Partagez | .
 

 - piece of technology (missy)

Samantha Carter
human
avatar
human


∞ âge : forty eight yo
∞ job : astrophysicienne, colonel de l'usaf
∞ race : humaine
∞ univers : stargate sg1
∞ messages : 63
∞ avatar : amanda tapping, the perfect one
∞ pseudo/prénom : ghost.writer (gw), manon

MessageLun 17 Juil - 23:43

✩ ✩ ✩ ✩ ✩
(missy&sam)


Sam lança un regard à l’officier chargé de l’accompagner jusqu’à la cellule. Il paraissait nerveux – ce devait donc être parmi ses débuts au sein de la zone 51. Elle observa son regard vriller dans sa direction avant qu’il ne se reprenne et, malgré elle, elle esquissa un sourire. Elle aurait pu avoir ces paroles rassurantes, lui dire qu’il finirait par s’habituer à traiter avec des extra-terrestres, à en côtoyer certains quotidiennement, même, et encore plus à devoir utiliser leur technologie. Elle n’en fit rien. Son regard bleu clair retourna se poser sur les portes de l’ascenseur à l’instant même où la secousse leur indiquait qu’ils étaient parvenus à l’étage souhaité. L’officier s’effaça pour la laisser passer et elle ne tarda pas à le dépasser, s’engageant dans le couloir sinistre. Un nouvel officier se chargea de l’escorter jusque dans le dernier couloir, devant la porte de la cellule. Il lui tendit le dossier au passage, celui-là même qu’elle avait rapidement feuilleté dans la salle de briefing avec son équipe et le Général Landry. Une affaire sérieuse, potentiellement dangereuse, même. Pour l’heure, le niveau de la menace était moyen et le but de sa visite était de déterminer si c’était plus que ça. La suspecte avait été retrouvé en possession d’une technologie goa’uld – un artéfact récemment découvert dont les caractéristiques n’étaient pas encore certaines mais qui, d’après les premières traductions de Jackson, avait été à l’origine de plus d’un massacre – et l’unité qui lui avait mis la main dessus craignait qu’elle ne soit en ces lieux dans l’espoir d’aider un goa’uld discret à prendre le pouvoir. SG1 avait repoussé l’idée – tous les grands maîtres avaient été anéantis grâce, eh bien, à eux – mais le Général, poussé par le Pentagone, avait insisté pour que l’un d’eux se rende sur place et infirme, ou le cas échant, confirme, la réalité de la menace. Sam avait été désignée. Le bénéfique d’être la scientifique de l’équipe, celle supposée connaître tout de la technologie extra-terrestre. Et, comme l’avait souligné Daniel, les miettes de naquadah dans son corps lui permettrait tout de suite de sentir sur Missy – car tel était le nom de la suspecte – avait un symbiote.

D’un signe de tête, elle ordonna à l’officier d’ouvrir la porte. Il s’exécuta et elle pénétra dans la pièce, attendant que la porte se fût refermée derrière elle pour s’avancer vers la table où se tenait déjà la prisonnière. Elle s’installa sur la chaise, le dossier posé devant elle. « Je suis le Colonel Samantha Carter, de l’US Air Force. » Un blanc. Les interrogatoires, ça n’avait jamais été sa partie préférée de son métier – elle se targuait de préférer l’action ou bien les recherches scientifiques plus que les séances de questions réponses. « Vous savez pourquoi vous êtes ici ? » Partir large, pour ensuite affiner les questions. La méthode de l’entonnoir. Basique mais efficace. D’abord découvrir ce que l’autre savait sur le programme Stargate et la technologie extra-terrestre. Sam allait devoir la jouer fine, elle en avait conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Missy
alien
avatar
alien


∞ âge : ~2800 ans (en apparence 51 ans)
∞ job : Voyageuse spatio-temporelle / Disc Jockey Professionnelle.
∞ race : Je suis une Dame du Temps (Seigneur du Temps), originaire de Gallifrey
∞ univers : Docteur Who
∞ messages : 101
∞ avatar : Michelle Gomez
∞ pseudo/prénom : Ansley

MessageMar 18 Juil - 23:23

ft. Missy

ft. Samantha Carter

「 Piece of technology 」



Tout est si calme dans mon TARDIS, le calme après la tempête.

Réparer mon vaisseau m’a pris énormément de temps, bien plus que je ne l’imaginais. Heureusement que j’ai pu compter sur son aide. L’instabilité du Dôme devient un véritable danger mortel même dans son propre chez-soi. Les tempêtes ici ne font pas semblant et j’ai pu voir plusieurs avant-goûts. Renforcer sa défense tout en évitant d’épuiser son énergie, ce fut ma priorité. Je suis une génie pour cela, j’ai réussi à trouver la parade au problème.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


J’arrive à la lisière de la forêt lorsque mon pied trébucha sur un objet. Poussant un léger juron, je me relève avec difficulté, je viens de me faire une vilaine entorse. Cela passera et ne nécessite pas une régénération de ma part. Regardant au bout de mon pied, j’entraperçois un triangle doré dépassant légèrement de la végétation. Attisant ma curiosité, je rampe dans sa direction.

Poussant les feuillages autour, je constate que cela ressemble à une pyramide. Je la déterre puis la prends dans ma main. Cet objet est de taille moyenne avec un poids plus lourd qu’il n’en a l’air. Je me relève non sans difficulté et l’observe attentivement. La technologie m’intrigue, car elle n’est pas d’origine terrienne. Nous connaissons toutes les civilisations de l’univers pourtant, celle-ci m’est totalement inconnue.

Sortant mon parapluie, je scanne cet objet pour tenter d’avoir des informations. D’après mes relever, ce serait un artefact. Je présume qu’il doit venir de l’univers, mais d’où, je n’en ai pas la moindre idée ! Et cela m’agace parce qu’en tant que Dame du Temps, je suis censée m’y connaître. En tout cas, cette technologie semble être beaucoup plus évoluée que celle des humains. Mais beaucoup moins que celle de notre race. Il va falloir compléter le puzzle.

Je pousse ma curiosité beaucoup plus loin, car il y a des inscriptions autour. Je me demande si mon TARDIS est capable de traduire. Théoriquement oui, nos vaisseaux sont normalement capables de le faire avec toutes les langues de l’univers à quelques exceptions près. Je prie pour que ce soit le cas, malheureusement celui-ci à des difficultés. Une partie des termes sont compréhensibles. Je pousse un juron, comment vais-je m’y prendre ?

Je me demande bien à quoi, il sert cet artefact et surtout que fait-il ici ! Je suis très enthousiasme et excitée. En tout cas, cette technologie ne vient pas des Daleks ce qui est une très bonne nouvelle. Ni de nos autres ennemis et dieu sait que nous en avons. Faisant un signe de la tête, je découvre une sorte d’ouverture. Reprenant mon tournevis sonique, je finis par l’ouvrir.

Une forte lueur s’en dégage, c’est … Magnifique. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant. Et pourtant, j’en ai vu des artefacts durant mes différents voyages dans l’univers. Quelques instants plus tard, des murmures se font entendre dans ma tête. Je ne comprends pas tout ce que l’on me dit. Malgré cela, les termes « Maîtres, Puissances et Armes ».

Est-ce qu’il cherche à communiquer avec moi ? A-t-il une conscience ? Tant de question qui me vienne à l’esprit et si peu de réponse. « Anack Kre Shell, ana Krak Shell'ta. Atohara ! Heb'Ney Narat'Nib'Nate. » Je répète à haute voix ce que je viens d’entendre, mon cerveau tente d’analyser les mots. Je suis prise alors d’une violente douleur à la tête, ça fait si mal. Presque aussi violente que lorsque Rassilon notre ancien Seigneur Président à amplifier le signal (les tambours dans ma tête) pour faire revenir les Seigneurs du Temps sur Terre. Cela me rappelle de très mauvais souvenir …

Je me rends compte que je n’étais pas seule. Que j’étais surveillée, car je vois des soldats sortent de nulle part arme dans ma direction. Je ne les ai jamais vus, ils sont différents des militaires que j’ai croisés par le passé avec mes différentes incarnations. Pourtant, je n’ai massacré personne ! Pourquoi ces fichus humains gâchent-ils toujours tout … Je désactive l’artefact en affichant une tête déçue. J’accroche mon parapluie à mon bras. J’entends alors l’un des soldats hurler :

« Rendez-vous Goa’uld ! Vous êtes cernées, posez ce que vous avez en main sur le sol. Doucement ! »

Fixant l’artefact du regard puis ces soldats un peu très zélés à mon goût, cela risque d’être compliqué. Le moindre faux pas de ma part et ils me tueront. Je peux survivre à un tir, cela provoquera ma régénération, mais si j’essuie un second en même temps. Je n’y survivrais pas. Et je ne pense pas que nous entre-tuer soit la solution.

« Hello Messieurs, Dames, mon nom est Missy Koschei. S’il vous plait Dame du Temps, non Goa’uld. Ne vous méprenez pas. » leur dis-je en étant ennuyée.

Je viens d’obtenir une information capitale, ce terme ne m’est pas totalement inconnu. Lors de mes différentes animations au Burlesque Lounge. J’ai entendu des hommes discuter par rapport à une race de l’univers portant ce nom. D’après les rares informations que j’ai pu obtenir, ils auraient menacé à plusieurs reprises la Terre. Or, je ne les ai jamais vu ! Je n’ai pas la moindre idée si cela est vrai ou non. Ce ne sont que des rumeurs …

Mais j’oublie un détail de très grande importance dans cette affaire. Ils ne sont pas de la même ligne temporelle que moi. Dans la mienne cette race n’existe tout simplement pas !

Me baissant lentement, je dépose devant moi sur le sol l’artefact tout en les surveillant du coin de l’œil. Ils semblent être très nerveux et mal à l’aise en ma présence. Le premier soldat qui se trouve en face de moi tremble comme une feuille. Je crois que ce sont des petits nouveaux, ils n’ont peut-être jamais vu d’autres races que les humains. J’entends toujours les voix et mon mal de crâne me fait terriblement souffrir. Et dire que j’étais libre depuis 1600 ans à ne plus rien entendre dans ma tête…

Les soldats m’ordonnent de m’agenouiller et de mettre mes bras derrière la tête. Je m’exécute sans poser de résistance. L’un des soldats me passe les menottes et se fige lorsqu’il me touche le poignet. Il dit en rigolant que je suis complètement gelée (la température corporelle d’un Seigneur du Temps est de 12°C) et que mes pulsations sont extrêmement rapides (170 pulsations par minute, normal j’ai deux cœurs). Il me fait la remarque que je suis répugnante, que je suis la honte de l’humanité et que je méritais qu’on m’exécute immédiatement. Ce jeune soldat très zélé vient de m’insulter.

Ce misérable humain vient de commettre sa dernière erreur, je ne vais pas laisser cela impuni. Il va apprendre à ces dépens à me respecter. Et quelques secondes plus tard, je le tue devant ses petits camardes grâce à la puissance de mon outil scientifique. Affichant un sourire stupide, je leur faire comprendre de se calmer et que c’était mérité. Pas sûr que cette remarque calme les esprits déjà bien agités.

« Nous ne rentrerons pas dans votre jeu Goa’uld, vous pouvez nous tuer. Nous ne nous inclinerons jamais. me disent-ils sur un ton méprisant.
- Je n’ai guère l’intention de tous vous tuer, uniquement ceux qui me manquent de respect. » leur explique-je avec agacement.

On me prend les deux bras et me force à avancer tout en me confisquant mon tournevis sonique. Je les suis et ne dis plus un seul mot durant tout le voyage. On finit par me bander les yeux pour ne pas que je reconnaisse le chemin. D’après les bruits et les sons qui m’entourent, je dirais que nous allons sous terre. Que nous prenons un ascenseur et que nous descendons plusieurs étages. On m’emmène dans ce qui semble être un couloir jusqu’à une porte. Une fois à l’intérieur, on m’assoit sur une chaise et me retire mon bandeau. Je me trouve dans une petite cellule avec une table, certainement une salle d’interrogatoire.

On me retire les menottes et on me laisse seule. J’observe attentivement la pièce et repère assez rapidement une caméra de surveillance. M’asseyant correctement sur cette chaise inconfortable, je sors de ma poche mon petit kit de maquillage. Me fixant dans le petit miroir, je prends mon rouge à lèvre fétiche et m’en remets. Je n’ai pas besoin de retoucher au reste, je suis très obsédée par ma féminité. Je le range et patiente de longues minutes.

Je me mets alors à chantonner comme j’ai l’habitude de le faire tout en tapotant le bout de ma botte contre la table. Je m’ennuie … Ce n’est vraiment pas drôle de me retrouver ici, mais les pièces du puzzle commencent à s’assembler. Et d’ailleurs, je pense que les réponses à mes questions ne vont pas tarder à venir. Quelqu’un entre dans la pièce, je cesse alors de faire l’idiote. C’est une femme militaire haut gradée d’après le nombre de médailles sur son costume.

« Je suis le Colonel Samantha Carter, de l’US Air Force. me dit-elle.
- Enchantée Colonel Samantha Carter. Je suis Missy Koschei. » répond-je.

Je dois appliquer (bien que ce soit difficile) ma promesse, faire le bien. Je l’observe dans ces magnifiques yeux bleus. Je fais mon possible pour rester calme malgré mes violentes migraines et ces voix que j’entends toujours. J'ai si mal, tellement mal. J'en ai presque des envie d'arracher ma belle chevelure frisée. Quand vont-elles cesser ? Pourvu que cela ne dure pas à nouveau toute ma vie ...

Je l’écoute donc, j’imagine qu’elle n’est pas là pour m’accueillir à bras ouverts.

« Vous savez pourquoi vous êtes ici ? me demanda-t-elle.
- Je crois que j’ai ma petite idée sur la question. Il semblerait que je sois accusée de la part de soldat un peu trop zélé d’être une Goa’uld. Ils sont inexpérimentés et ne semblent jamais avoir eu affaire à des espèces venant de l’univers. La réponse est non, je n’ai rien avoir avec eux. Je suis une Dame du Temps. C’est l’artefact n’est-ce pas ?  Cette technologie n’est pas terrestre … » lui dis-je avec un sourire sombre.

Je continue de la fixer droit dans les yeux, il me semble avoir trouvé la raison de ma présence ici. Ce n’est pas uniquement lié à ces Goa’ulds, mais également à cet artefact. Les deux sont sûrement reliés d’une façon ou d’une autre …

« Anack Kre Shell, ana Krak Shell'ta. Atohara ! Heb'Ney Narat'Nib'Nate. Avez-vous une idée de ce que cela signifie ? Je les entends ... Dans ma tête. » lui dis-je avec un ton désabusée.

Je me tiens la tête, c'est de plus en plus fort. Je me sens mal. Et pourtant, je ne dois pas perdre connaissance, parce que sinon, je risque de devenir un cobay. Et je risque de devoir répondre à des questions gênantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Carter
human
avatar
human


∞ âge : forty eight yo
∞ job : astrophysicienne, colonel de l'usaf
∞ race : humaine
∞ univers : stargate sg1
∞ messages : 63
∞ avatar : amanda tapping, the perfect one
∞ pseudo/prénom : ghost.writer (gw), manon

MessageHier à 17:05

La suspecte était courtoise, polie. Elle ne devait pourtant pas oublier l’objectif de sa mission et elle se contenta d’un signe de tête avant de s’installer, elle aussi. Elle nota tout de suite l’absence de naquadah dans le corps de l’interrogée – pas de symbiotes, donc, qu’il soit Tok’Ra ou Goa’Uld. C’était déjà une bonne chose même si ça n’excluait pas qu’elle fût encore une menace pour la Terre. Elle pouvait être une mercenaire, grassement payée par un quelconque alien désireux d’avoir l’équipe du Stargate Command à torturer. Ce ne serait guère la première fois. Sam, les mains posées sur le dossier fermé, l’observait. Attentive à un changement dans le regard, un tic, n’importe quoi qui pourrait la mener sur une piste. Mais il n’y avait rien qui venait trahir ce visage qui semblait en savoir beaucoup. La militaire conservait un visage neutre, même à l’évocation des Goa’Uld mais ne put empêcher un froncement de sourcil à la mention d’une espèce qui lui était encore inconnue. Dame du Temps. Elle garda l’expression dans un coin de sa tête, prête à s’y intéresser de plus près ultérieurement, lorsque la question première serait finalement élucidée. Il y eut un blanc – la mention de l’artéfact n’était pas surprenante. Et puisque l’autre semblait déjà bien au fait de l’existence d’autres peuples non-terrestres, qu’elle ait fait le lien ne l’était pas davantage. Toutefois, Sam conserva le silence. Elle savait que nier n’aurait servi à rien. Mais confirmer les propos sans savoir si elle pouvait, ou non, lui faire confiance était prématuré. L’esquisse d’un sourire effleura finalement ses lèvres et, alors qu’elle ouvrait la bouche pour enfin répondre, elle fut prise de court. Elle n’était pas linguiste – son langage à elle était les maths et les équations – mais elle aurait été capable de reconnaître cette langue. Du Goa’Uld. Sa méfiance qui, peu à peu, s’effondrait, revint d’un bloc. « Comment pourrai-je savoir si je peux vous faire confiance ? » La méfiance des jeunes officiers, elle pouvait la comprendre. Elle aussi avait débuté. Elle aussi, s’était montré un peu trop zélée à ses débuts. « Vous n’êtes, effectivement, pas une Goa’Uld. » La phrase était, avant tout, destiné à ses collègues et supérieurs qui observaient l’échange à travers les caméras. « Mais cela ne veut pas dire pour autant que vous n’êtes pas une menace, ou une ennemie. Vous avez tué l’un des nôtres. Ce n’est pas un crime que nous laissons facilement passer. »

La suspecte se prit la tête à deux mains, Sam se releva à moitié, penchée vers elle dans un réflexe. Son Goa’Uld n’était pas très bon. « Depuis quand l’entendez-vous ? » Mais la réponse, Sam la connaissait déjà. C’était l’artéfact. C’était forcément l’artéfact. « Je peux faire venir une équipe médicale si vous le souhaitez. Nous pouvons vous donner de la morphine pour atténuer la douleur. » Sa main droite était proche de celle de Missy. Prête à lui empoigner le bras. Une partie d’elle, son instinct, voulait faire confiance à cette femme dont elle ignorait pourtant tout. Elle éludait volontairement la question de la traduction – elle n’était pas celle à qui cette tâche incombait, en général et elle ne voulait toujours pas trop en dévoiler. Jamais trop en dévoiler. « Comment êtes-vous entré en possession de cet artéfact ? » Elle avait bien plus de questions qui se bousculaient derrière ses lèvres. Mais Sam les retenait toutes. Missy semblait mal en point – il était hors de question de la brusquer un peu davantage. Alors elle prenait sur elle, jetant de temps en temps un regard en direction de la caméra de surveillance. Un officier frappa à la porte et, lentement, elle s’éloigna pour lui ouvrir. Ils s’entretinrent un court instant – le temps pour elle de confirmer que cette Dame du Temps, peu importe ce que ça signifiait, n’était à priori pas une menace immédiate pour la Terre et de demander la venue d’un médecin pour s’assurer de l’état de santé de la prisonnière. C’était un ordre et le jeune officier ne fit pas mine de vouloir le discuter. La porte, Sam la refermait déjà et retournait auprès de Missy. « Un médecin va venir pour essayer d’apaiser la douleur. » Ni question, ni avertissement. Un fait. « Qu’est-ce qu’une Dame du Temps, exactement ? » Se renseigner sur le ton de la conversation. En attendant de pouvoir s’assurer qu’aucun parasite n’était derrière ces voix perceptibles ; en attendant d’être certaine qu’il ne s’agissait pas d’une expérience de Nirrti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

- piece of technology (missy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 457 One piece
» One piece 598
» One Piece 573
» Votre Opening One Piece préféré !
» Quelqu un, pour les intime Missy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Forest Lawn :: Police Department-