Partagez | .
 

 Une partie de chasse, ou d'émotion [Clary]

Jace Wayland
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 20 ans
∞ job : Chasseur
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 270
∞ avatar : Dominic Sherwood
∞ pseudo/prénom : Laure - Promesse

MessageLun 17 Juil - 10:09

Perdue. Dans sa tête, c'était un foutoir monstre. Dans ces sentiments, pire encore. Et cela n'était qu'à cause d'une unique personne. Nombre de fois, il avait pensé que sa haine pour Valentin, était à son comble. Quand il avait fais de lui un traitre à l'enclave. Quand ce dernier l'avait éloigné de Clary. Mais rien n'avait été aussi vorace que la haine, qu'il éprouvait aujourd'hui, à son encontre. Sa vie s'était émiettée, un peu plus, chaque jour. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Il avait l'impression de devoir reconstruire sa vie, à zéro. Sa vie, ou du moins, celle qu'il pensait connaître, n'avait été qu'un tissu de mensonge. Aujourd'hui, il n'avait aucune idée, de l'identité de ces parents. Et le monde obscure, voulait sans doute sa peau, pour avoir permis à Valentin de tuer bon nombre des leurs, en activant l'épée mortelle. Et à chaque fois que cette image revenait, sous ces paupières closes, la peine, et la rage, se confondait en lui. L'humiliation, aussi, d'avoir été berné par un être comme Valentin. D'être tombé dans son piège. Alors il s'était mis à éviter tous les shadowhunters. Tous, à l'exception d'Alec. Et peut-être Isabelle, aussi. Tous, même Clary. Il s'en voulait, de disparaître comme ça, à chaque fois, alors qu'elle avait sans doute besoin de lui, après ce qui s'était passé. Après tous ces événements. C'était aussi cruelle, parce que s'il l'évitait elle, c'est parce qu'elle était présente, à ces côtés, lorsqu'il avait attrapé l'épée de vérité. Parce qu'il l'avait, pour la détruire, oui, mais aussi pour protéger Clary. Parce qu'il ne voulait pas qu'elle ai une chose pareille sur la conscience. Alors, il préférait couper dialogue avec elle. Sachant très bien, qu'elle voudrait, à un moment de la discussion, parler de ça. Et valait mieux pas. De peur que cette discussion aggrave la situation déjà délicate. Elle savait, ne pas être sa soeur. Ce qui n'avait pas été une mince affaire. Et c'était la seule chose qu'elle avait besoin de savoir.

Rapatrier de force, la première décision de la nouvelle directrice, depuis qu'Aldertree avait été renvoyé, avait été de l'envoyer lui, en duo avec Clary, pour une mission en extérieur. Puisque les interrogatoires, de Valentin ne semblait pas avoir de résultats, il fallait se mettre à chercher la coupe, ainsi que l'épée mortelle, d'eux même. Et bien entendu, il avait fallu qu'elle choisisse Clary, pour son binôme. Il savait que Clary, ferait une bonne partenaire. Malgré son entrée récente, dans le monde de la nuit, elle se débrouillait très bien. Ce qui l'inquiétait un peu plus, c'est que maintenant, il n'allait avoir aucun échappatoire, pour fuir une quelconque discussion, qu'il n'aurait pas envie de mener. Vêtu d'un jean, et d'un simple polo gris, il avait attrapé son éternel épée, la seule arme avec laquelle il était habilité à combattre. Et il était prêt. Déjà en direction de la porte. Être un bon chasseur d'ombre, voulait aussi dire être capable de faire face à une mission, à n'importe quel moment. C'est à dire, ne pas avoir besoin de prendre trois heures, à se préparer. Et il savait que Clary était une bonne chasseur d'ombre. Elle serait donc prête dès maintenant. Par conséquence, il fit un arrêt, à sa chambre. La porte était entrouverte, ce qui lui enleva la peine de devoir frapper. Elle était assise là, sur son lit. Semblait pensive. A la regarder, ainsi, il se souvenait, ce qui l'avait attiré, chez la jeune femme. Ce qui l'avait rendu si particulière, à ces yeux. Et si, malgré son éloignement passager, la jeune rousse était toujours aussi importante pour lui, c'était aujourd'hui d'une manière bien différente. La douleur, qu'il avait ressenti, à la découverte que Clary était sa soeur, lui avait déchiré le coeur. L'avait détruit de l'intérieur. Jace avait toujours été élevé dans l'inconnu de l'amour. Il n'en avait jamais reçu. N'avait jamais appris à en donner. Et pourtant, avec Clary, il avait appris l'un, et l'autre. Et savoir que cela leur était inaccessible, avait brisé quelque chose en lui. Quelque chose qui, même aujourd'hui, qu'il savait cela un pur mensonge, faisait qu'il était incapable de revenir dans ces bras. D'éprouver à nouveau, pour elle, de l'amour, autre que fraternel. Amical. « Tu es prête ? On nous envoie en mission. Valentin ne semble pas très coopératif, il faut qu'on parte à la recherche de l'épée mortel nous même » Et il savait que si c'était dur pour lui, d'entendre parler de Valentin, c'était sans doute pire pour elle. « Tu vas bien ? » Ils devaient partir en mission, mais il n'allait pas l'entraîner là-dedans, si c'était pour qu'elle se fasse tuer, parce qu'elle n'avait pas la tête à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clary Fairchild
hunter
avatar
hunter


∞ âge : 18 ans
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 54
∞ avatar : Katherine Mcnamara
∞ pseudo/prénom : GraphicsEditions - Sabine

MessageLun 17 Juil - 19:16

Ruminer ? à quoi bon ? Depuis la bombe que Valentin nous avait envoyé à la figure toutes mes émotions s ‘étaient comme éteintes. Je ne ressentais plus rien, Isabelle avait bien tenté de m’apporter son soutien suite à la mort de maman mais je restais insensible. Les émotions nous empêchent d’être efficaces, je ne devais donc pas leur permettre de se répandre dans mon esprit, elles étaient cadenassées dans la cage de ma détermination. Valentin ? Il était enfermé dans l’une des cellules sous l’institut. J’étais descendue le voir et j’avais tenté de le faire parler c’est là qu’il avait dit mot pour mot :

« Jace ne t’as encore rien dit ? Il n’est pas ton frère Clarissa ! »

J’avais posé les yeux sur celui qu’aujourd’hui je nommais affectueusement – ou pas, pas toujours du moins « Blondinet » il avait hoché la tête brisant définitivement l’amour que je lui portais pour ne laisser qu’une tendresse fraternelle. J’étais incapable de m’imaginer à nouveau entrain de l’embrasser, dieu sait pourtant à quel point je l’avais aimé. Aldertree avait été renvoyé aux berquailles – pour notre plus grand plaisir, seulement l’inquisitrice Herondale n’était pas en reste pour nous rendre la vie quasiment impossible. C’est en partie pour cette raison que je m’étais isolée dans ma chambre pour lire loin de tout ce qui pouvait me rappeler ma rage et ma douleur tant que j’arrivais à me contrôler je tiendrais le coup. Ma mère me manquait mais je devais rester forte pour elle, pour sa mémoire. Jace arriva à ma porte et je sursautais lorsqu’il parla ne m’attendant pas à le voir débarquer. « Comme les scouts, toujours prête ! » répondis-je avec un rire feignant la joie. Le simple nom de Valentin fit bouillir le sang qui courait dans mes veines, mais je n’en montrais absolument rien, elle était loin la Clary qui pleurait sur son sort, très loin. Sa question me donna envie de le gifler mais je n’en fis rien, ce n’était pas lui la source de ma colère. « Oui je vais bien et toi ? » demandais-je d’un ton le plus doux possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jace Wayland
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 20 ans
∞ job : Chasseur
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 270
∞ avatar : Dominic Sherwood
∞ pseudo/prénom : Laure - Promesse

MessageMar 18 Juil - 10:40

Cette mission, était une mauvaise idée. Une très mauvaise idée. Il avait passé des journées entières, à fuir la rousse, parce qu'il ne souhaitait pas être victime de ces questions. Et voilà qu'il se retrouvait à devoir coopérer avec elle, pour plusieurs heures, sans pouvoir la fuir. En faite, lorsqu'il réfléchissait à sa stratégie, il se rendait compte qu'il aurait mieux fais de se rendre direct sur place, et d'inviter Clary à le rejoindre, d'un simple message. De cette façon, avec un peu de chance, ils seraient entrés direct, en action, et n'auraient pas eu d'occasion de discuter. Alors que là, à venir la chercher jusque dans sa chambre, il allait falloir occuper le trajet. Et il était presque sur de savoir de quelle manière Clary allait l'occuper. En parlant. Parce qu'elle aimait bien parler. En temps normal, ça ne le dérangeait pas plus que ca. Mais aujourd'hui, c'était une autre manière. Il savait bien, qu'à un moment, ou à un autre, il allait falloir qu'il règle ce froid, qui s'était créé entre eux. Mais beaucoup de chose, s'était mis entre eux. C'était acharné à les séparés. Le sang d'ange, qui coulait dans ces veines. Les créatures d'ombres, qu'il avait tué. La perte de la mère de Clary. Et désormais, cette vérité. Qu'ils n'étaient pas du même sang. Que Clary n'était pas sa soeur. Qu'il n'était donc pas son frère. Ils n'avaient pas vraiment eux l'occasion d'en rediscuter ensemble. Il ignorait, de quelle manière elle prenait cela. Si elle s'imaginait, revenir en arrière. Reprendre ce qu'ils avaient. Lui non. Et il ne voulait en aucun cas, lui faire du mal. Voilà pourquoi il l'évitait, depuis des jours, pour éviter toutes ces discussions.

Malgré l'air tendu, autour d'eux, son sourire était franc, à la réponse de Clary. Malgré toutes ces histoires, elle arrivait quand même à prendre cela, à la rigolade, lorsqu'elle pouvait en profiter. Et dieu ce que ça lui faisait du bien, de sourire. En faite, il se rendait compte, que c'était un geste, qu'il faisait que trop peu. Bien sur, ça lui arrivait. Mais des sourires, sincères, comme celui-ci, c'était assez rare. Et, dans la grande majorité des cas, ils s'étaient presque tous adressé à Clary. Parce que peu importe, ce qui la relier à elle. Que cela est pu être de l'amour sincère, et qu'aujourd'hui, il ne s'agisse plus que d'un amour fraternel. Peu importe cela. Il avait une tendresse à son égard, qui ne disparaîtrait pas. « Je fais avec, comme toujours » Et pourtant, aucun d'eux, n'allait bien. C'était visible, alors visage. A la mine triste, qu'ils arboraient, chacun pour des raisons différentes. Mais c'était toujours mieux, de prétendre l'inverse. Et durant un instant, son regard se porta sur les lèvres de la jeune femme. Pour se rendre compte que cette époque était vraiment révolu. Il ne désirait plus ces lèvres, comme ça avait pu être le cas. Sans doute avait-il été victime d'un phénomène étrange, qui poussait les gens à être attiré par ce qu'ils ne pouvaient avoir. Pendant des semaines, il n'avait pas pu avoir Clary. Cela lui était interdit, parce qu'elle était sa soeur. Et aujourd'hui, qu'ils auraient pu être ensemble, cela ne lui paraissait plus être la même chose. Il ne voulait plus de ça. « Let's go » Ils n'avaient pas de temps à perdre. Moins ils passeraient de temps ensemble, mieux se serait, pour eux deux. Il pivota sur ces talons, pour reprendre sa route, et quitter l'institut, avec cette horrible sensation de malaise, qui flottait entre eux. « Je suis désolé, Clary, si tu ne m'avais pas vu, ce soir là, rien de ça ne serait arrivé, ta mère serait peut-être encore à tes côtés. » Il faisait allusion, par là, à ce premier soir, où ils s'étaient croisé. Où elle s'était aperçu de sa présence, grâce à sa double vision, alors qu'il était caché au reste du monde humain. Il ne savait pas, ce qui lui prenait, de faire ces excuses, comme ça, mais cela lui semblait être le bon moment, pour placer des mots sur ça. Et tant qu'ils parlaient de cela, ils n'en venaient pas à Valentin, et à l'épée de vérité que Jace s'était saisi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clary Fairchild
hunter
avatar
hunter


∞ âge : 18 ans
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 54
∞ avatar : Katherine Mcnamara
∞ pseudo/prénom : GraphicsEditions - Sabine

MessageMar 18 Juil - 23:03

Nom de Dieu pourquoi était-il venu me chercher ? Il aurait pu m’envoyer un sms comme il avait l’habitude de le faire plutôt que de nous imposer une torture pareille ? Nous n’avions ni l’un ni l’autre envie de parler. À quoi bon ? à quoi bon parler de celui qui avait tout fait pour tuer ceux que nous aimons ? Pourquoi parler du fait que Jace m’avait caché qu’il savait que nous n’étions pas frères et sœurs ? Pourquoi parler de ce qui allait nous détruire tous les deux ? Les mots font bien trop de mal pour être prononcés et je ne voulais pas me mettre en colère contre lui, je ne voulais pas m’énerver tout court en fait. J’hochais simplement la tête à sa réponse à ma question, je voyais bien que comme moi, ce sourire cachait bien d’autres choses et que ni lui ni moi ne voulions en parler. Je glissais mon poignard séraphin dans la doublure de mon pantalon ainsi que mes dagues, des armes dont je ne me séparais plus depuis l’attaque de Valentin et de ses disciples contre notre cher institut. Ces armes étaient également une preuve que la petite fille capricieuse avait changé, déterminée à se battre seule. Cela faisait plusieurs semaines que je m’entrainais à les manier et autant dire que je n’étais pas encore très habile, mais je refusais de partir en mission sans elles, ces dagues étaient celles de feu ma mère, les avoir sur moi était comme l’avoir auprès de moi. Cette pensée était bien idiote ces deux dagues n’étaient pas la femme qui m’avait donné la vie, mais le cœur avait et aurait toujours ses raisons que la raison elle-même ignore. Je posais mon livre sur le lit enfin, poser, jeter rageusement serait un terme bien plus adéquat.

« Allons-y » répondis-je à son empressement, plus vite nous serions parti plus vite nous aurons retrouver les objets mortels- que je rêvais de réduire en poussière pour ne plus jamais voir la mort dans les yeux de personne innocentes, plus vite nous pourrions reprendre notre vie chacun de notre côté et casser la gueule à ce qui me serre de géniteur. Tuer Valentin était quelque chose qui nous démangeait à tous mais sous ordres de l’enclave tant qu’il ne parlait pas, il devait rester en vie. C’est sûr que c’est comme ça qu’il allait parler, il était loin d’être idiot cet homme.

Nous fûmes arrêtés en route par mon parabataï qui m’enlaça de force dans ses bras je ne pus m’empêcher de râler « Andrew j’ai du boulot lâche-moi ! » Il rit me lâchant et me murmurant qu’il était là au besoin et qu’il pouvait prendre la place de Jace s’il le fallait. Je lui répondis que ça irait qu’il ne devait pas s’inquiéter mais je savais que c’était trop lui demander, notre lien Parabataï nous reliait bien trop pour qu’il fasse semblant de ne pas savoir ce qui me vrillait les tripes. Il repartit vers sa chambre me laissant sortir du bâtiment avec le blondinet.

C’est à ce moment là que ce crétin se confondit en excuse non pas parce qu’il m’avait caché qu’il n’était pas mon frère, puisqu’il l’avait appris avant moi mais pour notre rencontre, comme si c’était sa faute. Sans avoir le temps d’en prendre conscience ma main claqua sur sa joue, manifestation physique des émotions qui me broyaient c’est sur un ton plein de rage que je lui répondis « Ne parle pas de ma mère comme si tu l’avais tuée de tes propres mains, la seule chose dont tu es coupable pauvre crétin, c’est de m’avoir caché que je n’étais pas ta sœur ! Maintenant tais-toi où je t’encastre dans le premier mur qu’on croisera ! » Ce n’était pas une menace en l’air, j’étais tellement en rage que j’aurais pu l’encastrer dans un mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jace Wayland
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 20 ans
∞ job : Chasseur
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 270
∞ avatar : Dominic Sherwood
∞ pseudo/prénom : Laure - Promesse

MessageSam 22 Juil - 23:42

C’était compliqué. C’était cela. Rien qui ne puisse mieux exprimer la galère de leur vie. Parce qu’il ne s’agissait pas juste de la sienne. Oui, la sienne e tait bordélique. Valentin n’était pas son père. C’était une bonne chose, mais ça ne l'aidait pas à comprendre. Ça ne l’aidait pas à savoir, d’où il venait. Son père, sa mère. C’était juste un flou total. Des questions auxquels il n’avait aucune réponse. Peut-être n’en aurait-il jamais. Peut-être devrait-il interroger Valentin ? Celui-ci semblait en savoir long sur lui. Mais Jace était loin de vouloir retomber, encore une fois, dans un de ces pièges. Et on ne pouvait jamais être certain de sa sincérité. Il avait bien essayé de se renseigner par lui-même, mais sans la moindre information, il n’avait pas été bien loin. Il n’existait pas la moindre trace d’un bébé enlevé, vingt ans plus tôt. Aucun parent qui n’avait porté réclamation. A croire que personne ne tenait à lui. Bien entendu, il savait, pouvoir compter sur Alec, et Isabelle. Mais c’était autre chose. Il avait cru, avoir une véritable famille, grâce à Clary. Une biologique. Et même si cela l’avait bouleversé a l’époque, parce qu’il éprouvait des sentiments bien différents pour la jeune femme, aujourd’hui il aurait aimé pouvoir compter là-dessus. Et au lieu de cela, leur relation s’était compliqué. Compliqué. C’était le mot de sa vie. Et il n’avait fais qu'empirer cela, en cachant la vérité a Clary. C’était lui, le responsable d’une telle situation. Et quand il essayait de se souvenir de ce qu’il avait pu ressentir pour la jeune rousse, c’était flou, lointain. Voir la jeune femme, lui serrait le cœur, mais pour une raison bien différente. Parce qu’il n’aimait pas cette distance qui s'était mis entre eux. Engouffré dans leur relation.


Il s’était détourné. Pour reprendre son chemin. Ça devenait dur. Son cœur débordait, de pouvoir la prendre dans ces bras. De pouvoir l’aider à passer au dessus de ça. Mais il ne voulait pas que son geste puisse être pris, pour ce qu’il n’était pas. Et c’était au dessus de ces forces. Quand il la voyait dans les bras de ce type. Ce n’était pas de la jalousie. Du moins pas celle qu’il ressentait, les premiers temps, après leurs séparation. Mais une pointe de jalousie piquait quand même son cœur. Il s’était battu pour cette femme. Par amour. Parce qu’elle avait été, durant un temps, sa sœur. Il aurait donné n’importe quoi, pour lui venir en aide. Et aujourd’hui, ils étaient comme des crétins, a, à peine s’adresser la parole. C’était ce qui piquait son cœur, d’une jalousie féroce. Que ce gars, puisse la prendre dans ces bras. Un geste qu’il n'osait plus avoir à son encontre. Il patientait, faisant apparaître son impatience. Il ne l’aimait pas beaucoup. Ça semblait réciproque. Et ça ne plaisait pas à Jace que ce type puisse avoir une quelconque influence sur leur relation. Quoi que, Jace doutait qu’il puisse faire en sorte que leur relation se dégrade plus encore. Sortir de l’institut, c’était devenu son but. Il avait comme l’impression que l’air ici, était un peu trop chargé. Mais ce ne fut pas mieux, une fois à l’extérieur. Il eu la stupide folie de s'excuser. De quoi ? De son existence ? Il ne pouvait pas vraiment la changer. Au fond, il s'excusait d’avoir débarquer dans sa vie, alors que cela n aurait pas changer grand-chose. Même s’ils ne s’étaient pas croiser, ce soir là, Valentin aurait quand même débarquer dans sa vie. Peut-être que sans cela, elle serait morte. Car sans cela, il n aurait pas débarquer chez elle, pour la sauver de l’attaque de ce démon. La gifle, il ne l’avait pas vu arriver. Et bordel, elle n’avait pas été douce. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle avait pris note de ces entraînements pour renforcer ces coups. Il porta sa main à sa joue, dans un geste inutile, pour essayer d'apaiser la douleur. « Tu as raison » Oui, elle avait raison. Et c’était dur à admettre pour le blond. Il avait merdé, mais ce mensonge – ou plutôt cette omission de vérité – était loin d’être la seule chose qu’il avait merdé. Elle s'était remise en marche. Mais il se rendait compte, qu’aussi loin puisse le mener son envie d’éviter cette discussion, ils en avaient besoin. Ils ne pouvaient pas rester comme deux idiots, à s'éviter jusqu'à la fin de leur jour. Ils se devaient de mettre les choses au clair. Avant que ça ne pose de véritable problème. « Clary, arrête-toi » Il attrapa son bras, dans l’espoir qu’elle ne mette pas sa menace a exécution. De toute façon, il était prévenu. Maintenant, il pourrait anticipé le coup. Et se protéger en conséquence. « Tu as raison, j’ai eu torts de te cacher la vérité. Je ne pouvais pas te le dire, parce que je ne voulais pas l’admettre. Je ne voulais pas que cela puisse être vrai. » Il s’arrêta, avec l’espoir que peut-être, elle puisse comprendre. « Je ne sais plus qui je suis. Je n’ai jamais eu la moindre famille. J’ai cru de toutes mes forces, que tu étais ma sœur. Je ne voulais pas croire, que tu ne puisses plus l'être. » Ces lèvres pinçaient, ces poings seraient, il refusait de céder à l’émotion. Il se l’était interdit toute sa vie. C’était ce que Valentin avait voulu faire de lui, en tuant son faucon. Le rendre insensible. Incapable de ressentir l’amour, ou une quelconque autre émotion. « J’ai été con » Oh oui, ca il n’avait été. Enfermé dans ces propres problèmes, il était passé à côté de bon nombre de choses importantes. « J’ai pas pensé à ce que toi, tu pouvais ressentir. » Il s’était éloigné de pas mal de chose. Juste à cause de ça. Sans se rendre compte que Clary aussi, avait perdu un frère. Son vrai frère. Jonathan. « Est-ce que tu l'as revu, depuis ? » Valentin bien entendu. Et sous entendu derrière cette question, est-ce qu’il lui avait donné davantage d’information, sur sa mère. Sur son frère. Il avait l’avantage d’avoir pu se déléguer d’un tel poids. Celui d’avoir un père comme Valentin. Malheureusement, elle, ne pouvait pas échapper à cela aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clary Fairchild
hunter
avatar
hunter


∞ âge : 18 ans
∞ race : Nephilim
∞ univers : Shadowhunters
∞ messages : 54
∞ avatar : Katherine Mcnamara
∞ pseudo/prénom : GraphicsEditions - Sabine

MessageDim 13 Aoû - 16:31

Mais qu'est-ce qui pouvait bien passer par la tête du blondinet ? Comment pouvait-il s'excuser d'exister, c'est comme si je demandais pardon à ma mère pour les contractions qu'elle a subi lors de ma naissance! C'était ridicule! C'est comme sa réaction face à l'accolade de Drew - accolade forcée d'ailleurs, ce que j'ai vu dans ses yeux avant qu'il ne se détourne ressemblait bel et bien à de la jalousie. Autant vous dire que ce comportement avait de quoi me rendre chèvre, il s'attendait à quoi Jace? Que je rampe à ses pieds en lui demandant de redevenir mon petit-ami? Et puis quoi encore. Je me rendis bien vite compte que la gifle n'avait pas fait descendre la pression bien loin de là même, j'étais furieuse!

Il dit que j'avais raison, mais ce simple aveu semblait être dur à avouer. Aurais-je touché à l'Ego surdimensionné de monsieur Wayland? C'était une possibilité mais je m'en foutais royalement, je n'avais aucune envie ni aucune raison de m'excuser. J'avais accumulé bien trop de colère pour faire attention à la sensibilité des autres. C'était fini la Clary qui se morfond, comme c'était fini la Clary qui veut plaire à tout le monde au point d'en devenir chiante. Je me remis en marche n'ayant aucune envie d'entendre d'autres âneries qui auraient menées à l’exécution de ma menace.

Jace m'arrêta en m'attrapant le bras que j'arrachais à sa prise, il voulait vraiment finir dans le mur celui-là. Je le regardais avant de me remettre en marche, le laissant parler seul. Je m'arrêtais à la fin de sa tirade avant de répondre d'un ton plus froid que colérique:

" Parce que tu n'as aucune famille? Alec, Max, Isabelle, Maryse, Robert? Ils ne sont pas ta famille peut-être? Les liens de sang ne sont pas important bordel JACE, sinon je ne serais pas encore occupée à dire que pour moi TU ES mon frère! Luke est le père qui m'a élevée, j'en ai rien a foutre de Valentin et de son fils devenu Démon, je ne veux rien savoir parce que j'ai déjà une famille! Et tu en fais partie s'péce d'idiot qui réfléchit pas ! C'est pas étonnant les blagues sur les blonds avec des gens comme toi."

La dernière phrase n'était qu'une boutade destinée à nous calmer tous les deux, je savais qu'il souffrait autant et même certainement bien plus quoi moi dans cette histoire et il était temps que l'on mette les cartes sur la table, qu'on dise ce qu'il y avait à dire:

" ça ne change rien que Valentin, ne soit pas ton père tu garde ta place de frère quand même et je suis sûre que ma mère t'aurais adopté si les Lightwood ne l'avaient pas déjà fait! Ce sont eux ta famille Jace ne l'oublie jamais. Tu ne seras jamais seul!"

Non il n'avait pas pensé à ce que je pouvais ressentir, mais je l'avais laissé s'éloigner et me fuir parce que je comprennais ce qu'il ressentait et que j'avais besoin qu'on me foute la paix pour être honnête:

" Le jour où je le reverrais se sera pour le tuer, pour tout ce qu'il a fait aux miens, et je ne parle pas uniquement de ma mère et Jonathan"

L'institut était ma famille il fallait qu'il se rentre ça dans le crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une partie de chasse, ou d'émotion [Clary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie de chasse entre amie [ Nuage Argentée ]
» une partie de chasse [PV]
» Partie de chasse entre amis [ PV Nuage Etoilé ]
» Une partie de chasse avant d'aller dormir
» Une bonne partie de chasse... [PV Coeur de Jais]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Allston-