Les recherchés

Stephen Strange
marvel
aka docteur strange. recherché par clara oswald. ☇ lire le scénario
Alfred Pennyworth
dc comics
recherché par bruce wayne. ☇ lire le pré-lien
Charmed Ones
charmed
recherche de piper, phoebe et paige ainsi que la nouvelle génération.
lire le pré-lien



 

Partagez | 
 

 In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]

Aller en bas 
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Dim 22 Avr - 23:17



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Je me suis réveillé en sursaut après un cauchemar, à tel point que j'ai failli tomber de ma chaise. Je m'étais apparemment endormi sur le livre que je lisais, un livre de médecine. Apparemment les révisions n'ont pas été très productives. Je regarde l'heure, il est pratiquement minuit. Je n'ai pas dû dormir très longtemps. C'est toujours le même cauchemar qui reviens ces derniers temps. Les Traqueurs arrivaient dans les grottes. Je n'avais aucune raison de m'inquiéter pour ça, ils avaient déjà abandonné les recherches il y a bien longtemps, des mois avant notre départ. Ils devaient croire qu'à force de trop s'aventurer dans le désert, il arrive forcément malheur. On avait un dicton du même genre sur la Planète des Brumes : Tous les champs de glace mènent au ventre d'un Monstre à Griffes. Et c'était la raison pour laquelle il était déconseiller de s'aventurer seul hors des cités.

Je sortais de ma chambre, j'avais soif, je remarquais qu'Alec n'était pas encore rentré. C'était bizarre, mais il n'était pas encore minuit, il était déjà rentré plus tard. Je prenais tout de même mon téléphone par précaution, au cas où il m'appelerait, pour l'instant je n'ai aucunes nouvelles, pas d'appel manqué, pas de message. Et je descendais dans la cuisine me servir un verre d'eau. Je m'installais ensuite dans le salon, devant la télé, pour attendre et voir quand Alec allait rentrer. Je zappais sur les différentes chaînes, tombant bien souvent sur des programmes que je n'arriverais jamais à regarder, trop violents. Je tombais finalement sur une émission, qui diffusait des vidéos drôles trouvées sur internet, bien souvent des animaux, des bébés ou des chutes.

Je regardais l'émission et je surveillais l'heure. Minuit était largement dépassé maintenant. C'était bizarre, je n'avais toujours pas de nouvelles. D'habitude il me préviens lorsqu'il rentre ou ne rentre pas. Je prends mon téléphone, lui envoie un message, demandant si tout va bien. Je gardais l'appareil dans les mains en essayant de me concentrer sur l'émission. Vingt minutes plus tard, toujours pas de réponse ! J'envoie un deuxième message, sans avoir aucune réponse non plus. Je tente de téléphoner, il ne décroche pas. L'heure tourne et la panique monte. Ce n'est pas normal. J'essaie d'appeler une deuxième fois, je tombe encore sur le répondeur. Bon sang, ne peut-il pas décrocher ce téléphone ou envoyer un simple "je vais bien" par message ?

Il est pratiquement trois heures du matin, je tourne en rond depuis tout à l'heure. Je fais les cent pas un moment, puis je m'assois, tape nerveusement du pied, et je recommence. J'ai dû envoyer une dizaine de message et appeler une vingtaine de fois. Je commence à imaginer le pire, il s'est fait agressé, on l'a enlevé, il est mort, les Traqueurs sont arrivés en ville... Je prends mon téléphone, je devrais peut-être appeler quelqu'un, de l'aide ? Mais il est si tard, j'abandonne l'idée. Si cela se trouve je panique pour rien et Alec va bien, il a peut-être simplement perdu son téléphone. J'ai l'impression de mentir, quelque chose ne vas pas, mais je ne peux qu'attendre. S'il n'est pas revenu dans les dix prochaines minutes, je partirais à sa recherche, j'ignore où commencer mais je n'attendrais pas les bras croisés plus longtemps. Finalement j'entends la porte, je me précipite dans l'entrée.

"Alec ! J'étais mort d'inquiétude !"
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes



∞ messages : 115
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Lun 23 Avr - 4:50


In the Midnight Hour
ft. Scotty ♥️
S'il y avait bien un jour de mon existence où j'aurais préféré ne pas avoir survécu à cette foutu colonisation, ça aurait été celui-ci. J'avais trimé une bonne partie de ma vie, à voir la plupart des gens que j'aimais mourir ou se faire prendre. J'avais moi-même subit ce sort après plusieurs années de fuite... mais rien ne m'avait préparé à ce que j'avais pu ressentir ce soir. Cette impression de faiblesse et d'impuissance. Je m'étais retrouvé sans défense, pire qu'un gamin dans une cours de récré qui se faisait victimisé par les autres enfant de sa classe. J'apprenais de jour en jour que notre univers était bien plus vaste qu'il n'y semblait. Que des créatures, bonne ou mauvaise, y vivait, mais jusqu'à ce soir, jamais je n'aurais cru être la victime de l'histoire. Je m'étais toujours pensé à l'abri, intouchable – je n'avais aucune idée du pourquoi, sûrement parce que je prenais pour acquis que je savais me défendre – mais la vérité était là... je m'étais fait avoir comme un idiot. Je m'étais trainé à ma voiture de peine et de misère, le corps meurtri de partout, mais surtout psychologiquement. J'avais jeté un petit coup d'oeil à mon téléphone avant de retourner à la maison, et en voyant l'écran brisé, je l'avais balancé sur le siège passager d'un geste rageur. Je n'avais pas mis le contact immédiatement, attendant de me calmer un peu avant de le faire. Mes mains tremblaient sur le volant et ma vision se troublait.

Relevant légèrement la tête, je vis mon reflet dans le rétroviseur et déglutit. Bon sang… si Scott me voyait dans cet état, il allait paniqué. J’espérais seulement qu’il dormait à cette heure-ci… Ainsi, je pourrais faire un brin de toilette et essayer d’enlever le plus de sang qui me recouvrait, même si ça n’enlèverait pas les contusions, les coupures et les endroit où j’étais enflé. Je démarrai finalement la voiture, prenant le chemin de la maison. À mi-chemin, je me ravisai et allai plutôt me garer un peu plus loin sur la rue, attendant de faire passé le temps. Plus j’arriverais tard et moins j’aurais de chance de tomber sur mon frère en panique.

Lâche un petit soupir, je me décidai finalement à retourner à la maison et me garai dans la cours, quittant doucement la voiture après avoir prit mon téléphone, puis verrouillé manuellement les portes, même si j’aurais pu utiliser le système, ce qui aurait fait du bruit. Je n’avais aucune idée de la façon dont je m’étais rendu à la maison vu mon état, mais je laissai une trace de sang sur la porte et sur la poignée lorsque je m’y appuyai, puis entrai, croisant mentalement les doigts pour ne pas trouver Scotty qui m’attendait. Apparemment, c’était raté, puisqu’il m’attendait dans l’entrée, ayant sans doute entendu cette foutue porte à la subtilité légendaire. Paniquant carrément de savoir qu’il allait paniqué, j’eus un geste de recule vers la porte, comme si j’espérais que cette dernière allait s’ouvrir comme par magie – …. fallait que je trouve autre chose comme expression. Je ne voulais plus entendre parler de cette foutue magie!!!! Pour l’instant, l’entrée était plongé dans une semi-pénombre assez sombre pour qu’il ne puisse pas voir l’état dans lequel je me trouvais. Toutefois, plus les minutes passaient et moins je parvenais à me ressaisir. J’avais réussis à rentrer au bercail, sans doute grâce à l’adrénaline, mais je la sentais redescendre et j’avais le cœur gros, comme s’il avait envie d’exploser. Je n’étais pas douillet, mais j’avais toujours été sensible émotionnellement. Je pouvais encaisser la douleur physique, mais celle mentale… celle subit ce soir, lorsque tout vos principes, tout ce que vous pensé, était mit à bas… là c’était trop.

J’aurais voulu partir rapidement dans ma chambre, m’y enfermé et ne plus en sortir, mais tout ce que je parvins à faire, c’est m’effondrer sur mes genoux vacillant, des larmes silencieuses coulant sur mes joues sales. Je déposai mon téléphone amoché sur le sol, de sorte à ce que Scott le voit, puis posai mes paumes sur mes cuisses, la mâchoire crispé.

« J’ai eu un… léger contre-temps. » C’était tout ce que je parvins à articuler, ma voix était tremblante, tout comme le reste de mon corps. J’avais mal partout bon sang… mon dos me faisait souffrir, mes mains, ma tête…
(c)Hesa


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Mar 24 Avr - 22:28



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Cela faisait plus de trois heures que j'attendais, je commençais à avoir envisagé tous les scénarios possibles, surtout les pires ! Et j'étais passé par probablement toutes les émotions négatives possibles. Plus l'heure tournait, plus je m'inquiétais. Et je regardais l'horloge plusieurs fois par minutes parfois, comme si cela allait faire avancer le temps plus vite mais c'était l'effet inverse.

J'essayais de me rassurer en me disant que tu n'avais peut-être simplement plus de batterie, ou que tu pensais que je dormais et que tu ne m'avais pas prévenu pour ne pas me réveiller. Sauf que cela sonnait comme des mensonges et ça ne m'aidait absolument pas à me calmer. C'était étrange, un peu comme si je sentais qu'un malheur était arrivé, les humains appellent ça "une intuition" non ? J'espérais que je me trompais et que ce n'était que la panique qui me faisait croire ça. Il n'y avait pas de raisons après tout, Alec avait survécu à l'apocalypse ! Il n'avait pas été effacé après l'insertion, il survivrait à tout !

J'hésitais tout de même à un moment à appeler quelqu'un, pour avoir de l'aide, seulement je me suis ravisé vu l'heure tardive. De plus, je ne savais pas qui j'aurais pu appeler pour m'aider. J'aurais peut-être pu appeler Bastian mais ça n'aurait pas été correct de le déranger en pleine nuit, surtout qu'il n'est peut-être rien arrivé de grave. J'oubliais donc l'idée de téléphoner à qui que ce soit, mais j'étais décidé à partir à ta recherche dans dix minutes si tu ne donnais toujours pas signe de vie. C'est au moment où je me disais ça que finalement j'entendais le bruit familier de la porte d'entrée. Je me suis précipité pour te voir. Disant que j'étais mort d'inquiétude.

J'ai allumé la lumière de l'entrée, la lumière qui provenait du salon, depuis la salle à manger, n'éclairait pas assez la pièce pour voir clair. Au moment où elle s'allumait tu tombais à genoux, disant que tu avais eu un léger contre-temps. J'ai hoqueté d'horreur en voyant l'état dans lequel tu te trouvais ! Un léger contre-temps tu disais ! Je remarquais alors que ton téléphone était cassé, voilà donc pourquoi tu ne répondais pas... Je me suis rapidement approché, le visage pâle d'inquiétude et de peur.

"Que... Q-Qu'est ce qu'il s'est passé ?!"

L'inquiétude filtrait dans ma voix, la rendant tremblante et peu assurée. J'ai passé ton bras autour de mes épaules pour t'aider à te relever et à marcher jusqu'au canapé où je t'aidais à t'installer. C'était une chance qu'on soit arrivé à Neverland après avoir volé quelques Centres de Soins. J'étais rassuré que tu aie réussi à conduire jusqu'ici, j'allais pouvoir vite te remettre sur pied.

"Ne bouges pas, je reviens."

Je quittais la pièce et j'ai rejoint les escaliers pour vite monter à l'étage, je courrais presque. J'ai ouvert le placard où l'on avait caché les médicaments des Âmes. J'ai attrapé une boîte de chaque, du moins une boîte de chaque produit qui pourrait être utile, en commençant bien sûr par le Stop-Douleur. Je suis redescendu en vitesse, les bras chargés avec les boîtes blanches. J'ai tout déposé sur la table basse et j'ai attrapé le Stop-Douleur pour te donner l'une des pilules. Tout irait déjà beaucoup mieux une fois que la douleur aura disparue.

"Tiens, prends ça d'abord. Tu te sentiras déjà beaucoup mieux après."
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes



∞ messages : 115
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Lun 30 Avr - 0:12

In the Midnight Hour
ft. Scotty ♥️
J'avais l'impression qu'il me manquait des morceaux de l'histoire. Autant lorsque j'avais fais demi-tour dans la forêt, tout me semblait limpide comme de l'eau de roche, autant en ce moment, j'avais l'impression d'avoir oublié quelque chose d'important. J’étais toujours au sol, pitoyable et les joues tachés et mouillées. Je n’osais pas relever la tête pour regarder Scott, déjà que je me doutais qu’il devait se demander ce qu’il se passait, voir même qu’il s’imaginait tout les scénarios possible et inimaginable.  La lumière étant désormais allumé, il ne me servait plus à rien de me cacher. Il alla d’ailleurs m’aider à me relever, ce que je fis de peine et de misère avec tout mon corps qui me faisait souffrir de partout. J’avais même mal à des endroits où je ne savais pas qu’on pouvait avoir mal bon sang. Scotty m’avait demandé, avant de m’aider à me relever, ce qui s’était passé, et j’avais été dans l’incapacité de lui répondre. Les mots ne sortaient pas. Et surtout… je ne savais pas quoi lui répondre. Qu’est-ce que je pouvais bien lui dire…? Que je ne me rappelais même pas de mon agresseur? Que je ne savais même pas qui il ou elle était? Si c’était un adulte, un vieillard ou un adolescent? Je me rappelais seulement… la douleur, qui se rependait partout dans mes membres, de mon nez qui devait s’être fracassé dans une chute, de ma peau qui s’était écorché à percutant les arbres, de mes poignets qui me faisaient souffrir parce que j’étais atterris dessus un nombre incalculable de fois pour amortir mes chutes. Cela je m’en souvenais parfaitement… pourquoi je ne parvenais pas à me rappeler de ce fou furieux qui m’avait passé à tabacs?

Finalement, il m’aida à m’installer sur le canapé et je ne bougeai même pas lorsqu’il quitta la pièce pour aller chercher je ne sais quoi. C’était un miracle que je sois parvenu jusqu’à la maison au vu du mal que j’avais à simplement me tourner la tête. Au bout d’un moment, je le vis revenir avec le stock de médicament qu’on avait volé dans les centres de soin de notre monde et je parvins à froncer doucement les sourcils, faisant fit de l’étirement que ça m’occasionnait. Quand il me montra la petite pilule, je secouai la tête, agissant de la même manière qu’un gamin qui ne voulait pas prendre son médicament. On pouvait en avoir besoin de ces machins plus tard! Mon état n’était SI grave que ça… enfin… je crois. Si on oubliait mes multiples bleus partout sur le corps, mon nez qui devait être pété, les écorchures… et je crois même que j’avais un filet de sang qui me parcourait le côté du visage au niveau de la tempe. D’accord, j’étais dans un sale état… mais quand même! Gâché une médecine pareil pour moi, c’était du gâchis pur et dur. Au bout d’un moment, en voyant qu’il insistait et ne lâcherait pas l’affaire, n’ayant pas vraiment la force de continuer à tenir mon bout, j’ouvris difficilement la bouche, le laissant la déposer sur ma langue et refermai la bouche, attendant que ça fonde. Le soulagement fut presque immédiat et je lâchai un petit soupir. La douleur physique avait cessé, c’était déjà un bon début… par contre, pour celle infligé à mon mental, il allait falloir plus qu’une pilule miracle pour m’aider…

« J’ai un petit problème Scotty… » petite pause, alors que je tournais mon regard vers lui, paumé. « J… je ne me rappel plus qui m’a attaqué… la seule chose dont je me rappel… ce sont des éclats de lumière, qui ressemblait à des feu d’artifice et qui... m’attaquaient. »

Un rire amer m’échappa, qui semblait même honteux, au final. Se faire attaquer par des feu d’artifices. C’était d’une stupidité! Mais au final, je ne savais absolument plus d’où venait ces lumières et pourquoi elles avaient autant fait mal. Comme j’avais pu me faire heurter par des choses invisibles au point d’entrer en collision avec des arbres… c’était à n’y rien comprendre. Comment on pouvait lutter contre ça? Je déglutis péniblement en me rappelant la douleur, chose que j’évitai de raconter à Scott pour qu’il évite de s’inquiéter à mon propos. Les blessures physiques pouvaient très bien m’avoir autant choqué, même si au fond ce n’était pas vraiment la nature de mon trouble. Mon état psychologique était le moindre de mes soucis…

« Tu n’es pas obligé de me soigner. On pourrait en avoir besoin plus tard pour des cas pire que le mien. »

Je ne sais pas trop si j’essayais de le convaincre lui ou moi-même à cet instant. Peut-être un peu des deux… je n’avais jamais aimé me faire soigner, ça me donner une impression de faiblesse. J’étais habitué de vivre à la dur, du moins, je l’avais jadis été. Avoir passé presque un an à ne rien pouvoir faire m’avait apparemment ramollit plus que je ne le pensais d’abord. Je savais que j’étais paumé depuis que Scott était ‘parti’, mais à ce point-là… Qu’est-ce que je foutais de ma vie merde…  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Mar 1 Mai - 15:03



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Lorsque enfin j'entendais le bruit de la porte d'entrée j'étais soulagé, j'espérais que j'avais passé ces dernières heures à m'inquiéter pour rien. J'espérais qu'au final il n'était rien arrivé de grave et que tu allais bien. Je m'étais précipité dans l'entrée pour te voir et en allumant la lumière de la petite pièce je pouvais voir l'horreur. Tu étais vraiment dans un sale état, au point de se demander comment tu avais fait pour conduire jusqu'à la maison ! Je me suis dépêché de t'aider à te le relever pour t'aider à marcher jusqu'au salon afin que tu t'installes dans le canapé. J'en profitais alors pour te demander ce qu'il s'était passé.

Tu ne m'as pas répondu tout de suite, tu devais probablement être en état de choc, alors je suis rapidement monté chercher les médicaments nécessaires et je suis vite redescendu, les bras chargés. J'espérais que tu pourrais me raconter ce qu'il s'est passé une fois que tout irait mieux. Même si je me doutais que tu n'allais probablement pas apprécier d'utiliser nos ressources, on avait dit qu'on en utiliserait qu'en cas d'urgence et je crois bien que là c'est une urgence ! De toute façon, on avait assez de médicaments pour tenir des années à ce rythme-là.

Bien sûr comme je m'y attendais tu as refusé que je te soigne, alors que pour l'instant je te donnais simplement une pilule de Stop-Douleur. Tu semblais croire que ton état n'était pas si grave, pourtant cela avait l'air d'être le cas. Je crois même que c'est difficile de faire pire ! Finalement, en voyant que j'insistais et que je n'allais pas céder cette fois-ci, tu as accepté d'avaler la pilule et de te laisser faire. J'ai disposé les différentes boîtes sur la table basse, que j'avais rapprochée pour pouvoir attraper ce dont j'avais besoin plus facilement. Une chance que j'avais maintenant l'habitude de soigner des blessures, parfois graves, sinon je ne sais pas si j'aurais réussi à garder mon calme.

Pendant que je m'occupais de tes blessures une à une, mettant probablement plus de produit que nécessaire sur chacune d'elles, tu me disais que tu avais un problème. Je me suis arrêté un instant, reportant mon attention sur ce que tu voulais dire. Quel problème ? Tu me disais alors que tu ne savais plus qui t'avais attaqué, te te souvenais juste d'éclats de lumières qui te frappaient. Je frissonnais, c'était une agression alors, j'aurais espéré que c'était un accident... Et ces lumières, c'était étrange cette histoire. De la magie ? C'était envisageable, après tout, le monde semblait plus compliqué que ce que je pensais.

"J'aurais préféré que tout ça soit le résultat d'un accident plutôt que le résultat d'une agression." J'ai grimacé. Comment quelqu'un pouvait faire ça ? "Tu saignes à la tête, c'est peut-être le choc qui t'as fait oublié ? Peut-être que tu t'en souviendras dans quelques jours."

Je ne voyais pas vraiment d'autre explication à cet oubli. Soit c'était le coup porté à la tête qui t'avais fait oublier, soit c'était le traumatisme psychologique qui l'a fait. Qu'est-ce que ça pourrait être d'autre ? Je n'aimais pas l'idée que quelqu'un s'en soit pris à toi, volontairement. Je comprenais alors pourquoi Bastian avait parlé de monstre en parlant de l'homme qui m'avait suivi, avec des intentions probablement peu sympathiques. Il fallait être un être horrible pour s'en prendre à quelqu'un jusqu'à en arrivé là. Je frissonnais encore. C'était ce genre de personnes que les Âmes avaient voulu éradiquer en colonisant la planète. Alors que je continuais de m'occuper de tes blessures, commençant par les plus importantes, tu me disais que je n'étais pas obligé de te soigner, qu'on pourrait en avoir besoin dans une situation plus grave. Je relevais la tête vers toi, fronçant les sourcils.

"Je crois que c'est difficile de faire pire." Je marquais une pause. "Et si cela peut te rassurer, il en reste encore beaucoup. Probablement assez pour des années."
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes



∞ messages : 115
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Mer 2 Mai - 22:08

In the Midnight Hour
ft. Scotty ♥️
Il ne me servait à rien de résister pour qu’il me soigne. De toute façon, je savais très bien que j’aurais cédé dans les minutes à venir. J’avais rapidement apprit que les âmes aimaient rendre service, soigner les gens, être gentil avec eux et tout un tas de truc qui m’aurait autrefois rendu malade. Mais avoir vécu dans le même corps, à devoir le côtoyer vingt quatre heure sur vingt quatre, ça faisait remettre des choses en perspective. Oh, évidemment, je n’hésitais pas à me défendre lorsque c’était nécessaire, comparé à eux qui tentait de voir le bien en toute chose et ne pouvait se résoudre à faire un simple petit mouvement pouvant les sauver. Il m’arrivait de repenser à l’agression dans la rue, dans notre monde, où je nous avais sauvé in-extremis. Ça me semblait si près et tellement loin comme souvenir… et surtout, ça me semblait tellement plus facile avant. Au moins, je savais à qui ou quoi j’avais affaire. Me défendre était donc chose aisé. En général, je pouvais m’en sortir avec mon flingue ou mes mains, mais ici… ici c’était tellement… bordélique. J’aurais préféré ne jamais avoir quitté notre monde colonisé. Rester dans les grottes, être en sécurité. Le simple fait de penser ça me faisait me questionner. J’étais souvent l’un des premiers à aimer partir à l’aventure, à sortir de mon trou pour survivre. Et là j’avais… peur? Un léger frisson me traversa l’échine et je quittai mes pensées quand Scotty annonça qu’il aurait préféré que ça soit un accident et non quelqu’un qui m’avait fait ça. J’aurais grandement préféré, moi aussi. J’espérais aussi qu’il disait vrai pour mon coup sur la tête. C’était le plus logique, après tout… comment aurais-je pu oublié mon agresseur? Je n’avais pas de perte de mémoire soudaine, d’habitude!

Je le laissais faire, sans chercher à savoir ce qu’il faisait ou pourquoi il le faisait. J’avais l’impression d’être devenu un pantin, de ne plus savoir où j’en étais. J’essayais de toute mes forces de me rappeler, mais plus je tentais et plus le souvenir s’éloignait. Je décrochai finalement mon regard du mur que je fixais avec attention depuis plusieurs minutes déjà, alors que celui que je considérais comme un frère disait qu’il aurait été difficile de faire pire et qu’il nous en restait pour des années, parti comme c’était là. Sa remarque m’aurait sans doute décroché un sourire si je n’étais pas aussi préoccupé mentalement. Ça pouvait être un voisin, une personne qu’on croisait tout les jours. Ça aurait pu être… quelqu’un d’important dans la ville… bordel, pourquoi je n’arrivais pas à me souvenir! Je n’avais pas le souvenir que mon coup sur la  tête avait été assez fort pour que j’en perde des bouts de mémoire! Bon d’accord, je saignais, c’était peut-être le signe que oui, ça avait été fort, mais… merde quand même!  

Un petit soupir m’échappa, ne sachant pas trop que faire. Je me sentais totalement impuissant à me laisser soigner. Et vu mon état, on en avait pour encore un petit moment. Mon visage et mes mains n’étant que la face découverte de l’iceberg. Je n’avais pas jeté un coup d’œil sous le t-shirt, mais à voir  mes genoux écorchés et le jeans qui avait déchiré à certains endroits en raison des branches et des cailloux, je me doutais que le reste ne serait pas beau à voir non plus.

« Scotty? Tu peux aller voir s’il me reste des bières? »

Ça me ferait un truc à faire en attendant qu’il termine, et surtout, ça me permettrait d’oublier un peu le reste des choses dont je me rappelais et qui était entrain de me rendre dingue. Au moins pour ce soir, en tout cas… Ça faisait un moment que je n’avais pas bu dans cette optique là, parvenant à me changer les idées de d’autre façon en temps normal.

« S’il te plaît. »

Je lui lançai un petit regard suppliant, espérant qu’il restait quelques bouteilles.
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Lun 7 Mai - 22:29



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Je cachais ma surprise lorsque tu disais que c'était une agression, que quelqu'un t'avais mis dans cet état. J'avais du mal à imaginer, du mal à croire, qu'on puisse être mauvais à ce point-là. Et bien que la colère était bannie chez les Âmes presque contre-nature même, cela apportait trop de problèmes, trop de souffrances, j'étais en colère. J'avais les mâchoires serrées de rage. Peu importe qui t'avais fait ça, je voulais que justice soit faite, je voulais que cette personne paie ! Et j'essayais de me convaincre, j'espérais, que je ne pensais cela que sur le coup de la colère. Pendant un instant le dégoût fut plus fort que la colère.

Peut-être que les Âmes n'avaient pas eu totalement tord finalement. On avait juste eu le tord de mettre tout le monde dans le même panier, de croire que tous les humains étaient forcément mauvais, que la violence chez eux était innée. Il faut dire qu'ils sont l'espèce la plus violente que l'ont aie rencontré. Cette personne faisait probablement partie des pires, quelle genre de personne s'en prenait à quelqu'un sans raison ? Je regrette qu'il n'y ait pas de Traqueurs dans cette ville pour retrouver le responsable, le monde se porterait probablement mieux si quelqu'un d'autre décidait à sa place !

Est-ce que ce serait arrivé si l'on était encore dans notre monde ? Il reste si peu d'humains que je doutais qu'ils s'en prendraient à l'un des leurs et les Âmes ne font pas de mal. Les armes portées par les Traqueurs sont bien souvent là uniquement pour dissuader, elles sont rarement utilisées pour blesser. Ce ne serait probablement jamais arrivé là-bas. Je me concentrais de nouveau sur tes blessures, pour éviter de continuer à trop penser, mais la fatigue ne m'aidait pas à garder l'esprit clair.

Lorsque tu me disais que tu avais oublié qui était ton agresseur je te rassurais en disant que c'était probablement dû au coup que tu as reçu sur la tête. Le fait que tu en saignais confirmait peut-être cette théorie, tu étais dans un sale état, cela relevait presque du miracle que tu aies réussi à rentrer à la maison. Le coup sur la tête était l'option la plus logique. Tu retrouveras peut-être la mémoire dans quelques heures, ou quelques jours ? Je voyais que tu semblais beaucoup réfléchir, je crois que je ne t'ai jamais vu afficher un air aussi sérieux. Je regrettais alors de ne plus pouvoir entendre tes pensées pour savoir ce qui te préoccupais, même si j'imagine que c'était cette histoire d'amnésie qui te travaillais.

"A quoi tu penses ? C'est le fait d'avoir oublié qui te préoccupe à ce point ?"

J'attendais ta réponse alors que je finissais de réparer une coupure, il ne restait qu'une petite ligne rose à peine visible mais ce n'était pas profond, cela allait finir par disparaître totalement. C'était le coup à la tête le plus inquiétant, je m'en étais occupé en premier. Il y aura peut-être toujours une cicatrice à cet endroit mais tes cheveux la cacheront de toute manière. Tu me demandais alors d'aller voir s'il restait des bières.

"Je vais voir, respire un peu de ça pendant ce temps. Au cas où des microbes seraient entrés. Ce serait dommage qu'en plus de tout ça que tu tombes malade."

J'ai attrapé la boîte de Tout Propre Intérieur et je te l'ai donnée alors que je me levais. J'avais des fourmis dans les jambes à force d'être mal installé devant le canapé. Je suis ensuite allé dans la cuisine pour vérifier comme tu me l'avais demandé. Je remarquais alors qu'il restait une part de tarte, que tu m'avais gardée, peut-être que c'est toi qui devrait la manger. Je suis revenu dans le salon quelques instants plus tard et je te donnais la bouteille.

"Tu as de la chance, c'est la dernière." Je marquais une pause. "Il reste aussi la part de tarte que tu me gardais, tu devrais la manger. Cela te ferais du bien, ça te remontera le moral."
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes



∞ messages : 115
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Dim 27 Mai - 19:57

In the Midnight Hour
ft. Scotty ♥️
Il fut une époque où j’aurais tout donné pour revoir les gens. De voir que l’humanité n’était pas qu’un tas d’hypocrite, égoïste et destructeur. De savoir que quelque part, il y avait encore de la vie et que cette vie était les derniers restant de ce qu’avait été la société humaine. Et là, pourtant… cette idée ne me disait rien. Rien de bon en tout cas. Je savais qu’il ne servait à rien de généralisé. C’était ce qu’avait fait les âmes d’ailleurs. Coloniser entièrement notre planète en croyant que nous étions tous pareil, alors qu’il y avait des innocents. J’étais partagé entre cette pensée et celle de croire qu’au final, on était peut-être que des barbares assoiffés de pouvoir, de sang et sans conscience pour autrui. Mes pensées partaient dans tout les sens et lorsque Scott m’avait demandé si c’était le fait d’avoir oublié qui me préoccupait, je me contentai de hocher la tête. Évidemment il n’y avait pas que ça. Il y avait mes prises de conscience, ma douleur psychique que je continuais de ressentir alors que la torture s’était terminé, des peurs bleus que j’avais eu en sentant mon corps ne plus m’appartenir… encore une fois. De faire des choses que je ne voulais pas. J’avais cru tout ça terminé. L’impossibilité de contrôler mon corps était un traumatisme que j’avais mis de côté et qui me revenait en pleine gueule brutalement. Ça ne faisait que quelques semaines que j’avais retrouvé ma mobilité et j’avais parfois l’impression, quand je dormais, que lorsque je me réveillerais, tout serait comme avant et que ma récente liberté n’était qu’un rêve auquel j’aspirais.

Après que je lui ai demandé s’il pouvait aller voir s’il restait des bières, Scott me passa le drôle de truc à respirer, que je me mis à regarder d’un œil sceptique. Je me demandais toujours comment toute cette médecine pouvait faire pour fonctionner. Comment des trucs aussi… simple, inodore et miraculeux pouvaient-ils existé? Les humains ne savaient faire que des trucs dégueulasse qui fonctionnaient une fois sur deux! Enfin… ce n’est qu’après quelques minutes de réflexion avec moi-même que je me mis à respirer le contenu de la boitounette, me trouvant complètement ridicule par le fait même. J’avais l’impression d’être un drogué respirant une drogue particulièrement captivante. Je redéposai le médicament sur la table à côté et prit la bouteille que Scotty me tendait, en plus de la part de tarte. Je fronçai les sourcils légèrement, incertain.

« J’en ai déjà bouffé le trois quarts… »

Allez savoir si c’était à cause de la fatigue ou en raison de ce que j’avais vécu, mais je me sentais plus émotif d’un coup. Je pris la part qu’il me tendait, la déposant sur le côté du canapé et tendit les bras pour attraper mon frère et le serrer dans mes bras.

« T’es trop adorable pour ce monde bordel! »

Je restai comme ça quelques minutes, le temps de me calmer et me reculai finalement, légèrement honteux et me calant dans les coussins tout en ouvrant la dernière bière survivante du frigo. Directement, en prenant la première gorgée, je me sentis un peu mieux. C’était sans doute mal de descendre mon chagrin dans l’alcool, mais c’était le seul remède que je connaissais contre ma douleur mentale. Ça avait toujours été assez efficace, même si j’aurais préféré un peu de whisky ou de tequila pour faire ça plus rapidement. Ça aurait sans doute parut louche vu que c’était ce que je faisais toujours quand j’allais mal. Et surtout… on en avait plus. Dilemme réglé comme ça..

« Tu es bien certain que tu ne veux pas ta part? »

Je me sentais vraiment mal de la lui prendre parce qu’il voyait que je n’allais pas bien. J’avais toujours l’impression d’abusé de sa gentillesse et ça me donnait envie de me mettre des claques. Ce n’est pas faute d’avoir essayer de lui montrer à s’affirmer et à être un peu égoïste pour avoir ses propres affaires. Ou même pour mentir… Heureusement que j’avais autrefois partagé mes pensées avec lui, sinon je crois que je ne l’aurais simplement jamais compris ce Glaçon!
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Lun 4 Juin - 22:23



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Tu semblais en pleine réflexion, totalement perdu dans tes pensées. Et je regrettais de ne plus pouvoir les entendre pour savoir exactement ce qui te préoccupais. Cela semblait bien plus compliqué que cette histoire d'amnésie. Il y avait forcément autre chose derrière. Seulement je ne pourrais pas savoir de quoi il s'agit si tu ne m'en parles pas. Je t'avais alors demandé à quoi tu pensais, si c'était l'amnésie qui te travaillais autant, je n'ai eu pour toute réponse qu'un hochement de tête. Je ne savais pas vraiment comment interpréter cela.

Je m'inquiétais du fait que cet horrible événement puisse ternir la vision de l'humanité que tu avais. Dans notre monde, les humains sont désormais si rare que cela tenait du miracle d'en croiser. Je savais que tu pensais que les Âmes avaient tort, tu m'en avais même convaincu. Tu m'avais montré que tous les humains n'étaient pas mauvais, qu'il y avait des innocents qui n'avaient rien fait pour mériter le sort qu'on leur avait réservé. Tu avais presque mis les humains sur un piédestal. Et lorsque l'on était arrivé à Neverland tu avais retrouvé ce monde humain qui te manquais, que tu pensais ne jamais connaître à nouveau. Je ne voulais pas que ça change, je voulais que tu continues de penser la même chose, que la personne qui t'a agressé n'allait pas ternir le souvenir que tu as de l'humanité.

Je t'avais donné la boîte de Tout Propre Intérieur, au cas où des bactéries seraient entrées dans ton corps, alors que j'étais parti dans la cuisine voir ce que tu m'avais demandé. Lorsque je suis revenu, la petite boîte était posée sur la table basse, j'espérais que tu m'avais écouté. Ce serait dommage de tomber malade. Je te donnais alors la bière que tu m'avais demandé et je te proposais de manger la part de tarte qu'il restait. Tu disais que tu en avais déjà mangé les trois quarts. Je haussais les épaules, quelle importance ?

"Eh bien maintenant tu l'aura mangée entièrement."

Tu as finalement pris la part que je te tendais, ça m'a fait sourire. Je me sentais soulagé que tu acceptais de manger. J'avais peur que tu refuses, disant que c'était ma part ou prétextant ne pas avoir faim. Surtout que ce dernier point n'est qu'un effet du Stop Douleur, il fallait que tu manges, la sensation de faim n'allait revenir que dans une heure ou deux, quand l'effet du médicament commencera à se dissiper. Alors tu posais la petite boîte sur le canapé pour pouvoir me prendre dans tes bras. J'étais un peu surpris, la dernière fois que tu m'avais pris dans tes bras c'est quand je me suis réveillé à l'infirmerie après avoir reçu une balle. Je te serrais dans mes bras aussi alors que tu disais que j'étais trop adorable pour ce monde. Cela m'a fait lâcher un bref rire.

"Je crois que tu exagères un peu !"

On est restés comme ça un petit moment, quelques minutes, puis tu as fini par me lâcher. Tu reportais alors ton attention sur la part de tarte que je voulais te donner. Tu me demandais alors si j'étais certains de ne pas en vouloir. J'acquiesçais d'un signe de tête.

"Sûr et certain. Tu peux la manger. Tu te sentiras mieux après."
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes



∞ messages : 115
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Lun 25 Juin - 3:59

In the Midnight Hour
ft. Scotty ♥️
Je n’avais jamais été le mec qui aimait parler de ses émotions ou de montrer une quelconque faiblesse devant les autres. Et peut-être même que Scott serait l’un des seuls à me voir ainsi. Après tout, on avait partagé un an à vivre dans ma propre tête, alors mine de rien, ça finissait par rapproché, et surtout, il savait comment comment je pouvais être. C’était la même chose envers lui. À force, on savait reconnaître les sentiments de l’autre même sans mot, même si certaine fois j’aurais préféré ne pas être autant un livre ouvert. Le bon côté d’avoir retrouvé mon corps maintenant, c’était que mes pensées m’étaient propre. Heureusement, contrairement à lui, je savais mentir… ce qui était une bonne et une mauvaise chose quand on y pensait. Peut-être que j’aurais dû m’ouvrir un peu plus sur ce que je ressentais réellement. Ça m’aurait peut-être fait du bien… mais j’avais l’impression qu’il allait soit me prendre pour un dingue, soit penser que j’avais halluciné ou exagéré – ce qui, je le savais, n’arriverait pas, mais que voulez-vous… la paranoïa peut frapper n’importe qui, surtout dans un cas comme le mien où je me mettais à flipper pour tout et pour rien dès que j’avais le malheur de repenser à ce que j’avais pu ressentir quelques heures plus tôt. Ce sentiment d’impuissance me frustrait contre moi-même et contre la terre entière… mais je pouvais y faire quoi? Pas grand-chose…

J’avais senti la surprise de Scotty lorsque je l’avais pris dans mes bras, suivant une envie soudaine de réconfort comme cette fois où j’avais bien cru qu’il allait périr par cette balle, et l’avait finalement relâché. Ça avait finalement été à mon tour de lâcher un petit rire lorsqu’il annonça que j’exagérais sûrement un peu. Je secouai la tête et soulevai les épaules.

« Je n’exagère pas du tout. L’humanité aurait besoin de beaucoup plus de gens comme toi. »

Je fronçai légèrement les sourcils et lâchai finalement un petit soupir. Je pris la part de la pâtisserie que j’avais déposé à côté et la regardai avec un drôle d’air, avant de relever le regard vers mon frère de cœur, hésitant à poser la question qui me brûlait les lèvres.

« Est-ce que tu… crois à la magie toi? Enfin, au truc surnaturel, les autres trucs qui ne seraient pas censé exister? »

C’était une question un peu bizarre à poser à une âme qui possédait le corps d’un humain, mais qui sait… J’essayais surtout de comprendre ce qui avait pu m’attaquer ce soir… puisque tout ce que je me rappelais, c’était d’avoir été comme un pantin désarticulé propulsé de droite à gauche par je ne sais quel miracle. Si seulement je parvenais à me rappeler le visage de mon agresseur bon sang! Parlant de ça… le Stop Douleur avait un effet assez… désagréable. Je ne savais plus les endroits où j’avais mal, ce qui allait être difficile de lui dire les autres endroits à soigner. Enfin bon… tant pis. Je pris une gorgée de ma bière et m’attaquait ensuite à la tarte, attendant sa réponse. La plupart de mes blessures externes étant soigné, je me sentais déjà un peu plus serein. Certes crades avec tout le sang, mais au moins, je n’avais plus la tête qui tournait. Je n’avais pas spécialement faim, mais je ne disais jamais non à de la bouffe de toute façon.  
(c)Hesa


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)



∞ messages : 299
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   Sam 21 Juil - 11:24



In the Midnight Hour
Feat. Alec Shepherd

Ce qui était arrivé ce soir me terrifiait, je devais bien l'avouer. C'était plus qu'effrayant de savoir qu'il existe des personnes, des monstres, capable de faire ce genre de chose. De s'en prendre à quelqu'un d'autre, sans raison. Ce qui me ferais presque me demander, pendant un instant, si les miens n'avaient pas raison au final. Tu m'avais montré que les humains n'étaient pas tous mauvais, qu'il y avait juste des exceptions. Peut-être était-ce l'inverse finalement. Les Âmes disaient qu'ils sont des êtres violents, qu'ils auraient fini par s'entre-tuer en détruisant leur planète au passage. C'était pour ça qu'on pensait faire mieux que vous.

Je chassais ces idées sombres, je délirais, ce n'était pas ça. Forcément je me trompais. Tu me l'avais prouvé, toi et tous les autres humains dans les grottes. C'était toi qui avait raison, ce genre de personnes violentes et sans pitié sont des exceptions. Tout le monde n'est pas mauvais. Pourtant je doutais, pour la première fois depuis des mois. Et je me concentrais sur toi pour éviter que mes pensées se dispersent à nouveau. Je voyais bien qu'il y avait quelque chose que tu ne me disais pas. Je regrettais alors de ne plus être capable d'entendre tes pensées pour savoir de quoi il s'agit. Malgré l'inquiétude et la curiosité, je n'ai rien demandé. Bien que je savais que ce n'était pas bon de garder ça pour toi, peu importe ce dont il s'agit, cela t'aurais sûrement soulagé d'en parler. Je ne voulais pas t'obliger à parler, ressasser un moment douloureux. Tu m'en parleras, quand tu le voudras.

J'admets que j'ai été surpris lorsque tu m'as pris dans tes bras et il m'avait fallu quelques secondes pour réagir. C'était tellement rare que c'était surprenant. La dernière fois que tu m'avais pris dans tes bras c'est quand je me suis réveillé, après m'être fait tirer dessus. Je t'ai dit que tu exagérais, quand tu as dit que j'étais trop adorable pour ce monde. Ce à quoi tu m'as répondu que l'humanité aurait besoin de plus de personnes comme moi.

"Dans un sens, l'humanité a eu plus de personnes comme moi. Sauf que vous n'avez pas vraiment apprécié." Je souriais. "Pour votre défense, j'avoue que nous sommes peut-être allés un peu trop loin."

Toutes les Âmes sont comme moi, du moins en partie. Puisque les Âmes ne tournent pas le dos à leur société en général. Pendant un instant, un sentiment de culpabilité m'a traversé. Malgré tout on pouvait dire que oui, les humains avaient eu 'beaucoup plus de gens comme moi'. Sans doute un peu trop. Tu me demandais ensuite si je croyais en la magie, le surnaturel, ce genre de choses. Je ne m'attendais pas à ce genre de question. Je me suis figé, je ne savais pas vraiment quoi répondre. J'étais obligé d'y croire, puisque Bastian est un sorcier, mais je m'inquiétais que tu me demandes pourquoi j'y crois si jamais je réponds oui. Et en même temps, je n'ai pas d'autre choix, sinon je devrais mentir. Non seulement je ne savais absolument pas mentir mais je ne voulais surtout pas te mentir à toi.

"La magie oui, j'y crois. Le surnaturel, je ne me suis jamais posé la question."

C'était peut-être une erreur de ne pas avoir chercher à éviter la question mais cela aurait sans doute semblé louche que je le fasse. Maintenant, j'espérais simplement ne pas avoir à expliquer le pourquoi du comment. Je n'étais pas sûr de trouver une explication quoi soit vraie et convaincante.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]   

Revenir en haut Aller en bas
 
In the Midnight Hour [Feat. Alec Shepherd]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINER] Un endroit lugubre pour un changement à jamais //Feat Alec, le diable//
» OUR SOLEMN HOUR
» Midnight FairyTales; demande de parto
» alec ▲ the show must go on.
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND :: Neverland :: Liberty :: Mystic Falls-
Sauter vers: