Partagez | .
 

 - skellington walking at my door (jack s)

Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageSam 10 Juin - 22:03


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Poste d’observation idéale, le haut de la chapelle semblait rejoindre les nuages qui assombrissaient la nuit. Accoudé, Diogène observait les plus courageux des mortels s’aventurer dans les allées pour se recueillir sur la tombe d’un être aimé ou, a contrario, en profaner quelques unes. Et s’il n’éprouvait rien de particulier devant un geste irrespectueux, il n’en comprenait pas davantage le but. La tête penchée sur le côté, il suivit les ombres d’un couple de mortels – à lui, il ne restait pas plus de trois ans à vivre, à elle, il lui restait encore une longue vie d’aventure – jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent en plein milieu du chemin. Elle ne paraissait pas rassurée, il l’enlaça. L’une de ses habitudes que, déjà de son vivant, Diogène ne comprenait pas. Ce besoin d’un contact physique avec les autres. Ce besoin de sentir leur peau moite, de les toucher. Il n’avait jamais aimé ça – plus depuis l’accident, et même avant, il n’avait jamais toléré que le contact avec sa mère. Le regard de la jeune apeurée se leva et il soupçonna qu’elle l’ait remarqué. Lui, l’ombre austère et mystérieuse, visible et dissimulée à la fois. Il resta impassible, sachant qu’elle n’avait pu noter que son visage brouillé par la distance et l’obscurité. Le couple s’éloigna finalement et Diogène se désintéressa d’eux. Une autre silhouette s’était découpée, plus en contrebas, avec un pas pouvant être qualifié de léger. Une attitude rare en ces lieux sombres. Autre élément surprenant ; aucune date, aucune indication, ne s’affichait lorsque l’ange de la mort plissait les yeux pour l’observer avec attention. Rien. Ce qui ne pouvait indiquer qu’une seule chose ; l’être était déjà mort – ou sans doute – et était devenu l’une de ces créatures de l’ombre qui peuplait Neverland. Mais il n’avait pas pour habitude de croiser l’une de ces créatures avec autant de joie de vivre. Intrigué malgré lui, Diogène quitta son perchoir pour descendre les escaliers et fouler le sol terreux du cimetière. Nonchalant, les mains enfoncés dans les poches de son blouson, il s’arrêta à quelques mètres de celui a piqué sa curiosité. De ses yeux verrons, il toisa cet étrange bonhomme. Les lèvres pincées, l’air sombre. Et si une lueur rouge, l’éclat du Black Shuck, étincela dans son regard, ce n’était que par une nouvelle tentative de découvrir le temps qui était compté à l’autre. En vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageDim 11 Juin - 23:30


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Cette ville était … étrange, mais pas autant que Chritmas Town. Il n'y avait pas cette cacophonie, cette joie des fêtes et de vivre. Il n'y avait que des bâtiments rouillés par le temps, gris et morne. Ce qui lui rappelait quelque part son cher royaume. Mon dieu, que son royaume lui manquait. Son titre également. Même son corps semblait avoir eu un vent de fraîcheur horrifique qui lui coupait l'envie de faire peur à qui que ce soit. Il avait du mal à croire que lui, le grand Jack Skellington, le célèbre épouvantail et squelette de ces dames aurait un jour de la peau sur ses vieux os. Que lorsqu'il se levait le matin pour se regarder dans une glace, il verrait un visage, de la peau, des cheveux blond platinés. Trop de changement. Forte heureusement, tout n'avait pas disparu. Tout n'avait pas été dénaturé. Il restait le Roi Citrouille, le bon en train qui voulait toujours s'amuser. Et dès que cette pensée lui traversait l'esprit, sa mélancolie se dissipait pour laisser place à l'excitation. Ce soir, il voulait sortir. La nuit était sa meilleure amie. La lune, sa plus fidèle compagne. Après Sally Skellington bien sûr. Il n'avait aucunes idées d'où elle se trouvait et si elle allait bien, mais il ne s'en faisait pas. Sa poupée était toujours pleine de ressource et d'idées géniales malgré son attitude farouche et timide. Elle serra s'en sortir. Se parant de sa plus belle veste, ses goûts vestimentaires n'avaient pas changé eux. Toujours aussi noir et blanc, toujours aussi monochrome. Les couleurs lui siéent si mal. Le pas léger dans la rue, Jack déambulait en quête d'occupation, s'arrêtant de temps en temps face à des vitrines barrées pour se donner envie. Son look n'était pas la première de ses préoccupations, il n'avait cependant rien contre le fait de renouveler sa garde robe tout comme s'attarder devant une télévision. La télévision, quelle fabuleuse invention selon lui. Il n'avait jamais vu d'écran, de portables, de tablettes, etc … Avant sa venue en ville. Il préférait toujours autant les livres cependant. Peu acclimaté à rester assis devant un écran toute la journée. Cependant, pendant sa promenade, il se sentait observé. Et pas seulement un petit peu. Il faisait comme si de rien était, préférant continuer sa marche sur le trottoir avec un air guilleret, presque idiot. Croiser ce couple cependant l'avait un peu scié les jambes. Au sens métaphorique du terme bien sûr. Les voir à deux, heureux … Sally devrait être avec elle aussi, à ses côtés. Sa présence lui manquait affreusement. Ce sentiment de mélancolie et de solitude qu'elle avait réussi à combler refaisait soudainement surface, abaissant le sourire du Roi d'Halloween. Il s'était contenté de garder le silence et de passer, une fois de plus, comme si de rien était. Les ignorer tout comme il ignorait sa présence. Blessant, d'une certaine manière. Alors, il était aller chercher du réconfort auprès de ceux qui pouvaient le mieux comprendre sa détresse face à la situation. Les morts ne racontent pas d'histoires après tout. Poussant la grille du cimetière qui avait grincé doucement, il s'était assit sur une des tombes. Sa tombe. Oui, Jack Skellington avait une tombe à Neverland. Chose qui lui paraissait logique. Après tout, il vient du monde des morts. Donc dans celui des vivants, il est normal de le trouver à sa juste place : chez les morts. Il regardait la lune, sa vieille amie, verser quelques larmes semblerait-il pour lui. Encore cette présence ? Jack n'aimait pas spécialement être suivi bien qu'il ne soit pas du genre à être rancunier ou bien agressive dès qu'il surprenait quelqu'un de trop curieux.« Cela fait un petit moment que vous me suivez, non ? Que puis-je faire pour vous ? ». Si cette personne s'intéressait à lui, peut-être était-ce pour lui demander quelque chose ? Et si ce n'est pas le cas et bien, il n'avait rien contre quand même. Il se sentirait d'avantage utile dans cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageDim 18 Juin - 14:44

Il était en retrait, les mains plongées dans ses poches et la tête penchée. Le silence, il le conservait. Finalement, ils s’étaient arrêté. La créature étonnante faisait face à une pierre tombale dont le nom lui était dissimulé. Non pas que ça eut beaucoup d’importance, en réalité. Diogène était loin d’être aussi curieux. Sa tête se pencha encore davantage lorsqu’enfin, une voix retentit dans l’obscurité. Il restait cependant imperturbable, les lèvres toujours closes. Ainsi donc, l’autre avait été en mesure de le repérer – qu’à cela ne tienne, il n’avait pas cherché à disparaître, cette fois-ci. Il laissa un ange passer, ne bronchant pas d’un millimètre. Parce qu’il était, en réalité, bien incapable de savoir ce qu’il attendait de cet étrange bonhomme. Comprendre, peut-être. Mais Diogène n’était pas homme à demander à ce qu’on lui explique quoique ce soit. Depuis l’enfance il avait appris à se débrouiller seul – il ne pouvait compter sur son très cher frère pour avoir la patience de quoique ce soit – alors ce serait seul qu’il résoudrait le mystère. Il laissa le bas de son visage prendre la forme d’un animal pendant une fraction de seconde. La Black Shuck reprenait ses droits, usant de son odorat animal pour tenter de reconnaître l’origine de l’autre. « Vous n’êtes ni un vampire ni un lycan. » C’était une affirmation, balancée d’une voix posée et presque tendre. Enfin, il se redressa, ses yeux verrons survolant cette silhouette en noir et blanc. Il n’attendait aucune réponse. Pas pour l’instant, tout du moins. « Et pourtant, il semblerait que vous soyez déjà mort. » C’était comme s’il s’adressait à lui-même. Comme s’il réfléchissait à voix haute. Il n’attendait rien, de l’autre. Pas même un regard balancé par-dessus l’épaule. « Vous n’avez pas davantage le comportement d’une créature de la nuit. » Bien qu’il eut sentit comme une once de nostalgie, parfois, dans ses pas. Ou quelque chose s’approchant de la mélancolie – encore une émotion que les créatures de l’ombre ne ressentaient pas. Ou qu’elles dissimulaient. « Qui êtes-vous ? » Une question démontrant un intérêt qu’il n’avait plus ressenti depuis bien des années. Voilà longtemps qu’il avait cessé de s’intéresser à l’humanité ou au moindre être vivant. Seul le mal et les diamants le captivaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageDim 18 Juin - 18:44


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Le silence … C'était exactement pour cette raison qu'il était venu dans le cimetière. Le silence des morts lui permettait d'atteindre la plénitude, un état parfait pour sa réflexion. Il avait essayé sa propre tombe en guise de passage pour retourner à Halloween Town. Mais en ouvrant les portes de celle-ci, rien. Le noir et le vide. Comme il ne demeurait pas dans sa tombe, elle était vide. Un simple trou près à accueillir un cercueil. Il avait abandonné ce jour-là. Il ne savait plus quoi faire pour sortir de cette ville. Peut-être parce que cela demeurait impossible ? Chaque jour, de nouvelles têtes apparaissaient à Neverland sans que les anciennes ne puissent repartir chez eux. Il y avait de quoi s'inquiéter, réellement. Les yeux rivés sur cette lune, il n'avait cependant pas été aveugle. Il y avait bien cette personne qui le regardait. Qui semblait intrigué. D'où le fait que Jack lui avait porté pleinement attention maintenant qu'ils n'étaient plus que tous les deux et sans risque d'être surpris ou dérangés. Le mort-vivant demeurait assis sur sa pierre tombale, la tête reposant sur cette main. Elle était froide. Il avait beau avoir de nouveau de la chair, il restait un mort. Et par conséquent, aucune chaleur corporelle émanant de lui. Pas un battement de cœur, rien du tout. Quelle étrange créature ce Jack, n'est-ce pas ? Lui-même se trouvait hors-normes maintenant. Parce que sa norme à lui était d'être un squelette. Pas un être humain. Encore moins avec le visage d'un garçon beaucoup plus jeune. « En effet, beaucoup de personnes de mon entourage en sont par contre. Ils ne sont pas désagréables, juste un peu collants. » fit-il avec ce sourire toujours accroché sur son visage. Il était prêt à répondre à toutes les interrogations possibles si cela pouvait l'aider. « C'est tout aussi exact ». C'était normal, non ? Non, visiblement, pour le jeune garçon, ça ne l'était pas. « Qu'est-ce donc le comportement d'une créature de la nuit ? », interrogé, il ne semblait pas prendre en compte qu'il pouvait potentiellement réfléchir à voix hautes. Et que donc, que le funeste monarque joyeux le dérangeait. Par contre, aux dernières paroles, il était assuré de devoir y répondre. Et il le faisait puisque de toute façon, il ne s'était pas réellement gêné jusqu'ici. « Comment ? Tu ne connais pas le roi d'Halloween ? Je suis Jack Skellington voyons ! Le Roi Citrouille, Jack-O-Lantern, l'esprit d'Halloween et Roi de la nuit ! ». C'était une évidence, non ? Il tentait encore de croire que c'était le cas. Mais, quelque part, qu'on lui demande son nom prouvait d'une certaine manière que sa notoriété en avait pris un méchant coup. Il se sentit faiblir, pendant quelque instant. Un moment de faiblesse, comme une sensation de nausée. Ça aussi, c'était fourni avec la chair et les muscles ? Non-non, c'était autre chose. « Et toi, qui es-tu ? » demanda-t-il tout de même avec son sourire habituel. Il fallait sourire après tout, ce n'était pas si grave !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageLun 19 Juin - 22:15

Jamais Diogène n’aurait pensé que les lycans ou les vampires pussent être qualifiés d’agréables. Il en avait, certes, lui aussi côtoyé quelques-uns et s’il admettait que certains savaient se montrer particulièrement inventifs en matière de torture, ils n’en restaient pas moins des créatures qui n’avaient pas de véritables maîtres et qui agissaient sous leurs impulsions. Quant à savoir s’ils étaient effectivement collants, l’ange de la mort ne pouvait se prononcer – il ne restait pas auprès d’eux suffisamment longtemps. Et quelle était cette étrange façon de répondre à des questions portant sur les plus affreuses créatures de la nuit avec ce sourire ? Diogène inspira, conservant toutefois un calme olympien. L’autre, cet inconnu souriant et mélancolique à la fois, était donc bien mort. Et, plus encore, il avait conscience de son état – ce n’était donc pas un fantôme. Et pas sa capacité à réfléchir, Diogène pensait être à peu près certain qu’il ne pouvait être l’un de ces énièmes morts-vivants. Ce qui, au final, ne l’arrangeait pas. Il penchait de nouveau la tête sur le côté alors que l’autre s’interrogeait, ou bien l’interrogeait la différence était minime, sur sa nouvelle affirmation. « Ils n’ont pas pour habitude de sautiller. Ou même de sourire. » A moins, bien sûr, qu’ils fussent en train d’ôter la vie à quelques mortels, à l’instar de Katherine. S’échappa de ses lèvres la question qui la taraudait depuis que son regard s’était posé sur cette silhouette élancée. L’identité de l’autre était un mystère que son esprit avide en énigme désirait résoudre. Mais se faire entendre dire, par la bouche de ce luron mi-joyeux, mi-nostalgique, qu’il était en réalité l’une des légendes de son enfance était bien loin de ce qu’il avait pu imaginer. Il plissa des yeux. Il se souvenait d’un album qu’il avait eu, jeune, et que sa mère avait eu pour habitude de lui lire, le soir d’Halloween, sur ce Jack-O-Lantern. L’homme à tête de citrouille était bien loin de l’image qu’il avait à présent sous les yeux. « N’êtes-vous pas censé avoir une citrouille pour tête ? » Car c’était bien là l’origine de la tradition de la citrouille, non ? Halloween, sa fête préférée quand il était un enfant – celle dénaturée par les sarcasmes incessants d’Aloysius. Il y avait un temps où il avait tout su sur cette fête célèbre. Mais sa propre mort avait, semblait-il, effacé quelques-uns de ses souvenirs. « Diogène Pendergast, » lâcha-t-il finalement, las. C’était son nom. Un patronyme qui, pourtant, n’évoquait rien aux oreilles de personne. « Mais c’est davantage pour mon allure que pour mon nom que je suis connu. » Et comme pour amplifier ses dernières paroles, il se laissa aller à sa pleine transformation. Un immense chien noir aux yeux rouges. Personnification de l’ange de la mort voire de la mort elle-même selon certaines rumeurs qui couraient parmi les mortels. Diogène n’était pourtant qu’un émissaire – ceux qui voyaient son vrai visage allaient, inévitablement, mourir dans les prochains jours. Il retrouva alors son allure humaine. « Qu’est-ce qui vous emmène en ville ? Ce n’est pas la nuit d’Halloween, ce soir… » Si ça l’avait été, il aurait eu du boulot. Une montagne de victimes, d’âmes à récupérer et à guider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageMar 20 Juin - 14:35


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Tout comme Jack n'aurait jamais imaginé que les Lycans et les Vampires pourraient être qualifiés de désagréables. Certes, ils sont un peu ronchons, poilus et mauvaises langues. Mais une fois que l'on passe au-dessus de ses défauts, ce sont des personnes serviables quand on prend le temps de les écouter et de se lier d'amitié avec eux. Les seules créatures avec lequel il n'a pas encore tenter l'expérience, c'est bel et bien les humains par contre. Son dernier détour par le monde réel et humain lui a valu … Un coup de grosse Bertha dans les fesses et une chute de plusieurs centaines de mètres. Heureusement que Zéro était là pour le réveiller sinon, il serait bien rester dans son cimetière à croupir sur la statue de l'ange l'ayant récupéré. Il a toujours eu du mal avec les humains. Pourtant, il essaye de bien faire. Il sait que les humains ont besoin de leur dose de frissons pour combler leur longue journée d'ennuis. C'est ce qu'il s'efforce de faire depuis des milliers d'années. Mais de là à vouloir le désosser dans le ciel, c'était un peu gros. Mais amusant ! Une expérience amusant. Jack Skellington avait failli y laisser sa peau, mais il trouvait ça drôle ! Il ne fallait pas chercher la logique du squelette, seulement le prendre en bon optimiste qu'il est. « Sautiller ? Oh pourtant, je vous assure que les clowns sautillent beaucoup, surtout les plus jeunes ». Il semblait entêté, décidé à donner tord à l'autre. Le regard fixé sur ce drôle de personnages, Jack semblait vouloir savoir d'où il venait et qui il était. Tout comme l'autre voulait en savoir plus sur lui. D'ailleurs, c'était bizarre. Personne ne lui demandait en temps normal. Tout le monde le reconnaissait. Sauf que voilà, ce n'est pas des temps normaux. Il n'est pas sous son corps normal et la question de l'autre sonnait naturel à ses oreilles. « Oh ! Non, pas vraiment. C'est un déguisement pour tout vous dire que je met à chaque Halloween. Sinon, en temps normal, je ne suis qu'un vieux squelette. ». Il avait répondu en toute normalité à la question de … Diogène. Quel nom charmant et peu commun. Jack aimait beaucoup celui-ci et cela se voyait par son sourire idiot. Idiot car, il était tellement grand sur son visage affinée qu'on ne voyait que lui. Il avait attendu que celui-ci finisse sa démonstration pour pouvoir répondre. « Oh, je vois. Enchanté Diogène … Vous fâcherez vous si je vous disais que votre nom ne m'évoque rien ? » fit-il en descendant avec l'élégance d'une araignée de sa sépulture qui lui servait de perchoir pour s'approcher de sa nouvelle connaissance. Curiosité, vilain défaut. « Vous me rappelez quelque part ce bon vieux Cerbère. Je ne peux malheureusement pas vous répondre, c'est arrivée si soudainement. Je ne sais même pas comment se fait-il que je sois ici. Mais, je ne peux même pas emprunter mes portails pour rentrer chez moi. Et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageDim 25 Juin - 13:09

Les clowns. Ce n’était pas idiot même si, aux yeux de Diogène, les clowns n’étaient pas des créatures de la nuit. Ils faisaient peur, certes, mais ils n’avaient rien de fantastique et leur image effrayante n’avait été initiée que grâce aux livres et aux films. Stephen King, il lui semblait, était le grand instigateur de cette rumeur populaire sur le sadisme des clowns. Il pinça toutefois les lèvres, sans répondre. Il n’avait guère l’intention de se lancer dans un débat sur les clowns et sur le mythe les entourant. Ce serait vain et inintéressant – en plus d’être une perte de temps. Or, il n’avait pas de temps à perdre et il n’aimait pas les futilités. Un sourcil de l’ange de la mort se souleva, dubitatif. Un squelette, hu ? Des yeux, Diogène observa l’autre. Oh, il devait être certain que l’autre possédait un squelette puisqu’il avait un corps et que, à priori, il n’était pas entièrement mou, mais de là à se prétendre squelette ? Il y avait tout une galaxie. « Vous n’avez rien d’un squelette. » Une remarque évidente, prononcée à voix haute, sur un ton railleur. Certes, le corps de l’autre était fin, mais il était de chair et, Diogène en était à peu près certain, de sang. Un corps décédé, certes, mais bien présent pourtant. Etait-ce le sortilège d’une sorcière ? Une malédiction ? L’ange de la mort n’en savait rien. Mais une partie de sa curiosité avait été piquée au vif. L’autre avait retrouvé un large sourire et Diogène se fit la réflexion qu’ils étaient deux extrêmes. L’un souriant et gai, l’autre taciturne et neutre d’expression. Ce fut à peine s’il secoua la tête lorsque Jack-O-Lantern admit ne pas connaître son patronyme. C’eut été surprenant s’il l’avait reconnu. « Nullement. Mon… Employeur est davantage réputé que ses agents. Parfois, les mortels se méprennent et me prennent pour La Mort mais je ne suis qu’un émissaire. » Et ceci lui convenait. Ce n’était, certes, pas la position la plus haute dans la hiérarchie, mais Diogène avait conscience que la Mort se devait une totale impartialité – une chose dont il était incapable tant il était possédé par son esprit et son envie de vengeance. Cerbère. Le très célèbre chien à trois têtes, gardien de l’une des portes que Diogène ne connaissait que trop bien. « Cerbère est encore un autre, mais je comprends ce que vous voulez dire. » Il était simplement l’étape qui précédait Cerbère. Nouveau froncement de sourcil. « Etrange, » murmura-t-il sans rien ajouter sur le sujet. Il n’avait pas cherché à quitter la ville et, quelque part, il ne comprenait pas pourquoi d’autres auraient envie de la fuir. Il y avait, à Neverland, tout ce qu’il jugeait nécessaire. Des créatures de l’ombre pour le divertir, des victimes, du temps pour mettre au point un nouveau plan pour s’en prendre à Aloysius. « Je guette et attends. Les nuits sont propices aux crimes et donc, aux âmes à guider par-delà la mort. Tel est mon travail. » Mais il avait du temps, avant la prochaine victime. Trop, peut-être. « Dîtes m’en plus sur vos portails. Je vous en prie, » ajouta-t-il après un silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageLun 26 Juin - 15:12


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Bien au contraire, Jack serait tout ouïe. Comment expliquer … Il remercierait un jour l'inventivité des humains pour nourrir son peuple. Ainsi était Halloween Town. Un lieu où les créatures magiques venant tout droit de l'imagination des enfants vivaient. Comme si une puissance divine aurait décidé d'exercer son pouvoir pour donner vie aux créatures de leur imaginaire. Jack n'en était que le roi, le premier d'une longue série de facétie tout droit sortie de l'imagination des plus jeunes. Cependant, cet étrange être avait dis une triste vérité : en effet, il n'avait plus rien d'un squelette. Si seulement il savait à quel point il était déçu de cette triste réalité. Il n'avait plus cette apparence de démons ou bien surnaturelle, il n'avait rien hormis peut-être de la mélancolie. Quelque part, ce jeune homme lui avait cloué le bec. « Hum, oui, c'est … un effet secondaire je dirais à mon arrivée ici. Mais je vous assure qu'en temps normal, je suis un squelette ! » Et il souriait de nouveau, comme si le sourire l'aidait à se remotiver. C'était un peu étrange dit ainsi, mais c'était bien vrai. De la même franchise que son suiveur avait fais preuve, Jack avait admis ne pas le connaître. En même temps, le contraire aurait été étonnant. S'il devait se souvenir de toutes les personnages proche plus ou moins de la mort, il aurait fini par perdre la tête. Alors, le sourire était revenu sur le visage du mort-vivant, heureux de constater que cette faute lui était pardonnée. Il faut dire qu'il s'en serait voulu grandement si l'inverse serait produit. Intrigué, Jack s'était rapproché. Il voulait en savoir plus, toujours plus. Alors, autant commencer par un point. Il n'était pas certain de comprendre, d'où son besoin de demander confirmation. « Vous voulez dire que vous êtes embauchés par la Mort ? C'est une grande amie à moi! Bien que je vous l'accorde, elle en m'a pas trop gâtée ces derniers jours. Elle doit m'en vouloir pour Noël je présume. » Ceci n'avait strictement rien à voir, ce n'était pas du tout la même chose. Mais bon, l'imagination de Jack tournait à plein régime dès lorsqu'il s'agissait de trouver une explications. En voyant son invité prendre sa forme de chien tout droit sortit des Enfers, Jack n'avait pas perdu son sourire. Bien au contraire, cela n'avait fais que l'encourager à s'approcher d'avantage. Il voulait savoir, il voulait comprendre. Il y avait une nouvelle chose qui attisait sa curiosité, et il ne prenait même pas peur face à cette apparence qui pourrait en faire fuir plus d'un. En même temps, est-ce que la peur excisait encore chez le roi Citrouille ? Probablement pas. C'était une créature née de l’effroi des enfants avec la volonté de les amuser. Il n'y avait rien qui puisse être plus effrayant que lui-même. Sauf qu'il se connaissait et donc, il y avait peu de chances de trouver quelqu'un ou quelque chose susceptible de lui donner des sueur froide. « Donc vous êtes ici pour le travail si je comprend bien ? » fit-il pour être sur de lui avant de reprendre. « Si vous voulez. Voyez-vous, pour voyager entre le monde des légendes et le bien réel, j'utilise les cercueils. Quel autre moyen plus efface de relier le monde des morts et celui des vivants. Et là, constatez par vous-même. » Jack s'était élancé en direction de sa propre tombe, poussant la pierre tombale avec une force presque déconcertante pour son petit gabarit. La tombe n'était rien d'autre qu'un trou béant, un classique cercueil hormis que celui-ci était vide. Normal, la personne à l'origine présente dans ce trou demeurait sur ses deux jambes face à ce canidé démoniaque. « Les liaisons semblent coupées, je ne peux pas rentrer chez moi. » fit-il en se redressant, allant de l'autre côté pour remettre la pierre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageDim 2 Juil - 15:35

En temps normal. Cette expression prenait de plus en plus sens depuis qu’il s’était réveillé à Neverland. Et si Diogène avait bien noté quelques différences, il n’était, en revanche, pas en mesure de comprendre comment l’apparence de quelqu’un pouvait être modifié à ce point. Il fronça les sourcils, dubitatif. Ce n’était pas qu’il remettait la parole de l’autre en doute, mais l’explication logique et scientifique lui échappait. Et c’était quelque chose d’inacceptable, pour lui. « Un effet secondaire ? » Comme si la ville, cette ville, était une maladie. Cette note, bien que mentale, souleva une question dans son esprit perturbé ; les squelettes pouvaient-ils tomber malades ? Et si tel était le cas, de quel genre de maladie souffraient-ils ? « Votre cas est étrange. Et, sans nul doute, unique. » Il n’avait jamais entendu parler de tel changement et, pourtant, la ville offrait une diversité d’espèce qui allait bien au-delà de l’entendement. Il en avait observé suffisamment pour savoir qu’aucun n’avait eu à se plaindre de changement quelconque. Il s’agissait-là d’un mystère étrange. Pour quelle raison le squelette aurait-il eu besoin d’un nouveau corps s’il restait mort ? C’était incongru. L’absence de décompte au-dessus de sa tête poussait Diogène à penser que ce n’était pas l’offre d’une nouvelle vie. Le mystère, donc, restait entier. Le squelette bougea, s’approchant de lui sans que l’ange de la mort ne bronche. Il savait rester impassible en toute circonstance et ne craignait pas l’approche d’un gringalet. « En quelque sorte, oui. » Pouvait-on, toutefois, réellement parler d’embauche quand il n’avait pas eu d’autres choix que d’accepter le marché proposé par La Mort ? L’ultimatum avait été clair ; l’immortalité contre quelques menus services ou bien il restait mort et passait le restant de ses jours à observer son aîné continuer à vaquer à ses occupations. Son envie de vengeance avait choisi pour lui mais la réponse avait toujours semblé être une évidence. « Noël ? » Le Roi d’Halloween était en train de le perdre ; c’était que Diogène voyait mal le rapport entre Jack-O-Lantern et la fête chrétienne où parents et enfants échangeaient des cadeaux pour fêter l’arrivée d’un être ridicule.
L’ange de la mort se serait attendu à ce que le squelette esquisse un geste de recul en le voyant devenir un immense chien noir. Mais il n’en fut rien. Vraiment très étrange, ce squelette. Il acquiesça, silencieusement. Il était là pour le travail, envoyé par La Mort pour tenir les comptes entre le Bien et le Mal tout en le forçant à rester inactif. Il préféra changer de sujet – son boulot, peu conventionnel, n’avait rien de particulièrement intéressant. Jamais encore, Diogène n’avait entendu parler de cercueils pour voyager. Peut-être était trop conventionnel, à user des transports routiers puis, plus récemment, de sa capacité à se téléporter. Toujours sans un mot, l’ange de la mort observa son compagnon nocturne repousser la pierre tombale. Il s’avança, d’un pas. Légèrement penché, Diogène observait le cercueil, vide. Il ne savait pas trop quoi en penser. « Peut-être vous êtes-vous trompé de cercueil ? » Lui-même n’était pas convaincu par cette hypothèse, mais ce moyen de transport lui était totalement inconnu. Difficile, donc, pour lui de réfléchir à une solution plus cohérente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageLun 3 Juil - 17:00


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


C'était une impression partagée. Jack non plus ne savait pas comment il en était arrivé là. Il ne savait pas non plus comment il avait pu faire pour se retrouver dans cette ville. Tout comme il ne savait pas pourquoi on l'avait pourvu d'une peau et d'une chair qui ne ressentait même pas la douleur. Tout ceci dépassait son entendement. Mais, il s'en fichait ! Il avait vu beaucoup de choses en ville qui nourrissait son imagination et qui le faisait sauter au plafond. Ce monde n'était pas mort. Il était bien vivant, joyeux, remplit de couleurs et de choses dont il n'aurait pas douté l'existence avant d'avoir posé les pieds ici. Pourquoi devrait-il s'emporter alors dans ce cas ? Pourquoi il devait s'inquiéter. Si le bon dieu a voulu que Jack ne soit plus un squelette pour cette ville, c'est qu'il avait une bonne raison. Comme par exemple, faire en sorte qu'il soit plus discret. « Je pense oui. Je ne vois rien d'autre qui pourrait l'expliquer. Imaginez un peu si je serais tel quel à déambuler dans les rues. » Cela serait totalement incongru à son goût. Du moins, l'imaginait-il ainsi. Il n'osait pas imaginer en faites. C'est peut-être le plus gros défaut de Jack d'ailleurs de ne pas être capable d'imaginer plus loin que ses funestes idées. Se laissant porter par l'envie d'en savoir plus, il écoutait cet ange de la mort -peu bavard d'ailleurs- lui confirmer son hypothèse. « Et vous êtes en train de travailler ? » demanda-t-il hasardeusement tout en s'approchant de lui. « Vous ne connaissez pas Noël ? C'est une fête merveilleuse remplie de couleur. Le Perce-Oreille est d'ailleurs un de mes amis. Bien qu'il n'ait pas apprécié que je tente de lui voler sa fête ». Jack avait légèrement ricaner en répondant ceci. Cela avait été une aventure merveilleuse. Folle à lier, complètement hors de porter de la raison, mais tout de même marquante pour l'histoire d'Halloween Town. En plus, suite à ceci, ses sujets avaient pu découvrir la neige. Il n'avait pas peur de son interlocuteur, pas même lorsqu'il avait pris cette forme de chien gigantesque. Il avait vu bien pire qu'une bête pleine de poil et énorme. Quoi que, il pourrait lui demander de venir pour Halloween. « Vous auriez la côte à Halloween ! » disait-il avait son immense sourire idiot. Il l'admirait. Il était resté ainsi, figé, à le regarder avant qu'il ne reprenne sur un autre sujet. Ah oui ! Ses fameux portails. Jack tentait de lui expliquer comme il faut et comme il se doit, mais c'était un peu plus compliqué. Bien plus en faites quand la personne à laquelle il voulait expliquer ne semblait pas comprendre qu'il était tiré d'une force magique et que donc, il n'y avait rien à expliquer scientifiquement. « Oh ça, il n'y a pas de risques, je sais lire encore et c'est bel et bien le mien. » fit-il avec joie et bonne humeur avant de reprendre. « Non-non, je pense que quelqu'un ou quelque chose à bloquer le passage si vous voulez mon avis. Quelque chose à la force démesurée. ». Jack avait remis la pierre tombale en place, s'asseyant de nouveau dessus. « Vous êtes d'ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageVen 14 Juil - 9:54

Prenant le temps de la réflexion, Diogène opina du chef. Effectivement, un véritable squelette ambulant aurait eu de quoi effrayer les mortels – mais ceux-ci étaient, de toute manière, très émotifs. La tête penchée sur le côté, Diogène resta un instant silencieux. « Vous pensez que la ville vous aurait délibérément donné un aspect humain afin de… Ne pas perturber les mortels ? » C’était une hypothèse tangible, de toute évidence. Mais elle impliquait également que la ville soit dotée d’une conscience propre et cette idée-là, en revanche, l’était déjà moins pour son esprit scientifique. Il leva une main pour se frotter le menton, là où une barbe semblait vouloir naître. « Est-ce le seul, hm, effet secondaire que vous avez constaté depuis que vous êtes arrivé ici ? » Il mènerait son enquête, à la manière d’Aloysius, jusqu’à comprendre ce mystère qui lui échappait. Il interrogerait chaque créature obscure qu’il connaissait – et il en connaissait un certain nombre – pour leur demander s’ils avaient été témoins de ce genre de changements inopportuns. Il n’en était déjà plus question pour cet ancien squelette qui évoquait maintenant son travail d’ange de la mort ainsi que Noël. Diogène secoua la tête pour répondre à la première question. « Pas en ce moment, non. Mais ça ne saurait tarder. » L’heure défilait et, il le savait, viendrait l’heure d’un décès. Celui de cet oncle, réfugié dans un immeuble rue Chenavard, qui décéderait suite à une fulgurante crise cardiaque. Celui de cette jeune femme, perdue dans la forêt, qui serait attaquée par un lycan. Mais il avait encore le temps – largement, même. « Je connais Noël, mais je ne savais pas que vous connaissiez cette fête. » Aux antipodes d’Halloween. La seule chose qui l’avait fait apprécié Noël, quand il était enfant, était ces instants partagés avec ses deux parents – et, hélas, la présence de son aîné aussi. Du reste, l’échange de cadeaux restait un concept qui lui échappait. Il fronçait les sourcils. Le Perce Oreille associé à Noël ? « Vous voulez parler du Père Noël ? » Un vacillement, le temps d’une hésitation brève. Noël appartenait au bonhomme habillé de rouge sur son traîneau. Le Perce-Oreille avait davantage un nom d’insecte. Un sourcil arqué répondit à la remarque de Jack-O-Lantern. La côte à Halloween. Mais avait-il envie de l’avoir ? Pas vraiment. Il préférait l’ombre et la discrétion. Qu’on ignore qui il était pour que continue de planer, autour de lui, la légende du Black Shuck. Il préféra ne pas répondre. Les explications au sujet du portail à travers les pierres tombales lui firent vite oublier l’idée de devenir une créature d’Halloween. Les mains croisées dans le dos, Diogène prit le temps d’analyser le peu qu’il avait appris à ce sujet. « La ville, » lâcha-t-il dans un murmure. Il ne voyait pas d’autres explications. Cette ville était réellement étrange, et puissante. Et puis, il avait bien entendu des gens se plaindre de ne pas réussir à quitter les frontières de la ville. Jamais. Cette réflexion, faite davantage pour elle-même, le plongea dans d’autres, plus profondes, jusqu’à la nouvelle question de son compagnon nocturne. Il releva les yeux vers lui. « Oui. J’ai voyagé pendant un temps mais c’était il y a longtemps. » Avant que tout ne se détraque, avant qu’il y ait autant de créatures censées n’exister que dans les contes pour enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageMar 18 Juil - 18:34


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Il n'aurait rien eu contre à se balader dans son corps habituel. Il était tellement habitué à ce que les autres soient terrifiés en sa présence qu'un de plus ou un de moins, ça n'aurait pas changé grand chose. Mais non, il semblerait que le destin ait voulu lui jouer un mauvais tour en l'emmenant ici. Cela l'attristait un peu d'ailleurs. Il ne voyait pas ce qu'il avait fais de mal. Depuis toujours, il n'a jamais failli à sa tâche, serait-ce une punition pour son coup d'éclat à la fête de Noël dernier ? Il avait pourtant déjà été puni pour un tel acte stupide. Jack masquait son chagrin, il ne voulait pas contaminer l'autre qui avait l'air déjà bien triste. « Je pense en effet. Je ne vois pas trop d'autres explications. La ville vous a changé aussi ? » demanda-t-il pour voir s'il était le seul dans son cas ou bien si d'autres personnes étaient touchés par ce changement. Si d'autres personnes étaient atteintes, il serrait rassuré quelque part et cela pourrait confirmer son hypothèse. Cette ville dégage quelque chose qu'il qualifiait de magique. Heureusement qu'il n'a pas croisé de grands scientifiques pour le moment, il se pourrait qu'il se fasse remonter les bretelles. « Pour le moment, oui. Cette ville ne m'a pas rendu vivant pour autant », un léger ricanement s'échappa des lèvres du blond, fière quelque part de sa remarque. C'était drôle, d'une certaine manière. C'est aussi un des rares point pour laquelle il était aussi heureux malgré tout dans cette ville car, il ne voyait pas comment il aurait fais si son cœur se serait remit à battre. Il aurait paniqué, ça c'est certain. Cela faisait maintenant bien longtemps que son cœur en battait plus au sens physique du terme. Car cela ne l'avait pas empêché de l'offrir à sa chère Sally, au sens métaphorique comme au sens physiques du terme. Elle avait l'air d'une enfant à Noël lorsque Jack lui avait tendu ce petit vase en porcelaine où résidait les reste de son palpitant. Un peu gore tout ça, passons. Intrigué par son nouvel ami, il se demandait si lui aussi n'avait pas d'explications quant à sa présence en ville ou bien, s'il était ici pour un potentiel travail. En vue de sa dégaine de chien noir funeste, cela ne l'aurait pas étonné. Il paraîtrait qu'en Angleterre, il y a une vieille légende à propos d'une faucheuse ayant la forme d'un loup, est-ce que cela serait lui du coup ? « Je l'ai découverte que depuis peu pour tout vous dire et je l'ai adoré. Oui, je parle bien du Perce-Oreille ! ». Il continuait, maintenant cette confusion palpable sans vraiment le vouloir. Le Perce-Oreille … Drôle de surnom tout de même qu'il avait trouvé pour son ami alors que celui-ci s'entêtait à le corriger. Mais Jack, quant à lui, s'entêtait à l'appeler ainsi. Et cela pour des millénaires encore. « Qui y a-t-il avec la ville ? », le mort-vivant n'était pas sûr d'avoir compris cette soudaine ponctuation. Aurait-il oublié que c'était lui-même qui avait conduis à cette hypothèse ? Possible. Il avait éclaté de rires. Un rire à la fois macabre et lumineux, tellement joyeux qu'on en oublierait que cet éclat en avait effrayé plus d'un. Pourquoi ? Aucune idée, une envie comme ça. Il avait dû penser à quelque chose qui le rendait jouasse. « Longtemps comment ? Parce qu'en toute honnêteté, c'est difficile de quantifier le temps dans cette ville ». Un nouveau mystère, il avait l'impression que le temps lui filait entre les doigts et se figeait en même temps. Le temps était cassé, mais lui ne le ressentait pas. Car cela faisait longtemps, en effet, que son temps n'était plus compté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageDim 13 Aoû - 14:59

La question le prit au dépourvu. Diogène n’était pourtant pas homme à se laisser surprendre facilement, mais il n’aurait jamais pensé qu’on puisse lui retourner la question. C’était légitime, pourtant. Mais absurde, aussi. Il n’avait aucun besoin d’être changé la ville – les mortels n’avaient aucun besoin d’être protégés de lui. Il n’était qu’un passeur. Il récupérait, guidait. Son rôle s’arrêtait-là et ce, même s’il aurait largement préféré être la grande faucheuse en personne. Il secoua la tête. « Non, elle ne m’a rien fais. Mais j’avais une apparence humaine, donc je suppose qu’elle n’en a pas éprouvé le besoin. » Est-ce que d’autres, en revanche, avait subit le même changement que le squelette bien en chair qui se trouvait devant lui ? Il n’en savait rien. Et Diogène n’était pas certain d’avoir réellement envie de savoir. Connaître les autres, ce n’était pas tellement dans ses habitudes. Et il s’agissait du seul symptôme notable. « Je ne connais personne d’autre qui semble avoir été… Modifié par son arrivée en ville mais peut-être y en a-t-il d’autres. Vous ne devez pas être le seul squelette. » Même s’il ne se souvenait pas en avoir croisé d’autres par le passé. Des vampires, des loups, oui, mais des squelettes ? Jack-O-Lantern était une grande première. Son égo en était flatté – quitte à croiser un squelette, autant croiser le plus connu d’entre eux. Ça correspondait à sa personnalité et l’ange de la mort n’allait guère s’en plaindre. Et si l’homme, enfin le squelette, s’avérait être une figure qui avait fasciné son enfance, ce n’était que du bonus sur lequel Diogène n’allait pas cracher. Après tout, peut-être qu’il pourrait parvenir à faire de ce Jack un allié potentiel – et tout allié un peu hors-du-commun était bon à prendre. Et pour la seconde fois en très peu de temps, Diogène fut surpris. Jamais il n’aurait imaginé la citrouille célèbre du mois d’octobre connaît le gros bonhomme rouge de décembre. Adoré, hm. C’était plus difficile à avaler pour l’être sombre, mais soit. Il pencha la tête sur le côté. « Vous l’avez… Vous l’avez rencontré ? Pour de vrai ? » Il était sceptique. Commençait aussi à prendre l’autre pour un véritable aliéné – le Père Noël n’était qu’une vieille légende contée aux enfants afin de les garder à peu près tenable pendant une année entière. Lui-même avait été relativement déçu en apprenant sa non-existence et il n’était pas prêt d’admettre que cette légende était en vérité réelle. Il avait largement passé l’âge de ces sornettes. L’ange de la mort ne releva les yeux vers son interlocuteur que lorsque ce dernier souleva ses propres mots. Diogène semblait reprendre pied avec la réalité – il avait pensé tout fort, oubliant qu’il n’était pas seul pendant l’espace d’un instant. « Je pense que c’est la ville qui bloque le passage. » Formulée à haute voix, l’hypothèse paraissait ridicule. Il n’avait, pourtant, pas d’autres explications. Et si la ville était en mesure de modifier une partie de l’ADN d’un être, pourquoi ne serait-elle pas capable d’aussi empêcher qu’une personne dépasse ses frontières. Il aurait été en peine d’expliquer ce qui lui soufflait cette intuition, mais Diogène était prêt à mettre sa main à couper qu’il visait juste. Il s’éloigna de quelques pas, les mains maintenant croisées dans son dos. « Longtemps comme dans une autre vie. » Et, quelque part, ça l’était. Une autre vie. Mais ce n’était pas digne d’intérêt. Son autre vie, celle basculée dans un volcan, celle massacrée par son frère aîné, était lointaine. Il ne voulait plus y penser – même s’il espérait toujours pouvoir se venger. « Voyez-vous, je suis mort, moi aussi. » Il jeta un regard par-dessus son épaule pour observer la réaction de Jack-O-Lantern. Il n’en donnait pas l’air. Son corps était toujours chaud, il avait gardé sa chaire. Mais il ne ressentait plus aucun besoin – ni repos, ni faim, ni froid – et son âme avait péri en même temps qu’il était supposé avoir calciné. Sa mort avait été, paradoxalement, le début de sa vie en tant qu’ange de la mort. Et sa nouvelle condition lui convenait bien mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageJeu 24 Aoû - 15:04


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Ce n’était pas le but recherché, de surprendre son interlocuteur. Cependant, Jack voulait savoir s’il était seul ou non dans son cas. Pour le moment, toutes les pistes menaient au fait que oui, il était le seul squelette de la ville à être de nouveau pourvu de chairs et de peaux. Mais, en extrapolant un peu ses recherches, il essayait de relativiser en se disant qu’il n’était pas si loin du compte que ça. Qu’il n’y avait peut-être pas de sac d’os ambulant à proximité ayant retrouvé leurs corps bels et bien entiers, mais que d’autre cas comme des animaux parlants, des sirènes avec des jambes ou bien d’autres créatures mythiques auraient pu se retrouver changer. Et en vue de ce qu’il constatait chez cet homme, ça aurait pu être le cas. Il aurait pu être une de ses nombreuses victimes et pourtant, il dégageait autre chose. Quelque chose de proche avec la mort, sans pour autant trop l’être. Serait-il mort lui aussi ? Cette pensée avait illuminé le visage du squelette, plongé dans ses songes et bien trop occupé à se faire des films pour se montrer attentif à ce que son nouveau compagnon lui contait. Il écoutait ? Possible que Jack écoute. En tout cas, suffisamment pour comprendre qu’il avait déjà un corps humains et que, d’une certaine manière, il avait été immunisé du changement. Donc, devrait-il pensait que … Lui aussi pourrait retrouver son apparence normale ? « En admettant que maintenant, j’en ai de forces, vous pensez que je pourrais retrouver mon apparence normale du coup ? Un peu comme vous ? ». Jack avait pointé sa question en le désignant du doigt, puis en se désignant lui-même avec le même, créant ainsi une mimique d’échange ou de copie. Cela pourrait marcher, la magie faisait tellement de miracle. Cela serait tout à fait étonnant qu’elle refuse de lui donner son apparence alors qu’il n’avait rien fais de spécial. Hormis, bien sûr, terrorisé des enfants pendant des milliers d’années dans la joie et la bonne humeur. Le mot spécial était bien trop relatif, tout dépendait des origines. Le squelette semblait fasciner, happé par son nouvel ami et tous les potentiels surprises que celui-ci lui réserve. Certes, il n’était pas transpirant de joie et de bonne humeur, mais il avait le mérite de savoir de quoi il parlait et pourquoi. Mais aussi, de vouloir… L’aider ? C’était l’impression qu’il dégageait en tout cas. Alors, en juste retour, Jack voulait aussi l’aider. Cela pouvait paraître un peu précipité, un peu étrange, mais il avait vraiment envie de l’aider et de devenir son ami. « Oui, bien sûr que je l’ai rencontré ! Et plutôt deux fois qu’une, nous venons du même univers lui et moi, nous sommes pareils. Quand j’ai découvert sa ville, Christmas Town, j’étais ébloui. C’était la première fois que je voyais autant de joie, de couleurs et de bonnes humeurs ! ». Le monarque ne semblait pas comprendre que ses dires étaient complètement abracadabrantesques. Il ne pouvait pas s’en rendre compte. Qu’arrivé à un âge, les enfants cessent de croire, mûrissent et deviennent cette chose triste que l’on nomme adulte. Il n’y avait rien d’adulte chez Jack. Il n’y avait pas cette petite étincelle de perdue, ni même son envie d’imaginer. C’était … Naturel chez lui de s’émerveiller devant la moindre chose et de donner aux autres l’envie de faire de même. « Pourquoi la ville bloquerait le passage ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi n’aurait-elle pas pu attendre que je finisse le prochaine Halloween ? Nous nous en approchons à grands pas. Quoi que, je ne sais pas, quel jour sommes-nous ? ». Il y avait bien trop de pourquoi dans sa question, tournant en rond comme un chat fou dans un appartement. Hors, l’appartement était actuellement le cimetière et son point d’ancrage, Diogène qui semblait … Perdu ou pensif. Ou alors, perdu dans ses pensées. Jack cessa sa ronde, intrigué par ce qu’il venait de dire avant que sa précédente pensée soit confirmée par les mots de son interlocuteur. « Oh ! Vous aussi ! C’est fabuleux ! ». Fabuleux dans le sens où il se sentait moins seul et pas dans le sens où la mort était cool. Quoi que, du point de vue de Jack, elle l’était. Il avait bondi de quelque pas pour revenir près de Diogène, décidé à le bombarder de questions « Comment vous êtes mort ? Est-ce que vous vous en souvenez ? Vous pouviez vous transformer en chien géant de votre vivant ? ». Tout en lui posant ses interrogations, Jack tournait autour, l’analysant de bas en haut. Il n’avait pas l’air en décomposition, son teint était à peu près normal, était-ce un signe de sa nature angélique ? Ou bien sa mort qui était encore récente ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène Pendergast
angel of death
avatar
angel of death


∞ âge : trente ans, du moins, en apparence
∞ job : restaurateur et expert en joaillerie au musée officiellement, il est un ange de la mort en réalité, il accompagne les âmes nouvellement prises jusqu'aux portes qui les attendent
∞ race : ange de la mort
∞ univers : pendergast serie // légende urbaine (black shuck)
∞ messages : 92
∞ avatar : claflin
∞ pseudo/prénom : manon (gw)

MessageLun 28 Aoû - 18:28

Les questions s’enchaînaient sans que Diogène puisse affirmer quoique ce soit. Y en avait-il d’autres comme Jack-O-Lantern ? Il n’en savait rien. Pourrait-il retrouver son apparence de squelette un jour ? Il n’en avait pas plus idée. Les mystères de Neverland et les conséquences qu’elle semblait causer lui était étranger et, jusqu’à ce qu’il ne croise ce mystérieux squelette, il n’avait même jamais entendu parler d’un tel cas. Une moue stoïque sur le visage, Diogène haussa les épaules. « C’est une possibilité, je pense. Peut-être que cela viendra avec le temps. » Mais pourquoi, alors, la ville aurait-elle changé son apparence si c’était pour la lui rendre plus tard ? Sachant qu’il était inutile de questionner à voix haute, l’ange de la mort garda l’interrogation pour lui, se promettant d’enquêter ultérieurement et, si réponse il trouvait, d’en faire part au maître d’Halloween. Ce serait un juste retour des choses pour toutes les fois où il l’avait fait frissonné durant son enfance – sa façon à lui de le remercier pour ses soirées de terreur passées à réclamer des friandises, sans doute. La conversation dévia alors, prenant un tour surréaliste. Jack-O-Lantern et le Père Noël réunis ? Diogène avait bien du mal à croire pareil anecdote – mais l’autre, pourtant, ne paraissait pas mentir. L’excitation faisait trembler sa voix et l’ange de la mort aurait pu se surprendre à sourire, si seulement il en était encore capable sans que ce soit un rictus sadique. Le squelette ambulant ressemblait à un véritable enfant. « Oui, je me doute que les guirlandes de Noël sont bien loin des araignées qui pendent au plafond… Du même univers, dîtes-vous ? » Il ne pouvait s’empêcher de relever des détails, des mots qui l’intriguaient. Comme des indices qui pourraient peut-être l’aider à mieux comprendre – ou peut-être pas. Mais alors qu’il allait se plonger dans ses réflexions, alors qu’il se détachait petit à petit du monde qui l’entourait, une montagne de question s’abattit sur lui. Il releva la tête, sourcils froncés, essayant de comprendre la ligne de chacune et d’en trouver la réponse afin de mieux y répondre. Est-ce que Jack prenait parfois le temps de respirer ? « Avez-vous remarqué le Dôme qui entoure la ville ? Il est impossible pour quiconque d’en sortir. Plusieurs s’y ont essayé sans aucun succès et ce, peu importe leur nature. » Lui n’avait été que simple spectateur, mais il savait qu’il n’aurait pas plus de chance que tous ceux qui s’y étaient essayé avant lui. « Quant à savoir quel jour nous sommes… » Mais Diogène ne termina pas sa phrase. Il s’apercevait que la date exacte lui échappait. Les jours lui venaient à l’esprit mais aucun ne semblait correspondre à la date du jour, pas plus qu’il n’aurait été en mesure de donner un chiffre précis. « Quelques jours d’Halloween, je suppose, donc probablement en octobre. » Mais sa certitude vacillait et avec elle, son air hautain. Diogène perdait de son assurance tandis qu’il s’efforçait de retrouver un indice sur la question – sans succès. Il ne savait même plus depuis combien de temps il avait cessé de connaître la date du jour – et cette pensée, sans qu’il ne sache pourquoi, l’oppressait. « A vrai dire, je n’en sais rien. » Il avait perdu tout repère temporel, en l’espace de quelques secondes. Hormis la nuit qui les enveloppait, il n’aurait su donner l’heure non plus. L’ange de la mort arqua un sourcil. Fabuleux. Sa mort était donc fabuleuse. Aux yeux d’un squelette, ce devait être possible. Pour Diogène, il n’en savait trop rien. « J’ai été tué, » commença-t-il en choisissant ses mots avec attention. La citrouille d’Halloween n’avait pas besoin de savoir que le crime dont il avait été victime était à moitié un accident et à moitié de sa propre faute – non pas qu’il en ressente la moindre culpabilité, en réalité. « A l’époque, je n’étais qu’un mortel sans aucun don. Je ne me transformais pas, je n’incarnais pas la mort. C’est après mon décès que je me suis vu offert cette… Opportunité et que je l’ai saisie. » Il n’avait pas aimé mourir, Diogène. Parce qu’il n’avait pas terminé sa vengeance, qu’Aloysius s’en était sorti. L’offre de la Mort elle-même, il n’avait pas hésité avant de l’accepter. « Ne cherchez pas de trace, en acceptant de devenir un ange de la mort, j’ai aussi demandé à retrouver mon apparence humaine, sans quoi j’aurai la moitié du visage en cendre. » Le résultat d’une chute dans un volcan. Parfois, la partie de son visage supposée réduite au carbone piquait. Du reste, son cœur avait cessé de battre et le sang ne coulait plus dans ses veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Skellington
undead
avatar
undead


∞ âge : Holà, trop vieux pour compter, aussi vieux que la fête d'Halloween en elle-même
∞ job : Anciennement roi et esprit d'Halloween, il est maintenant au chômage technique.
∞ race : Le plus sexy des squelettes (mort-vivant, cadavre doté d'une intelligence contrairement à certains humains quoi)
∞ univers : disney / burton / nightmare before christmas
∞ messages : 41
∞ avatar : gerard fucking way ♥
∞ pseudo/prénom : shirosaki, pour jouer un mauvais tour encore et toujours

MessageSam 9 Sep - 17:10


✩ ✩ ✩ ✩ ✩  
there must be some kind of way outta here said the joker to the thief


Il était le plus vivant des morts. Peut-être un brin trop joyeux, mais que voulez-vous ? C’est ce qui faisait le charme de Jack après tout. Cette candeur sur son visage pour un vieux sac d’os comme lui. Oh bien sûr, il avait ses passes. Mais en présence des autres, il était rayonnant. A croire qu’il était incapable de se montrer dépressif face à d’autres personnes. Son flot de parole s’écoulait à grandes eaux, incapable de se stopper. Il avait envie de bondir de joie, mais le charisme de l’autre lui insufflait de rester tranquille. Diogène n’avait pas l’air d’être doté de la même capacité de relativiser, loin de là même. C’était quelque chose que le roi d’Halloween acceptait tout à fait. Il n’allait pas le forcer à sourire si celui-ci n’en avait pas envie. S’il pouvait l’aider cependant à afficher un sourire, alors il n’en serait que plus fier encore. Le regard illuminé, Jack s’était perdu dans ses explications, racontant de manière subjonctive sa mésaventure avec le Perce-Oreille. Même s’il s’était bien fait remonter les bretelles, celle-ci l’avait amusé. Mieux encore, il était de nouveau motivé à assurer son poste et à ne plus faire d’écart de conduite. L’interrogation se lisait sur le visage de son interlocuteur, d’avantage quand ce dernier lui avait posé une question, preuve qu’il arrivait à suivre malgré l’enthousiasme débordant du Roi Citrouille. « Oui, c’est exact. En faites, c’est un peu plus compliqué que ça en a l’air. Chacun d’entre nous possède son royaume et pour y accéder, nous avons nos propre voix. Tenez, par exemple, pour voyager, je dois utiliser les tombes pour transvaser entre mon royaume et celui des mortelles. Le Père Noel use lui de boule de neige magique et le Lapin de Pâque, de ses terriers. Nous existons tant que les enfants croient en nous. Mais s’ils cessent d’y croire, alors nous mourrons ». Ce n’était pas drôle, encore moins un sujet à laquelle il fallait arborer un grand sourire. Mais comme dit précédemment, Jack était incapable de se montrer mélancolique face à une autre personne. Il avait une image à préserver après tout. Lorsque Diogène fit référence au Dome entourant la ville, le réflex immédiat du squelette avait été de regarder le ciel. Un ciel peu naturel si vous voulez son avis. Normalement, il y avait des étoiles dans un ordre précis. Là, rien du tout. Juste des veilleuses disposées de manières trop précises et répétitives. Un décor tout à fait mal réalisé. « Comme un cage en somme… Et si ce dôme était détruit, tout le monde pourrait partir, non ? ». Surtout ne pas répondre oui. Car il était bien capable de faire tout son possible pour détruire le dôme dans l’espoir de libérer toutes les personnes prisonnières de cette ville. Ce n’était pas une bonne idée. Mais, cela était pensé avec de bonnes intentions donc, qui pourrait lui ne vouloir ? Quant à la date à laquelle ils étaient aujourd’hui, le doute était palpable. Jack attendait, son esquisse lui tranchant toujours autant les lèvres. Et pourtant, sans faire preuve d’une quelconque impatience. La patience n’était pas une vertu de Jack, oh ça non. Mais, il faisait un effort pour Diogène. Pour ne pas le presser et montrer que même le plus impatient pouvait être attentif et savoir se contenir. La réponse ne manquait pas de le décevoir et il n’en fit rien remarquer. Seulement un léger ‘’oh’’ dessiné avec ses lèvres pour illustrer sa stupeur avant de s’affoler. « C’est une catastrophe, une véritable catastrophe. Si je ne retourne pas au plus vite à Halloween Town, les enfants n’auront pas leur fête et ils ne croiront plus en moi ! ». Et si on s’en réfère à ce qu’il avait dit un peu plus tôt, il mourra. D’ailleurs, à propos de mort, cela lui faisait penser à une question qui lui avait brulé les lèvres. Alors ainsi, son interlocuteur était également mort ? C’était grandiose, absolument fantastique ! Il lui tournait autour, imperméable à l’état contrarié de Diogène. On pouvait considérer ceci comme un comportement irrespectueux, mais c’était tout autre. C’était la curiosité qui guidait ses pas. La mort était son lot, comment pourrait-il se montrer triste face à un autre mort ? « C’est fascinant ! Non seulement vous avez pu acquérir de nouvelle capacité, mais en plus ! Votre corps s’est retrouvé effacé de toutes blessures. Qui est à l’origine d’un tel chef-d’œuvre ? Il faut que je félicite ce maître d’art, je lui envierais presque son talent ». Un léger ricanement s’était échappé de sa bouche. Si seulement la magie qui nourrissait son corps en temps normal avait pu le gracier de la décomposition, il ne serait pas aussi surpris de posséder de la chair et une peau dans cette ville. Mais, il perdrait en charisme, on est d’accord là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

- skellington walking at my door (jack s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jack Skellington
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» fiche technique jack rellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Forest Lawn :: Lafayette-