout va bien ? Il tenta de se fendre en un sourire, mais au vu de son apparence, la rassurer ne serait pas gagné.

code by slana

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageMer 30 Aoû - 19:49



Elle était devenue la proie cernée par des prédateurs, mise à terre, ce liquide tiède et carmin s'écoulant le long de sa tempe, se mêlant à sa crinière de feu, un mal de crâne commençait à poindre, qui brouillait son esprit, ses doigts essayant de repérer sa baguette magique parmi les feuilles mortes. Mais ils se rapprochaient, dangereusement. Ginny se mordait la lèvre avec violence, des tâches noirâtres glissant dans l'éclat de ses prunelles claires. Elle commençait à angoisser, la peur la prenant au ventre, ne pouvant qu'imaginer le sort funeste qui l'attendait de part sa bêtise de s'être ainsi enfoncée dans les bois, seule. Elle fermait les yeux, attendant la sentence, ces griffes acérés qui déchireraient sa chaire. Il n'en fut rien. Elle entendit au contraire un hurlement puissant qui la fit frémir avec violence, rouvrant légèrement les yeux pour voir la terreur se peindre sur le visage des trois hommes qui regardaient quelque chose au dessus d'elle. Lentement, elle relevait la tête, percevant une ombre sur un rocher, une silhouette masculine et imposante qui filait dans l'air, rejoignant le groupe avec rapidité pour ensuite se joindre dans une bataille sans merci. Ginny en profitait pour ramper, se redressant légèrement, des pics de douleurs résonnant dans son crâne alors que les grognements et hurlements résonnaient derrière elle. Un simple regard jeté en la direction de cette bataille acharnée pour ensuite pâlir devant la violence et l'horreur de cette dernière. L'homme qui venait en quelque sorte de lui sauver la mise se transformait en monstre, un monstre sanguinaire dont la violence se répercutait dans chacun de ses gestes, s'attaquant aux trois loups qu'il mettait en pièces et ce dans des grognements terrifiants à glacer le sang. Le coeur au bord des lèvres, la rousse cherchait vainement sa baguette qu'elle retrouvait à quelques pas d'elle, attrapant vigoureusement cette dernière. Son mal de tête la faisait tituber, son dos cognant la paroi rocheuse, le regard rivé sur cette scène atroce. L'épouvante était inscrite sur ses traits, serrant avec force sa baguette jusqu'à ce que ses jointures en devenaient blanchâtres. Elle aurait du fuir, mais elle n'y arrivait, immobilisée, le souffle court alors que la bête finissait son travail macabre, se redressant tout en tout se tournant vers elle. Un regard d'acier. Ginny se plaquait plus fermement contre la pierre, le loup laissant un dernier hurlement jaillir de son être pour ensuite reprendre une apparence plus humaine. Ginny avait déjà côtoyé des loups garous tels Remus Lupin ou Fenrir Greyback et au vu de la vision qu'elle avait de l'homme face à elle, il devait sans aucun doute entré dans la deuxième catégorie, ceux des loups sanguinaires à la violence extrême. Son regard hivernal se posait sur le corps raide de la jeune femme qui maintenait une certaine distance entre lui et elle. Il y avait quelque chose de fascinant chez lui...Une fascination qui n'avait lieu d'être, surtout après l'horreur de la scène qui s'était déroulée sous ses yeux. Sa question était déroutante, comment pouvait-il sérieusement penser qu'elle irait bien après ce carnage ? Son regard s'assombrissait, tenant sa baguette, prête à lui lancer un sort si il osait ne serait-ce que l'approcher d'un centimètre. « Si je vais bien ? C'est une blague ? Vous croyez vraiment que je peux aller bien après ce que vous avez fais ? » cracha t'-elle à son encontre, les dents serrés, mais elle avait du mal à tenir sur ses jambes dû au choc, à cette angoisse qui ne la quittait et à cette douleur qui se vrillait dans son crâne. « Vous allez faire quoi à présent ? Me réduire en pièces comme eux ? » Un murmure pincé, presque étranglé. « Je ne me laisserais pas faire. » Un ton déterminé, malgré un corps qui oscillait, malgré cette peur qui tenaillait ses entrailles, une peur qu'elle ne voulait cependant laissée entrevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Hale
werewolf
avatar
werewolf
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : 46 ans
∞ job : enquiquineur
∞ race : werewolf
∞ univers : Teen Wolf
∞ messages : 104
∞ avatar : Ian Bohen
∞ pseudo/prénom : Slana/Noémie

MessageSam 2 Sep - 13:20


no one knows what it's like

Peter avait reprit son apparence humaine pour tourner son regard vers elle.  C’était une jeune fille, aussi jeune que sa propre fille, mais quelque chose dans ses yeux laisser penser à Peter qu’elle avait déjà vu d’autre massacre, mais que malgré tout, elle était autant choquée. Il lui demanda si elle allait bien et sa réponse arracha un sourire amusé au loup-garou qu’il était. Elle n’avait peut-être pas totalement tord dans les mots qu’elle prononçait. Il fit un pas vers elle, réalisant qu’elle serrait une sorte de bâton dans la main. Il était trop bien taillé pour qu’elle l’ai saisit sur le sol en guise d’arme éventuelle contre lui. Peter fronça les sourcils, ce demanda bien ce qu’elle pourrait lui faire avec. Comme pour tenter le sort, il avança encore vers elle, puis si rapidement qu’elle eu à peine le temps de réaliser la chose. Il s’accroupit face à elle, regardant son front ou coulait lentement le sang. Il leva le bras, déposa la main juste à côté pour en mesurer les dégâts et l’intensité de sa douleur. Je ne vais pas vous manger si c’est ce qui vous inquiète, maintenant, arrêter de bouger.  Il passa la main sur sa plaie et elle grimaça, il ferma les yeux et aspira la douleur et toutes possibles infections en lui, jusqu’à laisser une plaie presque net. Elle aurait une cicatrice et il lui faudrait quelques jours pour que la plaie se referme, mais elle n’aurait pas mal, et ça ne s’infecterait pas. Il se redressa vivement, attrapa sa main au passage pour l’aider à se relever à son tour. Ce n’est pas très prudent de se promener toute seule la nuit dans une foret… surtout un soir de pleine lune. On ne vous apprend donc plus rien à l’école de nos jours ?  Peut-être devrait-il aller se proposer comme professeur d’initiation au monde de la nuit dans leur lycée, ça éviterait d’autre catastrophe. Aucun d’eux ne vous a mordu j’espère ?  Il se permit de laisser courir ses yeux sur toute sa silhouette et il se surprit à la trouver magnifique. Il y a de nombreuses que Peter était inspiré de faire maintenant, mais il avait à faire à une enfant. Il posa ses mains de part et d’autre de ses épaules et laissa le toucher le guider sur son corps à la recherche d’une quelconque morsure ou blessure. Il la renifla aussi, rien. Il passa sur ses hanches avec un petit sourire carnassier face à la gêne qu’il lui inspirait, puis descendit le long de ses jambes jusqu’à ses chevilles. Bon, tout à l’air bien. Très bien même.  Il plongea ses yeux bleu dans les siens en disant ses mots, lui adressant un clin d’œil avant de la lâcher et faire un pas en arrière. La prochaine fois, évitez la foret de nuit, ce n’est pas très sur ses temps ci. On ne peut jamais savoir ce que l’ont va rencontrer.  Un grand sourire se dessina sur ses lèvres, dévoilant ses grandes dents blanches. Il n’avait jamais autant eut l’air d’un loup en chasse, une lueur de prédateur dans les yeux et pourtant, rien avoir avec la faim… quoique. Allez donc retrouvez votre mère.   Il lui fit faire un tour sur elle même pour la mettre dans la bonne direction et donna une pichenette dans son dos pour la faire avancer. Il allait s’assurer du regard qu’elle allait bien sortir de cette foret sans anicroche, tout en profitant du spectacle que lui offrait son dos…
code by slana

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageDim 3 Sep - 1:26



Elle était isolée, à la merci d'un prédateur qui avait réduit en pièces ces loups qui avaient souhaités l'attaquer pour accomplir de sombres desseins. Elle était dans une sale situation, elle en avait conscience, seule sa fierté lui permettait de tenir tête au brun qui s'avançait vers elle d'une démarche lente. Elle ne quittait ses prunelles bleutées du regard, l'ombre glissant dans les siennes, colère et méfiance s'alliant dans ses yeux marrons, un souffle qui vint à lui manquer lorsque la distance se réduisait entre eux, trop subitement pour qu'elle ne puisse avoir le temps de réagir. Son corps se raidissait, ce voile noirâtre présent dans son regard s'intensifiait, sa main serrant avec plus de force sa baguette, prête à lui jeter un sort si il tentait quoique ce soit. Mais elle était prisonnière, n'ayant aucune échappatoire face à la distance qui s'amenuisait entre eux. Elle pouvait presque sentir son souffle chaud contre sa peau opaline. « Ne... » commença t'-elle avant de frémir avec violence en sentant ses doigts effleurés son épiderme, éclaircissant la situation, qu'il n'allait la dévorer et qu'elle devait se tenir tranquille. Avant même de protester, elle sentait sa paume glissée sur sa plaie, une grimace épousant ses lèvres mutines, surprise de ne plus sentir la douleur sous le contact chaud de sa main qui alimentait en elle d'étranges sentiments. Ginny glissait ses doigts sur la plaie qui n'était plus qu'une cicatrice refermée, son pouce suivant la courbe de cette dernière. « Comment est-ce que vous avez fais ça ? » murmura t'-elle, glissant son regard sur son visage où une plaie similaire s'esquissait, mais encore une fois, elle n'eut le choix de ses actions, l'homme se redressant, prenant sa main dans la sienne avec fermeté pour à son tour la mettre sur ses pieds. Elle frissonnait, perturbée par ce contact qui ne la laissait indifférente, retirant vivement sa main de la sienne, les sourcils froncés. Il la fascinait autant qu'il l'agaçait et ses petites remarques ne faisaient qu'alimenter cette rancoeur au plus profond d'elle-même. « J'aurais su me débrouiller. » répliqua t'-elle avec une certaine fermeté, ses dents s'enfonçant dans son inférieure alors qu'il lui posait une nouvelle question. « Je vais très bien ! » Elle perdait patience, mais il ne prenait sa remarque en compte, son regard la détaillant d'une façon qui la mettait mal à l'aise. Sa respiration devenait plus lente, son coeur pulsait à ses oreilles en une mélodie sourde et intense, le corps immobile alors qu'elle sentait ses mains effleurées ses épaules. « Qu'est-ce que vous faites ? » Son ton n'était plus qu'un murmure, presque éteint en sentant ses mains parcourir son être. C'était une sensation étrange, son mal être ne cessant de s'accroître, la gorge sèche, son regard n'arrivant à se détacher de lui. Ses joues s'échauffaient, un voile carmin se glissant sur sa peau pâle, une émotion enflammée crépitant dans ses entrailles. Elle ne pouvait désormais plus cacher la gêne qu'il lui inspirait, le brun se redressant après avoir fini son inspection sur son corps, son regard capturant le sien. Il était magnétique, attirant, empli de dangerosité. Elle était ce papillon de nuit qui voltigeait près de cette lampe qui risquait de lui brûler les ailes, de la réduire en cendres. Ginny était trop perturbée pour répondre quoi que ce soit alors qu'il finissait par la relâcher et reculer, lui donnant ainsi l'occasion de respirer, les joues en feu et ce sourire, cette lueur dans son regard...Elle avait presque l'impression d'être la biche traquer par le loup qui n'en ferait qu'une bouchée. Il avait suffit d'une phrase pour la sortir de sa torpeur. Une seule. La colère remplaçait le trouble, cette colère liée à un comportement qu'on adoptait trop souvent à son égard et d'un geste ferme, elle s'était retournée vers lui alors qu'il avait fait en sorte de la tourner pour ensuite la pousser à quitter les yeux sans plus s'attarder. « Je ne suis pas une gamine ! » s'exclama t'-elle avec détermination et autorité en le repoussant d'un geste de la main, même si face à lui, elle n'avait que peu de chances. Une enfant. On l'avait toujours traitée ainsi. Ses parents, ses frères et même Harry. Ginny, la petite dernière, celle qu'il fallait couvée et protégée, celle qui restait toujours dans l'ombre. Elle en avait assez d'être vue comme telle, comme une petite fille qui ne pouvait pas se protéger seule du monde qui l'entourait. « Je n'ai pas besoin de votre aide, ni de celle de personne ! J'aurais très bien pu me débrouiller toute seule face à eux ! » C'était peut-être exagéré au vu de comment elle avait fini, mais l'orgueil et la colère parlaient pour elle, ainsi que ce désir qui palpitait dans ses veines, si puissant qu'il la décontenançait. Des étincelles jaillissaient du bout de sa baguette au vu de la colère qui s'imprimait sur son visage. « Alors ne me dites pas surtout pas ce que je dois faire ou non, c'est compris ?  » Un ton sec et froid à son encontre avant de se reculer d'un pas, prête à quitter les lieux en ayant le dernier mot, en essayant de ne pas écouter cette partie d'elle fascinée par ce loup qui mettait à mal ses émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Hale
werewolf
avatar
werewolf
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : 46 ans
∞ job : enquiquineur
∞ race : werewolf
∞ univers : Teen Wolf
∞ messages : 104
∞ avatar : Ian Bohen
∞ pseudo/prénom : Slana/Noémie

MessageJeu 7 Sep - 1:25


no one knows what it's like

Il avait prit sa douleur, la faisant disparaître dans ses propres veines de façon à ce qu’elle n’ait aucunes séquelles. Il ne faisait pourtant pas ce genre de choses d’habitude, mais il y avait quelque chose sur son visage qui le poussait à agir différemment avec elle. Ce petit quelque chose dans ses yeux qui le poussaient à être différent avec elle, pourquoi ? Il ne savait pas et il ne voulait pas y penser pour l’instant, il le ferait plus tard, seul. Pour l’instant, il s’occupait d’elle. C’est un avantage de ma condition.  Sous entendu, d’être un loup-garou. Puis il l’a fit se lever, s’occupant de checker tout son corps de façon à ce qu’il n’y aucune trace de loup-garou sur elle, s’assurant de faire chaque partie accessible au cas qu’il y ai la moindre trace de griffure. Mais rien je m’assure que vous ne vous changerez pas en bête du Gévaudan à la prochaine pleine lune.   puis il la fit se retourner pour la pousser à partir. Elle fit volte-face, ce qui avouons le, plu au loup.  Ainsi énervé, elle était magnifique. Un sourire fendit ses lèvres alors qu’elle lui disait qu’elle n’était pas une enfant. Oui, il s’en rendait compte, et à mesure qu’elle s’époumonait contre lui, il ne la voyait plus du tout comme une gamine. Ses yeux tombèrent sur sa baguette et les crépitements qui s’en dégageait, il était fasciné, complètement.Qu’est-ce que…. C’est de la magie ?  Avait-il affaire à une sorcière ?  Cela se pouvait-il ? Après tout, il était bien un loup-garou, alors, pourquoi pas ? Ses yeux se mirent à luire intensément, reprenant leur couleur de transformation, affirmant l’omega en lui. Une sorcière.  Il souffla ses mots d’une voix parfaitement fascinée. Il fit un pas pour se rapprocher d’elle, prenant dans sa main le bras qui tenait sa baguette magique et le leva dans sa direction, observant les crépitements avec une curiosité ouverte. C’eux ci firent même briller ses yeux un peu plus. Serais-tu en mesure de me jeter un sort ma belle ?  Une sorcière, si il avait sut, il serait sortie bien plus tôt ce soir. Il avait tellement d’idées. Es-tu puissante ?  Ce fut presque comme un grognement, un appel au pouvoir. La suprématie, il l’avait toujours recherché et un pion venait de s’avancer sur l’échiquier, un pion qu’il pourrait parfaitement utiliser. Elle n’était pas une enfant, mais pas tout à fait une femme non plus, il l’aiderait à le devenir. Il voulait mesurer sa puissance, faire d’elle une arme. Il se pencha vers son cou, respirant son odeur, s’en imprégnant pour toujours être en mesure de la retrouver, elle sentait merveilleusement bon et dégageait une aura de puissance. J’aurai beaucoup de chose à te dire ma belle, beaucoup de choses à te faire faire, et j’aurai beaucoup à faire avec toi.  Il avançait sur un pente glissante, il laissa retomber son bras pour déposer sa main sur sa joue et la caresser du bout du pouce. Une peau délicate et soyeuse, pour un peu, il aurait voulu mordre dedans comme une bête sauvage. Mais ne l’était-il pas après tout ? Son visage à quelques centimètres du sien, il laissa courir ses lèvres sur sa peau sans même l’effleurer pour finir contre son oreille j’aurai bien des choses à t’apprendre.  Un petit rire lui échappa, alors qu’il se reculait. Ce soir, c’est la pleine lune… Il murmura ses mots d’une voix langoureuse.
code by slana

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageVen 8 Sep - 1:15



On l'avait toujours considérée comme une enfant, la petite dernière, celle qui devait être tenue à l'écart de discussions jugées trop sensibles, trop secrètes. Harry avait fais de même dans leur relation, il se montrait trop prévenant, trop attentionné, trop protecteur. Tout comme ses parents et ses frères. Ginny en avait assez qu'on la voit ainsi. Elle avait atteint la majorité, elle avait montrée ces dernières années écoulées de quoi elle était capable, qu'elle n'était pas cette petite fille qu'on n'avait cesse d'entrevoir dans sa silhouette. Et maintenant cet homme faisait pareil...Un homme qui attisait en elle une valse d'émotions incomprises, des flammes qui léchaient son bas-ventre devant ce toucher éphémère d'un corps devenu raide. Elle s'était époumonée, tournée vers lui pour expier sa colère, les traits déformés par cette dernière, une colère où se mêlait un certain sentiment de frustration dont elle ne connaissait l'origine, peut-être était-ce liée au fait qu'il la traitait comme une gamine comme le faisait trop souvent ses frères avec elle. Dans sa rage, sa baguette avait réagi, de légères étincelles rougeâtres se distillaient dans l'air, un fait qui n'avait pas échappé à son sauveur sanguinaire face à elle, posant une question qui la sortit quelque peu de ce sentiment carmin qui l'imprégnait. Elle baissait son regard sur la tige en bois, mais n'eut l'occasion de répondre à sa remarque. Ses doigts s'étaient enroulés autour de son bras, amenant la baguette à son visage. « Hey, lâche moi ! » siffla t-elle en ses dents, se figeant devant ce regard bleu électrique qui éclaircissait ses prunelles. Il était tellement fascinant, tellement intriguant...Et attirant. Cette dernière pensée fut balayée d'un geste ferme de son esprit. Il était beaucoup plus âgé qu'elle et puis, elle avait Harry, ce brun auquel elle tenait malgré cette distance installée entre eux depuis quelques temps, du moins c'était ce qu'elle se répétait inlassablement, comme pour essayer de se convaincre d'une situation qui ne faisait que se dégrader depuis quelques semaines. Quant à ce brun face à elle... « Si tu ne me lâches pas tout de suite, je n'hésiterais pas à le faire ! » A nouveau cette lueur de détermination dans son regard, malgré ce soupçon de peur qui la tiraillait au plus profond d'elle-même. L'horreur de la scène précédente était toujours omniprésente dans son esprit,  cette odeur sanguine et dérangeante était encore présente dans l'air. Elle était seule, seule à la merci d'un prédateur qui pouvait ne faire qu'une bouchée d'elle à tout instant. Quant à sa puissance...Elle ignorait jusqu'à quel point elle pouvait l'être. Elle n'était qu'une simple sorcière qui se débrouillait facilement, qui retenait aisément les sortilèges, mais elle n'était pas la plus puissante. Elle aurait plus mentionnée Hermione ou même Harry dans ce cas précis. Elle ne répondait donc pas, il n'avait pas besoin de savoir et tout ceci commençait à devenir dangereux, un mauvais pressentiment titillant son instinct. Elle lui coulait un regard sombre et méfiant...Et malgré tout fascinée. Elle ne pouvait s'empêcher de l'être, c'était ça le pire dans l'histoire. Il s'était penché vers elle, elle sentait son souffle chaud contre son cou. Elle frémissait avec violence, une étrange sensation envahissant ses entrailles, sa voix résonnant comme une mélodie envoûtante. Elle était immobile et partagée entre sa raison et cette autre partie d'elle qui s'éveillait face à son toucher. Son bras retombait le long de son corps, ses frissons devenant plus fébriles en sentant sa main se poser sur sa joue, une caresse éphémère. Elle ne cessait de l'observer, un soupir s'échappant de sa bouche mutine à la sensation de ses lèvres contre sa peau. Elle s'enflammait intérieurement, il lui faisait ressentir des choses qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. Ses prunelles s'écarquillaient devant sa phrase, devant ce sous entendu. Il s'était redressé et elle laissait tombé son regard sur cette bouche qui attisait en elle une certaine convoitise. Sa respiration était erratique, son coeur pulsait violemment dans sa cage thoracique. Son souffle rebondissait contre ses lèvres entrouvertes et la proximité était si minime qu'elle pouvait être facilement réduite...Elle se penchait très légèrement...avant de cligner des yeux dans un sursaut de conscience, se retirant de son toucher d'un geste brusque, rattrapée par sa raison malgré que son désir criait à vouloir céder à cette envie, à ce péché...Non elle ne pouvait pas bon sang ! C'était malsain...C'était...C'était trop de choses auxquelles elle ne pouvait céder aussi facilement. Elle avait levée sa baguette et dans un murmure, jetait ce sort qui lui était si fidèle. Les chauves souris apparaissaient en grand nombre et fondaient sur le loup duquel elle se détachait. Un moyen de gagner du temps, un moyen de fuir ses émotions tumultueuses. Ginny n'hésitait plus et se mit à courir, aussi loin qu'elle pouvait, mais était-ce le loup ou elle-même qu'elle fuyait aussi ardemment ?  
Revenir en haut Aller en bas
Peter Hale
werewolf
avatar
werewolf
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : 46 ans
∞ job : enquiquineur
∞ race : werewolf
∞ univers : Teen Wolf
∞ messages : 104
∞ avatar : Ian Bohen
∞ pseudo/prénom : Slana/Noémie

MessageLun 23 Oct - 14:15


no one knows what it's like
Chassez de nuit était bon pour les jeunes loups à la recherche de chaire fraîche à déguster. Pour un loup comme Peter, arpenter la forêt de nuit un soir de pleine lune était plutôt un signe de protection. Il cherchait à préserver le secret sur la lycanthropie en évitant à des jeunes inexpérimentés de tuer sans le moindre contrôle sur eux même. Vu l'état de la ville actuellement, une recrudescence d’attaque d’animaux sauvage ne ferait qu’éveiller les soupçons et toutes les créatures surnaturels se retrouverait en danger… Peter était il charitable ? Non ! Pas le moins du monde, il le faisait avant tout pour lui, pour que sa petite vie ne soit pas déranger. Trop d’attaques apporterai les chasseurs, les chasseurs avaient décimé sa famille, brûlé sa maison, et l’avait cloué pendant plus de six ans sur un lit d’hôpital l’esprit piégé dans son propre corps brûlé au plus haut des degrés. C’était sa lycanthropie qui l’avait sauvé et il tenait à la préserver. Tuer oui, mais uniquement si c'était lui le tueur et que ça l’amusait où lui apportait quelque chose, sinon, non. Mais à la place de jeune loup il avait trouvé de vieux loups ce soir, des loups s’en prenant à une jeune femme sans défense et facilement impressionnable. Voilà pourquoi il était intervenu, pour flatter son propre égaux un peu plus et ça avait marché. Il avait littéralement anéantis ses loups prétentieux qui se pensaient plus fort que lui parce que plus nombreux et plus jeune. Mais qui pouvait dire l’âge de Peter hormis lui-même ? La lycanthropie conserve comme vous ne pouvez pas l’imaginer. Peter semblait avoir dans la quarantaine et pourtant son neveu semblait tout aussi vieux que lui. Les loups grandissent plus vite mais ils vivent aussi plus longtemps. En tout cas lui, et ceux qui connaissent véritablement le monde des loups garous, pas comme ses trois idiots. La fille était en vie, et traumatisé semblait-il. Et pourtant, Peter ni prêta pas vraiment attention, elle avait l’âge de sa fille cela se voyait sur son visage et c’était comme si elle en avait déjà vu autant que lui dans sa vie. Avait-elle connu la guerre ? Il était intrigué, intéressé par elle, dire le contraire serait se mentir à lui-même et il n’était pas de ce genre là. Peter savait qui il était, ce qu’il faisait, aucune honte en lui, juste la fierté. La curiosité faisait partie de sa personnalité et il voulait en savoir le plus possible sur elle, surtout depuis qu’il avait repéré sa baguette magique. Ce soir, il était tombé sur une petite sorcière, ce qui, avouons le, décrocha un sourire ravit à Peter. Tout était bon à prendre. “Tu peux utiliser ta magie sur moi…” Sa voix siffla langoureusement contre le visage de la jolie rousse. Mais il lui laissait déjà de l’espace et elle en profita pour s’enfuir. Un rire échappa à Peter, un rire qui se répercutent en écho dans la nuit noire de la forêt. Et il se mit en chasse. Pour le principe il prit son apparence la plus redoutable. Faisant éclater ses vêtements pour les abandonner en lambeaux dans les bois, courant et hurlant à nuit en pourchassant la sorcière. Il prit son temps, voulant faire monter la pression de quelque cran dans le coeur de la jeune femme. Puis il apparut devant elle sans crier gare sous son apparence de bête. Il lui grogna dessus, mais sans vraiment vouloir lui faire peur et reprit son apparence sous yeux, maintenant totalement nu. Il fit un pas en avant, sa peau frôlant les feuilles mortes. Plus aucun bruit ne venait troubler la nuit, les petits animaux ayant senti la présence du prédateur se terrait dans le plus grand des silences. Il se planta devant elle, un sourire carnassier sur les lèvres tu pensais vraiment pouvoir m’échapper ? Il leva le bras droit, déposa le bout de ses doigts sur la joue de la jeune fille, la frôlant à peine. Il se pencha vers son oreille pour murmurer ses lèvres contre la peau de la jolie rousse Tu t’es trompée. Tu ne peux plus t’enfuir. Il la s’assit par les bras, la soulevant dans les airs un instant, la regardant de haut en bas, ses yeux bleus dernière lueur de la nuit avec la lune. Il la reposa sur le sol, mais la laissa collé à lui, penchant ses lèvres vers les siennes sans pour autant entrer en contact avec. Tu ne peux pas m’échapper. Cette nuit, tu es à moi. murmura-t-il, la voix pleine de promesse.
code by slana

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageLun 30 Oct - 23:01



Il résonnait dans l'obscurité, se répercutait en écho contre la cime des arbres l'entourant, ce rire, ce rire qui la poursuivait tel un fantôme. Elle courait, mettant le plus de distance possible entre elle et celui qui était devenu prédateur quand elle était la proie, la biche qui tentait de vainement trouver un moyen de fuir le loup qui ne désirait plus qu'en faire une bouchée. Elle percevait cet hurlement animal dans la pénombre, des grognements qui semblaient lointains, puis soudainement trop proches. Son rythme cardiaque s'affolait, son souffle devenait infime, un oxygène qu'elle se devait de préserver, car elle ne pouvait s'arrêter de fuir cette ombre, cette silhouette sombre qui semblait se dissimuler dans chacun des recoins de la forêt qu'elle foulait avec rapidité de ses pieds. Des écorchures parsemaient sa peau opaline, des fines lignes rougeâtres dû aux branchages qu'elle n'avait cessé de frôler dans cette tentative désespérée de mettre le plus possible de distance entre lui et elle. Des minutes qui semblaient durées des heures. Elle était à bout de souffle, la gorge nouée, poumons qui insinuaient une sensation de brûlure. Ses pas s'étaient fait plus lents. Elle ne l'entendait plus et le silence l'enrobait, salvateur. Un soulagement qui fut de courte durée lorsqu'elle posait ses prunelles sur la bête à quelques pas d'elle. Ginny reculait, prise au piège et tétanisée. Un grognement à son encontre, il semblait se moquer d'elle et de sa naïveté à penser qu'elle aurait pu le fuir et petit à petit, il redevenait humain devant son regard figé par la stupeur, totalement nu. Et son regard s'attardait sur ce corps qui s'offrait devant elle, un voile carmin envahissant ses joues blêmes, essayant de garder son regard fixé sur son visage empli de malice et d'arrogance, ses pupilles claires reflétant cette luxure, ce péché auquel elle avait tant essayé d'échapper. Il s'était avancé vers elle de son pas félin, murmurant de sa voix rauque quelques mots qui la faisaient frémir. Elle restait emmurée dans le silence, la respiration lente, le coeur à la dévire, valse passionnelle qui nouait ses entrailles. Ses doigts touchaient sa joue, un contact infime, ses lèvres ne faisant qu'effleurer la texture de son épiderme, jusqu'à atteindre son oreille, soufflant quelques mots qui sonnait la fin de sa liberté, provisoirement. Elle poussait un léger cri  de surprise lorsqu'il la soulevait du sol, mirant son être durant quelques secondes pour ensuite la reposer tout en la gardant contre lui. Il y avait cette flagrance terreuse qui embaumait l'air et titillait ses narines. Elle se perdait dans l'étendue de ses prunelles, son souffle rebondissant contre ses lèvres entrouvertes. Elle aurait du fuir, se battre une dernière fois, écouter sa raison qui lui hurlait de ne pas céder, mais il était trop tard. Elle était comme envoûtée, attirée par cette lumière destructrice. Sa baguette glissait entre ses doigts pour finalement atterrir au sol dans un bruit étouffé, ses prunelles se posant sursa bouche charnue et tentatrice. Elle ne réfléchissait plus, se laissant portée par cette envie qui glissait en elle, qui faisait bouillir le sang dans ses veines. Une faible distance qu'elle réduisait en plaquant soudainement ses lèvres contre les siennes, enivrée, portée par le désir qu'elle ressentait, ce désir qu'elle avait tant combattu et qui à présent enflammait son être. Elle sentait la chaleur de sa peau à travers ses vêtements tout en se perdant dans un baiser passionné et sauvage, leurs langues s’entremêlaient, se combattaient, ses doigts glissant tout d'abord avec timidité sur sa peau, une texture douce qui augmentait les frissons dans son bassin. Elle désirait tant de choses en cet instant, comme sentir sa peau contre la sienne, sentir ses lèvres explorées son épiderme. Elle n'avait jamais ressenti ça auparavant, cette sensation de perdre au pieds, ce désir si puissant qu'il la rendait presque fébrile. Elle en oubliait tout, effaçant ainsi le peu de conscience qui lui restait. Elle ne voulait plus que lui appartenir, le temps d'une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Hale
werewolf
avatar
werewolf
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : 46 ans
∞ job : enquiquineur
∞ race : werewolf
∞ univers : Teen Wolf
∞ messages : 104
∞ avatar : Ian Bohen
∞ pseudo/prénom : Slana/Noémie

MessageMer 1 Nov - 21:30


no one knows what it's like
Être un loup-garou apportait une certaine force à Peter. Il était né ainsi, né dans une famille puissante. Sa soeur aîné avait dirigé une meute alors qu'il allait encore au lycée. Elle était une alpha née et il avait toujours pensé être celui qui lui succéderait. Mais les choses ne s'était pas passé ainsi. Toute la meute avait fini par être écrasé et sa propre famille éradiqué. Il avait lui même passé six ans enfermé dans son propre corps se remettant de brûlures au dernier degré. Il avait survécu et était devenu un monstre. Il l'était encore alors qu'il  avançait vers elle, complètement nu. Il sentait son être se tendre alors que ses yeux parcouraient la jeune femme. Elle était belle, terriblement belle et ça commençait à lui poser problème. Pour s’être enfuit il devrait la punir. On essayait pas de lui échapper impunément, mais elle, avec ses yeux bleus, il avait envie de lui donner une toute autre leçon. Il avait envie de la goûter et qu'elle se donne entièrement à lui, avant même qu'il ne commence à parcourir de lui même son corps affolant de tentation. Alors il lui murmura des mots, des mots qui laissait comprendre que si elle restait elle aurait droit à la meilleure nuit de sa vie. Dans tous les cas, la sorcière aux cheveux de feu ne serait plus la même en repartant de cette forêt. Cherchait il à l'impressionner en la soulevant du sol ? Sans aucun doute mais ça lui donna aussi une vue imprenable sur son corps entier. Dire que la bête commençait à saliver serait sans aucun doute les mots juste et la voir rougir ainsi fit sourire le loup qui sentait à son odeur qu'elle était sur le point de céder. C'est elle qui se jeta sur les lèvres de Peter et il ne la repoussa pas. Rapidement ses lèvres s'entrouvrent pour permettre à leurs langues de se lancer dans un ballet endiablé. Ses bras se resserrent autour de son corps délicat et il la plaqua contre son corps nu dont elle ne pouvait que sentir la dureté. Une des mains de Peter agrippa la chevelure de feu de la sorcière alors que son corps la forçait à reculer pour la plaquer avec une certaine force contre un arbre tout proche. Leurs lèvres se décollent suffisamment longtemps pour permettre à la jeune femme d'entendre Peter grogner littéralement de désir comme si la loup prenait le pas sur l'homme. Mais déjà il rattrapait ses lèvres des siennes avec fougue. Relevant les jambes de la sorcière d'un coup de hanches pour les enrouler autour de sa taille d'une main. Il quitta ses lèvres pour son cou. Ce soir il comptait bien goûter chaque parcelle de peau de la belle rousse qui l'avait totalement envoûté. Il ne désirait qu'une chose, la posséder entièrement, l'entendre crier à la lune le plaisir qu'il lui donnerait. Il n'était rien d'autre qu'un loup en rute en cet instant, ce sont ses instincts primaire qui avait prit le dessus. Il lui arracha son pull pour le laisser finir sa vie sur les feuilles mortes au sol avant de s’attaquer à son tee-shirt de façon à libérer sa poitrine nue. Les yeux de Peter passèrent du bleu humain au bleu surnaturel en un éclaire à cette vision et ses dents arrachèrent ce qui lui servait de soutien-gorge. Tu ne peux plus t’enfuir..  grogna-t-il au moment où ses dents se referment sur son tétons droit.
code by slana

Revenir en haut Aller en bas
Ginny Weasley
witch
avatar
witch
Voir le profil de l'utilisateur


∞ âge : dix huit ans.
∞ job : se cherche encore.
∞ race : sorcière.
∞ univers : harry potter.
∞ messages : 125
∞ avatar : bonnie wright.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageDim 12 Nov - 20:20



La chaleur irradiait son être, son sang bouillonnait, émotions qui s'exaltaient dans son bas ventre au goût de ses lèvres chaudes, de cette langue qui s’entremêlait à la sienne en un combat de domination bestial. Elle ne réfléchissait plus, il n'y avait plus de réalité, ni cette conscience qui n'avait eu cesse de la titiller depuis que son regard s'était posé sur ce loup fascinant, un loup dont elle pouvait constater le désir qu'il ressentait à son égard, le percevant contre son propre être. Elle gémissait contre cette bouche qu'elle mordait avidement de ses ivoires, oubliant la timidité pour une sauvagerie qu'elle ne refrénait plus dans les bras de son amant d'une nuit. Elle reculait, suivant ses pas, un gémissement entre douleur et plaisir s'extirpant de sa bouche rougie alors qu'il la plaquait fermement contre le tronc d'un arbre, cela ne faisait qu’accroître cette envie puissante qui déferlait dans ses veines, ces flammes attisées dans son bassin par ce grondement que le brun laissait échappé, un grognement félin, qui n'avait rien d'humain. La bête était autant présente que l'homme face à elle, un homme dont les prunelles claires étaient noircies par ce désir qu'elle souhaitait également étreindre. Une seconde d'écartement, un souffle qui devenait erratique. Leurs lèvres se possédaient à nouveau, elle fut soulevée du sol d'un coup de hanche du brun, ses jambes enlaçant sa taille, ressentant sa dureté contre sa intimité encore camoufler. Elle était enivrée, des gémissements de plaisirs s'échappaient de ses lèvres mutines à la sensation des siennes au creux de sa gorge, qui effleuraient cette veine palpitante, signe de sa propre folie, de sa descente dans ces enfers charnels. Ses ongles s'imprimaient dans l'épiderme de l'homme, des stries rougeâtres esquissés sur la blancheur de sa peau, une bouche qui effleurait la courbe de sa mâchoire, un bruit de déchirure lui parvenait, appartenant à ce qui était jadis son pull et qui reposait à présent au milieu des feuilles mortes, mais il ne s'arrêtait, enlevant le dernier morceau de vêtement qui camouflait sa poitrine rehaussé par un fin soutien gorge en coton. Ses joues prenaient une teinte carmine d'être ainsi exposer à sa vue et à sa merci. La clarté des prunelles de l'homme face à elle devenait plus vive. Le soutien gorge ne fut plus qu'un souvenir qu'il déchirait à l'aide de ses dents, exposant ainsi ses monts laiteux. Elle se sentait fébrile et si petite devant l'animal qui n'hésiterait à la dévorer et ce d'une manière plus érotique. Un grognement, un avertissement ou bien une vérité qui était inéluctable et qui n'avait effleuré son esprit s'échappait de ses lèvres qu'elle voulait tant à nouveau posséder. Elle ne voulait plus fuir, elle voulait lui appartenir, être sienne, durant ces quelques heures à venir. Elle plaquait son crâne contre l'écorce du tronc derrière elle, le souffle plus lent à la sensation de ses ivoires qui se refermaient sur ce bourgeon foncé. Ses ongles écorchaient sa peau, son rythme cardiaque s'intensifiait et elle se cambrait sous lui. Jamais elle n'avait ressenti autant d'émotions, jamais elle ne s'était autant laissée aller dans les bras d'un autre. Elle voulait plus, tellement plus et pendant que les lèvres de son amant s'attardaient sur sa poitrine, ses doigts à elle glissaient sur la texture de sa peau, traçant les contours de ses muscles secs, se frayant un chemin vers son abdomen qu'elle ne faisait qu'effleurer du bout des doigts pour ensuite glisser avec une légère hésitation sur sa masculinité. Ce n'étaient que des caresses infimes qu'elle lui administrait pour le pousser un peu plus dans la folie, pour distiller plus en profondeur ce désir fou qui pulsait dans ses propres veines et ce avec intensité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message

Revenir en haut Aller en bas
 

(hot) no one knows what it's like (peter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mouvements de Los Angeles
» [WCH] Golden Book
» Big Bang Theory
» DES JARDINS A VISITER
» Les mort les plus insolites !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND :: 
Neverland
 :: Forest Lawn :: Forêt
-