Clark Kent
dc comics

lire le pré-lien
Charmed Ones
charmed

lire le pré-lien
Mazikeen
lucifer

lire le pré-lien
Hay Lin
w.i.t.c.h.

lire le pré-lien



 

Partagez | 
 

 Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience

Aller en bas 
AuteurMessage
Angie Trudeau-Halliwell

∞ âge : 18 ans
∞ job : Etudiante en droit mais se moque des cours
∞ race : sorcière
∞ pouvoir : • Télékinésie
∞ camp : Neutre
∞ univers : charmed



∞ messages : 40
∞ avatar : Marie Avgeropoulos
∞ crédit : voir avatar
∞ pseudo/prénom : .QUEEN A / Amandine


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Dim 7 Oct - 22:32



J’avais eu envie de m’isoler. J’avais l’impression que tout le monde se plaisait ici. Que personne se moquait d’être ou non, dans le présent. Mon présent. Lorsque j’avais débarqué ici, je m’étais dit que je pourrais faire ce que je voulais. Que je n’aurai pas de parents sur le dos. Que je n’aurais jamais été aussi libre qu’en revenant dans le passé. Mais il y avait eu la rencontre houleuse avec mon père. Puis cette fameuse dispute avec, bien évidemment mon père, mais aussi ma mère. Et je m’étais rendu compte qu’ils étaient encore plus énervants dans le passé, qu’à mon époque. Et cette envie de repartir à mon époque me taraudait depuis le temps. Je n’en parlais pas parce que je ne voulais pas que les autres me prennent en pitié. Je n’en parlais pas parce que je ne me voyais pas abandonner Patience. Certes, elle ne serait pas toute seule. Elle avait sa jumelle et toute la famille. Mais bon, on était tout de même proche et je ne me voyais pas la laisser là. Tout comme je ne me voyais pas repartir à notre époque sans elle. J’avais donc décidé d’aller m’isoler. S’il y a une chose qui était pareil à mon époque qu’à celle-là, c’était bien le fait qu’il fallait absolument avoir des amis. Des gens autre que la famille sur qui on pouvait compter. Et j’avais quelques contacts, souvent rencontrés en boite de nuit ou même sur les bancs de l’université, les rares fois où j’y avais mis les pieds. Je savais que ça pouvait servir. C’est donc grâce à une connaissance que j’avais atterrie dans le quartier de Gotham. Pas reluisant, il fallait bien l’avouer, je faisais tâche lorsque je sortais. Je ne ressemblais pas à tous ses junkies qui planaient à dix milles toute la journée. Bien que j’appréciasse boire, je ne faisais pas la tournée des bars ici. Je ne sortais que très peu. La seule qui connaissait mon adresse était Patience. Parce que je lui avais fait part de mon mal-être. De mon envie de rester seule. De cette envie de repartir à mon époque. De simplement vouloir réfléchir. On s’envoyait souvent des messages. C’était la seule de ma famille qui en avait. Je n’avais même pas daigné dire à mes parents que je partais. Cela faisait maintenant plusieurs semaines que je vivais en autarcie dans un appartement minuscule, qu’on m’avait prêté. Ce n’était pas le grand luxe, mais on s’y faisait, au final. Mais, il va sans dire que je préférais de loin les habitations de luxe et les beaux quartiers.

Aujourd’hui, avec Patience, on avait prévu de se voir. Je lui avais dis qu’elle pouvait venir. Que je l’attendrais à mon appartement. Je n’avais pas forcément envie de sortir. Encore moins de me montrer en ville. Je ne voulais pas croiser mes parents. D’ailleurs, cela m’étonnait quelque peu, que personne n’est réussis à me retrouver avec la magie. Mais bon, je savais que le jour où mes parents me mettraient le grappin dessus, je me prendrais certainement la rouste du siècle. J’étais tranquillement en train de jouer sur la console lorsque j’entendis la sonnette. Je lâchais la manette et me précipitai vers la porte. Je l’ouvris et sautai dans les bras de ma cousine :

« PATIIIIIIIIIII ! Tu vas bien ? » Je la laissais quelque peu respirer. Cela me faisait vraiment plaisir de la voir. Je la laissais entrer et refermai la porte derrière elle, prenant soin de sceller le verrou de cette dernière. Non pas que j’avais peur, mais bon, sait-on jamais. J’ajoutais ensuite : « Tu veux boire un truc ? »

Je me dirigeais déjà vers la kitchenette et pris deux verres. Elle ne pourrait pas refuser. C’était offert par la maison !
Revenir en haut Aller en bas
Patience Halliwell
Patience Halliwell
administratrice



∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : back at the university to work with people just like her mother used to. oh, and she's a witch so she protects the innocent too.
∞ race : witch, daughter of the famous charmed ones
∞ pouvoir : • basic witchcraft
» incantations, potions, localisation, mediumnité
• décélération moléculaire
» évolution en immobilisation moléculaire
• basic whitelighter
» éclipse, guérison, omnilinguisme
• empathie (pas maîtrisé)
• hydrokinésie


∞ camp : she fights against demons and protects innocents; good
∞ univers : charmed, comics et univers étendu

∞ messages : 1043
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ crédit : av/lovewolf
∞ pseudo/prénom : BLINDNESS, manon

burn the witch


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Mar 16 Oct - 22:23

Elle ouvrait le carton et se releva en soufflant, les mains sur le bas du dos qu’elle laissait craquer. Elle avait vraiment horreur de déménager – et plus encore de devoir emménager. Les cartons étaient toujours trop lourds – surtout que Peyton s’était absentée et n’avait pas pu tricher avec sa télékinésie – il fallait trouver de la place à des ustensiles de magie alors qu’elle n’avait même pas terminé d’installer toutes ses étagères encore et en plus – le pompon – l’une de ses armoires ne rentraient pas dans la pièce qu’elle avait l’intention de dédier à la magie. Elle était à deux doigts de se penser maudite. Enjambant le carton plein, Patience se dirigea vers le frigo d’où elle sortit une bouteille de jus de fruit avant d’entendre un couinement provenir de sous l’évier. Elle s’accroupie, finissant nez à museau avec le bébé chiot pour lequel elle avait craqué deux ou trois jours plus tôt. Un mini rottweiler, qu’il lui semblait – mais les races de chien et elle, ça faisait bien deux et elle n’avait pas jugé utile de vérifier – qui lui servait ses grands yeux attendris pour obtenir quelques caresses. Et elle avait beau être une sorcière, elle craquait à chaque fois. Foutue bestiole trop adorable. « T’as d’la chance d’être chou, hein. Parce que bon, c’est pas avec toi que j’vais prendre l’apéro. » Le chien vint se blottir contre elle, comme pour s’excuser de ne pas totalement remplacer Angie. Sa cousine lui manquait. Elle s’était habituée à l’entendre regarder des films ou bien jouer à des jeux dans sa chambre, à la voir débarquer parfois pour proposer d’aller au bar ou pour l’occuper un peu. La vie sans elle était devenue bien trop calme et ce, bien qu’elle essayât d’aller la voir le plus souvent possible. Elle comprenait, Patience, le besoin qu’avait éprouvé Angie de s’exiler un peu. Ça lui était arrivé aussi, pendant un temps. Et si ça la peinait un peu, elle s’efforçait de ne rien en montrer – elle se consolait en se disant qu’elle avait eu de la chance de trouver un appartement pas trop cher à côté de chez Peyton et que c’était déjà chouette. « Tu sais quoi mon gros ? J’pense que tu vas m’accompagner pour aller rendre visite à Angie. » Sans doute que ça pourrait aussi lui faire du bien, à sa cousine, de voir une bouille animale trop choute. Elle aussi, passait ses journées seules – et dans un quartier bof bof, du point de vue de Patience. Le chiot lui donna un coup de langue sur la joue – yerk – avant de japper et de s’enfuir dans le salon au petit trot. Ouais ouais, avant, fallait qu’elle termine de déballer les cartons.

La laisse dans la main, la sorcière se frayait un chemin dans les allées peu glorieuses de Gotham. Le chiot laissait son museau traîner de partout, s’arrêtait régulièrement pour marquer un territoire qui n’était pas le sien – mais Patience avait renoncé à le lui faire remarquer parce que ça tombait dans l’oreille d’un sourd – et tirait parfois pour aller saluer les habitants qu’ils croisaient. Trop occupée à le surveiller tout en essayant de ne pas perdre un bras, elle faillit manquer l’immeuble de sa cousine. D’un coup d’épaule, elle ouvrit la porte d’entrée – le digicode était inutile et elle avait eu vite fait de le remarquer, quand la porte était un peu récalcitrante, il suffisait de lui donner un petit coup et hop, le tour était joué – avant de se faufiler dans l’ascenseur. Elle espérait qu’Angie ne ferait pas de remarque, par rapport au chien. C’était qu’un tout petit bibou, et Patience, elle ne se voyait pas vraiment le faire attendre dans le couloir, moins encore en bas de l’immeuble. « Bon, t’as intérêt à rester sage, hein. Fais-lui tes yeux d’amour et elle va craquer, je suis sûre. » Il secouait la queue comme pour approuver et elle leva les yeux au ciel. T’façon, ce chien, il approuvait tout et n’importe quoi. Elle quitta l’ascenseur, sonna à la porte d’Angie, le chien maintenant caché derrière ses jambes. Il devait avoir un instinct redoutable puisque quelques secondes, à peine, plus tard, sa cousine apparaissait et la serrait dans ses bras. L’aînée avait un large sourire qui était apparu sur ses lèvres alors qu’elle lui rendait l’étreinte. « Ça va, enfin si tu me brises pas les épaules, et toi ? » Elle se glissait dans l’appartement doucement, Angie déjà enfuie dans la petite cuisine – ah bah bravo, elle avait même pas noté le chien. « Avec plaisir, une gamelle d’eau déjà. Et t’as quoi à m’offrir ? » Avec un sourire crispé, elle la rejoignit dans la cuisine, le chien relâché de sa laisse déjà aux pieds d’Angie qu’il reniflait. « Désolée, j’aurai dû te prévenir, mais je me suis dis qu’un peu de compagnie supplémentaire pouvait pas te faire de mal. Il est tout nouveau, mais si tu le gratouille derrière le cou, il va t’adopter en deux secondes. » Même s’il avait déjà l’air de l’avoir adoptée, en fait. Ce qui n’était pas tellement surprenant, c’était un mâle et tous les mâles, humains ou non à priori, craquaient pour Angie.



- T E N D E R N E S S -
no place for me without you







Revenir en haut Aller en bas
Angie Trudeau-Halliwell

∞ âge : 18 ans
∞ job : Etudiante en droit mais se moque des cours
∞ race : sorcière
∞ pouvoir : • Télékinésie
∞ camp : Neutre
∞ univers : charmed



∞ messages : 40
∞ avatar : Marie Avgeropoulos
∞ crédit : voir avatar
∞ pseudo/prénom : .QUEEN A / Amandine


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Jeu 18 Oct - 19:25


Patience, que ce soit dans cette réalité ou à notre époque, était vraiment la cousine que je préférais. On avait les mêmes délires, même si elle était un peu plus responsable que moi. Mais elle ne me jugeait pas. Quoi que je dise, quoi que je fasse, elle était pour m’écouter et me soutenir. Alors, qu’il fallait bien l’avouer, je ne faisais pas vraiment des choix extrêmement judicieux non plus. Et il y en avait de la critique à dire sur ce qui était bien ou non me concernant. Néanmoins, ça faisait du bien d’avoir quelqu’un sui qui se reposer. Bref quoi qu’il en soit, personne ne pourra la remplacer. Elle était beaucoup trop importante à mes yeux. Je l’accueillis comme il se doit lorsqu’elle sonna à la porte. Je lui demandais ce qu’elle voulait boire. Après tout, c’était la politesse. Et puis, elle devait avoir soif. Il faisait encore chaud aux vues de températures anormalement élevées. Lorsqu’elle me demanda une gamelle d’eau, je fronçais les sourcils, attrapant un deuxième verre. Je vis alors le petit chien, qu’elle avait amener avec. Un bébé rottweiler, trop mignon. Je posais les verres et l’attrapa comme si c’était une peluche. Je lui fis un bisou sur la tête, qu’importe s’il n’aimait pas ça. Mais ça n’avait pas l’air de le déranger plus que ça. En même temps, avec Pati, ça devait forcément être une gentille bête. Sinon, c’est qu’il y avait sérieusement un problème. Je le reposais ensuite par terre et lui servis de l’eau dans un bol, que je posais par terre à sa hauteur.

« Tu l’as pris quand ? Et tu l’as appelé comment ? » demandais-je à Patience. Il ne me semblait pas qu’elle m’avait dit vouloir un chien. Ou si peut-être en soirée quand on était trop bourrée pour se rendre compte de ce qu’on disait. Ou peut-être qu’elle ne l’avait jamais dit, tout simplement. J’enchainais : « Et toi, tu veux boire quoi du coup ?J’ai des sodas, du jus de fruit, de l’alcool si t’en veux, de l’eau plate et pétillante et voilà, je crois que c’est tout ! Mais c’est déjà pas mal ! »

Je sortis une bouteille de jus de fruit pour moi, et j’attendis que ma cousine me réponde. C’est juste que je n’avais pas forcément envie de prendre de l’alcool, là, maintenant, tout de suite. Bon, si Patience restait ce soir et qu’elle dormait à la maison, on pourrait revoir la question, sans problème. Une fois que je lui eut versé sa boisson, j’apportais les deux verres près du canapé et l’invita à s’asseoir. Je bus une gorgée et lui demanda :

« Alors, comment tu vas ? Qu’est-ce que t’as de neuf à me raconter ? »

Le chien vint s’asseoir près de nous. Il regardait le canapé comme s’il se demandait s’il pouvait monter dessus. Je le regardais d’un air bête, puis lui fit signe de monter. Après tout, ce n’était pas mon canapé, je n’en avais rien à faire. Moi, égoïste ? Non certainement pas ! e me levais ensuite pour prendre de quoi grignoter. Du salé et du sucré au moins, il y avait le choix. Je repris place à côté de ma cousine et écoutait ce qu’elle allait me raconter. J’adorais les potins et les ragots et lorsqu’on se voyait, c’était toujours ou presque comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Patience Halliwell
Patience Halliwell
administratrice



∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : back at the university to work with people just like her mother used to. oh, and she's a witch so she protects the innocent too.
∞ race : witch, daughter of the famous charmed ones
∞ pouvoir : • basic witchcraft
» incantations, potions, localisation, mediumnité
• décélération moléculaire
» évolution en immobilisation moléculaire
• basic whitelighter
» éclipse, guérison, omnilinguisme
• empathie (pas maîtrisé)
• hydrokinésie


∞ camp : she fights against demons and protects innocents; good
∞ univers : charmed, comics et univers étendu

∞ messages : 1043
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ crédit : av/lovewolf
∞ pseudo/prénom : BLINDNESS, manon

burn the witch


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Mer 24 Oct - 10:42

Elle retint un gloussement devant le regard que lui lançait Angie après sa requête – gloussement qui se transformait déjà en un large sourire quand sa cousine aperçut finalement le petit chiot pour lequel elle craqua immédiatement. Héhé, chiot : 1. L’animal paraissait être aux anges, tout frétillant et jappant en essayant de donner des coups de langue. Patience secoua la tête. Il lui en fallait peu, à ce chien, pour être le plus heureux sur Terre. Et comme le restant des mâles sur la planète, il avait déjà adopté Angie et semblait prêt à aller chasser un oiseau pour ravir son cœur – même s’il ne pouvait pas le confirmer, Patience n’ayant toujours pas appris le langage des chiens. Elle relevait les yeux vers sa cousine quand celle-ci s’intéressait à la petite bête qui gesticulait entre ses bras. « Oh c’est très récent. Ça date d’il y a deux ou trois jours seulement. » Elle observait le chien laper l’eau – et en foutre pas mal à côté du bol – avec exaspération avant de grimacer à l’attention d’Angie. Il avait encore du mal à boire proprement, le coco, c’était pourtant pas faute d’essayer. D’un geste du poignet, elle ramena les gouttes échouer sur le sol dans le bol. « Il… N’a pas encore de nom. J’arrive pas à en trouver un qui lui irait super bien… Mais si t’as des idées, je prends ! » Elle s’asseyait sur l’un des tabourets présents dans la kitchenette, maintenant entièrement tournée vers sa cousine pour reprendre une conversation un peu moins gagatisante. « Désolée de pas t’avoir prévenue, d’ailleurs. Mais je me suis dis qu’une présence supplémentaire ne pourrait pas faire de mal. Et puis ça le fait un peu sortir et, look, il t’a déjà carrément adoptée. » Sa bouche se tordait néanmoins en une grimace d’excuse, davantage pour la forme qu’autre chose – elle se doutait, en vue de la réaction d’Angie, qu’elle ne lui en voulait pas. « Un soda m’ira bien, merci. » Pas d’alcool avant la nuit tombée, surtout avec cette chaleur – et puis, si elle voulait rentrer à son appartement correctement, il valait mieux qu’elle n’ait pas à traverser une partie de la ville en étant ivre. Elle récupéra le verre plein et se dirigea dans le salon pour s’installer plus confortablement. A moitié assise en taille, tournée vers Angie, elle la laissait gérer le chiot qui observait le canapé avec une envie qu’il ne dissimulait pas le moins du monde – mais quel comédien cet animal. Il pourrait probablement rafler un Oscar et voler la vedette à Jennifer Lawrence. « Ecoute, ça va. J’ai déménagé, du coup et je me retrouve dans le même immeuble que Peyton, figure-toi ! J’te raconte pas les soirées qu’on va pouvoir se faire et auxquelles tu es, bien entendu, invitée ! » Enfin pour ça, il faudrait déjà qu’elle déballe ses cartons et c’était plutôt mal parti. Elle était atteinte de flemmardise aiguë et cette maladie pouvait être dévastatrice – c’était le cas pour la sorcière. Elle préférait, et de loin, chiller sous la couette quand elle n’était pas obligée de se rendre en cours ou bien d’effectuer son stage et d’aller aider les gamins de la rue. Comme Angie revenait avec de quoi grignoter, son sourire s’élargit et elle plongea la main dans un paquet de chips pour en ressortir quelques unes. « Et mon nouveau protégé est un pain in the ass, pour rester polie. Il m’agace tellement que j’ai jamais envie d’aller lui sauver les miches des mains des démons. Mais bon, j’ai pas trop le choix, j’entends déjà les Fondateurs me gueuler dessus si je laisse un futur être de lumière mourir parce qu’il est imbuvable. What a dick. Et puis, tu as déjà fait la rencontre de la plus grosse nouveauté dans ma vie. » Elle désigna le chien confortablement installé entre elles, qui lui lança un regard et se déplaça pour venir lui réclamer des caresses qu’elle lui prodigua quasiment immédiatement. Elle était trop faible face à ce monstre. « Et toi alors ? Tu t’ennuies pas trop la journée ? » Son visage se transforma en un air compatissant bien qu’elle refusa d’utiliser son empathie pour lire les émotions qu’Angie pouvait lui dissimuler. Elles étaient cousines et Patience, elle avait au moins cette règle – ne pas user de son don pour découvrir ce que sa famille pouvait ressentir, sauf cas exceptionnel.



- T E N D E R N E S S -
no place for me without you







Revenir en haut Aller en bas
Angie Trudeau-Halliwell

∞ âge : 18 ans
∞ job : Etudiante en droit mais se moque des cours
∞ race : sorcière
∞ pouvoir : • Télékinésie
∞ camp : Neutre
∞ univers : charmed



∞ messages : 40
∞ avatar : Marie Avgeropoulos
∞ crédit : voir avatar
∞ pseudo/prénom : .QUEEN A / Amandine


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Dim 28 Oct - 22:13


J’adorais ma cousine. Quoi qu’elle puisse faire ou dire, je serai toujours de son côté. Aussi, lorsque je vis la petite bouille du rottweiler, je ne pouvais pas lui en vouloir. Il était mignon et puis, ça n’aurait servi à rien de lui en vouloir pour si peu. Elle n’avait pas l’air d’avoir l’animal depuis bien longtemps. De toute façon, connaissant ma cousine, elle aurait fini par se prendre quelque chose. Elle adorait les animaux, tout comme moi. Et a mon époque, j’avais déjà prévu d’avoir une animalerie. Bref, elle ne lui avait pas non plus trouver de nom et me renvoya la balle. Je ne savais pas à quelle heure elle avait vu que j’avais de bonnes idées en termes de nom mais bon… On allait essayer de lui trouver quelque chose de mignon. Ce n’était clairement pas gagné, nous connaissant.

« Bah écoute on va réfléchir. On a toute l’aprem’ pour réfléchir. » Je marquais une brève pause avant d’ajouter : « Fille ou garçon ? » Je n’avais pas pris le temp d’observer ce genre de chose. Je gloussais, cependant, lorsque ma cousine m’annonça qu’il m’avait déjà adopté. Puis j’acquiesçais d’un coup de tête. « T’inquiètes pas, il est mignon donc ça va je l’accepte chez moi. »

Je lui souris puis partis en direction de la cuisine lui chercher un soda. Je lui demandai ensuite les dernières nouvelles. En effet, depuis quelques temps, je vivais comme un ours dans sa tanière. Je ne sortais presque pas. Je n’envoyais de nouvelles à personne. Le seul message que j’avais dû envoyer cette semaine était pour Patience, pour lui dire de passer. Mais mes relations avec les autres s’arrêtaient là. Je lui posais la canette devant elle et attrapa des chips dans le paquet sur la table basse. J’écoutais ensuite ce qu’elle me disait et eût un léger sourire quand elle me parla de son protégé. Elle avait l’air d’en avoir sacrément marre, la pauvre.

« J’attends les soirées avec impatience figure-toi ! » Je marquai une brève pause avant d’ajouter : « Au pire, laisse-le crever, ça te fera des vacances ! » La compassion par Angie, acte 2, scène 1. Je m’estimais heureuse de ne pas avoir un côté être de lumière. Cela devait vraiment être chiant à la longue. Elle me renvoyait ensuite ma question : « Bah écoute, des fois je ne sais pas trop quoi faire mais je passe la plupart de mon temps à regarder des séries ou jouer aux jeux vidéo. Je parle pas à grand monde et j’ai l’impression que personne ne me cherche, donc ça me convient. Ca fait vraiment du bien de se couper du monde. » Je marquais une brève pause avant d’enchaîner : « Bon après le quartier n’est pas tip top, mais bon pour me défendre j’ai mes pouvoirs, dans le pire des cas. Et au final, on s’y fait. Mais bon… c’est pas hyper luxueux et je te cache pas que parfois ça peut foutre la trouille. En vrai, les humains sans pouvoir, c’est presque plus flippant que des démons… » Je rigolais quelque peu, avant de prendre une gorgée de ma boisson et d’ajouter : « Bon, faut tout de même, qu’on lui trouve un nom, non ? C’est l’objectif de la journée ! » Je désignais d’un coup de tête le chien entre nous deux et attendis que Patience fasse une proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Patience Halliwell
Patience Halliwell
administratrice



∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : back at the university to work with people just like her mother used to. oh, and she's a witch so she protects the innocent too.
∞ race : witch, daughter of the famous charmed ones
∞ pouvoir : • basic witchcraft
» incantations, potions, localisation, mediumnité
• décélération moléculaire
» évolution en immobilisation moléculaire
• basic whitelighter
» éclipse, guérison, omnilinguisme
• empathie (pas maîtrisé)
• hydrokinésie


∞ camp : she fights against demons and protects innocents; good
∞ univers : charmed, comics et univers étendu

∞ messages : 1043
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ crédit : av/lovewolf
∞ pseudo/prénom : BLINDNESS, manon

burn the witch


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Lun 19 Nov - 9:43

Elle aurait sûrement pu faire un effort et trouver un nom pour le chien – au moins un truc temporaire, histoire de l’appeler autrement que par des sifflements ratés ou des toutou répétés jusqu’à ce que l’animal se reconnaisse – mais, la vérité, c’était que l’idée ne lui avait qu’effleurer l’esprit. Patience, elle s’était dit qu’elle trouverait un nom quand elle aurait de l’inspiration et tant pis si ça devait venir pour des années plus tard. Mais comme Angie mettait le sujet sur le tapis, elle se rendait maintenant compte combien il serait plus judicieux de lui en trouver un, et vite. Le regard baissé vers la boule de poils heureuse d’avoir l’attention sur lui, elle échappait un sourire et secouait la tête. « T’as un livre des prénoms pour chien ? » Elle arquait un sourcil – hors de question pour elle de nommer l’animal avec un prénom d’humain ; il fallait être sacrément sonné pour le faire. « Mâle ma chère, t’as pas vu comment il frétille en te voyant ? » Elle lâchait un rire à sa taquinerie avant d’esquisser une grimace pour se faire pardonner. « On oublie les noms de démons ou de créatures maléfiques ou les noms trop humain, » prévenait-elle, un doigt levé comme dans une fausse menace. Elle ne voulait pas prendre le risque de voir son bébé chiot trop adorable devenir un monstre sanguinaire parce qu’elles auraient fait l’erreur de le nommer Balthou ou Voldemort – nope, no way, son chien était beaucoup trop chou pour porter un nom aussi affreux, de toute manière. Elle s’accroupit pour lui donner une caresse sur le sommet du crâne, grattant rapidement derrière ses oreilles avec un large sourire. Elle était beaucoup trop gaga de ce chien, il allait probablement être sa perte. Mais elle était prête à faire ce sacrifice, si c’était pour le bien de l’animal. Le chien était supposément le meilleur ami de l’homme et Patience, elle acceptait cette théorie avec grand plaisir. Et puis une sorcière avec un chat, c’était beaucoup trop cliché. Elle relevait la tête en direction de sa cousine, se redressait pour se rendre dans le petit salon et s’installer, le soda à la main, sur le canapé où elle prenait ses aises. C’était sûrement d’avoir vécu avec Angie qui lui donnait ce sentiment qu’elle pouvait faire comme chez elle ici – même si ce n’était pas chez elle et techniquement, pas vraiment chez Angie non plus. Elle buvait une gorgée, piquait des chips, se tournait vers sa cousine pour lui faire part des derniers ragots. Rien de bien croustillant à se mettre sous la dent, en réalité, d’autant plus qu’elle essayait au mieux de trop s’étaler sur la vie des Halliwell. Elle savait qu’Angie n’était pas vraiment proche de leur famille, savait aussi qu’elle était la seule à vraiment être en contact avec elle – elle en était très touchée, l’aidait du mieux qu’elle pouvait même si une partie d’elle espérait que les choses puissent mieux se passer. « Promis on te préviendra en premier dès qu’on en organise une ! Puis à l’occas’, faudra que tu passes voir mon nouvel appart aussi. Je crois que j’ai encore des affaires à toi dans les cartons, d’ailleurs, si jamais t’en as besoin, tu me dis, j’te les rapporterai. » Sauf si ledit carton figurait parmi ceux qu’elle avait descendu à la cave – là, il faudrait sans doute un peu moins compter sur elle pour trouver la force de faire un aller-retour. Surtout depuis la dernière fois où Peyton et elle s’étaient retrouvées à affronter de sales petites créatures horribles quand elles étaient descendues. Elle éclata de rire, d’un vrai rire franc avant de secouer la tête. « C’est pas aussi simple, je te rappelle que je suis censée le protéger, pas le regarder mourir. » Mais ça ne l’étonnait pas, venant d’Angie – et ce n’était pas comme si elle n’y avait pas pensé. Mais si laisser un protégé mourir signifiait perdre ses ailes et devoir dire adieu à sa part être de lumière, elle trouvait que le jeu n’en valait pas la chandelle. C’était compliqué, de prendre soin des autres quand elle-même continuait de balbutier dans le monde de la magie, mais elle s’y était faite et, pour être honnête, elle adorait son côté être de lumière. Elle haussa les épaules, défaitiste acceptant son sort, avant de lui retourner la question. Elle retenait une grimace, consciente que sans aller en cours et sans bosser, le temps pouvait paraître long à sa cousine. « Tu vas devenir une vraie geek, fais gaffe, » la taquinait-elle avec un clin d’œil. « T’avais pas trouvé un job dans une boîte de nuit une fois ? » C’était sans doute un terrain risqué – Angie et le boulot, c’était quand même assez difficilement compatible. Mais si ça pouvait lui éviter de tourner en rond, c’était déjà ça. « M’en parle pas, il suffit de regarder les info pour se rendre compte que les innocents sont parfois tout sauf innocents. » Elle lâchait un soupir, habituée à vaincre des démons, moins à observer des crimes passionnels sans queue ni tête. Elle attrapait l’une des oreilles du chien, jouait avec un instant en se mordant la lèvre. « Et… Du coup, tu t’en sors avec ton pouvoir ? » Patience, elle savait qu’Angie n’était pas celle de la famille qui utilisait beaucoup ses pouvoirs. Que c’était même plutôt l’inverse – ce qu’elle avait parfois du mal à comprendre, parce que si elle possédait la télékinésie, nul doute qu’elle abuserait tous les jours. Elle se resservait une poignée de chips avant d’acquiescer, la bouche pleine et les joues gonflées. « Bon, s’il avait eu la bonne couleur, j’aurai proposé de l’appeler Simba, mais du coup, ça va pas. Et je préfère retirer Scar de la liste des possibilités, j’aurai trop peur qu’il devienne un psychopathe… » Quant à Mufasa, c’était pas vraiment ce qu’il y avait de plus joli si on lui demandait son avis.



- T E N D E R N E S S -
no place for me without you







Revenir en haut Aller en bas
Angie Trudeau-Halliwell

∞ âge : 18 ans
∞ job : Etudiante en droit mais se moque des cours
∞ race : sorcière
∞ pouvoir : • Télékinésie
∞ camp : Neutre
∞ univers : charmed



∞ messages : 40
∞ avatar : Marie Avgeropoulos
∞ crédit : voir avatar
∞ pseudo/prénom : .QUEEN A / Amandine


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Mar 11 Déc - 19:51


Cela me faisait réellement du bien de voir Patience. Pas parce que je m’ennuyais seule chez moi, mais plutôt parce que Patience, c’était… Patience. C’était l’une des personnes dans la famille de qui j’étais la plus proche. Ne me demandez pas pourquoi mais c’était comme ça. On s’entendait bien malgré nos deux caractères différents. Et malgré le fait qu’on avait pas du tout la même vision sur la magie. Mais on s’était toujours entraidé, quelle que soit la situation. Et je savais également, je pouvais compter sur elle, quoi qu’il puisse passer. Patience ne me trahirait jamais et c’est ce que j’adorais chez elle. Je rigolais lorsqu’elle me parla d’un livre pour prénom. Non mais elle ne savait plus quoi inventer !

« Si, si toujours sur moi, voyons ! Ironie quand tu nous tiens. Mais je continuai de rire lorsque je l’entendis répondre. « Euh… Qu’est-ce qui te fait dire que je n’attire pas aussi les filles ? » Je jouais avec mes cheveux telle une publicité pour une coloration tout en regardant Patience, avec des yeux de biche. J’adorais l’autodérision et je n’avais pas peur de rigoler de moi-même. « Ca me va ! » Répondis-je simplement.

C’est vrai qu’il était vraiment chou. Je le caressai ensuite, puis pris mon verre pour en boire une gorgée. Il n’y avait rien de meilleur que des chips et un soda avec ou sans alcool. Ce n’était pas forcément bon pour la ligne, mais j’étais persuadée qu’il existe une formule qui pourrait me faire perdre des kilos. Je savais qu’il ne fallait pas utiliser la magie à des fins personnels, mais bon… Je m’en moquais pas mal des remarques que les uns et les autres pourraient me faire. Je souris lorsque Patience m’informa qu’elle avait bien l’intention de m’inviter lorsque mes cousines feraient une fête. Ca va, je n’étais pas exclue totalement de la famille. Je savais qu’elles n’étaient pas comme ça, mais on n’est jamais sûre de rien, après tout. Je rigolais ensuite lorsque Patience m’informa qu’elle était censée protégé des innocents. J’aurai détesté être un être de lumière, je crois.

« Oh, bah ça va, si t’es que censée les protégé, t’as le droit d’en oublier quelques un, non ? »

J’avais pas mal de répartie lorsque je m’y mettais réellement. Mais je n’en faisais pas preuve tout le temps. Juste à bon escient. J’expliquais ensuite à ma cousine ce que je faisais de mes journées. Elles se résumaient, ni plus, ni moins qu’à passer mes journées devant des jeux vidéo.

« Non mais t’sais que je deviens douée. Genre je joue en réseau et tout et j’arrive à gagner de plus en plus, c’est trop cool ! » Je marquais une brève pause et ajoute : « Tu voudras qu’on fasse une partie ? »

Grand sourire, qui s’effaça quelque peu lorsque Patience me parla de boulot. En réalité, le sujet du travail était comme le sujet de la magie : il fallait les éviter avec moi. Bon, je n’en voulais pas à Patience. Mais si ça avait été mon père ou ma mère qui m’avait posé la question, ça n’aurait pas été le même refrain. Je lui répondis simplement :

« Bah si j’y suis toujours. Enfin, un peu moins en ce moment que je suis retranchée ici mais sinon j’ai toujours ma place là-bas. Du moins, aux dernières nouvelles ! »

Je n’avais pas dit à Patience que j’étais danseuse. Je savais que, même si elle ne me jugerait pas, elle ne comprendrait pas forcément. Personne dans la famille n’était au courant. Je n’avais pas honte de ce job, mais je voulais aussi garder mon petit jardin secret. Je bus une nouvelle gorgée lorsque Patience aborda le deuxième sujet qui fâche. Je soupirais légèrement.

« Non je m’en sers pas. Des fois j’essaie de faire des trucs mais les objets finissent toujours par se casser, alors ça m’énerve. Je dois sûrement être la seule de la famille qui a un pouvoir qui sert à rien ! »

Et pourtant, il y avait bons nombres de sorciers et sorcières qui rêveraient d’avoir le pouvoir de télékinésie. Moi, il m’emmerdait plus qu’autre chose. Je continuais de regarder ma cousine, elle allait sûrement me dire le contraire. Mais quand on parlait magie, ça rentrait par une oreille et ça ressortait par une autre. Mais on changea rapidement de sujet pour en revenir au chiot qu’elle avait amené. Je rigolai et lui dis :

« Mais y a pas une histoire de lettre. Genre chaque année, c’est une lettre différente ? » J’attrapai mon téléphone pour vérifier rapidement mes dires. « Ah si ! Cette année, c’est le O. Faut trouver un truc en O. » Je réfléchit quelques secondes de sortir : « On a qu’à l’appeler… Octopus ? Ou Olive ? » C’était des idées pourries et je le savais mais tant pis. Patience n’en aurait pas plus que moi, de toutes façons.
Revenir en haut Aller en bas
Patience Halliwell
Patience Halliwell
administratrice



∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : back at the university to work with people just like her mother used to. oh, and she's a witch so she protects the innocent too.
∞ race : witch, daughter of the famous charmed ones
∞ pouvoir : • basic witchcraft
» incantations, potions, localisation, mediumnité
• décélération moléculaire
» évolution en immobilisation moléculaire
• basic whitelighter
» éclipse, guérison, omnilinguisme
• empathie (pas maîtrisé)
• hydrokinésie


∞ camp : she fights against demons and protects innocents; good
∞ univers : charmed, comics et univers étendu

∞ messages : 1043
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ crédit : av/lovewolf
∞ pseudo/prénom : BLINDNESS, manon

burn the witch


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Lun 31 Déc - 14:39

Elle prenait la mouche devant le ton des plus ironiques de sa cousine – Patience, elle pouvait se montrer susceptible. Elle plissait les yeux, prête à répliquer qu’elle savait que ce genre d’ouvrage existait, qu’il y en avait même un à la librairie de Diagon Alley mais Angie enchaînait déjà et l’herbe lui fut coupée sous le pied. La sorcière, elle ne sut pas quoi répondre dans l‘immédiat parce qu’elle essayait de se peindre le tableau dans sa tête. Angie en soirée, à se faire accoster par une fille qui essaierait de lui faire du charme. Dans le fond, ça paraissait logique ; Angie était, et de loin, la plus jolie de toutes les Halliwell, mais la plus âgée n’avait jamais pensé qu’Angie puisse prêter une grande attention de savoir si elle plaisait aussi aux filles. Et voilà qu’elle se promettait d’essayer, à leur prochaine tournée des bars. « Waaaaaaait ! T’es en train de me dire que tu t’es déjà fait draguer par une fille ? Raconte ! » Elle voulait connaître tous les croustillants détails que sa cousine pourrait avoir à lui donner sur l’anecdote – et elle se voyait déjà la teaser pour le restant de leurs jours avec. Et puis, si Angie était intéressée par les filles, alors ça lui faisait encore plus de possibilités pour réussir à la caser ; et sans vouloir se vanter, Patience, elle connaissait un tas de nanas géniales qui feraient un couple d’enfer avec Angie. Elle se perdait dans un listing mental, notant de recontacter celles qu’elle n’avait pas revu depuis qu’elle quitté son job au Merlotte, avant d’en être tirée par les derniers potins à raconter. Sans perdre son sourire, Patience secoua la tête de droite à gauche, faussement exaspéré par la réaction de la plus jeune. C’était probablement une bonne chose qu’elle n’ait pas hérité des ailes d’être de lumière d’Andy – ou avec elle, tous les innocents seraient morts et enterrés depuis longtemps. « Difficile de les oublier quand tu as une alarme qui résonne dans ton crâne sitôt que l’un d’eux est en danger… Et crois-moi, si je pouvais la mettre sur silencieux, ça ferait longtemps que je l’aurai fait. » Elle grimaçait, le nez plissé. Le pire, c’était se faire réveiller en pleine nuit à cause d’un protégé qui aura voulu jouer au super héros nocturne – des imbéciles, parfois, ces apprentis sorciers. « Mais ils sont cool, parfois. Un peu bizarres mais… Je sais pas. Ils me rappellent moi à leur âge, je pense. L’autre jour, l’un d’eux s’est déguisé en limace parce que son pouvoir est genre de créer de la colle avec ses mains et il trouvait que ça ferait un chouette super héro. Je pense sérieusement le faire interner. Une limace. » Un rire lui échappa au souvenir – et surtout, au regard beaucoup trop sérieux du protégé quand il le lui avait annoncé. Elle secoua la tête pour chasser les images du jeune adolescent de quatorze ans engoncé dans une tenue dégueulasse et s’intéressa à la vie de geek de sa cousine. Hmmm, ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas touché une console, d’ailleurs. « Waoh, une vraie nerd dis-moi ! Mais rassure-moi, tu ne joues pas qu’au mahjong, hein ? » Non parce que jouer au mahjong pouvait difficilement faire obtenir le titre de Geek Goddess. « Mais ouais grave ! Ca fait une éternité que j’ai pas joué. En fait je crois que depuis qu’on est ici, j’ai pas joué… Ouch, tu jugeras pas mes compétences hein ? » Parce que ça voulait aussi dire qu’elle ne connaissait pas les consoles de cette époque – et ça, ça n’annonçait rien de bon pour ses scores. La grimace qui s’était esquissée sur ses lèvres s’élargit alors qu’elle abordait le deuxième sujet le plus fâcheux quand il était question d’Angie. Elle savait que sa cousine lui pardonnait le sujet plus facilement qu’elle ne l’aurait fait avec n’importe qui – sûrement parce qu’elle ne jugeait pas, parce qu’elle posait juste la question, sans chercher à faire la morale derrière. Elle était plutôt mal placée pour la faire, de toute façon. « Waoh, ton patron doit être super cool pour te laisser disparaître. Damn, si j’avais su j’aurai pas repris mes études pour bosser là-bas. » Même si là-bas n’avait pas de nom plus précis et qu’elle ignorait en quoi consistait le travail susnommé. Tout ce qu’elle avait réussi à glaner comme informations, c’était que le patron était canon et que la paie était suffisante. « Faudra que tu me donnes le nom de la boîte, si jamais tu peux faire des cocktails à ta cousine préférée, ça m’intéresse. » Elle levait son verre de soda dont elle but une gorgée avec un sourire. Elle manqua de s’étouffer au coup de gueule d’Angie, reposa son verre sur la table basse pour plus de sûreté. « Un pouvoir qui sert à rien ? Oh my… Tu bouges les objets par la pensée, si tu savais combien j’ai pu rêver d’avoir ce pouvoir. C’est trop cool, tu peux faire chauffer des pop corns sans bouger de ton canapé, faire dégager les personnes indésirables de ton appartement sans avoir à crier, tu peux même manger sans utiliser tes couverts ! » Le pouvoir parfait pour la procrastinatrice qu’elle était au fond d’elle-même – c’était sûrement pour ça qu’elle n’avait pas hérité de ce pouvoir. Parce qu’elle n’aurait jamais bougé les miches de son lit ou de son canapé et qu’elle serait devenue obèse et impotente si ça avait été le cas. « Moi je peux arrêter le temps s’il-te-plaît. A part te faire gagner deux minutes, ça sert pas à grand-chose. Ou pire ! Savoir les émotions des autres, je crois pas qu’on puisse faire plus useless. C’est même carrément horrible parce que crois-moi, t’as pas envie de savoir quand un mec se fait chier quand tu lui parles. » Ou qu’il n’éprouve aucun sentiment. Elle haussait les épaules. « Après c’est normal que ça casse, tu le maîtrise pas. » Et elle était trop maligne pour oser lui demander une petite démonstration. Elle tenait encore à avoir le privilège de pouvoir venir se réfugier dans l’appartement de sa cousine sans se faire kicked out. Mais, quand même, Patience avait toujours été un peu jalouse de Peyton et Angie, toutes deux dotées de la télékinésie. « Oh ? » Elle se redressait, attrapant le visage du chiot pour frotter son nez contre son museau, évitant de justesse un coup de langue pendue. « Octopus ? Tu te vois vraiment appeler un chien pieuvre dans une autre langue ? » Elle avait arqué un sourcil, pas moqueuse mais presque. « Olive j’aime bien. Y a Onyx sinon, Oasis, Orage ! Quoique non, oublie Orage. » Elle avait lu quelque part que la plupart des chiens avaient peur du tonnerre et ce serait trop ironique que le chien appelé Orage tremble de peur à chaque fois qu’il y ait de la foudre à l’extérieur.



- T E N D E R N E S S -
no place for me without you







Revenir en haut Aller en bas
Angie Trudeau-Halliwell

∞ âge : 18 ans
∞ job : Etudiante en droit mais se moque des cours
∞ race : sorcière
∞ pouvoir : • Télékinésie
∞ camp : Neutre
∞ univers : charmed



∞ messages : 40
∞ avatar : Marie Avgeropoulos
∞ crédit : voir avatar
∞ pseudo/prénom : .QUEEN A / Amandine


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   Mar 8 Jan - 22:07


Je regardais Patience. J’adorai la mine légèrement renfrognée qu’elle affichait devant le fait que je me moque d’elle. Mais j’avais toujours été comme ça. Avec moi, c’est sot on accepte mon humour et donc mes moqueries, soit on se barre sans demander son reste. Je n’allais pas changer pour quelqu’un. Il en était hors de question. J’éclatais de rire lorsque Patience me demanda si je m’étais déjà fait draguer par une fille. Il était vrai que je ne racontais pas forcément toutes mes épopées de soirée. Finalement, avec du recul, je pourrais presque en écrire un livre. Et jouer sur les temporalités entre l’époque d’où je venais et celle-ci. Il fallait sérieusement que j’y réfléchisse. Angie, future auteur ! Ça sonnait plutôt bien. Ou pas. Je répondis simplement à une ma cousine :

« Oh tu sais il n’y a rien à raconter. C’est juste super bizarre en fait. Mais tu sais pour un verre gratuit, j’sais faire semblant… » Je regardais Patience et je la connaissais par cœur. Je rétorquais presque aussitôt : « Juste pour informations chère cousine, je ne suis clairement pas de ce bord-là !

Je la voyais déjà chercher avec qui elle pourrait bien me caser, en termes de filles. Ceci dit peut-être qu’avoir une relation avec une fille pourrait être moins compliquée. Au moins, je comprenais comment une fille fonctionne. Enfin bon, après mure réflexion ce n’est vraiment pas ma tasse de thé. Je préférais, de loin, le gente masculin. Avec des muscles saillants de préférences. J’écoutais ensuite ma cousine me raconte ses aventures avec ses protégées. Heureusement que je n’avais pas ce pouvoir-là. Ça doit être tellement chiant d’aller sauver des imbéciles finis. Ca me fatiguait et me saoulait rien que d’y penser. Je rigolais néanmoins de son innocent qui s’était transformé en limace.

« En limace ? Sérieux ? » Je marquais une brève pause avant d’ajouter : « le mec il a des pouvoirs et il se transforme en limace ? Non mais j’sais pas moi j’aurai choisi une licorne ou une fée, mais pas une limace. Beurk, c’est dégoutant en plus ! »

Moi et les insectes, ça faisait deux. Inutile de dire que malgré mes pouvoirs, je hurlais lorsque je voyais une araignée. Nénamoins, je ne voyais pas l’intérêt de se transformer en limace. Surtout pour ressembler à un super-héros. Non mais franchement, n’importe quoi. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait dans la tête des gens, parfois. On parlait ensuite des jeux vidéo. Entre les graphismes qui étaient pourries et les consoles qui étaient énormes et moches, il avait fallu que je m’habitue à tout cela. Je rigolais de nouveau en entendant la question de ma cousine :

« Non pas au majhong. Je joue à des jeux de cette époque, qui sont d’ailleurs pas top ! » Je marquais une brève pause avant d’ajouter : « J’ai un jeu qui s’appelle Call of Duty, genre c’est un truc de guerre, t’es en équipe et faut tuer l’adversaire. Tu sais quoi ? J’suis meilleure avec une arme qu’avec mes pouvoirs ! Mais bon celui-là c’est chiant à la longue. Puis sinon, j’ai des jeux de voiture, ça c’est cool et je suis douée. Et des jeux que tu peux jouer en solo, il y a même des trucs avec les zombies. Tu vois j’ai pas besoin d’aller à la chasse au démon, j’en ai dans mes jeux. » Je pris une gorgée de ma boisson, après avoir sourie à ma cousine. Je lui répondis ensuite : « Non, non je te jugerais pas, je me moquerai juste un petit peu, c’est tout. »

Je souris lorsque Pati me dit que mon patron était sympa. J’étais contente qu’elle ne sache pas exactement de quel métier il s’agissait. Je n’étais pas sûre qu’elle soit forcément d’accord. Mais bon, tant qu’elle ne posait pas la question, tout irait bien dans le meilleur des mondes.

« Pas de souci, je te le donnerai. »

Je souris de nouveau à ma cousine, avant qu’on ne change de sujet. Et celui que je redoutais le plus arriva sur la table : la magie et mon pouvoir. Elle paru choqué lorsque je lui dis que mon pouvoir ne servait à rien. Je rigolais légèrement lorsqu’elle me dit que je pouvais faire pleins de trucs avec. Je pris un air à mon père en essayant de l’imiter :

« On utilise pas son pouvoir à des fins personnelles ! » Je marquais une brève pause avant d’ajouter : « Mais même, il me sert à rien parce que je ne vais pas à la chasse aux démons, je passe le plus clair de mon temps, en ce moment, sur la console. Puis je préférerais figer le temps, comme ça quand mon père vient me faire une leçon de morale, je fige le temps et je m’en vais ! »

Je n’avais aucun feeling avec la magie, c’était comme ça. Je le revendiquais et je voulais simplement qu’on accepte mon choix. Je ne voulais pas pour autant brider mes pouvoirs pour ne pas décevoir tout le monde. Alors pour le moment, je restais comme ça et ça me convenait parfaitement. On dévia ensuite sur la recherche d’un nom pour le chien. Je rigolais à ma propre proposition.

« Bah pourquoi pas ? C’est original, non ? » Je marquais une courte avant d’ajouter : « J’aime bien Onyx et Oasis. Il y a aussi Ouragan ou Olaf. »(/b] Brève pause avant de sortir une nouvelle connerie : [b]« Ou Oscar ! »

Bah quoi ? Au moins, je proposais des choses, même si c’était nul !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweetgirls in an ugly flat | ft. Patience
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ugly Kid Joe
» « What I am else a faceless woman ? Nothing, because I'm just ugly. » || Validée
» Selene ~ The pretty lies and the ugly truth
» the pretty lies, the ugly truth ▽ NIKARA II
» (Flora) Pretty lies, ugly truth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Gotham :: Hell's kitchen-
Sauter vers: