Partagez | .
 

 can we surrender, deckerstar

Lucifer Morningstar
Angel
avatar
Angel


∞ âge : seem like he's 35, but he's an angel, he's as old as history
∞ job : detective's assistant and full-time kid
∞ race : fallen angel, ex-souverain des enfers et maître des démons
∞ univers : lucifer (série + comics)
∞ messages : 52
∞ avatar : tom ellis
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageVen 14 Juil - 23:13


i needed you to stay
but i left you drift away

Le message vient d’être laissé sur le répondeur. Il y promet la vérité, entière et sans omission. Il devrait s’en sentir soulagé – n’est-ce pas l’émotion supposé être ressentie quand on se débarrasse d’un poids, après tout – et pourtant, il a cette boule au fond de l’estomac. Une appréhension qu’il ne s’explique pas. Le téléphone glisse dans sa poche et il se dirige vers sa voiture. Un saut et il est derrière le voyage, la main sur la clé de contact. Est-ce qu’il prend la bonne décision ? Il n’en est pas certain. Les conséquences, il refuse de les imaginer. Linda a su accepter la vérité, accepter sa véritable condition, qu’il se répète sans cesse tandis qu’il s’engage sur la route. Chloe pourrait en faire autant. Il essaie de s’en persuader mais ce nœud ne quitte plus ses entrailles. Sa gorge s’assèche. Le pied sur la pédale de l’accélérateur, il augmente le volume de la radio pour laisser la musique l’imprégner. I can’t help but love you even though I try not to. Il fronce les sourcils aux paroles et préfère en changer. Du rock retentit alors, presque apaisant. Soundgarden – les petits frères de Kurt Cobain et de son groupe mythique, à peu de choses près. Ses doigts, rapidement entraînés par la mélodie, battent sur le volant. Le virage est serré, manque de le faire repérer par les patrouilles de police. Il jette un regard dans le rétroviseur. Rien. Tant mieux. C’est qu’il ne voudrait pas que quelque chose vienne gâcher cette précieuse soirée – il a eu son lot de mauvaises nouvelles pour l’année à venir. Et peut-être même les dix prochaines.

Lorsqu’enfin, il se gare devant chez la policière, il reste une seconde dans sa voiture. La lumière est allumée, il peut la voir à travers la fenêtre qui donne sur la cuisine. Un sourire se dessine sur ses lèvres sans qu’il ne s’en rende compte lorsque la silhouette de Chloe se détache, reconnaissable par sa posture et sa coiffure avant qu’elle ne disparaisse à nouveau. Il inspire, souffle. Linda l’a encouragé, persuadée que le detective saurait comprendre et accepter. Ne plus reculer. Ne plus faire marche arrière – car c’est mauvais pour tout le monde. Et pour aller de l’avant avec Chloe, il se doit de lui dévoiler la vérité. Il quitte la voiture et frappe à la porte. Il y a encore cette boule dans son estomac qu’il s’efforce d’ignorer. La porte s’ouvre. Il sourit. « May I come in ? » Mais il n’attend pas de réponse et se glisse dans la maison souplement. Ses pas le mènent jusqu’au milieu du couloir principal avant qu’il ne se retourne pour faire de nouveau face à la policière. La porte est de nouveau fermée – Chloe se tient entre lui et la sortie. Bien. Bien, bien, bien. Ça lui évite toute tentative de fuite. « Is your offspring here ? » Il lance quelques coups d’œil tout autour, mais il ne semble pas y avoir la moindre trace de l’enfant humain, pot-de-colle et vaguement attachante. Tant mieux. Une crise cardiaque à gérer lui suffit, il n’a pas besoin d’avoir, encore en plus, à essuyer les reproches ou le regard affreusement désapprobateur du mini-humain. Et maintenant qu’il est là, face à elle, loin de la sangsue humaine, il ne sait pas par où commencer. C’est l’histoire d’une vie, qu’il se doit de raconter. « I… I came to… Hm – See if you were okay. And apparently, you are. » Il avait eu peur, pour elle. Peur que Mom ne s’en prenne réellement à Chloe – il l’avait su prête à tout. « I really don’t know what I’ve said to your small human if something had happened to you. » Sa voix tremble. Ça ne lui est encore jamais arrivé. Il cherche ses mots mais sa gorge redevient sèche. « Don’t you have something we could drink ? » Célébrer leur nouvelle enquête, le départ de Mom. Une pensée lui traverse l’esprit – a-t-elle seulement écouté son message ? Dans le cas inverse, faire demi-tour est encore possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Decker
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 35 ans
∞ job : Détective
∞ race : Humaine, créée spécial pour Lucifer
∞ univers : Lucifer
∞ messages : 14
∞ avatar : Lauren German
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageSam 15 Juil - 15:37

Appuyée contre l'îlot de sa cuisine, son regard perdu dans le vide, la détective  essaie, se remémore, ces anciennes affaires, mais impossible de remonter au-delà de l'arrivée de Lucifer. En revanche, elle se rappelle l'exaspération, qu'elle avait ressenti, à devoir coopérer avec lui, travailler à ces côtés. Une exaspération qui n'a pas changé, même après toutes leurs mésaventures. C'est sans doute bien l'unique chose, qui n'a pas changée, à ce jour. Son ressenti, aussi bordèlique puisse-t-il être, a changé. Sa vision, sur son prétendu collègue, a changé. Son coeur qui bat, à chacune de leur rencontre, trahie son appréhension que cela dérape. Mais ce n'est pas une action imprévisible, à la Lucifer Morningstar, qui l'inquiète. C'est bien d'autres scénarios, que son intellect désire, mais qu'elle se refuse d'admettre. Cette impression de trahison – qui n'était pas qu'une impression, d'ailleurs – lorsqu'il avait disparu dans la nature, pire encore, lorsqu'il était revenu, marié, était toujours en travers de sa gorge, formant une boule douloureuse, à chaque fois qu'elle revenait à penser à ce souvenir. Elle s'était imaginée, à plusieurs reprises, pouvoir entreprendre, quelque chose, avec lui, et à chaque fois, la vérité lui était revenu, plus violente que jamais, à la figure. Et puis, ce message, sur son répondeur. Etrange, quelque peu alarmant. Sans savoir pourquoi, elle n'avait pas voulu répondre, lorsque son nom, s'était affiché sur son écran de portable. Une nouvelle enquête s'était terminée, et comme à chaque fois qu'elle collaborait avec Lucifer, elle avait cette impression que quelque chose lui échappait. Alors, elle avait eu besoin de prendre du recul, juste quelques heures, juste ce soir. Faire le tri. Mais en écoutant son message, elle avait compris qu'elle n'aurait pas cette occasion.

Quelques coups, donnés à la porte, et son coeur bondi. L'appréhension grimpe en flèche, face à la tournure que pourrait prendre cette soirée. Elle s'efforce d'avancer jusqu'à la porte, d'ouvrir, d'afficher un sourire. Son cœur bondi encore, malgré elle, lorsque le visage de Lucifer, apparaît dans l'encadrure de la porte. Et elle reste plantée là, sans savoir quoi dire. Quoi faire. Jusqu'à ce qu'il prenne la parole. Se décaler, pour le laisser entrer. Puis refermer la porte. Elle croise les bras, à défaut de trouver quoi faire d'autre. « Trixie est chez son père » Sa voix se veut plus dure que ce qu'elle imaginait. Peut-être à cause de  l'appréhension. Ou peut-être parce que sa relation avec Dan, n'est pas au beau fixe, ces derniers temps. Une série de mauvais choix, de ce dernier. Elle hésite a rejoindre son salon, mais reste immobile. Cela l'aide à gérer son impatience. Au contraire des paroles de Lucifer. Elle hausse un sourcil. N'est-ce qu'un prétexte. Une façon d'engager la discussion ? Allez savoir avec Lucifer. Il s'était réellement inquiété pour elle. Pourquoi ? Cette enquête, n'avait pas été bien différente des autres. Elle risquait sa vie tous les jours, dans un métier comme le sien. Alors pourquoi s'inquiéter qu'aujourd'hui ? Il s'était inquiété. Vraiment. Il avait eu peur. Et quelque part, cela réussi à la toucher. « Pourquoi êtes-vous là, Lucifer ? » Parce qu'il n'était sans doute pas là, juste pour prendre de ces nouvelles. Ils s'étaient quitté à peine quelques heures plus tôt, et, d'eux deux, c'était lui, qui avait semblé être étrange. Mais Lucifer était toujours étrange. Je veux tout vous dire. Elle se rappelait très bien ces mots, pour avoir écouter le message à plusieurs reprises. Essayant de comprendre s'il était saoule, ou non. Si c'était encore un mauvais tour, à la Lucifer. « A quoi est-ce que ça rime ? Votre message, votre présence ici ? » Elle l'admet, elle craint ces révélations. Elle craint, une nouvelle fuite, au bout du monde, comme s'est déjà arrivé. Elle craint, de ne pas le revoir, le lendemain, lorsqu'elle devrait travailler sur une nouvelle enquête. Avec un soupire, elle décrispe ses membres, passe à côté de lui, pour rejoindre le placard où est entreposé ces bouteilles. Le reste de celle de Dan. Car elle, n'est pas une grande amatrice d'alcool. Elle peut bien lui offrir un verre. Supporter son impatience, encore quelques minutes. Elle remplie deux verres, de la bouteille a moitié entamé, de whisky. « Est-ce que vous allez bien ? » Elle fronce les sourcils. Elle a l'habitude, de le trouver étrange. Son attitude est étrange. Mais là, c'est autre chose. Il semble agité. Soucieux. Peut-être même terrifié, un peu.



Combat le diable avec cette chose que l’on appelle l’amour. L'amitié est une religion sans dieu ni jugement dernier. sans diable non plus. une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. ▲ (Contact messagerie sur Paige, ici)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Morningstar
Angel
avatar
Angel


∞ âge : seem like he's 35, but he's an angel, he's as old as history
∞ job : detective's assistant and full-time kid
∞ race : fallen angel, ex-souverain des enfers et maître des démons
∞ univers : lucifer (série + comics)
∞ messages : 52
∞ avatar : tom ellis
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageSam 15 Juil - 21:46

Son prétexte, sa tentative pour lancer la conversation sur un ton badin tombe à l’eau. Le détective n’est pas d’humeur à tourner autour du pot – dommage, il l’est. A la place de le rassurer, au lieu de lui sourire et de planter son regard dans le sien comme elle le fait souvent lorsqu’elle cherche à le sonder, elle lui pose une question. A laquelle il n’a, il s’en rend compte, pas tellement de réponse. Il est là pour balancer la vérité. Pour lui montrer son visage – le vrai, celui qu’il ne laisse que les punis apercevoir, celui qui terrorise les mortels et inspire les peintres. Pour lui apprendre qu’elle, Chloe Decker, n’aurait jamais dû naître. Qu’elle n’est qu’un pion dans le jeu d’échec géant de Dad. Sa langue passe sur ses dents et il détourne le regard, nonchalant. Il plonge les mains dans les poches, prêt à s’enfoncer dans de nouvelles excuses qu’il s’est promit qu’il n’aurait plus. C’est moins facile qu’il ne l’aurait pensé. Elle peut s’en effrayer – se refermer. Le fuir. L’idée lui est intolérable. Il ne se l’explique pas, mais il refuse que Chloe se mette à avoir peur de lui. « Just told you, detective. I wanted to be sure you were okay. » Demi-sourire. Les mots, il ne parvient pas à les trouver. Elle ne le croit pas. Il peut le voir dans ses yeux – il a appris à déchiffrer son regard, les expressions contenues dans celui-ci. « Oh… So you did listen to it, after all. » Sa dernière échappatoire s’éloigne de lui. Elle attend des explications promises à une boîte vocale. Il ne répond pas tout de suite. Attend que les verres soient remplis, tendus. Il en attrape un avant de se détourner et de s’enfoncer vers le salon. Il hausse un sourcil en lui jetant un coup d’œil. « Me ? Of course I am. The Devil’s always fine, detective. » Même quand il y a cette palette d’émotions qui se succèdent au fond de lui, même lorsqu’il ne comprend plus ses propres réactions. Il avait prétexté Candy pour découvrir les plans finaux de Mom and Dad – pour s’éloigner aussi, ne plus être affecté. Pour l’éloigner, elle. Pas physiquement, mais émotionnellement. « But you should sit for what’s coming. Believe me, it might be a shock. » Il s’efforce de sourire mais le cœur n’y est pas. Pas vraiment, en tout cas. Lui-même s’installe dans un fauteuil solitaire, de sorte à pouvoir lui faire face. Il regard son verre, le liquide ambré. « Detective, I… I’m sorry. If I’ve hurt you. » Ça lui semble être un bon début. Il relève les yeux pour scruter le visage quasi-angélique de Chloe. Il y a une douce ironie qui s’installe – et qui lui blesse l’âme. « And I know you probably won’t believe me, once again, but please, remember that I’ve never lied to you and never will. » On peut l’accuser de tous les crimes, pas du mensonge. Il se damnerait lui-même plutôt que de mentir. Il inspire, pose son verre sur la table basse – c’est une mauvaise idée, mais il ne peut s’en empêcher – et il lui attrape les mains. Les serrer, ne serait-ce qu’une fraction de secondes. « I’ve never been married to Candy. She was, in fact, an actress I’ve paid so we would pretend to be married. I know it might be very confusing but I needed her to understand and discover what Charlotte was doing. » Ce n’est que le début des révélations. Le rideau n’est qu’à peine tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Decker
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 35 ans
∞ job : Détective
∞ race : Humaine, créée spécial pour Lucifer
∞ univers : Lucifer
∞ messages : 14
∞ avatar : Lauren German
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageLun 17 Juil - 13:26

Son incompréhension est à son paradoxe. Son message, elle l'a écoutée. Au moins une bonne dizaine de fois. Pour être certaine qu'elle ne rêvait pas. Elle n'avait pas pris sens, de cela. Ca semblait bordèlique, dans sa tête. Amenadiel, Maze, lui. Elle avait du mal à comprendre en quoi, ces révélations à lui, pouvait lier tous ces éléments. Et pourtant, elle était détective. Voilà que cette impression, de louper quelque chose, revenait en force. Peut-être que ces révélations, combleraient cette ignorance. Mais elle craignait que cela ne puisse être aussi simple. Elle craignait que cela achève toutes ces convictions. Elle avait toujours été bonne, pour lire les gens. Dans son métier, valait mieux l'être. Mais Lucifer était toujours resté un mystère. Peut-être est-ce cela, d'ailleurs, qui intriguait, attirait la détective. Qui lui permettait d'entrevoir – peut-être – un futur avec lui, parfois. Parce qu'elle avait besoin de cette once de surprise, dans sa vie. Et malgré ce mystère, toujours là, elle savait, aujourd'hui, que l'heure était grave. Elle pouvait le lire, sur les traits tirés, de son visage. Et elle ne croyait pas, à son prétexte. Peut-être parce que lui-même, ne croyait pas à cela. Il était venu là, dans un but précis. Un but qui lui avait révélé au téléphone, et ce n'était pas pour prendre de ces nouvelles. Ces bras se croisent sur sa poitrine. Elle ne croit pas un traitre mot, à ces paroles. « La véritable raison, de votre présence, Lucifer » Elle planta son regard dans le sien. Elle n'allait pas en démordre. Pas cette fois. Elle l'avait bon nombre de fois, laisser s'échapper. Cette fois, il ne s'en sortirait pas avec un de ces tours de passe-passe. « Oh… So you did listen to it, after all. » Elle hausse un sourcil. Pourquoi ne l'aurait-elle pas écouté ? C'était le principe. On laissait un message sur un répondeur, pour que le destinataire, l'écoute. Pour quoi d'autre, sinon ? Pas sur que ces mots réclament une véritable réponse, elle préfère garder le silence. Quittant sa place, qu'elle avait fixé près de la porte, elle s'active à leurs servir deux verres. Cette maigre activité, l'occupe pas plus de quelques minutes, mais l'empêche de secouer Lucifer comme un prunier, pour qu'il arrête de la tourmenter avec ce silence infernal.

The Devil's always fine. Voilà qu'il recommençait avec son histoire de diable. Elle n'avait jamais compris pourquoi, il tenait tant à cette image, qui lui semblait plus que dérisoire. Comme si le diable, pouvait exister.  L'enfer, à la limite, mais le diable ? Ce n'était qu'une histoire pour faire peur aux enfants. Et s'assurer qu'ils soient sage. Elle en doutait, très sincèrement. Qu'il aille bien, s'entend, puisqu'elle ne pensait pas cette histoire de diable, véritable. Il avait beau l'affirmer, quelque chose, dans son regard, était différent, changé. Son coeur fit un bond avec les nouvelles paroles de son coéquipier. Elle redoutait le pire « Vous me faites peur, Lucifer. Arrêtez donc de tourner autour du pot, et crachez le morceau » Elle allait être choquer. Elle redoutait vraiment ce qui allait suivre. Et si elle aurait préférer resté debout, pour encaisser la vérité qui allait arriver, elle fini par écouter sa recommandation, et prendre place, dans son canapé, en face de lui. La seule table basse, entre eux. Elle ne comprend pas, où Lucifer souhaite en venir. Elle n'arrive même pas à donner un sens, à ces paroles. A quoi fait-il allusion ? Elle n'en sait rien. Il faut dire que ces paroles, sont assez vague. Ce qui ne l'aide pas à comprendre.  « And I know you probably won’t believe me, once again, but please, remember that I’ve never lied to you and never will. » Elle restait muette. Allait-il recommencer, avec ces histoires, qui n'avait pas de sens ?Ces allusion, sans queue, ni tête ? Lui avait-il jamais vraiment menti ? Elle n'en savait rien. Cela lui aurait fais remonté loin, dans ces souvenirs, et elle n'en avait pas le courage, pas ce soir. Les mains de Lucifer, attrape les siennes. Et, un peu, juste un peu, cela apaise ces craintes. Diminue le rythme des battements de son coeur. Ce geste la rassure. Peu importe, ce qu'il avait à lui dire, il serait là, pour l'aider à encaisser le coup. Il ne comptait pas s'enfuir. Du moins, c'était l'impression qu'il lui donnait, dans l'absolu. I’ve never been married to Candy. La sentence tombe, et elle est lourde. Elle ne s'était pas attendu à cela. Et si, dans un premier temps, cette déclaration gonfle son coeur, de tendresse, lui rappelle, qu'elle avait un jour, cru en lui, en eux, pour un avenir heureux, son second ressenti est bien moins cool. La trahison, qu'elle avait ressenti, lorsqu'elle avait appris Lucifer, marié, lui revient en pleine figure. Et pourquoi, avait-elle ressenti cette douleur, cette trahison ? Pour rien. Parce que cela n'avait été qu'une supercherie. Comme beaucoup de chose que faisait Lucifer, en faite. Dans un geste délicat, elle retire ces mains des siennes. Délicat, mais pas moins empli d'un véritable sens. Elle avait ressenti la trahison. Elle avait eu un moment de joie, d'apprendre que Lucifer n'avait jamais été marié. Mais cela avait été que quelques secondes, à peine. Avant que la trahison ne s'abatte à nouveau sur elle. L'alcool n'était pas un remède, elle savait, mais là, elle allait en avoir besoin, parce qu'elle avait comme l'impression qu'il était loin d'en avoir fini. Une gorgée, puis deux. L'effet n'est pas immédiat, qu'avec un peu de chance, quand cette discussion sera fini, elle aura la tête un peu trop embrumée, pour réfléchir à cela, avant le lendemain matin, à tête reposée. « N'ai-je donc été qu'un pion, dans votre interminable jeu avec Charlotte ? » Elle n'était pas certaine de vouloir avoir une réponse. La crainte qu'elle n'ai, en effet, été qu'un pion, dans toute cette histoire, formait une boule, qui lui nouait la gorge. Elle avait tellement de ressenti en elle, qu'elle ne savait même pas lequel elle devait faire ressortir en premier. Elle n'était entouré que d'homme, qui n'avaient fais que la trahir, pour Charlotte. D'abord Dan, en trouvant le moyen de finir dans son lit – elle avait encore du mal à croire à une telle chose – et maintenant, Lucifer. Elle avait déjà cru que la relation entre Lucifer, et Charlotte, avait entravé le procès sur l'assassin de son père. Cela n'était qu'un coup de massue finale. « Je vous faisais confiance, Lucifer. Je vous ai intégré à mon équipe, alors que vous avez failli mettre plus d'une enquête à l'eau. Vous n'avez fais que me trahir, pour votre intérêt personnel » Elle s'était relevé. Il avait bien fais de la faire asseoir, pour encaisser une telle révélation. Mais maintenant, elle avait besoin d'être debout, pour évacuer sa rage. Pour fuir l'espace chaleureux qu'il créait toujours autour de lui. Elle ne voulait pas avoir la faiblesse de lui pardonner une telle attitude, dans la minute.



Combat le diable avec cette chose que l’on appelle l’amour. L'amitié est une religion sans dieu ni jugement dernier. sans diable non plus. une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. ▲ (Contact messagerie sur Paige, ici)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Morningstar
Angel
avatar
Angel


∞ âge : seem like he's 35, but he's an angel, he's as old as history
∞ job : detective's assistant and full-time kid
∞ race : fallen angel, ex-souverain des enfers et maître des démons
∞ univers : lucifer (série + comics)
∞ messages : 52
∞ avatar : tom ellis
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageVen 21 Juil - 14:59

Le silence qui s’empare du couloir est long. Pesant. Chargé d’électricité et de non-dit. Il les enveloppe, se fait collant. Insupportable. Etouffant. Il garde les lèvres pincées, Lucifer, attendant que la jeune femme bouge la première, qu’elle aille leur remplir les verres réclamés. Ça lui laisse le temps de souffler, d’essayer de trouver le début du fil. Et ses yeux, sur elle. Incapables de se détourner de son visage. Incapables de la quitter du regard. Elle, cette humaine qui n’aurait pas dû être. Elle, cette humaine capable d’affaiblir le Diable lui-même. Il retrouve un ton plus léger, un fin sourire, mais le cœur n’y est pas – et ne dupe pas la flic qu’elle est. Il ferme les yeux, se détourne un quart de seconde pour soupirer. Ils y sont. Il ne peut plus se défier, ni se détourner. Il attend tout de même qu’elle se soit assise, l’imite comme un miroir. Dépose son verre. Et parle. Ses premiers mots mettent du temps à sortir. Ils ne veulent pas franchir ses lèvres, refusent d’aller plus loin. Il les force et ils se déploient dans l’air. Parfois, il s’arrête. Le temps d’une respiration, jamais davantage. Le temps de scruter le visage de Chloe. Le temps d’appréhender son appréhension. Et puis, le silence. Toujours lui. Il revient, tourment et désagréable. Chloe se lève, Lucifer la suit des yeux. Mais sa réaction, il ne la comprend pas. « Wh—What ? No, of course not ! » Mais il peut voir dans son regard qu’elle ne le croit pas. Les mots lui manquent, il secoue la tête, fronce les sourcils. Comment Chloe peut-être croire ça ? Comment peut-elle le comparer à Dad, même indirectement ? Et puis, les mots tombent. Couperet, épée de Damoclès. Intérêt personnel. Elle ne comprend pas. Elle ne comprend pas que ce n’est pas pour lui qu’il a fait tout ça ; elle ne comprend pas que s’il s’est éloigné, c’était pour elle. Uniquement pour elle. Pour son bien, sa santé. La protéger. « That’s not what it is. » Sa voix s’est durcit, malgré lui. Il lève de nouveau le regard vers elle, lui toujours assis. « I’ve never meant to use you, detective. But you don’t know Charlotte as I do, you don’t know what she was capable of. I had to do something so she’d finally leave. » Il se lève, à son tour, mais n’esquisse aucun geste pour se rapprocher de la jeune femme. « Detective, you… You have to believe me. Charlotte was evil, she’d have done anything to get back to Heaven, including hurting… » Il se tait soudain. Il a la gorge qui se serre, le cœur qui palpite. « You, » finit-il dans un souffle. « I’ve told you the truth from the very beginning you chose not to believe me. I am the Devil, detective. Son of God and His wife, used to be an angel but get tired of being used by Dear Old Dad so he sent to Hell, make me the Devil one and all that shit you human believe in. » Il y a la colère dans sa voix. Elle gronde. Il gronde. Il sait ses muscles tendus, ses poings fermés. Il sait la colère là, prête à éclater pour de bon. « But that’s not the worst part. » Sa voix retombe. Il n’en peut plus. N’en veut plus. « He created you. He made my brother Amenadiel bless your mother so could have a child – you. You’re not supposed to be. Yes, you’re a pawn. But not to me, to Him. You’re part of His plan, anything you feel is not real. » Sa voix se brise. Il détourne le regard. La déception, encore. Il se rappelle du choc quand Mom lui a avoué la vérité. Il se souvient de sa joie à l’idée que Chloe et lui aient pu être quelque chose de vrai, d’authentique. Et de la douleur en découvrant que ça ne l’était pas. La douleur en comprenant que rien n’aurait jamais pu être réel. « It wasn’t real, Chloe. » Et la douleur, elle, est toujours là. Bien réelle pour lui. Trop vive, trop présente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Decker
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 35 ans
∞ job : Détective
∞ race : Humaine, créée spécial pour Lucifer
∞ univers : Lucifer
∞ messages : 14
∞ avatar : Lauren German
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageMar 5 Sep - 17:41

Ces mots, elle ne les comprend pas. C'est flou. Peut-être beaucoup à digérer d'un coup. Toutes ces choses, qu'il lui balance comme ça. Rien n'avait jamais été claire avec Lucifer. Des sous entendu, des vérités révélées à demi mots. L'incompréhension, pour la grande majorité du temps. C'est complexe. Il est complexe. Et Chloe se prend la tête, s'arrache les cheveux, à essayer de faire le lien. Mais ce soir.. Ce soir, après son message, la vérité, elle l'a voulait. Sans non dit, sans mensonge. Juste la vérité. Et la vérité, il lui déballe, comme un papier cadeau. Mais ca va vite. Ca s'enchaîne, et la détective n'a pas le temps d'avaler. La colère gronde. La colère, ou la déception. C'est un souc sans nom. Ca n'a toujours été qu'un jeu. C'est la leçon qu'elle retiendra. Ca n'a pas marché avec Dan, pourquoi s'acharne-t-elle à vouloir réessayer avec un autre ? Elle n'avait été qu'un jeu, qu'un pion. La douleur est telle, au fond de son cœur, que le besoin de s'éloigner est vital. Sa rage ne demande qu'à sortir, s'évacuer. Elle se mord la lèvre, s'empêchant de crier toute sa haine, de déverser toute sa colère sur lui. Son cœur est lourd, De tous les sentiments refoulés à son égard. De la confiance qu'elle avait fini par lui offrir, et qui venait de se briser. Une justification. Ce n'est que ça, à ces yeux. Des mots de plus, pour justifier ces actes. Est-ce assez, pour que la détective tire un trait sur cette histoire ? Non. La trahison qui lui noue l'estomac, elle ne peut pas la pardonner comme ça. « Mais c'est ce que vous avez fais, vous m'avez utilisé, Lucifer » Les mots peinent à sortir, alors qu'elle émet la vérité à voix haute. Charlotte, sa seule défense. La détective ne comprend pas. Est-ce que leur relation n'a tourné qu'autour de cette seule personne ? N'existe-t-il qu'elle ? Même lorsqu'elle semble sortie de leur vie, son souvenir réapparait au galop. Et Chloe, elle ne supportait plus cela. Plus d'une fois, elle s'était demandé ce qui reliait Lucifer, à Charlotte. Elle s'était interroger, n'avait jamais compris. Elle s'était même résigné, pensant que ce qui les liait, était sans doute plus forte que ce qui la liait à elle. Elle s'était résigné, à lui laisser le mystère qu'était Lucifer. Mais ce dernier lui avait assuré que Charlotte n'était pas une menace. Qu'il n'existait rien entre eux. Rien qu'il pouvait avoir eu avec toutes ces autres amantes. Au fond, ce n'était qu'une fille en moins, sur une liste déjà longue. Et toute cette agitation, dans ces pensées, font montées les larmes. Elle les empêche de couler. Mais elles sont là, au bord des yeux, prêtes à créer une avalanche à la gouttes qui ferait déborder le vase. « Vous ne comprenez pas, j'aurais miles fois préférer que cette femme me blesse.. que vous » Elle n'avait pas voulu lâcher cela, mais l'émotion l'avait emporté, alors qu'elle s'était retournée vers son pseudo collègue, qui, à partir d'aujourd'hui, ne le serait sans doute plus. La détective se voyait mal continuer à travail avec lui, après ça. Elle souffrait, de ce qu'elle voyait comme une trahison, et ne savait plus sur qui déverser sa colère. Il était le seul, dans la pièce. Le seul en dehors d'elle. Le seul sur qui elle pouvait crier, hurler. Et le voilà reparti, dans ces histoires. Diable, ange. Elle n'est toujours pas décidé à le croire. Toutes ces histoires sont invraissemble, relève de l'incompréhension, mais pas des dieux. S'arrête à des légendes. « Ne recommencez pas avec ça, Lucifer » Elle n'abandonnerait pas ces croyances, sa réalité, pour des bêtises comme celle-là. « Vous n'êtes rien de plus qu'un homme, comme n'importe qui » Un homme qui aime se perdre dans des histoires folles, fantastiques. S'inventer un monde. Et alors qu'il reprend, elle a l'impression que ces jambes ne tiendront pas. Pire ? Elle n'est pas sur de pouvoir encaisser. De pouvoir en supporter plus. Elle souhaiterait le mettre à la porte, avant qu'il ouvre à nouveau la bouche. Mais elle s'en sent incapable. Incapable de faire le moindre pas, sans que ces jambes ne se dérobent. Incapable de le foutre à la porte. Et ces mots.. Ces mots, c'est trop. Trop pour elle. Trop pour l'humaine qu'elle semble être, dans ce monde plus grand qu'elle ne l'imagine. Elle n'est pas réelle ? Comment ne pourrait-elle pas l'être alors qu'elle se tient face à lui ? Bien vivante. Sa bouche reste entrouverte, signe qu'aucun mot ne semble vouloir sortir, pour s'injurier. Signe que seul le choc réside. Elle retombe dans le fauteuil. Relâche la pression de ces jambes. Elle ne comprend pas. Ne pense pas pouvoir comprendre. Que des êtres supérieurs puissent décidés ainsi, de la destinée du monde. C'est au dessus de ce qu'elle peut imaginer. Lorsqu'elle porte son regard sur lui, elle se rappelle, son ressenti, à son égard. Ces excuses, pour repousser ces avances, chacune d'entre elles. Et puis, peu à peu, son charme, ces taquineries, sa personnalité, qui avait fais chavirer son cœur. Lorsqu'elle le regarde, elle se rappelle pourquoi son cœur bat la chamade, en sa présence. Et il voudrait lui faire croire que ce n'est pas réel ? Son regard, perdu dans le vide, les mots s'échappent de ses lèvres. « Qui peut nous dire, ce qui est réel, ou non ? » Pourquoi serait-ce elle, qui ne serait pas réelle ? Pour elle, toutes ces histoires, ne sont pas réelles, elle, elle l'est. Alors que Lucifer, semble dire, même penser le contraire. Elle ne sait plus quoi penser. Quoi ressentir. Elle aimerait faire taire la colère, la rancœur, la déception, qu'elle peut avoir à son égard, mais elle ne peut pas. Elle aimerait faire taire son cœur, aussi, mais ça non plus, elle ne peut pas. La facilité, elle ne peut pas l'avoir. Elle est obligé de faire face à la situation, peu importe que cela mette son cœur en lambeau. « Vous ne pouvez pas rester ici » Elle prend le courage d'enfin relever les yeux vers lui. Elle n'a pas envie de le chasser, mais n'est pas certaine d'avoir envie qu'il reste non plus. Elle ne s'est plus où se positionner, quoi penser. Elle a besoin de faire le point, et ne pourra pas y parvenir tant qu'il sera là.



Combat le diable avec cette chose que l’on appelle l’amour. L'amitié est une religion sans dieu ni jugement dernier. sans diable non plus. une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. ▲ (Contact messagerie sur Paige, ici)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Morningstar
Angel
avatar
Angel


∞ âge : seem like he's 35, but he's an angel, he's as old as history
∞ job : detective's assistant and full-time kid
∞ race : fallen angel, ex-souverain des enfers et maître des démons
∞ univers : lucifer (série + comics)
∞ messages : 52
∞ avatar : tom ellis
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageMer 6 Sep - 20:50

Il renie l’accusation de Chloe. Non, c’est faux. Non, elle se trompe. Non, elle ne comprend pas. Il tente de s’expliquer, de lui faire comprendre qu’il n’y est pour rien – que c’est Charlotte qui l’a poussé à agir ainsi, elle refuse. Lucifer, il est désemparé. Il soupire, essaie de trouver quelque chose qui puisse la faire le croire, ne serait-ce qu’un petit peu. Il la regarde, et il voit la douleur sur son visage. Et lui aussi, il a mal. Pas comme la douleur de la gifle qu’elle lui a balancée, pas comme la douleur de la fois où elle lui a tiré dessus, pas comme la douleur de quand il a manqué de mourir – ni même celle de quand il est mort. Celle-ci, elle ne saigne pas. Celle-ci, elle est interne. Et ça le dérange, parce que le Diable n’est pas supposé être blessé, encore moins de l’intérieur. Elle est pourtant celle qui, toujours, lui parle de confiance et là, elle est celle qui ne le croit pas. « You don’t trust me, Detective. » Et le constat, il est amer dans sa bouche. Mais c’est sûrement mieux ainsi – non, c’est mieux ainsi, en réalité. C’est ce qu’il a souhaité, en partant. C’est qu’il voulait, quand il est revenu avec Candy. Briser cette confiance pour l’éloigner. La protéger. Mais, maintenant qu’il y est parvenu, Lucifer se rend compte une nouvelle fois qu’il ne peut pas simplement tourner les talons. Qu’il ne peut pas juste fuir et la laisser partir. Il baisse la tête, sans mot. Il ne veut pas s’éloigner de Chloe. Même en sachant la vérité, même en le souhaitant. Ce serait plus simple, s’il le pouvait. Juste tourner les talons et rester loin d’elle – envoyer Dad se faire foutre une nouvelle fois. Mais quand elle n’est plus là, il n’aime pas ça. Il ne dit rien, Lucifer, parce qu’il sait que ses mots ne suffiront plus pour convaincre Chloe. Il ne l’a pas utilisé, il n’est pas comme ça. Il pensait qu’elle le savait – il s’est trompé. Ça aussi, c’est amer. Elle reprend et il relève la tête. Il voit les larmes au bord de ses yeux. Ses traits se tirent. Sa douleur à lui augmente. C’est gênant – perturbant, même. « What ? Why ? Why would you want Charlotte to hurt you ? I – I couldn’t see her hurt you. I didn’t want her to ever hurt you, Chloe. » Ça non plus, elle ne semble pas le comprendre. Elle a peut-être été créée pour lui, elle ne ressent peut-être pas de véritables sentiments mais lui, il sait que c’est réel, pour lui. Elle ne sait pas qu’il a passé un pacte avec son Père pour la sauver face à Malcolm ; elle ignore qu’il a travers l’Enfer pour trouver un antidote quand elle a été empoisonnée ; ignore aussi qu’il a tué son frère, son petit frère, pour la protéger, elle. Elle ne sait rien de tout cela et cette vérité le frappe. Il ne veut pas y penser, pas pour le moment. Alors il lui rappelle qu’il ne lui jamais menti, qu’il n’a jamais caché son identité. Son déni, il s’y attend. Il pince les lèvres, préfère ne pas répondre tout de suite. Il ignore, continue. Lui dévoile ce qu’il a appris sur elle, sur ses origines, sur sa naissance qui n’aurait pas dut être. La question de Chloe le fait se sentir étrange – dégoût, colère, tristesse. Il ouvre la bouche. Laisse un soupire désolé lui échapper avant d’oser prendre la parole. « It’s not real because you weren’t supposed to be. What you feel, it – it’s all my Dad doing, manipulating everything and every one because it’s part of His plan. » Sa gorge se serre, il n’ajoute rien. Il ne peut rien ajouter. Il est resté assis, au bord de son fauteuil. Sans oser esquisser le geste avant qu’il aurait pourtant voulu avoir vers elle. « That’s what makes you so special, Detective. » C’est ce qui explique leur étrange et si particulière connexion qu’il ressent depuis le premier jour. Ca explique pourquoi elle est insensible à son charme et pourquoi rien ne semble fonctionner sur elle. Mais ça n’explique pas la douleur qu’il continue d’éprouver. Il ne relève la tête que lorsqu’elle le congédie. C’est un nouveau coup dur. Il voudrait pouvoir le faire. Mais il lui a promis l’entière vérité et il a la ferme intention de tenir parole. « I’m not going anywhere, Detective. I’ve promised to tell you everything. No more secrets. So there is something you really need to see. » Il est partagé. Il a envie qu’elle sache, qu’elle cesse de l’appeler le menteur qu’il n’est pas, qu’il n’a jamais été. Mais il refuse qu’elle le craigne, qu’elle puisse vouloir s’éloigner de lui comme le font tous les mortels qui ont vu son vrai visage. Alors il s’assure qu’elle soit bien assise, s’assure qu’il n’y a personne aux alentours, s’assure que les rideaux sont tirés. Et quand il a fini de faire le tour du salon, il se place devant elle. Il souffle. La dernière fois, ça a failli lui coûter Linda. Il n’est pas certain que Chloe saura finir par l’accepter, elle aussi. Et ce nœud, cette incertitude, lui noud l’estomac et il ressent encore fois la possibilité insupportable de la perdre pour de bon. Il s’agenouille devant elle, une certaine distance pour ne pas la brusquer. « Okay, » qu’il murmure avant de laisser d’abord ses yeux se changer. Prendre cette lueur des flammes de l’Enfer, celle qui terrifie les suspects et les coupables. Et puis, il change son visage sans plus de préambule. Il aurait voulu la ménager, faire petit à petit, mais il n’y a pas de demi-mesure avec son vrai visage. Alors sa face devient rouge. Le visage du Diable. Et puis, elle redevient humaine. Et c’est l’heure de vérité. « Detective, please say something. » N’importe quoi pour ne pas avoir à revivre le même silence qu’avec sa psychologue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Decker
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 35 ans
∞ job : Détective
∞ race : Humaine, créée spécial pour Lucifer
∞ univers : Lucifer
∞ messages : 14
∞ avatar : Lauren German
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageJeu 7 Sep - 18:51

La vérité est dur à avaler. L'émotion lui noue la gorge. Forme une boule, au creux de celle-ci, alors qu'elle garde ces larmes, au fond d'elle. Ne pas craquer. Elle n'arrive pas à comprendre, de quelle manière ils ont pu en arriver là. Ce qui a pu dégénérer de cette manière. Elle n'arrive pas à le croire, à lui faire confiance. Parce qu'à défaut d'un mensonge, sa dissimulation de vérité, est ressenti comme une trahison, pour elle. Elle n'est qu'une humaine. Une détective de bas étage. Ces ressentiments, elle ne peut pas en faire abstraction. Ca marque son cœur, au fer rouge. Elle n'arrive pas à passer au dessus. La colère, elle s'en rappelle encore. Celle qu'elle avait ressenti, en apprenant que Lucifer, n'avait pas fais que l'abandonner, du jour au lendemain, pour partir elle ne savait où, mais qu'il était aussi revenu marié. Elle s'était senti mal. Son cœur s'était serré, et elle avait regretté de s'être perdu dans ces sentiments pour lui. Avait regretté d'imaginer que le charme, qu'il s'acharnait à lui faire, depuis leur rencontre, puisse être autre chose qu'un jeu. Alors elle n'arrive pas à le croire. Et lui, n'arrive pas à comprendre, les indices, qu'elle lui laisse. Son mal être, face aux sentiments, qui avait fini par naître, à force de fréquentation. Elle voudrait pouvoir s'en prendre à lui. Laisser sa rage l'emporter. Frapper. Mais elle ne peut s'en prendre qu'à elle. S'il ne comprend pas, c'est aussi en partie sa faute. Parce qu'elle s'est toujours évertué à lui cacher l'effet qu'il pouvait lui faire. Toujours caché ce qu'elle ressentait. Toujours tenue droite, pour ne pas dépasser la ligne rouge, avec lui. Pour ne pas craquer. Ces barrières, il les avait franchi depuis longtemps. Et même là encore, elle niait la vérité. S'acharnait à oublier. Alors comment pourrait-il comprendre ces paroles, dénudées de sens ? Comment pourrait-il comprendre, que toutes les actions de Charlotte, n'aurait fais que ravager son corps, là où lui, venait de piétiner son cœur ? « It's you. » Elle chuchote à peine ces mots. N'est même pas sur, qu'il les entende. De toute façon, elle ne voit pas comment lui faire comprendre ce qu'elle a sur le cœur, ce qu'elle ressent. Lui, qui la blesse, ce soir, alors qu'elle avait été prête, à se livrer à lui, plus d'une fois, si quelqu'un n'était pas, à chaque fois, venue les interrompre. Il ne comprendrait pas. Et elle ne comprend pas non plus. Elle ne comprend pas, pourquoi il continue à insister. Comment il peut croire que toutes ces choses, ne sont pas réelle. La douleur, qu'elle ressent, elle, elle est bien réelle. Elle ne l'invente pas. Pas plus que son cœur, qui se brise.  « Shut up. » Elle ne se rend même pas compte que sa voix est monté d'une octave, presque un cris. Elle veut qu'il se taise. Qu'il arrête d'insinuer que ce n'est pas réel. Qu'il cesse de parler de ça. « Comment pouvez-vous dire que ce n'est pas réel ? Comment pouvez-vous ? » La distance entre eux, était devenu bénéfique. Elle savait, sa joue, aurait fini rouge, comme déjà plusieurs fois. « La douleur est bien réelle. Ce que je ressens, pour vous, est bien réel » Le cœur battant, l'attraction, elle n'était pas en train de l'inventé. La douleur commune, non plus. Elle n'en revient pas elle même d'avoir été aussi honnête. Aussi direct. Elle le congédie. Elle a besoin qu'il parte. Elle n'a plus les idées claire. A besoin de faire le point. Mais il n'a pas fini. Que peut-il avoir de plus à lui dire. N'est-ce pas assez d'un coup ? Chloe, elle n'est plus certaine de la vouloir, la vérité. Elle préférerait faire demi tour. Et ce qu'il a encore à lui, elle le redoute. N'est pas sur que son cœur puisse en supporter d'avantage. Mais elle sait, qu'il ne partira pas. Il est décidé à lui offrir toute la vérité. Et elle ne peut qu'accepter. Accuser les coups. Elle prend une grande inspiration. Pour se donner du courage. Et elle pose son regard sur lui. Et alors qu'il commence, peu à peu, elle croit déchanter. Elle se perd, dans son regard, qui change sous ces yeux. Elle ne comprend pas, mais trouve quelque chose d'attirant, d'hypnotisant dans son regard. Mais ces ardeurs, elle dévie vite. Son cœur, il se compresse. Ces yeux, il s'arrondisse, et son recul, elle ne le contrôle pas. Elle saute sur ces pieds, pour mettre une nouvelle distance entre eux. Pourtant, elle le connaît. Sait qu'il ne lui fera pas de mal. Mais ça. Ca s'est au delà de l'acceptable. Et pourtant, elle se sent bien incapable de détourner les yeux. Jusqu'à ce que son visage redevienne à la normal. Jusqu'à ce que Lucifer, celui qu'elle connaît apparaisse à nouveau, dans toute sa splendeur. Elle se mue dans le silence. Il voudrait l'inverse, mais qu'est-ce qu'elle pourrait dire ? Le diable. Elle ne l'avait jamais pris au sérieux. Ce n'était pas possible. Que des histoires pour effrayer les enfants. Mais le résultat, la vérité, elle l'a sous les yeux. Elle ne peut pas vraiment nier. « Your face.. » Sa mâchoire se décroche. Elle peine à faire sortir les mots. Elle s'approche, et à chaque pas qu'elle fait vers lui, elle sent ces jambes trembler. Prête à se dérober sous elle. Sous son poids. Chacune de ces jambes, pèse une tonne, ou c'est du moins l'impression que cela lui donne. Parce qu'elle n'est pas certaine d'être en sécurité, pas certaine d'avoir envie de s'approcher. Et pourtant, elle continue d'avancer, prend son courage. Jusqu'à être face à lui. Ces jambes pantelantes, elle redresse son visage, croise son regard. Normal, comme elle l'a toujours connu. Et elle ne peut s'en empêcher. Ces mains se lèvent à leur tour, pour venir effleurer du bout des doigts son visage. Un visage normal, lui aussi. Aussi normal que le sien, et qui pourtant, quelques minutes plus tôt, aurait mené n'importe qui à se damner d'horreur.  « Comment ? » Elle s'éloigne. D'un coup, comme si son contact l'avait brûler, alors qu'elle réalise vraiment ce qu'il est. Ce qu'elle avait sous les yeux, un peu plus tôt. « Dehors ! » Elle ne peut pas, en accepter plus ce soir. Elle ne peut pas, accepter ce qu'il lui montre. Ce qu'elle vient d'être témoin. Elle ignore, où s'arrête le vrai, du faux, sur ce qu'elle a pu entendre là dessus. Mais elle ne peut pas. Ne peut pas accepter, de fréquenter quelqu'un comme lui. Qu'il s'approche à nouveau de sa fille. Elle lui indique la porte. Veut qu'il disparaisse, cette fois.



Combat le diable avec cette chose que l’on appelle l’amour. L'amitié est une religion sans dieu ni jugement dernier. sans diable non plus. une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. ▲ (Contact messagerie sur Paige, ici)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer Morningstar
Angel
avatar
Angel


∞ âge : seem like he's 35, but he's an angel, he's as old as history
∞ job : detective's assistant and full-time kid
∞ race : fallen angel, ex-souverain des enfers et maître des démons
∞ univers : lucifer (série + comics)
∞ messages : 52
∞ avatar : tom ellis
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageMar 12 Sep - 18:50

C’est lui. Oui, c’est lui. C’est toujours lui. Il s’est habitué à être blamé – après tout, il est le Diable. Les vices, c’est lui qui les initie. Les crimes, c’est lui qui les invente. Alors forcément, les cœurs, c’est aussi lui qui les brise. Que Chloe puisse le penser le dérange. Que Chloe puisse l’accuser le dérange. Qu’elle ne le comprenne pas le peine. Mais le Diable ne peut pas ressentir la peine. C’est ce qu’il se répète, ce dont il essaie de se convaincre. Il a voulu la protéger, prendre soin d’elle parce qu’elle est précieuse. Il se rend compte à présent que c’était une erreur. L’erreur de son Père. Son erreur, aussi. La douleur dans son âme résonne. Elle semble s’amplifier, ne jamais s’arrêter. Par moment, elle lui coupe la respiration, le fait s’étouffer. Il veut continuer à argumenter. Il veut qu’elle comprenne mais elle lui demande de se taire. Elle exige qu’il se taise. Alors il ne dit rien. Il reste, la bouche entrouverte, l’âme en miette. Elle refuse ses explications, elle refuse la vérité. Son aveuglement, il l’a eu aussi. Jusqu’à ce qu’il croise le regard de Mom puis celui de Maze. Le trouble sur le visage de la petite démone. L’indice, la preuve. Sa colère, il l’a détournée sur Mom. Celle qui savait, celle qui n’a rien dit. Pire, celle qui s’est arrangé pour qu’il – qu’il tienne à Chloe. Les réponses aux questions qu’elle pose, il ne les a pas. Il peut juste se contenter de répéter ce qu’il lui a déjà appris, ce qu’elle refuse d’assimiler. Lucifer secoue la tête. « No, it’s not. You just think it is but… » Il est désolé, Lucifer. Et il ose à peine lever le regard vers elle qui s’est éloignée – comme il le voulait, à la base. Il se tait. Il capitule. Il sait que ça ne sert à rien d’insister – il peut le voir dans ses yeux. Le silence est long, avant qu’elle ne lui demande de partir. Qu’il ne refuse. Le plus important, le pire aussi sans doute, reste à venir. Ça finira mal. C’est son unique certitude. Comment pourrait-elle accepter son vrai visage quand déjà, elle n’accepte pas le reste ? Il ferme les yeux, souffle pour se donner contenance. Il lui a promis la vérité alors la vérité, il va la lui offrir. Plus de mensonge. Plus de retour en arrière. Même si ça signifie briser ce qu’ils ont. Il attend qu’elle soit assise, attend qu’elle soit prête. Il y va par étape. Son regard ne quittant le visage de Chloe, prêt à tout interrompre. La transformation s’opère. Son visage devient rouge, veineux. Plus de masque. Il a mal quand elle saute sur ses pieds, quand elle s’éloigne à nouveau. Mal par ce geste. Parce qu’il sait ce que ça signifie. Il sait que c’est fini. Alors son visage redevient normal. Il ne sert à rien d’afficher l’autre, la monstruosité des Enfers plus longtemps. Elle ne dit rien et le silence devient trop lourd, trop pesant. Il le tue à petit feu. Il la dévisage, conscient de l’avoir fait fuir loin de lui. Conscient de l’avoir perdue, probablement à jamais. Il est prêt à la supplier une nouvelle fois de dire quelque chose, n’importe quoi qui viendrait briser cet interminable silence quand elle prononce quelques mots. S’approche. Il ne bouge pas, n’esquisse pas le moindre mouvement, même quand elle se retrouve juste devant lui. Elle le force à relever les yeux, il le fait. Sa douleur cogne dans ce regard. Les gestes qu’elle a, Lucifer ne les comprend pas. Mais il la laisse faire. Apprécie la caresse sur sa joue. Il voudrait pouvoir dire quelque chose, juste l’appeler. Il voudrait pouvoir attraper sa main, la coller contre lui, savourer le contact comme il a savouré leurs rares baisers. Il voudrait lui répondre mais il n’en a pas le temps. Elle fuit et il ressent l’éloignement comme une nouvelle douleur. Une blessure par balle. Le poignard d’Azraël. Un aller simple pour le néant aurait probablement été préférable. Il voudrait protester mais il n’en a pas la force. Alors cette fois-ci, il se relève lentement, marque une hésitation et tourne finalement les talons. Parvenu à la porte, il s’arrête une nouvelle fois, tourne à moitié la tête pour l’observer. Elle, Chloe Decker, la seule humaine à résister à ses charmes. Il ouvre la bouche mais rien ne sort. Alors il ne dira rien, c’est probablement mieux comme ça. Il referme la porte derrière lui et fend la nuit sombre pour rentrer chez lui. Même si ça n’a plus rien de chez lui, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

can we surrender, deckerstar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TNA : No Surrender 2010
» No Surrender 30 Septembre 2012 (Carte)
» No Surrender 30 Septembre 2012 (Résultats)
» [No Surrender] La riqueza de mi gloria!!!
» [No Surrender] Alberto y los otros...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Sunset Valley :: Wisteria Lane-