Partagez | .
 

 - mom, the savior (paige)

Patience Halliwell
witch
avatar
witch


∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : used to be a law student, now she's waitress in a bar
∞ race : sorcière, descendante directe des charmed ones
∞ univers : charmed, comics et univers étendu
∞ messages : 455
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageMar 18 Avr - 9:30

♡ ♡ ♡ ♡ ♡
(paige&patience)


Patience osa un nouveau regard en direction de son miroir avant de hocher la tête. Bon. La coiffure allait, les vêtements aussi. C’est qu’elle ne voulait pas paraître négligé devant sa mère. Enfin, la version dix-ans-de-moins de sa mère. Non pas qu’elle pensait que Paige puisse la juger sur une apparence, mais elle tenait à se faire jolie, le plus possible en tout cas, pour ne pas faire honte, ou donner une image fausse d’elle-même. La demoiselle passa une main dans ses cheveux avant de claquer la porte de son appartement pour ensuite quitter le bâtiment. Elle avait hésité à s’éclipser directement chez la version dix-ans-de-moins de sa mère, encouragée par le fait que son père s’y trouverait probablement, avant de se mettre l’idée de côté. Débarquer sans prévenir, enfin pas tellement mais elle se comprenait, dans le cocon de ses parents n’était pas une bonne idée pour tisser des liens avec eux. Elle avait donc convenu avec version dix-ans-de-moins de sa mère de se retrouver directement au café où elles avaient prévu de boire un verre. Faire plus ample connaissance. Du moins, dans un sens, car Patience était à peu près certaine qu’elle n’avait plus grand-chose à apprendre sur sa mère. Au mieux, elle pourrait noter les différences de caractère – qu’elle estimait minime puisqu’il s’agissait de son propre passé et elle était à peu près certaine qu’elle naîtrait d’ici quelques années seulement. Petite discussion autour d’un verre, donc, pour resserrer des liens qui, hélas, s’étaient étiolés au fil des années, l’adolescence n’aidant guère. Patience attrapa le pan de sa jupe qu’elle tortura de ses doigts avant de rejoindre le café qui leur tenait lieu de point de rendez-vous. Glissant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle lança quelques coups d’œil dans l’espoir de retrouver sa mère, mais elle ne reconnut pas son visage familier et elle s’assit sur une table en terrasse. La météo avait annoncé un beau temps, un ciel clair et des températures de saison. Autant, donc, en profiter. Installée, elle commanda deux verres, oubliant momentanément que cette version dix-ans-de-moins ne buvait peut-être pas systématiquement la même chose quand elle se rendait dans un lieu. La serveuse partait tout juste lorsque Patience aperçut sa mère arriver. Aussitôt, elle se leva de son siège, un large sourire sur les lèvres et elle alla la retrouver. L’hésitation ne dura qu’un quart de seconde. Elle l’enlaça tendrement, retrouvant la promiscuité qu’elles avaient eu lorsqu’elles s’étaient retrouvées/rencontrées – il était difficile de définir cet instant partagé, en réalité. « On a de la chance, il fait beau ! » lâcha-t-elle avant de prendre la main de Paige pour l’entraîner à la petite table qu’elle avait fait sienne. « J’ai déjà commandé… Hm. J’ai, euh, présumé que tu prendrais un cocktail maison… » Patience baissa les yeux, consciente, à présente, que son geste pouvait être mal interprété, même par celle qui devait devenir sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Matthews
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 29 ans
∞ job : Détruire le monde
∞ race : Sorcière
∞ univers : Charmed
∞ messages : 523
∞ avatar : Rose McGowan
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageLun 24 Avr - 23:14

La vie n'était-elle pas une vaste blague ? Combien de personne, s'était perdu, en cours de route, alors qu'ils ne pensaient qu'au bien être de leurs proches ? Combien de fois, j'avais vu ce schéma, se répéter, sous mes yeux ? N'était-ce pas moi, qui était perdu, aujourd'hui ? Perdu dans un flou total entre cauchemar, et réalité. Il s'était passé tant de chose, en aussi peu de temps.. Notre dernière bataille, qui avait bien failli nous coûter la vie, ces démons, que nous avions pensés être débarrasser, au moins quelques temps, mais qui étaient toujours plus nombreux, ma fille. Oui, puisqu'il semblait que j'avais une fille, dans un futur proche, ou plutôt des filles, et un petit garçon, d'après la dernière discussion que j'avais eu avec Patience. C'était étrange, et.. légèrement flippant, aussi, d'apprendre que j'allais finir mère. Pas que cela puisse être une mauvaise chose, je me suis toujours imaginer finir avec des enfants, comme mes sœurs, d'ailleurs, mais est-ce que j'étais prête à ça, est-ce que j'étais prête à devenir mère, à m'occuper d'enfant ? A prendre les bonnes décisions, pour eux ? C'était ce genre de question, que je mourrais d'envie de poser, à Patience, mais que je gardais au fond de moi. Il suffirait d'un rien, pour que j'agisse d'une manière différente, que notre avenir puisse être remis en question. Il suffirait d'une maigre décision, que je prendrais, différente de celle que Patience connaît, et elle ne deviendrait peut-être pas la femme que j'avais en face de moi, aujourd'hui. Je ne regrettais pas l'arriver de Patience, bien loin de là, mais je redoutais la pression qui pesait sur mes épaules. Mais c'était des détails, que je préférais lui cacher, de peur qu'elle se remette la faute dessus.

De toute façon, ce n'était pas jour, à penser à cela, j'avais rendez-vous, avec elle, et j'espérais bien que cela me permettrait d'en apprendre plus, sur elle. Sur le reste de notre famille, aussi, bien entendu, mais puisque c'était elle, qui était présente, s'était sur elle, que ma plus grande partie de curiosité s'adressait. A la voir, installée à une table, je me rends compte que toutes mes élucubrations, n'ont pas manqué de me faire arriver en retard, en plus de me retourner la tête. Je ne retiens pas un franc sourire, lorsqu'elle m'aperçoit, et son accolade chaleureuse, est bienvenue. « J'espère que je ne t'ai pas fais attendre longtemps ? » C'était vrai, c'était une belle journée, qui s'annonçait, ce qui allait sans doute nous permettre d'en profiter ensemble bien au delà de ce simple verre, autour d'une table. J'ignorais, quel genre de relation, nous avions, pour elle. Je ne savais, que ce qu'elle avait accepté de m'en dire, c'est à dire, pas grand chose, au vu du nombre important de sujet, que nous avions dû aborder, dans la précipitation, lorsque je l'avais découverte sur le palier du manoir. Mais dans ce monde, qui était le mien, rien ne m'empêcher de créer une complicité avec elle, telle que je l'imaginais moi-même. J'ai pris un instant, pour l'observer, aussi magnifique, et belle, qu'à notre première, et dernière rencontre jusque là. J'ignorais, à quel point elle était proche de sa sœur. J'ignorais à quoi pouvait bien ressembler mon fils, du futur. Mais j'étais déjà très fière, de la femme que j'avais sous les yeux. « Tu as bien fais, très bon choix » Bon, ce n'était pas dans mes goûts habituels, mais si elle s'était permis de me commander cette boisson, c'est sans doute que ça allait le devenir, alors je pouvais bien prendre de l'avance. Je finis par l'accompagner reprendre place, à ce qui avait l'air d'être notre table, et malgré la complicité, plus que visible, entre nous, cet air de gêne, a remplacé la surprise de notre précédente rencontre. « Est-ce que tu as réussi à avoir des nouvelles de ta sœur ? » Bon, je doutais qu'un coup de téléphone puisse être suffisant, pour joindre quelqu'un, d'une temporalité, à l'autre, mais j'avais remarqué que Tamora était l'un des sujets qui ravissait Patience, et ça ne coûtait rien d'essayer. A défaut d'un téléphone, elle avait peut-être trouvé un autre moyen de rentrer en contact avec elle. « Ou d'Henry ? » J'avais du mal à imaginer que je pouvais appelé mon fils comme ça. Avoir deux Henry, sous le même toit, devait être une tache difficile, mais j'imagine que ce prénom vient sans doute d'une folie de son père. C'était plus simple à imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience Halliwell
witch
avatar
witch


∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : used to be a law student, now she's waitress in a bar
∞ race : sorcière, descendante directe des charmed ones
∞ univers : charmed, comics et univers étendu
∞ messages : 455
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageSam 29 Avr - 23:04

Elle haussa les épaules, plus pour indiquer à sa mère version-dix-ans-de-moins que son retard n’était guère important, que pas totale négligence. « J’aurai trouvé de quoi m’occuper. » Elle sortit son téléphone de sa poche comme preuve avant d’oser un clin d’œil complice. Qu’elle espérait complice. Et elle glissa, à nouveau, son cellulaire à sa place, ni vu, ni connu. L’essentiel, aux yeux de la jeune femme, était que sa mère soit présente, peu importe le temps qu’elle aurait pu mettre pour arriver à bon port. Patience pouvait imaginer que leur situation devait être déroutante, pour Paige. Ce l’était aussi pour elle, à ceci près qu’elle avait l’avantage de connaître un minimum celle qui avait, aurait, un lien de parenté avec elle dans le futur. Et même si elle aurait été vexée, durant un temps, que sa mère ait l’audace d’arriver avec un énorme retard, elle aurait pardonné et compris. Ses joues rosirent légèrement et elle retint le léger soupir de soulagement qui gonflait ses joues. Bien. Sa mère ne s’était pas agacée de son geste, ni même de son choix. Les choses débutaient donc plutôt bien. Pour une fois. Reprenant place à la table qui était la leur, Patience se figea à la question posée. Elle ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi franc, d’aussi direct. Pas plus qu’elle ne s’était attendu à ressentir ce pincement au cœur. Elle secoua la tête, baissant les yeux sur son verre qui venait d’être servi. « Je… Non, aucune nouvelle. Mais je sais qu’elle est à Neverland, elle aussi. Je… C’est toujours difficile à expliquer, mais je le sens. » Dans chacune des fibres de son corps, de tout son être. Elle n’avait jamais eu besoin d’utiliser sa capacité de localisation pour savoir où se trouvait Tamora. Elle l’avait toujours su, tout comme elle savait comment sa jumelle, l’autre moitié de son âme, allait. Elle pouvait la sentir perdue. A peu près autant qu’elle-même l’était. Elle releva finalement la tête, une lueur de détermination brillant dans ses yeux. « Mais je la retrouverai. On la retrouvera. » Plus qu’une certitude, elle était prête à en faire son mantra. Il était hors de question qu’elle vive une vie sans sa jumelle. Elle n’y survivrait pas, Patience en était certaine. Elle serait incomplète, vidée d’une partie d’elle-même. C’était inconcevable. Lorsqu’il fut question de son frère, Patience retrouva un semblant de sourire et des traits plus gais prirent possession de son visage. « Lui, oui. Il va bien. Un peu dépassé par toute cette histoire de temps perturbé, comme nous tous je suppose, mais il va bien, sinon. » Et heureusement. « Tu… Tu as pu parler à papa ? » Parce que même si elle se doutait que son père devait être au courant de l’existence de la magie, Patience n’avait pas encore pu le croiser, son père. Elle avait préféré que sa mère puisse lui en toucher deux mots, avant de tenter toute approche. Et ce, malgré son envie de courir se blottir dans ses bras dans lesquels elle s’était toujours sentie en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Matthews
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 29 ans
∞ job : Détruire le monde
∞ race : Sorcière
∞ univers : Charmed
∞ messages : 523
∞ avatar : Rose McGowan
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageDim 4 Juin - 19:19

Ce n'était pas une mince affaire, de prévoir une manière d'agir, qui ne détonnerait pas, de la personne, de la mère, qu'elle avait connu depuis toujours. Je n'avais aucune envie de lui faire de la peine, mais si, à l'heure actuelle, je devais revoir mes projets, je ne deviendrais pas mère, pas dans l’immédiat. C'était une responsabilité, que je n'étais pas prête de prendre sur mon dos. Pas avec toutes ces choses, en parallèle, qui commençaient à affecter mon quotidien. Combien de fois, m'étais-je demandé, s'il ne fallait pas mieux, annuler ce rendez-vous, histoire de ne prendre aucun risque. Je n'étais pas prête à être mère, c'était une réalité, mais contre toute attente, Patience était parvenu à toucher cette fibre maternelle, et c'était la raison de ma présence ici, en ce lieu, malgré tous mes doutes. Même si ma colère, d'avoir été délaissé par ma famille biologique, était enfui depuis bien longtemps, c'était une chose que je n'accepterais pas de faire vivre à mes enfants, peu importe que je sois prête à les élever, ou non.

La surprise, des émotions qui s'entrechoquent, lorsque je la vois apparaître, dans mon champ de vision, me tord les tripes. La satisfaction, la fierté, l'excitation, la peur, la jalousie.. Un mélange bien particulier. Des émotions, qui se bousculent, les unes aux autres, sans me permettre dans comprendre le sens, de chacune d'entre elle. A l'instar où nous nous étions quitté, lors de notre précédente rencontre, j'avais désiré la protéger. Mon instinct maternel m'avait presque poussé, à la retenir auprès de moi, et aujourd'hui, qu'il était temps de la retrouver, l'anxiété submergeait le reste. La propre anxiété, de ma fille, n'était pas pour me rassurer. Même si je n'étais pas exactement la même, que dans son temps, elle me connaissait bien mieux, que je ne pourrais jamais la connaître avec le retard accumulé, et pourtant, elle doutait quand même, de faire quelque chose de travers. Je ne pouvais m'empêcher de me demander si ce qui ressortait de mon image, était quelque chose d'à peu près semblable à ce que je voyais chez elle. Tamora. C'était un sujet qu'elle avait apprécié, échangé, la dernière fois, peut-être que cela, détendrait l'ambiance, aujourd'hui encore ? Cela ne perdait rien à essayer. Pour découvrir que j'aurais finalement, peut-être du me taire. Cela fait naître un flot d'émotion, autant chez elle, que chez moi. Toutes ces nouvelles têtes, qui étaient apparu, ces derniers temps, avait chamboulé pas mal de mes certitudes. Je ne savais pas si j'étais soulagé, de n'avoir fais la rencontre que de l'un de mes enfants, et de n'avoir à gérer, qu'une rencontre, ou si j'étais déçu, de ne pas savoir ce qu'il en était de Tamora, et Henry. A ce stade, je n'étais pas sur d'être capable de me fixer, sur mes émotions. « Est-ce qu'elle est en sécurité ? » L'inquiétude faisait surface. Elle était là, à Neverland, mais dans quel état ? Est-ce que le lien, qu'elles partageaient était assez fort, pour savoir cela ? Je n'en étais pas persuadée, mais celui-ci semblait être plus puissant, que celui qui m'unissait à Piper, et Phoebe. « J'en toucherais deux mots à Henry, peut-être qu'il pourra faire quelque chose au poste » Y avait quelques avantages, à avoir des membres de la famille, dans la police, non ? « On la retrouvera » C'était en accord avec ces propres convictions, et si l'anxiété me rongeait, à l'idée de rencontrer une nouvelle fille, c'était bien mieux, que l'imaginer en danger. Au moins, Henry, lui avait l'air d'aller bien, d'après les paroles de Patience, c'était déjà un problème en moins. Qui ne durerait peut-être pas. Si je me rappelais bien des description de Patience, Henry avait le chic, pour se foutre dans les emmerdes, jusqu'au coup, et ce, pas une fois par semaine. Bien plus. Cela ne devait pas être de tout repos. Et j'étais presque sur, que je devais m'en tirer les cheveux. « J'ai parlé à ton père » C'était étrange, même dans ma bouche. Ni lui, ni moi, n'étions encore père, et le prononcer à haute voix, ne rendait pas cela plus réel. Cette discussion, avec Henry, avait été houleuse. C'était le genre de discussion, que l'on évitait d'aborder. J'avais été élevé par des parents adoptifs, alors que lui, avait été balancé, de foyer, en foyer. Alors, la question des enfants, c'était le genre de discussion qui était toujours resté en suspend entre nous. J'avais eu cette boule au ventre, durant toute la discussion. J'avais appréhendé la réaction d'Henry, au même titre que j'avais compris, que, ma rencontre avec Patience, m'avait fais réalisé que je ne pouvais que vouloir des enfants, quand je voyais la merveille qu'elle était devenue. Et dès lors que j'avais réalisé cela, je n'avais que plus crains ce qu'il en ressortirait. Et s'il avait l'air aussi choqué que moi, par cette découverte, il avait l'air d'avoir bien pris la chose, mais je ne pouvais pas trop m'avancer là-dessus. Je n'étais pas dans sa tête. « Je crois qu'il aimerait te voir.. Il réalise pas vraiment, je crois » Comment lui en vouloir, je ne réalisais pas non plus, même après toutes ces rencontres avec elle. « Henry pourrait venir avec toi, je suis sur qu'il serait heureux de voir qu'il n'a pas que des filles, et qu'il pourra faire toutes ces choses qu'un père, partage avec un garçon, et qu'il ne sera pas juste obligé de jouer à la poupée, dans quelques années » C'était plus simple, d'ajouter cette touche de légerté, dans la discussion. C'était moins dure, moins mélodramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience Halliwell
witch
avatar
witch


∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : used to be a law student, now she's waitress in a bar
∞ race : sorcière, descendante directe des charmed ones
∞ univers : charmed, comics et univers étendu
∞ messages : 455
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageDim 18 Juin - 11:26

L’inquiétude de sa mère pour l’état de santé de Tamora lui réchauffa le cœur. Certes, elle ne pouvait rien affirmer à cent pour cent, mais leur lien unique, leur connexion, faisait qu’elle savait à peu près comment se sentait sa sœur. C’était dans leurs gênes. Quelque chose d’indéfinissable – et que, de toute façon, Patience n’avait jamais cherché à essayer de définir. Il était là et une part de son cœur palpitait que parce que Tamora était en vie. Elle savait avec chaque fibre de son corps que si un malheur devait arriver à Tamora, elle le sentirait aussitôt. Même davantage ; elle le ressentirait. C’était déjà arrivé, par le passé. Des cas de figure où l’une d’elles était blessé et où l’autre avait ressenti sa douleur. C’était à ce point, qu’elles étaient proches. Au point de souffrir l’une pour l’autre. Patience voulut esquisser un sourire rassurant et sans doute parvint-elle à faire quelque chose s’en approchant. « Je sais qu’elle n’est pas blessée. » Mais de là à savoir si elle était en sécurité ? La plus jeune n’en savait rien et c’était probablement ce qui la tuait le plus. Ne pas savoir où était logée sa jumelle, l’autre moitié de son âme. Ignorer sa situation, ses conditions de vie. Elle essayait de se rassurer en se répétant que Tamora avait toujours été la plus débrouillarde d’entre elles, mais ça n’empêchait pas son cœur de s’étreindre à chaque fois qu’elle imaginait le pire. Un éclat d’espoir éclaira son regard alors qu’elle relevait la tête. Bien sûr. Elle s’insulta silencieusement de ne pas y avoir pensé plus tôt. « Je… J’apprécierai, vraiment. » La gorge nouée, elle esquisse un sourire, plus faible mais plus sincère. Bien sûr que son père saurait retrouver Tamora. Il était flic, après tout. Il n’y avait personne que son père n’avait pas été capable de retrouver – même si, parfois, il avait reçu un peu d’aide de la magie.

Et parlant de son père, il devint le centre de leur conversation. Lorsque sa mère version-dix-ans-de-moins répondit par l’affirmative, Patience sentit son cœur se serrer, anxieuse quant à ce qui suivrait. Sa gorge devint sèche mais elle n’eut pas la force de porter son verre à ses lèvres pour se désaltérer. Elle sentit un poids s’envoler de ses épaules avant qu’il ne revienne s’y abattre, brutalement. Bien sûr qu’il ne pouvait pas réaliser. C’était, du moins, ce qu’elle se répétait en boucle. Comment pourrait-elle lui en vouloir de ne pas savoir comment prendre cette nouvelle ? « J’adorerai le… Euh, rencontrer, je suppose que c’est le terme approprié. » Bien qu’il fût particulièrement dérangeant, pour elle, d’utiliser ce mot-là quand il était question de son père. Son cœur cessa de se serrer douloureusement dans sa poitrine et son sourire, bien que toujours légèrement contrit, se détendit légèrement. Elle hocha la tête. Et puis, ça ferait plaisir à Henry Jr, elle le savait. Son petit frère avait paru désœuvré en s’apercevant qu’il n’avait pas encore croisé le chemin d’aucun de ses parents et Patience savait combien le petit dernier admirait leur père. « Il n’a pas de soucis à se faire de ce côté-là, Tam et moi sommes pas mal porter sur la mécanique. Mais je sais qu’Henry adorerait aussi. Je lui en toucherai deux mots et… » Elle ne termina pas sa phrase. Parce qu’il y avait eu comme cette pluie de cris qui s’était mis à résonner. Mais à l’intérieur d’elle-même. C’était, du moins, l’impression que ça donnait. Un cri, une alarme. Un appel à l’aide. Elle tourna la tête, porta une main à sa tempe qui devenait douloureuse par la peur que ce hurlement provoquait. « Tu as entendu ça ? » Mais elle était, en réalité, pratiquement certaine que personne d’autre qu’elle n’avait entendu cet appel au secours. « Je… J’ai… J’ai l’impression que quelqu’un m’appelle mais… De l’intérieur ? Quelqu’un qui est en danger. » C’était sa seule certitude, sur l’instant. Cette voix, peu importe qui que ce soit, risquait sa vie. Elle lança un regard à la fois perdu et paniqué à sa mère. Elle ne savait pas de qui il s’agissait, mais elle devait l’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Matthews
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 29 ans
∞ job : Détruire le monde
∞ race : Sorcière
∞ univers : Charmed
∞ messages : 523
∞ avatar : Rose McGowan
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageLun 19 Juin - 23:06

L'inquiétude, qu'elle pouvait ressentir, pour Tamora, pouvait sembler stupide, exagérée. C'est vrai, elle n'avait jamais eu l'occasion de croiser son chemin. Ce qu'elle savait d'elle, s'était ce que Patience, avait accepté de lui confier, quelques semaines plus tôt, quand toutes ces vérités lui étaient tombées dessus. Alors cela aurait pu lui paraître dérisoire, que Tamora, puisse avoir des quelconques ennuis, mais c'était une sensation terrible, qui au fond d'elle, lui tordait le bide. Lui couper la respiration. Imaginer, que l'une de ces filles – sa fille – la jumelle de Patience, puisse être en danger, c'était une sensation horrible. Et elle n'avait encore porté aucune d'elle, dans son ventre. Alors elle n'imaginait pas ce que pouvait être son inquiétude, une fois cela vécu. Bien que la réponse de Patience, rassura quelque peu, l'inquiétude de Paige, cela ne l'aida pas à se détendre, pour autant. Elle ne manqua pas de s'apercevoir, que sa fille, avait répondu d'une manière détournée, à sa question. Elle n'était pas blessé, mais n'était pas en sécurité, non plus. Du moins, Patience ne pouvait pas l'affirmer. Et d'une certaine manière, si sa première fille, ne se trouvait pas en leur compagnie, à l'heure actuelle, alors que Patience, était persuadée qu'elle se trouvait à Neverland, s'est que quelque chose cloché. « Est-ce que c'est pareil pour toi ? Est-ce que tu ressens la même chose ? Je sais pas, c'est comme.. comme s'il manquait une partie de moi » Elle ne savait pas de quelle manière, expliquer ça, mais s'était une sensation, au plus profond d'elle. Et elle savait que Patience, ressentait quelque chose de similaire, sa douleur, se lisait sur son visage, lorsqu'elle parlait d'elle. Et surtout, même si toutes ces choses, étaient nouvelles, pour elle, elle n'avait aucune honte, à s'ouvrir à Patience. « Je lui en toucherais deux mots, dès ce soir » L'émotion, dans la voix de sa fille, était réelle, faisant se serrer son coeur. Si cette table ne s'était pas retrouvée entre elle, elle n'aurait pas hésité une seconde, à la prendre dans ces bras, mais ce rempart, entre elles, lui permit de réfléchir. Même si celui lui apportait sans doute du réconfort, ce n'est pas ce qui l'aiderait à garder le contrôle sur ses émotions. Alors valait sans doute mieux, pour elle, que Paige reste assise à sa place.

Sa conversation, avec Henry, n'avait pas été chose facile. Cela avait été un choc, pour elle, que d'apprendre qu'elle avait des enfants, et elle savait, que la réaction, ne serait guère différente, chez Henry. Et en effet, elle ne l'avait pas été. L'avantage que Paige, avait eu, s'était d'avoir sa fille, face à elle. Ce qui rendait la chose, plus simple. Lui, n'avait eu que les paroles de Paige, pour se faire à cette idée. Aucune présence véritable. Et c'était ce qui rendait la chose, comme une rêve éveillait, chez lui. Seule une rencontre, pourrait lui faire comprendre la véracité des propos de Paige. Que ces filles, touchent à la mécanique, ne l'étonnait pas. Elle avait, elle-même, toujours eu un côté garçon manqué, à l'époque de sa jeunesse, et elle n'était pas déçu que ces filles aient suivi le même chemin. « Tu vas ravir ton père, avec cette nouvelle » Son père. Henry. Elle s'habituait à avoir sa fille dans sa vie, à une vitesse folle. S'en était presque effrayant. Mais, à l'heure actuelle, Patience semblait être préoccupait par autre chose. Quelque chose que Paige, ne saisissait pas, pour l'instant. Elle tourna la tête, à gauche, à droite. Tendis l'oreille. Elle n'avait rien entendu. Rien qui ne nécessitait que l'on s'arrête sur ce cas. Mais, au première parole de Patience, elle comprit d'avantage « C'est un appel à l'aide » Elle n'avait aucune chance d'entendre quelque chose. C'était un appel, qui n'était destiné qu'à sa fille. Comme personne d'autre qu'elle, n'entendrait jamais l'appel de ces propres protégés. Elle ne connaissait que trop bien, la détresse, dans le regard de sa fille. Elle même, s'était retrouvée quelque peu en désarroi, lors des premières fois. Et elle était heureuse que sa fille, ne puisse pas être seule. Elle glissa sa main, dans celle de sa fille, pour la serrer, rassurante. « Tu ne dois pas paniquer, souffle un grand coup, détend-toi, il faut que tu parviennes à suivre son appel, à te laisser guider, jusqu'à lui » Ce n'était pas une tache facile, elle en avait conscience. Devoir se détendre, alors que l'on savait que quelqu'un était en danger, et attendait de l'aide. « Je serais là, quoi qu'il arrive » Elle serra sa main, un peu plus fort, pour accentuer ces paroles. Peu importe la situation, ce qu'elle trouvera, elle ne comptait pas abandonner sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience Halliwell
witch
avatar
witch


∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : used to be a law student, now she's waitress in a bar
∞ race : sorcière, descendante directe des charmed ones
∞ univers : charmed, comics et univers étendu
∞ messages : 455
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageDim 25 Juin - 19:05

Elle avait la gorge nouée et l’envie de se laisser aller à ses émotions. Elle n’en fit rien, toutefois. Elle s’efforçait de rester calme, impassible même si c’était bien au-delà de ses forces. Tamora lui manquait, cruellement. Chaque instant passé sans sa jumelle était, pour Patience, une torture inimaginable. Elle avait baissé les yeux sur son verre qu’elle tournait entre ses mains, le cœur lourd et serré. Elle essayait de n’en rien laisser paraître, mais l’inquiétude la rongeait. Ne pas savoir où se trouvait sa jumelle la minait de l’intérieur. Elle voulut relever les yeux, mais l’inquiétude qu’elle était capable de déceler dans le regard de sa mère lui donna envie de pleurer. Elle était la seule à pouvoir dire si Tam était blessée ou non ; mais elle restait incapable de la localiser. Elle avait pourtant tenté. A plus d’une reprise. Mais rien. Le pendentif n’indiquait rien et elle en ressortait toujours avec une immense frustration. Une partie d’elle était sincèrement touchée que sa mère se fasse un réel souci pour la vie de Tamora, une autre aurait préféré que le sujet ne soit pas amené sur le tapis pour ne plus ressentir ce sentiment d’inutilité qui, lui paraissait-il, était devenu trop quotidien. Elle ferma les yeux un instant, en profita pour se passer une main sur le visage. Elle resta ainsi tandis que sa mère reprenait la parole. Elle se pinça le nez avant de secouer la tête légèrement. « Non, pas vraiment. C’est plus… Compliqué que ça. » Elle rouvrit les yeux, essayant de trouver une métaphore qui pourrait convenir. « Ce que je ressens envers Tam et ce qu’elle ressent envers moi, je pense que personne ne peut l’imaginer ou le comprendre, à moins d’avoir un jumeau aussi. » Elle était habituée aux gens qui se méprenaient, qui pensait éprouver pour une sœur le même lien qu’elle-même avait avec Tamora. Et si elle ne disait rien, Patience, elle savait au fond d’elle-même qu’il n’en était rien. « Sans Tamora, je ne suis rien. Nous sommes de vraies jumelles, nous avons littéralement grandit ensemble depuis notre conception. J’étais déjà attachée à elle avant même que nous ne naissions. Nous n’avons jamais été réellement séparées. Je veux dire… Bien sûr, nous ne sommes pas toujours collées l’une à l’autre, mais nous n’avons jamais été séparée comme maintenant. J’ai toujours su dire comment elle allait. Toujours su dans quel état d’esprit elle se trouvait et ce, même si j’étais à la maison et qu’elle était dehors ou inversement. On le sait, c’est tout. » Elle se souvenait de Tamora qui se sentait gênée de découvrir que Patience ne développait pas ses pouvoirs comme elle aurait dû le faire, et elle se souvenait encore plus de ce sentiment de malaise qui l’avait aussitôt envahi quand Tam avait manqué de faire brûler l’appartement avec son pouvoir. « Quand elle est là, je vis. Je suis apaisée. Quand elle n’est pas près de moi, une partie de moi est avec elle, exactement comme une partie d’elle est avec moi. Ce n’est pas physique mais… Je la ressens dans tout mon être. » Patience se mordit la lèvre. Elle avait conscience de ne pas être parfaitement claire. Consciente que ça pouvait n’avoir aucun sens. « Ne pas savoir où elle est, c’est plus que ressentir un vide. Je suis… Brisée. Il me manque mon autre moitié. Je suis incomplète et une partie de moi est en train de s’éteindre. » Ça sonnait défaitiste et fataliste. Mais c’était ce qu’elle ressentait, aussi étrange et incompréhensible que ça puisse paraître. « Je n’ai aucune raison d’être, sans Tam parce qu’il me manquera toujours cette seconde moitié, cette deuxième partie de moi. Nous sommes deux corps, mais nous ne faisons qu’une, en réalité. » Parce qu’elles se complétaient, parfaitement. Leurs pouvoirs étaient aussi complémentaires que leurs caractères. Elle esquissa l’ombre d’un sourire. Se voulant rassurante à travers celui-ci. Elle était étonnée de noter que sa mère paraissait ressentir ce vide, cette absence, alors qu’elle ne connaissait pas encore Tam – et, en même temps, elle s’en trouvait rassurée. « Merci, » fut tout ce qu’elle parvint à murmurer avant de poser de nouveau son regard sur sa boisson.

L’idée de pouvoir faire la connaissance, même si ce ne serait pas réellement une première rencontre, avec son père ravissait Patience. Tout en l’angoissant terriblement. A force de passer du temps à Neverland et après avoir eu des conversations sa mère, la jeune sorcière savait que ses parents étaient ensemble depuis quelques temps déjà et que son père savait donc tout à propos de la magie, ça ne voulait pas pour autant dire qu’il allait accepter d’avoir une fille déjà âgée de vingt-trois ans. Elle gloussa légèrement avant d’acquiescer. « On avait l’habitude de l’accompagner quand il allait réparer la voiture. Il nous interdisait strictement d’user de la magie pour la mécanique… » Elle revoyait les images sous ses paupières closes et un sourire nostalgique s’empara d’elle. « Bien sûr, il y a bien une fois ou deux où je n’ai pas écouté et ai utilisé la magie pour nous filer un petit coup de main. » Elle grimaça, heureuse de pouvoir partager ce secret avec sa mère. Elle ne l’avait jamais avoué à personne. Pas même à celle qui l’avait réellement élevée.
Et puis, il y eut ce son, à l’intérieur de son crâne. Quelque chose qui semblait aller en s’intensifiant et qu’elle ne parvenait pas à faire taire. La réponse, brève, de sa mère ne l’aida pas. Un appel à l’aide. Super. Et que devait-elle faire dans une telle situation ? Elle n’avait encore jamais reçu le moindre appel à l’aide, si ce n’est pas un véritablement hurlement que n’importe qui aurait été en mesure d’entendre. Elle laissa sa mère lui attraper la main, la serrant au passage. Ne pas paniquer ? C’était raté. « Suivre son appel ? Mais comment je fais, c’est trop… » Trop fort, trop d’un coup. Ses doigts raffermirent leur prise autour de ceux de Paige et elle ferma les yeux. Souffler. Les sourcils froncés, le front plissé, Patience essayait de rester calme, de diminuer la pression sur ses épaules. Elle faisait son maximum pour suivre la voix comme sa mère le lui avait dit. Mais il semblait y avoir un dédale de chemins possibles et elle s’y perdait. L’affirmation de sa mère la rassura quelque peu. Elle ne lui lâchait pas la main. Ce contact physique était la seule chose qui l’empêchait de craquer. Elle souffla une nouvelle fois, se concentra. La voix surgit de nouveau et Patience focalisa son attention sur elle. Le plan de la ville lui apparut clairement. D’abord lointain et entier, puis les quartiers semblaient s’effacer les uns après les autres pour se concentrer sur un précis. Les rues firent de même. Elle y était presque, elle le savait. Finalement, l’emplacement exact lui apparut, limpide. Un sourire s’afficha sur son visage, signe de victoire mais elle n’eut pas le temps de dire quoique ce soit, elle s’éclipsa et, avec elle, sa mère, jusqu’au lieu. Elle se tourna vers sa mère devant la ruelle pourtant vide. « Il devrait être là. » Elle ne comprenait pas. Et puis, une boule d’électricité passa au bout de la ruelle et elle s’y précipita. Sans réfléchir. Elle n’avait, de toute façon, pas le temps pour monter un plan. Elle nota la présence du démon face à sa victime, un jeune homme qui paraissait tétanisé et, pourtant, Patience sentit qu’il s’agissait d’un sorcier. Elle leva les mains, figea le démon et se précipita vers le jeune homme qui se tournait vers elle et recula d’un pas. Patience grimaça. Chouette, maintenant, il pensait que c’était elle le démon. Désemparée, elle se tourna vers sa mère, le regard interrogateur. Et maintenant, quoi ? « Tu connais ce démon ? » Elle désigna celui qui était toujours figé dans sa posture, préférant d’abord l’anéantir avant de centrer son attention sur son protégé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Matthews
administratrice
avatar
administratrice


∞ âge : 29 ans
∞ job : Détruire le monde
∞ race : Sorcière
∞ univers : Charmed
∞ messages : 523
∞ avatar : Rose McGowan
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageLun 11 Sep - 15:00

Paige n'arrivait pas à comprendre, Ni ce qu'elle-même pouvait ressentir. Ni ce qui liait Tamora, et Patience.. C'était un peu flou. Etrange. Elle ne connaissait pas Tamora. Ne l'avait même jamais rencontrer. Malgré ce que Patience, avait pu lui dire d'elle, lui racontait, elle restait encore une inconnu, tant qu'elle n'avait pas pu communiquer avec elle. Et pourtant, ce vide, en elle, alors que sa fille était absente, elle le ressentait bel et bien. Paige ne savait pas bien, si c'était le manque, l'inconnu, ou l'idée de ne rien pouvoir faire, pour aider ces filles, l'une comme l'autre. Car, si Tamora était celle qui avait disparu, Patience, semblait tout autant dans le besoin de retrouver cette dernière. Et la sorcière, elle se doutait, que le lien qu'elle partageait avec ces filles, devait être bien différent de celui qu'elles partageaient entre elle. Elle ne pouvait même pas se l'imaginer. Elle repensait à ces propres soeurs, Phoebe, et Piper. Ce qu'elle ressentait, à chaque fois que l'une d'elle venait à être en danger. Et elle n'avait avec elles, aucune trace de ce lien, qui liait Patience à Tamora. Celui qui semblait avoir un véritable impact sur elle. Paige, bien qu'elle ne connaisse pas sa fille à la perfection, n'était pas aveugle. C'était difficile de ne pas voir la détresse sur la visage de sa fille. De ne pas comprendre, ce qu'elle ressentait. Et d'un autre côté, alors que Patience lui expliquait à sa manière, ce qu'elle ressentait, envers sa soeur, Paige se rendait compte qu'elle était bien loin du compte. Que c'était pire encore, que ce qu'elle avait imaginé. Et elle se sentait d'autant plus mal, de ne rien pouvoir faire, pour lui venir en aide. C'est ce qu'elle aurait voulu. Pouvoir l'aider. Pouvoir lui apporter la solution. Lui ramener Tamora. Mais Paige en était incapable. Elle ne connaissait pas Tamora. Elle ne savait même pas par où commencer. Demander son aide, à Henry, serait sans doute un premier pas, mais elle ignorait, si cela pourrait être possible. Paige avait, d'un coup, la terrible sensation, de ne pas être très utile, de ne pas pouvoir faire grand chose, pour sa fille. D'être une mauvaise mère. Ce qui était assez stupide, vu, que d'une certaine manière, elle n'était pas encore mère. Elle n'avait mis au monde, aucune de ces filles. Pas plus qu'elle n'avait adopté de fils, ici. Et pour cause, elle venait à peine de rencontrer celui qui était destiné à partager sa vie. D'ailleurs, cela avait pris des proportions quelque peu disproportionné, pour elle. Depuis combien de temps fréquentait-elle Henry ? Quelques temps. Elle était heureuse, c'était une certitude. De là, à entrevoir un avenir, avec deux filles, plus un fils ? C'était un peu beaucoup, en peu de temps. Elle même, savait que quelque chose était différent, entre elle et Henry. Quelque chose qu'elle n'avait pas partagé avec d'ancien prétendant, mais elle ne savait plus où se positionner depuis l'arrivée de sa fille. Elle aimait Henry. Sincèrement. Mais aujourd'hui, lorsqu'ils venaient à se disputer, elle se sentait l'obligation, de ne pas faire descendre. De suivre son avis, pour ne pas faire exploser leur couple, qui mènerait à un avenir différent que celui que Patience lui contait. Et Paige n'aimait pas ça. Se sentir obliger de suivre quelque chose. Elle attrapa la main de sa fille. Elle aurait aimé se lever, faire le tour de la table, la prendre dans ces bras, pour la rassurer. Mais après toutes ces pensées, cela n'aurait sans doute pas été des plus honnête. Alors elle préférait se simple geste, qui lui transmettait quand même qu'elle comprenait, et qu'elle ferait ce qui est en son pouvoir, pour la retrouver. Vivante, s'entend. « On la retrouvera, je te le promets » Parce qu'elle ne s'arrêterait pas, avant que cela puisse être le cas. Elle ne s'arrêterait pas, avant de savoir ces deux filles heureuses. Elle n'avait peut-être mis au monde, ni l'une, ni l'autre. Il n'en restait pas moins qu'ici, elle était sous sa protection à elle.

Bien qu'étrange, Paige trouvait ce moment, autour d'un verre, en tête à tête avec sa fille, agréable. Ce n'était pas grand chose, mais ces petites anecdotes ravissaient Paige. Bien que lui mettait une pression supplémentaire. Mais elle s'efforçait de l'oublier. « Cela ne m'étonne même pas d'Henry » Elle aurait voulu le dire. De ton père. Mais c'était encore tôt. Encore dur pour elle. Mais elle était sincèrement heureuse de savoir qu'une véritable relation s'était soudé entre elle et Henry. Tout comme elle espérait qu'il en serait de même aujourd'hui. Mais elle n'avait pas beaucoup de doute là-dessus. Sans qu'elle comprenne d'où cela pouvait lui venir, Henry avait une énorme faculté à réussir à s'adapter à n'importe quelle situation, sans crier au scandale. Il lui faudrait peut-être du temps, pour s'adapter, comme elle-même avait eu besoin de temps. Mais il ne doutait pas qu'il reconnaîtrait bien vite les jumelles comme ces filles, et qu'il partirait, comme elle, à la recherche de Tamora. Elles n'eurent pas vraiment l'occasion de s'attarder là-dessus, très longtemps. Ce cri, elle ne l'entendait pas. Et elle savait pourquoi. Elle ne remettait pas en cause, la sainteté d'esprit de sa fille. Bien au contraire. C'est d'elle, qu'elle tenait cela. De son côté être de lumière. Un appel à l'aide, de son protéger. Paige se rappelait assez bien qu'elle même avait été plus que déboussolé la première fois. Elle s'était cru folle. N'avait pas vraiment su quoi faire. Et elle était là, pour aider sa fille, à comprendre. A réagir en conséquence. « Fais-toi confiance. Tu as ça en toi, tu dois juste réussir à contrôler ton angoisse, pour te focaliser sur ton protégé. » C'était plus facile à dire, qu'à faire. Il lui avait fallu plus d'un essaie, pour réussir cet exploit. Mais savait ces filles bien plus puissante qu'elle même, ne l'était à cette âge là. « C'est bien, continue comme ça. Concentre-toi juste sur lui, sur son cri » Elle l'a voyait, se détendre. Autant qu'elle le pouvait, et c'était déjà bien. Garder son calme, quand l'on savait quelqu'un en danger, n'était pas toujours facile. C'était pire lorsque l'on connaissait ces protégés, et qu'avec le temps, on s'était attaché à eux. Mais Paige n'avait pas envie de lui faire peur avec cela. Elle l'aida juste. La conseilla. Jusqu'à ce que Patience réussisse à localiser la personne en question. Paige ne reconnu pas la rue dans laquelle elle était arrivée, mais c'était sans importance. Elle suivait déjà sa fille, partie à la course vers l'arrière de la ruelle, où semblait se passer le désordre. Paige, elle, préférait rester en retrait. Elle pouvait aider sa fille, pas faire le travail à sa place. Elle devait s'en sortir seule, pour réussir. « Je ne crois pas l'avoir déjà vu dans le livre des ombres » Paige l'avait épluché, en long et en large, lorsqu'elle était arrivée au manoir. Lorsqu'elle avait réussi à accepter qui elle était. Pour rattraper le retard qu'elle avait sur ces soeurs. Elle avait essayé d'en savoir le plus possible. Bien entendu, elle n'avait pas pu retenir chacun des démons vu dans le livre. Mais elle en gardait quelques souvenirs. Et celui-ci, ne lui rappelait aucun souvenir. Ce n'était pas le premier d'ailleurs. Depuis peu, elle en avait croisé plusieurs. De ces démons, inconnu du livre des ombres. Certains qu'elle avait réussi à battre, d'autres qui lui était inconnu. « Combien de temps es-tu capable de le garder ainsi, immobile ? » Il fallait qu'elle réfléchisse, et vite. Elle n'avait aucune potion sous la main. N'avait aucune idée de la puissance de ce démon. Ni de la manière de le détruire. « Peut-être qu'une incantation fera l'affaire. Essaie » Pour une première mise en situation, ce n'était pas des plus simple. Même Paige n'était pas certaine qu'elle s'en serait sortie, sans au final, décidé de prendre la fuite. Elle avait pris l'habitude de vaincre les démons avec ces soeurs, et non seule. Elles étaient bien meilleures ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patience Halliwell
witch
avatar
witch


∞ âge : vingt-trois ans
∞ job : used to be a law student, now she's waitress in a bar
∞ race : sorcière, descendante directe des charmed ones
∞ univers : charmed, comics et univers étendu
∞ messages : 455
∞ avatar : emily browning, the cuttest
∞ pseudo/prénom : ghost.writer, manon

MessageSam 23 Sep - 18:59

Patience se mordit la lèvre en entendant le prénom de son père. Ça faisait des années qu’il était devenu your dad ou bien papa, mais plus Henry. Elle savait que tiquer pour ça était stupide et immature, mais elle n’avait pas pu s’en empêcher. Ce n’était pas la fin du monde – au moins, ses parents se connaissaient et s’aimaient déjà. Elle n’était pas certaine que son cœur aurait supporté d’apprendre que ses parents ne connaissaient ou, pire encore, qu’ils se détestaient. Elle ne parvenait à s’imaginer une vie ou un univers sans que sa famille soit soudée et unie. Elle ne pouvait imaginer ses parents ne pas être complètement amoureux et elle savait qu’il suffirait d’un peu de temps pour qu’elle oublie que cette mère avait dix ans de moins que sa véritable mère. Un petit sourire sur les lèvres, la petite sorcière contempla sa mère, le cœur plein d’émotions contradictoires à son encontre mais surtout gonflé d’une grande fierté à la savoir aussi jolie que toutes les photos qu’elle avait pu voir depuis qu’elle était petite. Jusqu’à présent, elle n’avait jamais pensé à sa mère comme pouvant être autre chose qu’une maman. A l’exception d’une sorcière – mais quand même, elle avait toujours été la Maman Sorcière et non pas juste la sorcière. Maintenant qu’elle avait une version plus jeune de celle qui l’avait élevée, Patience se rendait compte à quel point sa mère était courageuse et extraordinaire. Elle aurait voulu rajouter quelque chose, mais elles furent interrompues. Un appel. D’un protégé. La panique la gagnait. Elle n’avait encore jamais eu de protégé avant et n’était pas vraiment certaine d’être en mesure de savoir protéger qui que ce soit. La main de sa mère sur la sienne la rassurait mais ne rendait pas la chose plus facile pour autant. Les yeux clos, la plus jeune puisait toute la concentration dont elle était capable pour le localiser. Ce n’était pas aisé mais elle y parvint finalement, non sans un large sourire victorieux. Certes, ce n’était que la partie facile de l’iceberg, mais elle était tout de même un peu fière d’elle, la Patience. Elle n’attendit pas une minute de plus et s’éclipsa, entraînant sa mère avec elle dans une ruelle, prête à retrouver le démon et son protégé. Comme le premier allait attaquer le second, Patience agit sans réfléchir et le figea. Et regretta, une nouvelle fois, l’absence de sa sœur. En général, c’était à ce moment-là que Tamora entrait en scène et réduisait le démon en cendre. Elle se tourna alors vers sa mère mais la réponse qu’elle reçut ne l’aida pas. Si le démon était inconnu au bataillon, comment était-elle supposée savoir comment le vaincre, hein ? Elle se passa une main dans les cheveux, piétinant pour tenter de cacher sa nervosité. « Quoi ? Oh euh… Plutôt longtemps et je peux faire ça indéfiniment, mais ça ne règlera pas la question de savoir comment on peut le détruire. » Sérieusement, elle regrettait de ne pas avoir un pouvoir offensif. Même être en mesure d’envoyer des aiguilles ou avoir le pouvoir de Spiderman aurait été plus utile que le sien en cet instant précis. Elle releva les yeux vers sa mère, persuadée d’avoir mal compris. « Une quoi ? » Elle n’était pas douée pour les incantations. Elle se contentait d’apprendre celles du Livre des Ombres la plupart du temps et de prier pour ne jamais en avoir besoin – c’était incroyablement difficile de parvenir à faire rimer des mots entre eux. « Il est pas censé avoir des pouvoirs celui-là ? » Elle désigna son protégé, tétanisé par la peur qui lui jetait des coups d’œil peureux. Bon. Même si c’était le cas, il ne fallait pas trop compter sur lui en cet instant. Patience soupira, ferma les poings et fit face au monstre. « Ok. Ok. Je peux le faire. » Ou pas. Elle ne savait même pas par où elle était censée commencer. Elle soupira une nouvelle fois. « Spirits of all Ancestors… » C’était un début. Un début sans suite et encore moins de fin. Elle grimaça, il lui fallait quelque chose qui rime avec ancêtres. « …Please give me all power… » Sa grimaça s’élargit lorsque le démon quitta son instant de stupéfaction. Ok, fallait accélérer la cadence. Le démon au moins, s’était détourné du protégé pour se tourner vers elle. Un peu mieux. « …To send the Evil well… » Elle évita de justesse une boule d’énergie lancée dans sa direction. « …Back to Hell ! » Elle ferma les yeux, craignant que le pire n’arrive mais, contre toute attente, le démon explosa en un millier de particules, les laissant intact. Elle souleva les paupières, choquée et se tourna vers sa mère. « J’ai réussi ? Je veux dire… J’ai réussi ! » Bon, ça avait été limite mais au moins, ça avait rimé. Elle se précipita vers sa mère pour l’enlacer. « J’y serai pas arrivée sans toi. » C’était une certitude. Sans elle, Patience aurait paniqué et le pire aurait été à prévoir. Se rendant compte qu’elle serrait la version dix ans de moins de sa mère, Patience s’écarta rapidement, gênée et, pour donner le change, alla prendre des nouvelles de son protégé pour lui expliquer. Il s’était découvert des capacités mais il les avait niés mais il n’avait plus rien à craindre maintenant qu’elle était là. Elle s’efforçait de prendre un air assuré qu’elle était loin de ressentir en réalité et lui conseilla finalement de rentrer chez lui et de l’appeler s’il en avait besoin. Un dernier sourire et elle se tournait vers sa mère, incapable de savoir quoi dire maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

- mom, the savior (paige)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Par une aprem ensoleillée de déprime [Paige]
» Un peu de détente [pv Paige]
» Morgane Hayley Ana Paige
» Paige mal vue à la WWE
» [WWE]La demande en mariage de Paige a Alberto Del Rio.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Forest Lawn-