Partagez | .
 

 (clara) friend like me

The Master
alien
avatar
alien


∞ âge : On approche doucement du millénaire, 993 et des poussières ~
∞ job : criminel à plein temps, c'est tout un boulot, faut pas croire
∞ race : time lord please
∞ univers : doctor who, le machin avec la police box magique là 8D
∞ messages : 32
∞ avatar : john simm
∞ pseudo/prénom : shirosaki babe ♥

MessageLun 14 Aoû - 18:01



Mains dans les poches, sourire fière accroché aux lèvres, le maître de ces lieux semblait avoir une petite musique entraînante dans la tête. Quelque chose proche du AC/DC ou bien de Disney, mais il n’empêche qu’il remuait la tête en rythme avec un petit air joyeux. En quel honneur me direz-vous ? Oh, trois fois rien. Juste une vieille foutue à terre parce qu’elle était sur son passage et une banque traumatisée. Il n’était ni Harold Saxon, ni un passé douteux d’une femme trop proche de Mary Poppins, il était le Maître et il était libre surtout. De nouveaux coups en tête, une ville amusante à souhait avec toutes les possibilités d’alliés et nom de dieu, de la bonne musique. Les Daleks manquaient terriblement de gouts en matière de musiques, cela avait été d’un pénible à force. Il avait attrapé un journal, prit dans le rythme de la musique, faisant la moue à ce pauvre détroussé avec toujours son petit sourire. Le regard était plaisantin, mais le message tout autre. Un message du genre gémis et je te désintègre, remuant son sonique entre ses doigts. Ok, manquer de notoriété n’était peut-être pas si cool que ça. Par contre, la bizarrerie ça, ça aide beaucoup. Le gars n’avait pas osé broncher face à son interlocuteur à bouc et blond délavé. Tant mieux pour lui. Il avait ouvert le journal, grimaçant un peu. Oh, on ne parlait pas de lui, décevant. Il allait vraiment devoir faire quelque chose pour remédier à cela. Les idées fourmillaient dans sa tête entre user de cadavre comme marionnette, créer une illusion collective, les plonger dans un état léthargique, les cryogéniser pour extraire leurs organes à moindre douleur pour alimenter sa machine. Toutes étaient excellentes. Ou alors, peut-être le coup classique, mais efficace, d’une petite armée de robots genre Cyrberman ou Daleks. Oh, quoi que. Il fit une petite grimace retranchée, repensant à ce qui s’était passé avec le vioque et son caniche bien dressé. Les Cyrberman, ce n’était peut-être pas une si bonne idée. Ou alors, il devait s’assurer de les dépourvoir de cerveaux pour penser. Installer un pare-feu sur leurs programmes. Un bon pare-feu. Le genre de pare-feu que personne ne peut défaire ou comprendre… Sauf lui ! Un minimum de précaution tout de même quand on envahie le monde. Surtout quand il s’agit de protéger des fesses aussi précieuses que les siennes. Que serez le monde sans The Master ? Ennuyant à souhait, pénible, voir mort en effet. Il adorait ça, mimant un geste pour mieux se délecter de cette odeur planante. Celle d’être une personne importante dans ce monde de moins que rien, celle d’animer un monde terriblement ennuyeux avec de nouvelles idées toujours plus tordues les unes que les autres. C’est décidé ! Jetant son journal volé par-dessus son épaule, celui-ci atterrissant dans la figure du type qu’il avait volé un peu plus tôt, il venait d’avoir une illumination. Une envie, un caprice ! Il avait envie de bouger, de faire le mal, de dépenser sa matière grise. Il en avait marre, il s’ennuyait, ce n’est jamais bon quand le maître s’ennuie. Surtout pour la survie de la population. Il caressait le doux rêve d’avoir l’arme suprême des Seigneur du temps dans ses mains. Une arme si dangereuse qu’elle les détruira. Oh oui ! OH OUI ! Il avait envie de détruire sa planète, quoi de mieux que d’accomplir lui-même la prophétie en poussant cette fameuse arme à bout ! Il allait entrer dans l’histoire ! Il allait devenir grandiose, l’univers connaîtra alors le nom du Maître et oubliera celui du Doctor ! Une pensée qui le fit presser le pas, rejoignant son entrepôt. Une espèce de laboratoire puant la mort et le cadavre en décomposition tel un hôpital abandonné. Il adorait ces lieux, ils l’inspiraient. « Il était temps de se mettre en action » pensait-il à voix forte. Pour commencer, un petit test pour cette ville. Une bombe chimique, tout le monde aime les bombes chimiques surtout quand elle vous pète aux nez. Pas n’importe quelle bombe. Une bombe impossible à stopper sauf ! … Pour les Seigneur du Temps. Du Gallifreyens en guise de système de désamorçage, ainsi il pourra voir si son confrère, son rival, son meilleur ennemi ! Est présent en ville. Il avait le chic pour l’arrêter quand il s’amusait, lui cassant son plaisir au passage, alors il allait tourner ceci à son avantage. Il se stoppa un instant, tournant autour de la console centrale du laboratoire en mimant un suspens dans le temps. Puis ses doigts avaient dessiné la mélodie du Lac des Cygnes de Tchaikovsky. Un peu de douceur avant de faire sauter la ville, ça n’a jamais fait de mal à personne. Ce qui donnait une drôle de vision quelque part. Une musique douce envahissant la pièce de ses mélodies et un mégalomane s’apprêtant à faire sauter une bombe chimique. Une journée normale et bien remplie dans le quotidien de The Master.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clara Oswald
traveling in time
avatar
traveling in time


∞ âge : 29 ans, à jamais.
∞ job : voyageuse dans le temps, institutrice.
∞ race : humaine immortelle.
∞ univers : doctor who.
∞ messages : 699
∞ avatar : jenna coleman.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageDim 27 Aoû - 13:58



« Bien je vous revois demain, n'oubliez pas de vous épancher sur le livre que je vous ai conseillé pour vous aider dans vos rédactions. » Un clin d'oeil complice à ses élèves aux sourires enfantins, élèves qui finissaient par quitter la salle après un dernier au revoir. Elle avait repris son boulot d’institutrice, un moyen de s'occuper le temps de retrouver l'univers, de comprendre les problèmes de son vaisseau. Elle en avait assez de tourner en rond, ce n'était pas elle, ainsi elle avait trouvée une place dans cette école, enseignant à ses élèves attentifs et qui aimaient son style légèrement décalé. Elle n'était sérieuse, ni même sévère mais savait faire preuve d'une certaine autorité qui lui était naturelle. Et puis, ses voyages s'esquissaient dans ses récits, sa classe devenait un univers peuplé d'autres civilisations, d'étoiles aux noms parfois étranges et imprononçables. Ils étaient fascinés et elle se souvenait, se rappelait, chérissait ces nombreux souvenirs qu'elle déguisait en histoires palpitantes, souvenirs auxquels elle se raccrochait. Rangeant un peu son bureau, elle s'installait derrière ce dernier, prenant soin de corriger quelques devoirs, un fin sourire glissant sur ses lèvres à la lecture de certaines copies face à cette imagination enfantine qui prenait le pas sur une réalité parfois bien trop sinistre. Les heures s'écoulaient avec rapidité, le temps filait entre ses doigts, derniers rayons du soleil qui s'épanouissaient à travers la baie vitrée, l'établissement devait être à présent vide, du moins était-elle sûrement l'une des rares personnes à rester dans l'antre de ce dernier. Finissant ce qu'elle avait à faire, elle rangeait quelques bouquins dans son sac, mettant de l'ordre sur son bureau avant que la bretelle du sac en bandoulière ne vint retrouver son épaule pour ensuite rejoindre le couloir, fermant la porte de la classe derrière elle, commençant à marcher le long du couloir, avant de se stopper net, fronçant les sourcils. Était-ce elle où avait-elle entendue du bruit provenant du l'étage inférieur ? Lentement, Clara se retournait, sans percevoir la moindre silhouette, mais un nouveau tintement attirait définitivement son attention. S'avançant vers le bout du couloir, elle glissait sa main dans son sac, serrant le tournevis sonique bricolé, qu'elle avait essayé d'arranger pour le rendre un peu plus performant, autant dire que ce n'était pas une réussite, mais au moins, celui-ci marchait un peu mieux que la version précédente. Dévalant les escaliers, elle arrivait au sous sol où se trouvait principalement le laboratoire et c'est de ce dernier que lui parvenait ces étranges tintements. Elle s'avançait avec précaution, coulant un regard par la porte avant d'arquer un sourcil. Elle vit une silhouette s'affairer parmi différents récipients, une silhouette qui effectuait des mouvements comme une danse sur une musique qui était pourtant inexistante. Sans réfléchir, elle pénétrait dans les lieux, sortant lentement le tournevis de son sac avant de se diriger plus franchement vers l'énergumène. « Hey vous là-bas ! » l'interpella t'-elle, le tournevis toujours coincé entre ses doigts avant de s'immobiliser  avec surprise devant l'homme qui s'était retourné. « ...Vous ? » Elle le connaissait pour avoir entrevu son visage dans la ligne temporelle du Docteur, le connaissait pour avoir côtoyer sa version féminine qui avait été un calvaire. Elle se mordait la lèvre, mais le défiait de son regard sombre, croisant lentement les bras contre son buste, le tournevis toujours ancré entre ses doigts fins. « Qu'est-ce que vous faites ici ? » Son ton était froid et ferme et ce malgré qu'elle était une humaine, face à un Seigneur du Temps dont la folie était des plus dangereuses, empli d'un certain sadisme, mais elle gardait son sang froid, endurcie par ces nombreuses années passées au côté du Docteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
The Master
alien
avatar
alien


∞ âge : On approche doucement du millénaire, 993 et des poussières ~
∞ job : criminel à plein temps, c'est tout un boulot, faut pas croire
∞ race : time lord please
∞ univers : doctor who, le machin avec la police box magique là 8D
∞ messages : 32
∞ avatar : john simm
∞ pseudo/prénom : shirosaki babe ♥

MessageVen 1 Sep - 14:41



C’était merveilleux, délicieux, exquis ! Cette odeur de fumée toxique qui se rependait dans l’air à la vitesse de la lumière. Rien que d’imaginer les visages grimaçant de douleurs en inhalant ce poison dont il était lui-même le concepteur de la recette. Une vieille recette silurienne, Master avait toujours eu quelque talent culinaire caché. Surtout quand il s’agissait de pourrir une population entière. Alors, combien de personne à table et au menu ce soir. Il ne faudrait pas que des convives soient oubliés pour le diner. Comme à son habitude, il s’était établit là où on l’attendait le moins. Un laboratoire certes prévus pour des élèves à la base, mais un petit voile de perception et pouf ! Voici un laboratoire sur-mesure pour apprenti-chimiste Gallifreyens en herbe. Son talent pour le déguisement et pour les feintes ne s’étaient pas ternies. Il avait même réussi à soudoyer la place du concierge de l’école pour piquer ce dont il avait besoin. Et accessoirement dans les cuisines. Est-ce que le plus grand tyran de cet univers se comportait comme un enfant ? Oui, mais c’était un psychopathe. Et que vois-t-on souvent dans les films d’horreurs ? Des enfants. C’est chère chérubins en train de ricaner dans un coin de porte pour vous faire dresser les cheveux de la nuque. Le mental de Master était ainsi en quelque sorte, un psychopathe enfantin qui aimait faire de sale blague. Aussi sale qu’une bombe chimique pour radier Sunset Valley et ses habitants. Courrez, courrez mes petits lapins, vous n’y échapperez pas. Le maître était en pleine conception, chérissant sa réalisation mortelle comme la prunelle de ses yeux alors que la musique rythmait ses gestes. Il était seul, il avait toujours été seul parce qu’il était mieux seul. Et puis, comme dit le bon vieux dicton : il vaut mieux être seul que mal accompagné. Parce que jusqu’ici, les compagnes n’ont pas été réellement à la hauteur de ses espérances. Que cela soit cette pauvre Lucy Saxon qui lui avait collé une balle en plein cœur que ce futur dépravée qui passait son temps à couiner. Et après, on s’étonne encore qu’il ne soit pas décidé à casser sa pipe. C’est que le Maître, le seul et l’unique, le véritable prince du mal, le Moriarty du Doctor n’était pas à son dernier coup d’état. Il allait démolir cette ville, persuadé qu’il allait sauver les habitants à sa manière. Petit test, lorsque des chaines vous entravent, que faites- vous ? Petit un, vous vous tortillez bêtement dans l’espoir que vos poignets perdre soudainement trente kilo pour vous délivrer. Petit deux, vous gardez votre calme et vous essayez un stratagème pour récupérer la clé. Et petit trois, vous prenez votre tournevis sonique et vous faites tout sauter. Master est amateur du petit trois. Plus simple, plus efficace, plus rapide et moins idiots que de se prendre pour un vers de terre à gesticuler. Tout était prêt, il n’y avait plus qu’à … Foutre dehors cette personne qui osait l’interrompre. Bras-levé vers le ciel tel un chef d’orchestre terminant sa partition, le blond délavé avait rebaissé lourdement son regard rempli de rancœur et de déception face à cette brunette et son tournevis bricolé. Oh, elle semblait le connaître. De quoi raviver sous sourire, son visage de nouveau tranché en deux pas celui-ci. « Moi. » fit-il simplement en guise de réponse au vous de la demoiselle. Une réponse remplie de sarcasme et de moquerie devant ce spectacle. Pourtant, la tradition veut qu’on accueille son invité comme il se doit, non ? Ce sont les règles de politesse qui l’exige. D’où le fait que Master avait tiré un tabouret de sous les tables de laboratoire, affichant cet air mesquin sur son visage. « Je vous retourne la question, on ne vous a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut. Vous n’êtes pas l’invité que j’attendais, mais on peut faire connaissance le temps que le décompte finisse, non ? Allez, dites-moi qui vous êtes ? Vous me connaissez, mais pas moi. Pourtant, votre visage m’est familier, vous aurais-je déjà menacé ? ». Sa petite moue, ce faux-air paternel et cette fine esquisse remplit de mensonge. Master se fichait bien de savoir qu’elle était son nom. Tout dépendrait de ce fils de connaissance et comment il pourrait l’exploiter. Car de toute évidence, pour avoir un engin sonique entre ses mains, elle était en lien soit avec les Seigneur du temps, soit avec son meilleur ennemi. Attention donc à ce que vous allez répondre~.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clara Oswald
traveling in time
avatar
traveling in time


∞ âge : 29 ans, à jamais.
∞ job : voyageuse dans le temps, institutrice.
∞ race : humaine immortelle.
∞ univers : doctor who.
∞ messages : 699
∞ avatar : jenna coleman.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageJeu 14 Sep - 20:35



Le Maître. Le Némésis du Docteur, un visage qu'elle avait entrevu dans sa ligne temporelle, sous différentes facettes dont elle connaissait assez bien la dernière de ses apparitions, celle qui se faisait appelée Missy, insupportable dans son attitude et tout aussi sadique. Elle ne connaissait pas très bien cette incarnation qui se tenait devant elle, mais nulle doute que les deux restaient similaires de caractère. C'était bien sa veine. De tout les seigneurs du temps, elle devait tombée sur le plus psychopathe d'entre tous. Clara se mordillait la lèvre inférieure, sans que son regard ne se détachait de celui de l'homme à la chevelure délavée. Un geste pour finir une partition invisible, un regard qui se posait sur elle et qui n'avait rien d'apaisant, ni même de rassurant. Il n'y avait que de la rancœur et une haine profonde envers l'intrus qu'elle représentait. Elle ne bougeait guère, ses doigts renforçant sa prise sur le tournevis sonique, son regard ne quittant celui du Timelord qui répondit à la suite de sa surprise de voir ce visage si inattendu, un sourire loin d'être amical s'installant sur les lèvres de l'homme qui se trouvait à seulement quelques pas d'elle. Si il y avait un soupçon d'inquiétude en elle, elle ne le montrait, Clara lui tenant tête. Il ne pouvait pas être pire que Missy, pas être pire que les Daleks, que la ligne temporelle du Docteur qu'elle n'avait eu cesse d'explorer et que ce corbeau qui s'était apprêté à la tuer avant l'intervention de son Docteur. Elle était parée à toutes éventualités, surtout en connaissant le personnage de part son incarnation féminine et par ces morceaux d'images qu'elle avait saisie, sur lesquelles elle avait jetée un simple regard avant de reprendre sa course dans l'éternel. Le Maître s'était redressé, tirant un tabouret de sous l'une des tables du laboratoire en une invitation silencieuse à prendre place sur ce dernier. Elle observait l'objet quelques secondes avant de reposer son regard sur son visage qui exhalait la mesquinerie. Elle ne bougeait pas, ne s'avançait vers lui, restant toujours figée, le tournevis toujours pointé en sa direction. Il parlait d'un ton presque paternel, familier, comme si ils étaient deux vieux amis qui se retrouvaient, aux souvenirs perdus du passé. Elle se crispait légèrement, avançant d'un unique pas, méfiante, sur ses gardes. « Ce n'est pas comme si vous étiez très discret. » fit-elle remarqué avec un léger sarcasme. Clara ne savait en réalité ce qu'elle devait faire à présent. Fuir n'était décidément pas une option et l'affronter encore moins au vu de ses capacités réduites, bien qu'en somme, elle ne risquait rien, protégée par cette immortalité forcée. Elle ne pouvait mourir vu qu'elle était déjà morte, du moins presque, pas encore tout à fait, mais cela viendrait bien un jour. « Vous attendiez le Docteur peut-être ? » Une nouvelle ironie, sachant qu'elle venait de dévoiler une partie d'elle-même, peu de gens connaissaient le Docteur si ce n'étaient ceux qui l'avaient côtoyés sommairement ou plus intensément, voyageant avec lui dans les confins de la galaxie. « Il ne viendra pas. Désolée de vous décevoir mais vous perdez votre temps. » Elle croisait à présent ses bras contre son buste, un air de défiance sur ses traits, le menton levé, ses doigts toujours enserrés contre la seule arme dont elle disposait et qui ne serait d'une grande utilité face à lui. « On s'est déjà croisé...Partiellement » Une énigme, elle ne mentionnait son voyage dans la ligne temporelle du Docteur, ne mentionnait cette importance qu'elle avait prise au vu de ces nombreux visages passés qu'à présent elle connaissait, même si elle ne les avait entrevus que d'infimes secondes. « Et je connais à mon grand regret votre prochaine incarnation. » Une légère grimace à peine perceptible sur ses lèvres à la mention de Missy. Elle taisait son nom et restait vague sur son lien avec le Docteur, un sourire ironique s'esquissant sur le recoin de sa lèvre. Non elle n'était pas amusée, loin de là, mais il était hors de question qu'elle puisse perdre de sa superbe devant lui. « Alors, c'est quoi votre prochain coup tordu Maître ? Pourquoi êtes-vous ici ? » Elle cherchait la raison d'un rapide coup d'oeil, elle sentait l'adrénaline montée en elle, sentait la tension et pressentait que la conversation ne serait aisée, mais il n'était guère pensable de le laisser mener à bien son plan diabolique. Elle ferait tout pour le stopper, quoi qu'il en coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
The Master
alien
avatar
alien


∞ âge : On approche doucement du millénaire, 993 et des poussières ~
∞ job : criminel à plein temps, c'est tout un boulot, faut pas croire
∞ race : time lord please
∞ univers : doctor who, le machin avec la police box magique là 8D
∞ messages : 32
∞ avatar : john simm
∞ pseudo/prénom : shirosaki babe ♥

MessageMer 4 Oct - 13:57



Difficile à dire, il ne semblait pas l’aimer. Et pourtant, le blond délavé continuait de sourire comme s’il était amusé. Il était amusé de ne pas l’aimer, c’est là toute la subtilité de son état. Il la trouvait bien arrogante pour une simple humaine. A moins qu’elle se cache derrière un filtre de perception comme ces pauvres lâches de Siluriens ou Saturniens. Mais, il en fit abstraction. A la place, il était curieux. Une curiosité dévorante, inquiétante et malsaine. Il s’en fichait pas mal de son petit sonique de pacotille, il en avait un bien mieux. Qui pouvait faire vieillir des gens en plus, trop cool ! D’ailleurs tiens, s’il la faisait vieillir ? S’il lui faisait ravaler sa fierté en la privant de son petit minois si attirant pour les fous ? Avec un tas de rides et des cheveux blancs, on fait tout de suite moins le malin, parole de Docteur ! #winkwink. Son tic excédé et intéressé le fit passer sa langue sur sa rangée de dent inférieure, ses lèvres toujours aussi courbés pour dessiner un sourire digne d’un certain joker roi de la criminalité. Lui ? Mesquin ? Non, juste un tout petit peu. Il n’avait pas aimé se faire interrompre, ce n’est pas pour autant qu’il allait oublier les règles de politesse. Politesse malsaine. Il ne se montrait courtois que par envie de se moquer d’elle, qu’elle ne se méprenne pas. Ce n’était pas une Timelady et quand on part dans cette logique, c’était une femme détestable qui ne valait pas mieux qu’un cobaye à ses yeux. The Master la regardait de haut, s’approchait d’elle sans lui répondre dans l’immédiat. Il avait tiré un tabouret, maintenant son regard avec sa petite moue mesquine. Savait-elle au moins dans quoi elle venait de mettre les pieds ? De toutes évidences non, sinon elle ne serait pas aussi crispée et tendue. Allez, elle n’en était peut-être pas consciente. Mais cela rester le maître du mal et, folle ou non, il n’allait pas faire de quartier. Surtout quand on le coupe dans un aussi bon morceau et un aussi bon moment. « Mais je fais tout pour qu’on me remarque très chère, vous croyez que je me donnerais cette peine sinon ? ». Si elle voulait jouer à ce concours, elle allait perdre. Ce n’était plus à refaire. The Master était un génie qui n’exploitait pas ses capacités intellectuelles hors du commun pour la bonne cause aux plus grands malheurs de son meilleur ennemi. Mais si prends la peine de creuser un peu, on peut se rendre compte que c’est plutôt sa malignité qui est excellente. Toujours dans la feinte, dans le déguisement et les coups-bas. Peut-être était-il en préparer un à son égard au moment même où il a remarqué sa présence. Elle assurait connaître le Docteur, suffisamment en tout cas pour savoir que c’était lui qu’il attendait de base. Le Maître n’avait pas ménagé sa surprise, mais avec une pointe d’agacement. Il ne l’aimait pas, elle l’excédait et pourtant, elle continuait. Non, elle ne le connaissait pas suffisamment apparemment pour savoir que mettre en colère ce le Moriarty du Doctor, ce n’est pas vraiment une bonne idée. Hors si cette attitude excédée lui fait faire des feintes. Mais là, il avait un morceau bien plus intéressant à écouter. Un bien joli appât à garder. Elle le connaissait, c’est bien ça ? Alors, pourquoi pas la garder avec lui et ainsi, lui donner une autre bonne raison de venir. Il s’en mordait la joue, laissant glisser la chair interne entre ses dents carnassières. « A la différence de vous, ma chère, je sais garder mes petits secrets. Vous devriez vraiment vous asseoir sur ce tabouret parce que je ne garantit pas que vous serez en capacité de rester sur vos jambes encore bien longtemps ». De nouveau, ce petit air hautain, ce petit sourire mesquin et ses yeux… N’en parlons même pas. Ils traduisaient tant de choses, à commencer par ses intentions. D’un geste vif, il avait sortis son sonique de sa poche, pointant ce dernier en direction de … Comment s’appelait-elle ? Impolie en plus. Bref ! Pointant ce dernier en direction de la brunette pour lui faire prendre soixante ans d’un coup et ainsi, réduire sa forme physique pour lui donner moins de chances de se sauver. Et si elle continuait, eh bien … On passera à cent-ans, plus deux-cents, etc … Jusqu’à ce qu’elle ne soit plus capable de parler. « C’est bien beau de dire me connaître, mais la moindre des choses, c’est de se présenter avant ! Et ne me parlez pas de cette immondice qui n’est rien d’autre qu’un déchet pleurnichant sa rédemption ! Je suis Le Maître ! L’autre n’est rien ! Et vous, vous êtes qui ?! ». Ouh ~, arrogant en plus. Un ton autoritaire, dictatorial avec néanmoins cette petite touche taquine. Oh oui, on était très loin du niveau de Missy, lui n’hésites en aucun cas à torturer pour avoir ce qu’il souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(clara) friend like me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Clara Deprez [Serdy]
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Sunset Valley :: Complexe scolaire-