Partagez | 
 

 (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Lun 5 Fév - 21:37



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Les dernières semaines ont été les plus faciles depuis mon insertion. Il faut avouer qu'après avoir frôlé la mort ensemble, il y a un peu plus d'un mois, on avait réussi à s'entendre et Alec se montrait plus gentil à mon égard. La tension et la colère qui étaient présentes au début avaient presque totalement disparu. On s'était pas mal rapprochés, il ne me haïssait plus depuis longtemps. Et tout cela avait rendu la vie bien plus facile, bien plus agréable. Je pensais également qu'on arrêterait de me suivre, puisque je n'avais plus de soucis avec mon hôte. Seulement il semblerait que le fait que j'arrive à m'entendre avec lui n'apaisait pas les craintes que ma Tutrice et le Traqueur avaient à son égard. Je leurs avait pourtant dit qu'Alec m'avait sauvé la vie, que je ne serais plus là sans lui.

Ils ne m'avaient plus demandé de changer d'hôte depuis un moment, mais peut-être m'avaient-ils simplement laisser du temps en pensant que je changerais d'avis par moi-même. Et ce matin, j'avais eu un mail du Traqueur, contrairement à sa collègue il ne venait pas me voir très souvent. Puisque lui avait compris qu'il n'y avait rien à tirer des souvenirs de mon hôte. Mais aujourd'hui, voilà qu'il me conseillait à nouveau de changer d'hôte, d'abandonner Alec. Et cette fois-ci j'en avais assez. Alec m'avait sauvé la vie, je l'appréciais, je ne voulais pas le laisser mourir ! Non, c'était hors de question. Je ne voulais plus en entendre parler.

Sur l'ordinateur je regardais les billets pour un vol direct jusqu'à Tuscon, mais j'ai remarqué l'agitation qu'Alec ressentait à l'idée de voler, même si les avions avaient été remplacés par nos navettes. Je cédais alors à son désir de choisir la route plutôt que les airs. J'ai téléphoné à la clinique vétérinaire où je travaillais, pour prévenir de mon absence dans les prochains jours. Il fallait que j'aille voir le Soigneur qui avait procédé à l'insertion. Il avait l'habitude des cas de résistance et je sais qu'il pourrait convaincre mon Traqueur et Kathy qu'Alec ne représente pas un danger, que je pouvais le garder. J'ai préparé quelques affaires, à savoir des vêtements de rechange, que je mettais soigneusement dans un sac. Je n'avais pas beaucoup d'affaires personnelles, je n'avais pas décoré l'appartement à mon goût. Une fois prêt, je quittais l'appartement, laissant les clés dans la serrure à l'extérieur. La route allait être longue et je ne tenais pas à perdre une minute de plus. Je suis monté dans la voiture et je me suis rapidement mis en route. Je n'ai pas eu beaucoup de mal à quitter San Diego et ensuite j'ai simplement suivi les panneaux pour rejoindre la nationale. Dans huit heures j'arriverais à Tuscon.

Je sentais l'inquiétude d'Alec, il se faisait trop discret pour que ce soit normal, et j'espérais qu'il apprécie mes efforts pour le garder. Je ne pouvais pas lui rendre son corps, mais je pouvais lui éviter la mort. Il serait toujours en vie, c'est bien tout ce qui compte au final, non ? J'aurais voulu pouvoir faire plus, mais je ne pouvais pas. Les longues heures de route qui nous attendent me permettrait de réfléchir à ce que j'allais dire une fois sur place. Les kilomètres et se succédaient et bientôt je me retrouvais entouré des terres arides du désert, loin de la civilisation. Et j'appréciais cette solitude, encore un sentiment anormal. Les Âmes sont des créatures sociables, pourquoi est-ce que je préférais être loin des miens ?

Quelques heures sont passées, je venais de prendre la I-10. Alec s'était déjà agité en remarquant où nous étions, le désert. Et l'agitation le gagnait encore maintenant. J'ai voulu comprendre pourquoi, mais il s'est replongé dans un coin de ma tête. Je regardais aux alentours, cherchant à comprendre ce qui l'intriguait tant à propos du désert. Mon regard s'est posé sur les montages que l'on voyait au loin, et de nouveau Alec s'est agité.

Qu'est ce qu'il te prends ? Quelque chose ne vas pas ?
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Dim 11 Fév - 5:32


Failed
ft. Scotty ♥️
Une expérience de mort imminente nous fait souvent réfléchir, une fois qu’on se rend compte à quel point on a de la chance d’être en vie. Dans mon cas c’était un peu différent des autres humains puisque je n’étais plus vraiment moi-même. Enfin si, mon esprit était semblable, mais mon corps ne m’appartenait plus. Le simple fait d’être toujours là, de pouvoir voir la terre, la nature et les animaux l’habitant était devenu une consolation au fait que je ne pouvais pas bouger. Et puis, j’avais au moins une personne à qui parler, même si les autres ne m’entendaient pas. Nos conversations étaient intéressantes, maintenant que j’avais cessé de lui en vouloir pour absolument tout et rien. Quelques semaines étaient passés depuis l’incident, où je m’étais remis en question sur ma haine à l’égard de mon locataire. Il n’y était pour rien, alors autant que je ravale ma rancœur et que j’apprécie d’être toujours là, au lieu de disparaître comme certains hôtes. Nous avions finit par nous entendre, et apparemment, ça semblait inquiéter le traqueur et sa tutrice, ce qui avait finit par m’inquiéter aussi. Je sentais l’agacement de mon très cher Glaçon face à cette idée et j’étais heureux qu’il n’envisage pas de me laisser et de partir dans un autre corps. On était devenu assez proche et il était aussi la seule ‘personne’ avec qui je m’étais sentis aussi à l’aise de discuter depuis des années et que j’avais envie de protéger, qu’importe ce que je devrais faire. Il était aussi le seul être vivant qui me restait, puisque tout ceux que j’avais eu dans ma vie était mort ou pire encore.

Finalement, face aux requêtes incessantes des deux autres âmes, il avait décidé d’aller voir le soigneur l’ayant inséré et je laissai clairement transparaître ma peur de voler. Je n’avais jamais aimé être dans les airs et ça ne changerait pas de si tôt. Même si leur navette semblait sécuritaire, ça me rendait nerveux. C’était certes une peur ridicule, mais je n’aimais pas du tout. Il avait donc décidé d’y aller en voiture, et  j’en avais été soulagé. J’avais aussi la crainte que son soigneur, même s’il était habitué au cas d’hôte dissident comme je l’étais,  ne décide de lui dire que j’étais un cas perdu d’avance ou que notre rapprochement était dangereux. Dans tout les cas, je n’avais pas envie de le voir partir. Je préférais encore crever définitivement plutôt que de voir une autre âme venir danser la lambadas dans mon corps.

Je restai calme une bonne partie du trajet, jusqu’à ce qu’on arrive dans le désert. J’observais chaque petit détail depuis le début du voyage, n’ayant rien d’autre à faire de toute façon. Je m’étais planqué dans un coin de sa tête pour éviter de me faire trop imposant, le laissant aussi réfléchir et pour essayer de masquer mon inquiétude du mieux que je pouvais. Ce n’était pas toujours évident de cacher mes émotions, surtout lorsque celle-ci était forte.

J’avais une drôle d’impression. Ces montagnes me disaient quelque chose. En fouillant un peu dans mon esprit, je me rappelai que Jeb avait parlé à mon père d’une cachette dans le désert et il nous avait même laissé un croquis, au cas où un jour ses craintes se concrétisaient. Je n’y avais jamais vraiment repensé depuis le début de l’invasion, trop occupé à fuir.

Qu'est ce qu'il te prends ? Quelque chose ne vas pas ?

Quittant mes pensées, je repris une certaine contenance avant de parler, incertain. Je savais pouvoir lui faire confiance... mais s'il décidait finalement de se faire extraire et de changer de corps, une autre âme investirait mon corps et aurait accès à ce que je venais de me souvenir.

« Ces montagnes me disent quelque chose. »

Je masquais comme je pouvais mes souvenirs de ces montagnes, mais au bout d'un moment, je lâchai finalement un soupir et décidai de cracher le morceau.

« Avant le début de la colonisation, un ami de mon père nous a dit que quelque part, dans le désert, se trouvait une planque qui pourrait nous sauver si jamais on se faisait envahir. Je l'ai toujours cru cinglé... jusqu'à maintenant. Qui irait planquer une batcave dans les montagnes d'un désert? »  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Dim 11 Fév - 20:14



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Le changement de comportement d'Alec avait été plus qu'évident lorsque j'avais posé les yeux sur les montagnes au loin. Puisqu'il avait mis un point d'honneur à se tenir tranquille toute la journée. Il réfléchissait sûrement à ce qu'il nous attendait à Tuscon, probablement inquiet quant au fait que le Soigneur pourrait, lui aussi, vouloir me faire changer d'hôte. Et j'avoue que je n'avais absolument aucune idée de ce que je pourrais faire dans ce cas-là. Bien sûr, on ne me forcerais à rien, mais ils continueraient à vouloir me convaincre d'accepter.

Alors, je lui demandais ce qui n'allait pas, qu'est ce qui lui prenait. Pourquoi ce changement si soudain, qu'est ce qu'il avait bien pu voir pour déclencher une telle réaction ? Alec m'a répondu que les montagnes lui disaient quelque chose. Je les regardais à nouveau, elles m'étaient familière, probablement à cause son propre ressenti. Et soudainement Alec semblait me cacher quelque chose. J'ai voulu savoir de quoi il s'agissait, mais je me suis heurté à un mur, comme à chaque fois qu'il voulait me cacher quelque chose ou penser librement sans que je puisse l'entendre, impossible de savoir ce qu'il y avait derrière. Finalement, il a laissé tomber et m'a laissé voir ce que je voulais. En m'expliquant qu'au tout début de la colonisation, un ami de son père leur a parlé d'une cachette quelque part dans le désert. Alec l'avait toujours cru cinglé, jusqu'à aujourd'hui mais il se demandait qui pourrait vivre cacher dans le désert.

J'ai aperçu son souvenir, une partie des gribouillis que Jeb avait fait. Des lignes, qui ne se rejoignent même pas, les pièces d'un puzzle dont il pensait qu'Alec et son père serait capable de trouver la solution. Je repensais à la Traqueuse, qui était persuadée qu'il y avait des humains quelque part dans le désert. Désert dans lequel elle a fini par disparaître. Et je me suis souvenu de l'autre Âme, celle dont la Traqueuse m'avait parlé, celle qui avait, elle aussi, disparu dans le désert. Je fixais la montagne, c'était bien l'une de celles que Jeb avait dessinées. Le premier point, la première étape.

La Traqueuse, elle était obsédée par le désert. Elle croyait dur comme fer qu'il y avait des humains quelque part. Tu crois que ce serait Jeb et d'autres survivants ? Est-ce seulement possible de vivre au beau milieu du désert ?

A cet instant, je ne saurais dire si c'était moi qui voulais y croire ou Alec. Je ne parvenais plus à faire la différence entre ses émotions et les miennes. L'ami de son père était peut-être là, tout près, avec d'autres. Le monde humain qu'il croyait perdu à jamais existait peut-être encore. Ils n'avaient peut-être pas perdu. J'ai continué la route, jusqu'à une épicerie près d'une cafétéria et d'un camping avec des mobiles homes. J'ai garé la voiture sur le parking, il était presque vide.

Ne me dit pas que tu veux t'aventurer dans le désert à la recherche de Jeb et sa cachette ? Ce serait de la folie !

Pourtant j'avais l'impression que c'était exactement ce qu'il voulait. Partir à la recherche de cet endroit, retrouvé Jeb. J'étais presque certain qu'Alec préférerait marcher dans le désert jusqu'à ce que mort s'en suive plutôt que de retourner à notre vie d'avant. C'était pourtant de la folie pure, la montagne n'était que le premier repère ! Il y en avait encore d'autres, il nous faudrait plusieurs jours pour tout trouver et rien ne prouvait qu'il y avait bien un refuge quelque part. En y repensant c'était impossible. Les Traqueurs avaient surveillé le désert, ils n'ont jamais rien trouvé. Pourquoi nous on y arriverait ? En admettant qu'il y ai réellement quelque chose à trouver.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Dim 11 Fév - 21:22


Failed
ft. Scotty ♥️
Trop de mystère entourait ce désert. Une partie de moi espérait vraiment que là, quelques part, se trouvait d'autres humains ayant réussit à fuir la colonisation. Mais une autre partie de moi se disait que c'était une idée utopique et surtout impensable. Je devais me montrer réaliste mais... et si vraiment ils y étaient? Et si Jeb n'était pas aussi fou que je l'avais toujours cru? Ça me remettait en question sur pas mal de chose que j'avais cru avant et que j'avais tenté de nier pour éviter de me donner de faux espoir. Sauf que si vraiment il y avait des survivants dans ce désert... j'avais envie de le vérifier par moi-même. Seul problème... c'était le désert quoi. Et un désert ça ne trompe pas. C'est arride, dangereux, sec, très chaud.

La Traqueuse, elle était obsédée par le désert. Elle croyait dur comme fer qu'il y avait des humains quelque part. Tu crois que ce serait Jeb et d'autres survivants ? Est-ce seulement possible de vivre au beau milieu du désert ?

« C'est une bonne question... Il n'y a pas vraiment d'eau dans le désert, ça me semble étrange d'envisager une cachette là. »

Je ne sais pas trop si c'était lui que je tentais de convaincre ou moi-même. Mais plus les minutes avançaient et plus j'avais envie d'aller vérifier. Si d'autres humains s'y trouvaient, je passerais à côté d'une occasion de me dire que notre "race" n'avait pas totalement disparut. Et ça... ça me donnerait un certain espoir que j'avais perdu il y a bien longtemps. Ça ne changerait rien au fait que j'étais enfermé et que je le resterais sans doute à jamais jusqu'à notre mort à tout les deux, mais au moins, j'en aurais le coeur net. J'étais tellement perdu dans mes pensées que je ne remarquai même pas qu'il s'était garré dans le parking d'une épicerie.

Ne me dit pas que tu veux t'aventurer dans le désert à la recherche de Jeb et sa cachette ? Ce serait de la folie !


« D'accord... alors je ne le dirai pas. »

Ce monde en lui-même était fou. Toute cette histoire était folle... alors s'aventurer dans le désert c'était simplement une escapade de santé face à tout ça. Certes suicidaires, mais si on se préparait bien ça pouvait être réalisable. Ça serait long avant de trouver l'endroit, mais j'étais curieux et je voulais savoir.

« Si on se rationne bien et qu'on ne voyage pas uniquement de jour c'est faisable........ je pense. »

Des spéculations, ce n'était que ça. La survie, j'y étais habitué, mais dans le désert, ça serait la première fois. Je n'étais sûr de rien, pour être honnête... mais j'avais tellement envie de savoir s'il y avait d'autres humains que j'en oubliais un peu la raison. Je ne savais pas combien de temps ça pourrait prendre avant d'atteindre les montagnes, quelques jours sûrement... et ça, c'était dans l'optique ou on trouvait la bonne. On avait de bonne chance de crever avant d'y arriver, mais il fallait tenter le coup. Même si la décision ne m'appartenait pas vraiment, au final... si j'avais pu faire des yeux de chat piteux je crois que je l'aurais fais.
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Dim 11 Fév - 23:28



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

L'avis de mon hôte était tout aussi mitigé que le mien. L'idée lui paraissait impossible et pourtant il y croyait, il voulait y croire. Lorsque je disais que la Traqueuse pensait justement que des humains se cachaient dans le désert, demandant si c'était seulement possible, Alec m'a répondu que c'était une bonne question. Puisqu'il n'y a pas d'eau dans le désert. Sur ce point, il pouvait très bien y en avoir sous la surface, c'était tout à fait possible. En tout cas je pouvais sentir que plus on y pensait, plus il voulait aller vérifier de lui-même.

Lorsque je reprenais la parole, mentalement du moins, disant que j'espérais qu'il n'allait pas suggérer d'aller voir. Que c'était de la folie pure. Il a simplement répondu qu'il ne le dirait pas, mais c'est bien ce qu'il voulait faire. Pour lui, c'était l'espoir d'une survie pour son espèce, c'était tentant et sur ce point je pouvais comprendre qu'il veuille savoir. Il se mettait à réfléchir, pensant que si on se préparait bien, on pouvait le faire. Je trouvais que c'était du suicide, si on calculait mal notre coup le soleil ne manquerait pas de nous rôtir sur place.

Et s'il n'y a rien là-bas hormis de la poussière et du sable ?

Franchement, je ne sais pas ce qu'il me prenait de m'embarquer là-dedans. J'étais le premier à dire que ce plan était fou, tout aussi fou que Jeb l'étais et pourtant voilà que je sortais de la voiture et me dirigeais vers l'épicerie pour aller acheter de quoi tenir plusieurs jours dans le désert. J'en venais à me demander si c'était bien toujours moi qui étais aux commandes ? A quel point la volonté d'Alec m'influençait ? A peine entré dans le magasin, je me suis caché derrière un rayonnage. Si je m'aventurais dans le désert, j'allais trahir les miens, c'était inconcevable. Dans notre langage, notre véritable langage, parlé uniquement sur Origine, il n'y a aucun mot pour parler de trahison, ni même de loyauté, puisque sans son opposé il n'a aucune raison d'être. Si j'aidais Alec dans sa quête, ce serait de la trahison ! J'avais déjà l'impression d'être un criminel, la culpabilité était douloureuse.

J'avais pris le plus gros sac disponible, me demandant si je serais réellement capable de le porter une fois rempli. Et je changeais de rayon pour aller chercher un pack de bouteilles d'eau. J'essayais de me convaincre que je ne faisais que le nécessaire pour obtenir les coordonnées exacte de la cachette de Jeb. Qu'une fois que je saurais où elle se trouve, j'irais voir les Traqueurs pour leur donner l'information... Mes mensonges étaient tellement pathétiques que mon hôte n'y prêtait absolument aucune attention. J'ai poussé un soupir alors que j'allais prendre de quoi manger, maintenant que j'avais de l'eau, chips, barre de céréales, beignets fourré au chocolat... J'ignore combien de jours on tiendrait avec ça, j'imagine suffisamment pour trouver Jeb. Et voilà qu'un nouvel éclair de culpabilité me traversais. J'avançais jusqu'à la caisse avec mes provisions, l'homme qui s'en occupait m'a salué et m'a fait la conversation tout en scannant les articles. Il m'a conseillé d'être prudent et rentrer avant la nuit, ajoutant pour rire que ce serait dommage de se perdre. Je l'ai remercié en récupérant mes affaires et je lui ai promis de faire attention. Je suis sorti du magasin et j'ai marché jusqu'à la voiture. J'ai rapidement tout chargé dans le coffre et je suis remonté dans la voiture.

Bon je suppose qu'on va se diriger vers cette première montagne en essayant de trouver la suivante. Et s'il nous arrive quelque chose, je t'en tiendrais personnellement responsable.

Cette dernière phrase était une blague, j'ignore lequel de nous deux j'essayais de rassurer le plus en blaguant sur la situation. Alec n'avait jamais été en cavale dans le désert, ce serait une première. Et ça ne me rassurait absolument pas. Pourtant, j'ai démarré la voiture. La route n'était même pas bitumée, c'était un chemin tracé dans le désert dont une chaîne avait dû barré l'accès autrefois. A en juger par les deux piqués de chaque côté. Je m'engageais sur le chemin, abandonnant le bitume derrière nous. On s'est vite de nouveau retrouvé totalement entouré par le désert. Et c'était un véritable soulagement, ici je ne croiserais plus personne, loin de la civilisation je me sentais moins coupable. Même si je m'inquiétais à l'idée qu'il faudrait bien qu'on marche tôt ou tard, je n'avais aucune envie d'abandonner la voiture. Alec a rapidement remarqué un autre point de repère. Cette fois nous avons dû quitter la route et zigzaguer dans le désert. Chose qu'on a faite jusqu'à la nuit tombée, je n'aimais pas l'idée de dormir dans la voiture au milieu de nulle part mais clairement je n'avais pas le choix.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Mer 21 Fév - 22:38


Failed
ft. Scotty ♥️
Et s'il n'y a rien là-bas hormis de la poussière et du sable ?

Je me le demandais aussi, mais la curiosité était tellement plus forte que la raison. Je m'en voudrais éternellement de ne pas pouvoir vérifier cette information, même si tout dépendant de lui, au final. Je voyais bien que ça l'intriguait aussi, et il y avait de quoi. Maintenant, c'était à savoir si sa propre curiosité venait en fait de la mienne. J'avais remarqué depuis le début de son insertion que nos pensées et nos émotions pouvaient parfois tellement devenir un vrai fouillis qu'on arrivait plus à savoir à qui elles appartenaient. Pour certaine chose, c'était évident, mais pour d'autre... c'était l'inverse.

Je laissai donc mon locataire sortir de sa voiture et se diriger vers l'épicerie pour prendre des provisions. Son doute était perceptible et je pouvais le comprendre. Il avait l'impression de trahir ses proches, chose qui n'existait même pas de base chez les âmes. Je me sentais un peu coupable de lui infligé ça, mais pour une fois que je pouvais "faire" quelque chose, que je pouvais décider de ce qu'on allait faire... tout le reste m'importait peu. Ses doutes le menaient à se dire qu'ensuite il irait voir les traqueurs une fois la cachette découverte, mais je n'y croyais pas du tout. Sans doute parce que je savais que s'il faisait ça il pourrait aussi me mettre en danger... peut-être que les autres pourraient pensé que je connaissais encore plus de cachette où se trouvait les humains et que je mentais depuis le début en disant ne rien savoir, alors que c'était pourtant la vérité.

Il fois qu'il eut tout payer, il retourna à la voiture et chargea cette dernière avec ce qu'il avait acheté pour ensuite prendre la route. J'étais resté étonnamment silencieux pendant tout le trajet, réfléchissant à tout un tas de chose. Par exemple, comment pouvait-on survivre plusieurs années dans le désert? Par quel miracle un tel endroit pouvait existait? On était pas dans un film ou un livre de science-fiction, ce genre de chose ça n'existait pas! ... d'accord, c'était un mauvais exemple. Si les âmes et les autres planètes pouvaient exister, peut-être, je dis bien peut-être, que ça pouvait être possible. J’espérais qu'on allait pouvoir le découvrir.

Bon je suppose qu'on va se diriger vers cette première montagne en essayant de trouver la suivante. Et s'il nous arrive quelque chose, je t'en tiendrais personnellement responsable. 

Un petit rire m'avait échappé à ce moment-là, sans que je réplique pour autant. Je ne lui avais pas cacher le fait que je n'avais jamais eu à survivre en plein désert, et ça, ça me mettait légèrement la pression. Si je me foirais quelque part, on allait y rester, et pour de bon cette fois. Décidant de mettre ma nervosité de côté, je me concentrai plutôt sur les points de repère, guidant Glaçon comme je le pouvais. Oh tiens c’était drôle ça. Un glaçon dans un désert aride. Et s’il fondait? …

Bref.

Ce dernier arrêta justement la voiture à la nuit tombée et je décidai de faire un somme aussi, histoire de garder mes forces au cas où. Quand il se réveilla le lendemain, je le laissai manger en paix avec ses provisions et tentai ensuite de me repérer à nouveau, lui montrant le chemin comme je le pensais. Sauf que, problème étant, une voiture ça n’a pas indéfiniment de l’essence, et on tomba finalement à court.

« Je crois qu’il va falloir continuer à pied. »

Je sentais bien qu’il n’était pas chaud à l’idée d’abandonner sa voiture là, mais on avait pas vraiment le choix.

« Soit on reste là comme des cons, soit on fait demi-tour et ça aura servira à rien parce que de toute façon il faudra marcher pour revenir sur la route, ce qui serait autant suicidaire que d’essayer de continuer et espérer tomber sur des survivants. Mais le choix te revient, au final. »

J’espérais seulement qu’il prenne la bonne décision. Dans tout les cas, il faudrait au moins garder le maximum d’eau avec nous. La nourriture un minimum… le désert pouvait être une vrai saloperie, de ce que j’en savais.  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Mer 21 Fév - 23:34



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

J'aurais aimé avoir une réponse rassurante à ma question, seulement tu étais incapable de me promettre que cette cachette existait réellement. Et que nous n'allions pas simplement perdre notre temps, nos vies, pour rien. Les chances étaient faibles, comment pouvait-on survivre au beau milieu du désert durant autant d'années ? Cela fait plus de dix ans que la planète est colonisée. Et malgré tout j'allais quand même me lancer dans cette expédition. Je ne saurais dire si c'était réellement moi qui étais curieux d'en savoir plus ou si cela venait d'Alec. A quel point ses émotions pouvaient-elles influencer les miennes ? Est-ce que je voulais réellement me lancer là-dedans où l'envie venait de lui ?

J'avais fait un rapide tour par l'épicerie pour acheter des provisions, hors de question de s'aventurer dans le désert sans être préparé. Surtout qu'il y avait probablement plusieurs jours de marche qui nous attendaient. J'étais soulagé lorsque nous avons pris la route et que nous nous sommes éloignés de la civilisation. Loin des Âmes je me sentais moins coupable et je n'aurais personne à qui je devrais mentir. Je disais alors à Alec que nous allons commencer par rejoindre cette première montagne tout en cherchant la seconde, blaguant -ou peut-être pas- sur le fait que s'il nous arrivait quelque chose je tiendrais Alec pour responsable. Il avait ri mais n'avait rien répliqué. Il était sûrement trop tendu pour répondre, il n'était jamais allé dans le désert. C'était l'inconnu autant pour lui que pour moi. Et il savait très bien que si l'on se trompait, c'était la mort qui nous attendait. Et j'évitais de trop y penser pour ma part, pour ne pas me mettre à paniquer. Je n'avais aucune envie de mourir. Malgré la tension, ça ne l'a pas empêché pour faire une blague vis-à-vis de mon surnom. Enfin il ne me l'a pas adressée mais j'ai tout de même entendu.

La nuit avait fini par tomber, j'ai dû arrêter la voiture pour pouvoir dormir. L'idée ne me disait rien qui vaille mais je n'avais pas réellement le choix. Il m'a fallu un moment pour réussir à m'endormir sur le siège inconfortable. Le lendemain, après un rapide petit-déjeuner c'était reparti, Alec a vite repéré le prochain repère mais je disais qu'il valait mieux aller au pied du premier pour être sûrs. Et je me suis rendu compte à mi-chemin que le nouveau repère ne serait plus visible de là-bas. J'ai dû faire demi tour et on a fini par tomber en panne d'essence. Alec a dit qu'on allait devoir continuer à pied. Seulement je n'avais aucune envie d'abandonner la voiture, alors qu'elle était totalement inutile maintenant. J'aurais dû faire le plein hier ! Et j'aurais dû me diriger tout de suite vers le deuxième point au lieu de m'entêter à vouloir nous rendre au premier, on aurait encore de l'essence si je l'avais fait.

Je suis sorti de la voiture et j'ai ouvert le coffre pour récupérer les provisions. J'ai chargé chaque bouteille avec une lenteur délibérée. Retardant le moment inévitable autant que je le pouvais. Alec s'impatientait, cela brouillait ma concentration ! Il devait penser que je perdais du temps, mais il s'agissait de mon temps jusqu'à preuve du contraire. Et comme pour essayer de me convaincre d'accélérer, Alec m'a dit que soit on restait là, soit on fait demi-tour. D'après lui, chose qui ne servait à rien, puisque c'était tout autant suicidaire que de continuer nos recherches. J'imagine qu'il n'avait pas tort.

Je suppose que tu as raison.

Lorsque finalement tout était chargé dans le sac, je me suis mis en route. J'espérais que quelqu'un trouverait la voiture et viendrais nous sauver. Je pouvais toujours trouver une excuse pour justifier ma présence, je m'étais perdu, j'avais paniqué... Je marchais rapidement, ce n'était pas la même démarche que sur les trottoirs de San Diego, ce n'était pas ma démarche, c'était celle d'Alec durant ses années de cavale, mais elle était parfaitement adaptée je me déplaçais plus vite que ce dont je me croyais capable. On a vite repéré le troisième repère et je me suis dirigé vers celui-ci.

La température ne cessait de grimper, l'air était étouffant. J'avais l'impression d'avoir du mal à respirer. Mes vêtements étaient incrustés de sable et étaient raides. Alec m'a déjà prévenu à plusieurs reprises que je buvais trop, mais je trouvais que je l'avais déjà suffisamment écouté. Alors, je buvais dès que j'avais soif, autrement dit presque tout le temps. Je cherchais le quatrième repère depuis des heures mais le décor semblait figé, j'espérais qu'il n'en restait plus beaucoup à trouver. C'était déjà miraculeux qu'on ait réussi à tenir le coup jusqu'ici. Combien de temps encore allions nous tenir à ce rythme ?

Sans réellement m'en rendre compte j'ai mangé la moitié de nos provisions dans l'après midi, ce qui était une énorme erreur. Nous avons encore marché durant quelques heures jusqu'à ce que la nuit tombe, aussi rapidement que la veille. La différence c'est que cette fois, nous allons devoir dormir par terre. Et voilà que je me demandais quel genre de bêtes pouvaient rôder dans le désert la nuit, des serpents, des coyotes ? Je crois qu'il valait mieux ne pas y penser, mais instinctivement je marchais plus doucement, de peur de réveiller une bête camouflée dans le sable.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Sam 3 Mar - 20:54


Failed
ft. Scotty ♥️
C’était frustrant de se dire qu’on ne contrôlait rien et qu’on ne pouvait que donner des conseils, voir insulter la personne si jamais elle faisait le mauvais choix. Je n’avais pas dis grand-chose au fait que mon locataire ait décidé de ne pas suivre mes conseils par rapport au point de repère, mais ça m’avait inquiété. J’étais tellement concentré à nous sortir de ce merdier et à aller au bout de mon idée qui était devenue notre idée, que je ne m’étais pas rendu compte que l’essence était descendu aussi rapidement. J’aurais dû faire attention, mais je n’étais pas non plus parfait. J’en étais même… très loin. J’aurais préféré garder la voiture aussi, mais si on ne faisait rien, on pouvait signer notre arrêt de mort. Quels étaient les chances pour qu’une autre âme décide de venir dans le désert après ce qui s’était passé avec la traqueuse? Elles étaient sans doute nulle et re-nulle.

L’âme qui m’habitait quitta donc la voiture après que j’ai parlé et évoqué les différentes voies qui s’offraient à nous, prenant ses provisions. Si on s’en sortait avec ça, je lui tirais mon chapeau. Il faisait exprès de retarder le moment et je m’étais donc impatienter, ce qui pouvait se comprendre. Plus on passait de temps là au soleil sans rien faire, plus on perdait de temps. Et plus on perdait de temps dans nos recherches, plus notre survie devenait critique. Je n’avais pas envie de crever, pas là, pas dans ce désert de merde. Au point où on en était, s’il n’y avait vraiment pas de survivant dans le désert – ce que je me disais de plus en plus au fil des minutes qui passaient – et plus j’étais certain qu’on allait crever et que ça serait de ma faute. Je nous avais traîné là-dedans en l’obligeant presque, en sachant à quel point les âmes sont tellement gentille qu’elles ne veulent pas décevoir les autres et leur faire plaisir. On allait bien voir dans les heures qui suivraient comment on allait s’en sortir et je croisais mentalement les doigts pour qu’il m’écoute.

Nous avons donc commencé notre longue marche dans le désert, durant laquelle je restais aux aguets, attentif à chaque repère que je pouvais voir. Je sentais la soif de notre corps, la chaleur aussi, bien que je la ressentais sûrement moins intensément que lui.

« Arrête de boire à toutes les deux minutes ont va tombé à court d’eau! »

Même la nourriture. Il était passé au travers dans l’après-midi, ce qui n’était rien pour aider. On  pouvait survivre sans nourriture dans le désert, mais sans eau, c’était beaucoup plus compliqué. Quand on mange, on a forcément soif, il faut faire attention de manger assez pour rester en forme mais pas trop pour évité d’avoir envie de boire trop… et là, c’était pas gagné. Je ne savais pas combien de temps on tiendrait avec le peu qui nous restait. Ça me faisait même assez peur… Demandez moi de survivre longtemps en forêt ou dans des endroits abandonnés, je savais faire. Je l’avais même fait pendant plusieurs années, tant et si bien que j’avais arrêté de compter. Par contre, demandez moi de survivre en plein désert, enfermer dans mon corps sans pouvoir bouger le moindre muscle avec une âme TÊTUE qui n’écoutait rien de mes conseils et qui décidait de boire et de manger toutes nos prévisions… alors là! Là c’était impossible. C’était la catastrophe!

J’avais finis par me renfermé à moitié sur moi-même, tentant de trouver le quatrième points que je ne voyais tout simplement pas. Tout se ressemblait et je commençais à perdre patience et à avoir les nerfs à vif. J’essayais de me montrer courtois comme je le pouvais, mais je me montrais sûrement aussi sec que le désert, au final. Ce n’était pas voulu, loin de là, mais de ne plus réussir à me repérer, ça m’angoissait et me mettait hors de moi d’une façon que j’aurais préféré éviter. On avait marché pendant quelques heures encore avant que la nuit ne tombe et je sentais une pression soudaine me peser sur la conscience. Je restais silencieux, pensif, ne sachant plus vraiment que faire.

« Tu crois pouvoir continuer de marcher? »

Moi-même je n’étais pas trop certain de ce que j’avançais là… mais si on avait presque plus d’eau, autant continuer de marcher de nuit, quand il faisait beaucoup moins chaud et que le soleil ne nous tapait pas dessus. Il aurait à moins boire et notre eau descendrait plus lentement, de la sorte. Je pouvais sentir la température ambiante commencer à descendre un peu, alors qui sait, ça pouvait peut-être aider.

« Si tu croises un coyote t’as qu’à lui faire ton regard de chien battu, qui sait. »  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Sam 3 Mar - 21:38



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Lorsque l'on est tombé en panne d'essence l'idée de devoir abandonner la voiture ne m'enchantais pas et je voyais bien que l'idée ne t'emballais pas non plus. Seulement nous n'avions pas réellement d'autre choix, soit on continuait à pieds, soit on attendait là en priant pour que quelqu'un nous trouve. Je savais quoi dire si c'était le cas, mais il y avait peu de chances. Si les Traqueurs surveillaient encore le désert, ils nous auraient déjà trouvés depuis longtemps. Personne ne viendrait à notre secours.

Une fois les provisions chargées dans le sac je me suis remis en route. Ignorant Alec lorsqu'il disait que je devais arrêter de boire toutes les deux minutes. Je l'avais déjà suffisamment écouté. Quant à lui, il restait aux aguets et cherchait -tout comme moi- le prochain repère qui demeurait introuvable pour le moment. Je suppose que nous ne sommes pas assez près pour l'instant. Alec était préoccupé, réfléchissant à nos chances de survie si l'on tombait à court d'eau. Il commençait à avoir des doutes, je le sentais. Et je dois bien admettre que plus l'on avançait dans notre aventure plus je doutais qu'il y ais réellement quelque chose à trouver. Je ne voyais aucun signe de vie nulle part.

Alec n'était pas réellement un expert de la survie dans le désert, nous étions tous les deux dans l'inconnu total. J'aurais préféré que Jeb se cache dans la forêt, au moins Alec connaissait, c'était son domaine. Il se cachait en grande partie dans la forêt durant ses longues années de fuite, de survie. Pourquoi avait-il choisi le désert ? Il n'y a pas pire endroit sur Terre !

Plusieurs heures se sont écoulées. Alec était complètement refermé sur lui-même et il commençait sérieusement à perdre patience. Il avait les nerfs à vifs et tentait tant bien que mal de le cacher. On a continué à marcher jusqu'à la nuit tombée, sans jamais trouver ce qu'on cherchait. Je cherchais un endroit où dormir quand Alec me demandait si j'étais capable de continuer à marcher. J'étais fatigué, épuisé, mais sans la chaleur du soleil cela me semblait possible. Du moins pendant encore une heure ou deux.

Pour l'instant oui, mais je ne sais pas combien de temps on va tenir.

Il ajoutait alors un commentaire, ou une blague, difficile à dire. Il parlait de coyotes, disant que si j'en croisais un, je n'aurais qu'à faire un regard de chien battu pour qu'il nous épargne. Et soudainement l'idée de tomber sur un coyote me terrifiait. Je crois qu'il aurait mieux fallu qu'il ne m'en parle pas.

"Magnifique, dévorés par des chiens sauvages, je n'aurais jamais cru finir comme ça ! Quitte à choisir j'aurais préféré être dévoré par un Monstre à Griffes de la Planète des Brumes."

Malgré la peur j'ai obéi et j'ai continué à marcher. Au bout d'un long moment, une heure peut-être, je dormais presque debout et je commençais à avoir du mal à garder une tracée droite. Là il était temps de dormir un peu, la fatigue était bien trop présente pour marcher davantage.

J'ai eu l'impression de n'avoir dormi que quelques minutes lorsque je me suis réveillé, le soleil était déjà levé depuis un moment et l'air était déjà étouffant. J'étais couvert de sable et de poussière. J'ai fouillé dans le sac pour prendre une bouteille d'eau et c'est là que j'ai pu constater l'ampleur du problème. Il y avait plus de bouteilles vides que pleines, mort d'inquiétude j'ai compté à deux reprises. J'avais déjà bu presque toute mon eau ! Et il n'y avait plus grand-chose à manger non plus. Je me suis relevé et remis en marche sans boire, tentant d'oublier que j'avais la bouche encombrée de sable. J'ai repris le sac, mon bras était raide et douloureux. Cela m'a inquiété et je suppose que Alec aussi, combien de temps avant l'épuisement total ?

Je ne veux pas être pessimiste mais je commence à croire qu'on va mourir ici... On ne vas plus tenir très longtemps, tu le sens aussi n'est ce pas ?

Et finalement, quand je commençais à perdre espoir, nous avons trouvé le point de repère suivant. Je marchais vers celui-ci en cherchant le prochain. Je buvais lorsque Alec m'en donnait l'autorisation mais cela ne servait à rien, ma gorge n'était plus qu'un puits brûlant. Et la faim, dans l'après-midi ce n'était plus un inconfort mais une souffrance. J'espérais que l'on trouverais les derniers rapidement, nos provisions nous permettraient de tenir peut-être deux jours de plus au grand maximum.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Jeu 15 Mar - 5:44


Failed
ft. Scotty ♥️
La nuit étant tombée et ne trouvant aucun endroit pouvant nous protéger, continuer notre chemin me semblait être l’une des meilleurs solutions qui me venaient à l’esprit. J’étais loin d’être un expert de la survie dans le désert, mais c’était l’une des choses qui me semblaient le plus logique. Fallait maintenant espérer que Glaçon m’écoute et n’en fasse pas qu’à sa tête. Ils auraient dû le surnommé Têtu-comme-un-porc, au lieu de son nom actuel. Ou encore Tête-aussi-dur-qu’un-cochon. Quoi que celui-là était moche et bien trop long… bref, je m’égarais.

"Magnifique, dévorés par des chiens sauvages, je n'aurais jamais cru finir comme ça ! Quitte à choisir j'aurais préféré être dévoré par un Monstre à Griffes de la Planète des Brumes."

Malgré la peur que je ressentais et sa fatigue, il continua de marcher, et je tentai de rester concentré. J’étais crevé aussi, j’en avais marre, mais je n’avais pas envie d’abandonner. Tant qu’il avait assez de force pour avancer, j’en aurais aussi. Je ne l’abandonnerais pas. D’accord, je l’avouais… si j’avais eu mon corps à ce moment-là et lui le sien, je crois que je lui aurais bien mit quelque claque sur la tête pour avoir autant but et manger de nos provisions. Mais je pouvais toujours rêver. Tout ce que je pouvais faire, c’était des claques mentales… et encore.

Après environ une heure à marcher, je le sentais commencé à s’endormir, et il décida donc de se reposer. N’ayant pas trop le choix, j’en profitai pour faire de même, espérant seulement qu’une tempête ne se lèverait pas ou qu’on ne se ferait pas attaqué par quoi que ce soit. Heureusement, ce ne fut pas le cas et j’en fus soulagé. Je sentais l’inconfort de mon colocataire et je pouvais le comprendre. Qu’est-ce que j’étais entrain de lui faire subir? … de nous faire subir? Revenir en arrière était désormais impossible. Nous ne pouvions que continuer et espéré. Toutefois, mes espoirs diminuaient d’heures en heures et encore plus lorsque je vis l’état de notre sac à provision. Je me retins de lancer un commentaire sur le fait que s’il m’avait écouté, nous n’en serions pas là, même si je me doutais qu’il parviendrait à deviner ce que je pensais à ce moment-là. Je n’avais pas cherché à fermer mon esprit, ménageant mes forces comme je le pouvais. J’espérais seulement ne pas avoir à reprendre le contrôle pour nous sortir de là. La dernière fois m’avait suffit.

Je ne veux pas être pessimiste mais je commence à croire qu'on va mourir ici... On ne vas plus tenir très longtemps, tu le sens aussi n'est ce pas ?

Je laissai échapper un petit rire amer, approuvant ses dire. L’optimisme n’avait jamais été vraiment mon fort. La vie m’avait apprit à être tout le contraire de quelqu’un d’optimiste. J’étais pessimiste à souhait, déprimé, broyait du noir et voyait toujours tout du mauvais côté. Et pourtant, là, en ce moment, j’aurais aimé être de ceux qui trouvaient le moyen de toujours trouver des solutions à tout aussi facilement qu’un claquement de doigts. Pourquoi je nous avais foutu de ce merdier… pour retrouver les miens? La bonne blague. Ça se trouvait, il ne restait plus aucun humain sur cette foutue planète. C’était peut-être pas plus mal au final. Plus de guerre, plus de pollution inutile, plus de pétrole, plus de rien de toutes ces bêtises que faisaient les humains. Plus de tromperies, de trahisons d’infidélité… plus de tristesse, de désespoir. Rien.

Je quittai mes pensées morbides au moment où je vis le prochain point de repère, le lui signalant avec une certaine joie perceptible dans ma voix. Je criais peut-être victoire trop rapidement, mais au moins, on avançait dans la bonne direction! Je continuai donc de lui dire quand il pouvait voir, histoire de garder nos provisions un maximum, pareil pour la nourriture. On ne tiendrait que quelques jours avec ça, et j’espérais qu’on aurait le temps de trouver cette terre promise.

« Si jamais on trouve Jeb, je te jure que je lui met mon poing dans la figure pour avoir dessiner un plan aussi bordélique et pour avoir trouver une cachette dans un foutu désert! »

Extérioriser ma rage n’allait servir à rien, mais au moins, je me sentais mieux d’avoir dit tout haut ce que je pensais tout bas depuis le début de cette aventure cauchemardesque. Si Jeb avait voulu être seul, il suffisait de le dire au lieu de fournir un plan et de l’agiter sous notre nez pour qu’on y crève en cherchant! Quelle connerie…
(c)Hesa


HRP: J'ai l'impression que ma réponse est totalement pourrie omg XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Sam 17 Mar - 22:45



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

A la nuit tombée Alec souhaitait que l'on continue à avancer, espérant que j'obéirais et débattant sur le nom que l'on m'avait donné, chose que j'ai préféré ignoré. J'étais épuisé mais ce n'était pas une mauvaise idée de continuer à marcher encore un peu. Sans la chaleur étouffante du soleil ce serait plus facile. Je l'ai écouté et j'ai continué à marcher aussi longtemps que je le pouvais. Essayant d'oublier la fatigue et la faim. Alec essayait de rester concentré, il ne voulait pas abandonner. On ne pouvait plus abandonner, on avait dépassé le point de non-retour depuis un long moment. Maintenant il était impossible de faire demi-tour. J'étais étonné qu'il ne dise rien à propos du fait que j'avais un peu exagéré avec les provisions, je savais qu'il y pensait et je n'allais pas me plaindre qu'il ne s'en plaigne pas clairement en me parlant directement.

Au bout d'une heure on ne pouvait en demander plus à notre corps mort de fatigue. Il fallait s'arrêter pour dormir, il fallait vraiment qu'on se repose. L'épuisement commençait sérieusement à m'inquiéter. La nuit a été aussi mauvaise que la précédente et je ne me sentais absolument pas reposé au réveil. Combien de temps allions nous encore tenir à ce rythme ? Je commençais à croire que l'on allait mourir ici et je décidais de lui en faire part, en lui disant clairement ce que je pensais, qu'on n'allait plus tenir très longtemps. Alec a lâché un rire amer, à propos du fait que je ne voulais pas paraître pessimiste. Il faut dire qu'il n'était pas du genre à être très optimiste. Ces dernières années n'avaient pas arrangés les choses, il avait été témoin de l'apocalypse, la fin de son espèce, de son monde. Ce n'est pas vraiment le genre d'évènements qui rendent optimiste !

Alec se demandait pourquoi il nous avait engagé dans cette recherche. Plusieurs idées noires ont suivi, que je mettais sur le compte de la fatigue accumulée ces derniers jours. Puisqu'en plus il se mettait à penser que ce n'était pas si mal, plus de guerre, plus de famine. Lui qui nous détestait voilà qu'il nous vanterait presque ! Définitivement, c'était à cause de la fatigue qu'il pensait cela. Lui qui admettait d'habitude à contre-coeur que la planète était en paix grâce à nous. Il n'a pas répondu, son attention a été détournée lorsque nous avons enfin aperçu le repère. Cela le rendait plus joyeux, il n'en restait plus qu'un maintenant, nous étions tout près ! Alec blaguait, je l'espérais, sur le fait que si l'on trouvait Jeb il lui ferait savoir son mécontentement. Je me suis mis à rire, cela ne m'étonnais pas de lui !

Ou au contraire tu devrais te jeter dans ses bras pour le remercier d'avoir contribué à sauver l'humanité.

Alec espérait qu'avec les provisions on tiendrait quelques jours de plus. Seulement je trouvais cela inutile maintenant, il ne restait qu'un repère à trouver et de toute manière il ne restait que pour tenir jusque ce soir. Demain matin il n'y aurait plus rien, ni eau, ni nourriture. Je regrettais de ne pas en avoir pris d'avantage, mais j'espérais trouver ce dernier repère avant demain. Malheureusement, la journée est passée sans que l'on trouve quoique ce soit. Malgré tout, le soir je terminais nos provisions. A chaque heure qui passait l'espoir diminuait. On était si proche maintenant, on devrait trouver des traces de vie humaine mais toujours rien d'autre que du soleil et du sable. Comme la veille j'avais continué à marcher un peu après la nuit tombée, jusqu'à l'épuisement.

J'avais mangé le dernier paquet de chips hier soir et bu la dernière bouteille d'eau ce matin. C'était le quatrième jour et il ne restait plus qu'un repère à trouver. Notre périple touchait à sa fin, nous serions bientôt fixés. J'ai passé la matinée à marcher et à scruter l'horizon sans rien trouver. Dans l'après-midi, la faim n'était plus un inconfort mais une souffrance. Je me suis tourné, pour avoir le soleil dans le dos et non plus dans la figurine et c'est là que je l'ai vu. Le plateau, immanquable, tellement loin, beaucoup trop loin. Nous avions marché tout ce temps dans la mauvaise direction !

"C'est pas vrai ! On s'est trompé ! On a échoué..."

La distance qui nous séparait du plateau était immense, j'avais l'impression de faire du sur-place, on arriverait jamais à marcher jusque là-bas. Notre corps se déshydratait et tous les muscles protestaient contre cette torture, cette fois c'était certain, nous n'irons plus bien loin. Et nous ne serions pas plus avancés si nous étions soudainement téléportés sur place. Il n'y avait rien qui nous attendais au pied de ce dernier repère, personne qui viendrait nous sauver. Finalement Jeb n'était qu'un dingue, le père d'Alec avait raison !

Il n'y a rien, rien du tout !
©️ By Halloween sur Never-Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Jeu 29 Mar - 4:14


Failed
ft. Scotty ♥️
Ou au contraire tu devrais te jeter dans ses bras pour le remercier d'avoir contribué à sauver l'humanité.

C’était une façon de voir les choses. Toujours à voir le côté positif lui! Enfin, presque… si on oubliait le fait que lui aussi commençait à en avoir marre de se balader dans le désert sans avoir l’impression d’avancer et d’atteindre notre but. Pourquoi il fallait toujours que ça soit les désert, hein? Ça pouvait pas être un truc dans un métro abandonné ou une grotte dans une forêt? Nooon! Fallait que ça se trouve dans un lieu aride et presque impossible à atteindre parce que les seuls indices qu’on avait était des lignes sur un papier que j’avais vu il y a de cela maintenant des années. Si ça se trouvait, c’était peut-être moi qui nous induisait en erreur depuis le début? J’avais peut-être inversé des points de repère! Ayant toujours cru que ça ne me serait pas vraiment d’utilité, je ne m’en étais pas vraiment imprégné et peut-être que j’hallucinais des montagnes dans ma tête?

Je commençais à en avoir marre de ces grains de sable qui se comptaient par centaine de millier… voir plus encore. J’allais cauchemardé du sable et des montagnes si jamais on s’en sortait. Lorsque mon colocataire termina notre nourriture, je ne fis aucune remontrance, n’ayant pas vraiment d’espoir de trouver quelque chose le lendemain de toute façon. J’essayais de cacher mon pessimisme du mieux que je pouvais, mais… j’avais vraiment l’impression maintenant qu’on faisait tout cela pour rien… Je ne dis rien non plus lorsqu’il s’arrêta enfin pour dormir après avoir continué de marcher un peu après la tombée de la nuit, moi-même épuisé. Fallait pas croire que, parce qu’on est enfermé dans sa propre tête, que ça n’épuisait pas. Ça me paraissait parfois même pire, puisque je devais me concentré à ne pas disparaître dans le néant de mon esprit. J’étais presque certain que, si je baissais ma garde une seconde, à ne plus me battre pour rester là, que je pouvais simplement… disparaître. Et ça, je n’en avais vraiment, mais alors là, vraiment pas envie! De un, parce que je tenais tout de même à la vie, et de deux, parce que je ne voulais pas l’abandonner. Bien qu’il m’ait prit ma vie et mon corps, il était devenu un ami cher… voir même un frère, maintenant que j’y pensais. Je ne m’attendais pas à ce qu’on comprenne comment je pouvais me sentir. Ça ressemblait presque à un syndrome de Stockholm au final.

Le lendemain, après avoir but notre dernière bouteille d’eau, Glaçon reprit sa route. Je crois m’être un peu assoupit à ce moment-là puisque je ne m’étais pas rendu compte que nous allions dans la mauvaise direction. En même temps, tout se ressemblait tellement, comment je pouvais savoir moi!

"C'est pas vrai ! On s'est trompé ! On a échoué..." 

Je ne pouvais pas vraiment le contredire sur ça. Son désespoir se répercutait sur le mien qui était déjà assez grand, et je lâchai un petit soupir, ne sachant pas trop que répondre, pour une fois. J’étais crevé, j’avais simplement envie de faire un grand somme et de ne plus me réveiller. C’était contradictoire avec ce que j’avais dis plus haut, mais c’était sûrement la fatigue qui me faisait déliré. Ou la soif et la faim… je pouvais sentir notre corps réclamé de la nourriture ainsi que de l’eau. Notre visage craquelé par la soif, les lèvres gercées et nos muscles alourdit. Cette fois-ci… c’était sûr. Le désert allait avoir raison de nous.

Il n'y a rien, rien du tout !

« ... je suis désolé. »

C'est étrangement tout ce que je trouvais à dire pour l'instant. Un pauvre 'je suis désolé'. Alors que j'aurais dû trouver une solution, lui dire quoi faire, essayer de le forcer à continuer malgré que tout semblait perdu et que peut-être, je disais bien, peut-être, un miracle pouvait survenir... mais ça me paressait tellement dérisoire à moi-même que je préférais ne pas le dire tout haut, même s'il avait accès à la plupart de mes pensées.

« C'était stupide d'espérer. Avec ma malchance habituelle, Jeb est sûrement mort où il s'est fait prendre lui aussi. J'aurais pas dû nous entraîner là-dedans. »

Je préférais m'excuser maintenant plutôt que... que de rater a chance si jamais il nous arrivait quelque chose, ce qui allait sans doute être le cas.

« Si tu vois un arbre quelque part, on peut peut-être creuser pour trouver de l'eau, mais je pense pas que ça va nous aider longtemps... »

À quoi est-ce que j'avais bien pu penser? Toute ma vie n'avait été qu'un échec, du début à la fin. Il y avait les gens chanceux, il y avait les malchanceux et il y avait moi.
(c)Hesa


HRP : Comme d'habitude, si je dois changer quelque chose hésite pas à me dire hghgh
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Ven 30 Mar - 16:45



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Lorsque Alec pestait contre Jeb pour ce plan tordu, disant qu'il le frapperait dès qu'on l'aura trouvé. Je lui disais qu'il devrait plutôt se jeter dans ses bras pour le remercier au lieu de se plaindre de ses choix. J'espérais tout de même qu'il plaisantait et ne souhaitais pas réellement en venir aux mains. L'idée m'a fait frissonner d'horreur. Le moins que l'on pouvait dire c'est que Jeb était ingénieux, qui aurait eu l'idée de venir vivre dans un endroit pareil ?

Je n'étais pas le seul qui en avait plus qu'assez de cette aventure dans le désert, Alec était encore plus agacé que je le suis. Et lui aussi commençait à croire que l'on faisait tout cela pour rien. Il avait beau essayer de camoufler son pessimisme ce n'était pas un succès. Il n'a fait aucune remarque lorsque j'ai terminé nos provisions, ni lorsque je me suis arrêté pour dormir. Alec était tout aussi épuisé que je l'étais. Et il s'inquiétait du fait qu'il pourrait disparaître s'il arrêtait de se concentrer. Je n'y croyais pas, il sous estimait sa force. Il n'avait aucune envie de partir, parce qu'il tient à la vie et.. Parce qu'il ne voulait pas m'abandonner ? Parce qu'il m'aimait comme un frère ? Cela m'a touché, je dois admettre que j'étais surpris, je croyais tout juste qu'il arrivait à me supporter.

Le lendemain nous avons marché une grande partie de la journée, dans la mauvaise direction sans nous en rendre compte ! Je ne l'ai réalisé que lorsque je me suis tourné pour ne plus avoir le soleil dans les yeux. Alec n'avait rien remarqué non plus, pire encore, il croyait que c'était lui qui s'était trompé. Aucune importance ! Il ne m'a pas répondu quand j'ai dis que nous avions échoué, son désespoir m'a fait chanceler et finalement mes jambes ont cédées. Je suis tombé à genoux dans le sable. Alec s'excusait, il était désolé.

Je me suis péniblement relevé. Alec a repris la parole, disant que cela avait été stupide d'espérer, que Jeb était sûrement mort ou s'était fait prendre. Qu'il n'aurait jamais du nous lancer à sa recherche. Il ajoutait que si l'on voyait un arbre on devrait creuser pour trouver de l'eau mais je pensais que c'était inutile. Notre corps était incroyablement douloureux, la faim et la soif étaient une véritable souffrance. Je n'avais plus la force de parler à voix haute.

J'ai accepté de suivre les lignes, je suis encore plus fautif. Tu espérais qu'il y avait une chance, j'aurais dû savoir que c'était du suicide.

Je continuais à marcher, même si c'était totalement inutile. Comme je disais, rien ne nous attendais au pied de ce relief. Personne n'allait venir nous sauver mais je savais que si je m'arrêtais, je ne pourrais plus me relever. Alors j'ai continué à marcher quelques heures encore, jusqu'à avoir du mal à respirer, c'est à peine si je voyais encore où j'allais. Je ralentissais l'allure inexorablement. On ne pouvait en demander plus à notre corps, des plaintes rauques s'échappaient d'entre nos lèvres.

Nous allons mourir.

Mes jambes ont fini par céder, je me suis écroulé à plat ventre sur le sable, j'ai juste eu la force de nous tourner pour nous retrouver allongé sur le dos. J'ai tourné la tête sur le côté pour éviter le soleil, fixant le sable à quelques centimètres de notre visage, j'écoutais notre respiration sifflante, mourante.

Que t'attends tu à voir après notre mort ? Je crois que les humains croient en la vie après la mort, non ?

Au bout d'un long moment, difficile d'en évaluer la durée, j'ai fini par fermer les yeux. La douleur dépassait tout ce à quoi je m'attendais. Notre corps se révoltait, luttait. Mais moi je ne me battais pas, je lâchais prise. Mes pensées se perdaient dans nos souvenirs, ceux d'Alec et les miens.

Mais que font les coyotes quand on a besoin d'eux ? Combien de temps encore cela va durer ?

C'était difficile de se concentrer sur des mots, mais parler rendait cette agonie plus supportable. On visionnait nos souvenirs, davantage les meilleurs que les pires. Certains d'Alec qui dataient de l'ère humaine et beaucoup de la Planète des Brumes pour les miens. Discuter, se souvenir, nous occuper l'esprit pour ne pas penser qu'à la douleur. Elle était insupportable, il fallait que ça s'arrête. La nuit est rapidement tombée comme les jours précédents, cela m'attristais, sans la chaleur du soleil notre agonie serait plus longue. Alors maintenant c'était les ténèbres et le silence, donnant presque l'impression que le temps s'était arrêté. Et au bout de quelques heures il y a eu un bruit. Cela m'a à peine réveillé. Peut-être qu'un coyote s'est enfin décidé à venir ? Est-ce qu'on allait vraiment finir comme ça ? Mes pensées se sont égarées et j'ai oublié le bruit. On nous a attrapé le bras, secoués. Je priais pour que la fin soit rapide. Mais c'est tout autre chose qui est arrivé, on nous a versé de l'eau sur le visage, chassant le sable. Il a fallu à peine quelques secondes pour réaliser et attraper la gourde pour boire. Je me suis étranglé et l'eau a cessé de couler aussitôt, j'ai voulu protester, on nous a donné des coups dans le dos pour chasser la toux et l'eau est revenue. Quelqu'un a poussé un soupir.

J'ai bu tout ce que je pouvais jusqu'à ce que mon estomac soit tendu et douloureux, jusqu'à ce qu'il menace d'exploser si j'avalais une autre gorgée. J'ai ouvert les yeux, une silhouette était penchée au-dessus de nous. La silhouette a bougé, on a entendu le bruit d'une fermeture éclair et on nous a braqué une lampe torche dans les yeux. J'ai levé la main pour cacher la lumière et elle a disparu. Il a fallu quelques secondes pour que mes yeux s'acclimate, les souvenirs d'Alec sont venu compléter le visage et nous l'avons reconnu, Jeb !
©️ By Halloween sur Never-Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Sam 31 Mar - 8:02


Failed
ft. Scotty ♥️
Les paysages s’enchaînaient depuis notre début d’aventure dans le désert. Des paysages tellement semblable, sablonneux, vide et sec. Comment pouvait-il espéré se repérer dans un espace aussi grand? C’est à peine si on pouvait distinguer un horizon bon sang… c’était désespérant! Je gardais mes forces, ne parlant presque pas. J’avais d’ailleurs remarqué le changement chez mon coloc, qui ne parlait désormais plus à voix haute mais qui préférait parler mentalement. Au moins, ça économiserait sa salive et l’assécherait un peu moins… pour le peu que ça pouvait désormais changer. N’ayant pas vraiment la volonté de m’exprimer avec des mots sur ce qu’il avait dit, ne souhaitant pas le contredire puisque de toute façon, nous étions tout les deux responsables. Moi le premier pour avoir voulu l’entraîner là-dedans et lui par la suite pour avoir suivit mes folles indications. Comme quoi, peut-être qu’on était fait pour tomber l’un sur l’autre avec nos espoirs naïfs.

Nos jambes cédèrent, peu de temps avant, Glaçon avait dit cette affirmation que nous pensions tout les deux depuis un moment déjà, malgré qu’on refusait de l’admettre. Se dire qu’on allait mourir n’était pas vraiment la chose à laquelle on aimait penser en se levant le matin. Il n’y avait que dans les films ou les romans que les personnes se lançaient dans la bataille en criant le fameux ‘aujourd’hui est une belle journée pour mourir!’ avant de se lancer à l’assaut et de survivre à la bataille, parce que bah… il s’agissait d’un film et que c’était le héro. Je ne sais pas trop pourquoi je me suis mis à penser à cela, sans doute la fatigue et le manque d’eau. Déjà que de base je pouvais partir dans des délire sans queue n’y tête, là c’était pire!

Que t'attends tu à voir après notre mort ? Je crois que les humains croient en la vie après la mort, non ?

Il avait fini par s’effondrer et je me mis à fixer le sable à côté de nous pendant qu’il me posait cette question, réfléchissant.

« Je ne sais pas si j’y crois. Je n’ai jamais été très croyant… La seule chose dont je suis sûr, c’est que tout le monde fini six pieds sous terre un jour ou l’autre. »

J’étais très rassurant comme mec, je sais. Mais la religion n’avait jamais eu une grande place dans ma vie. Ma mère était croyante, mon père tentait aussi de croire en quelque chose, bien qu’à la mort de sa femme il ait commencé à croire en la bouteille sans pour autant devenir un ivrogne. À cette époque là, j’étais plutôt versé dans les fêtes, l’alcool et le sexe, ce qui n’était pas vraiment des croyances au final… alors croire en une vie après la mort, c’était, pour ma part, quelque chose que j’avais de la difficulté à envisager. Car s’il y avait une vie après la mort, cela signifie une présence divine… et s’il y avait une présence divine, ça voulait dire que Dieu ou ce qu’il en restait, se foutait complètement de nous, pauvre petits humains. Bref, je n’allais pas non plus commencer à divaguer sur la théologie, ça m’épuisait plus qu’autre chose.  

Mais que font les coyotes quand on a besoin d'eux ? Combien de temps encore cela va durer ?

« Ils sont sûrement trop occupé à courir après un Geocoucou qui court trop vite pour eux. »

Allez savoir pourquoi je pensais à ça en premier et, pitoyable comme j’étais, je rigolai même de ma blague de merde, alors qu’on était en pleine agonie. Je lâchai un petit soupir, me perdant autant dans ses souvenirs que dans les miens, tentant de rendre tout cela moins pire toutefois et de faire remonter les bons souvenirs à la surface. On avait pas vraiment besoin de revoir mes échecs et mes malheurs. Le soleil se coucha finalement et je lâchai prise petit à petit. Je n’avais pas envie de mourir. Mais je dû m’endormir, parce que je n’eus pas conscience immédiatement du bruit qui s’approchait de nous, n’y même qu’on nous secoua comme un prunier, sans doute pour voir si on était toujours en vie, ou je ne sais quoi. Ce n’est que lorsque mon colocataire s’étouffa avec l’eau que je quittai ma léthargie, étonné. Je m’étais attendu à ce qu’on se fasse bouffer par les bêtes sauvages ou pire encore… pas à ce qu’on nous donne de l’eau!  Je crois bien que je n’avais jamais été aussi heureux de boire de l’eau!

Notre vision revenait peu à peu et je me demandais qui nous avait trouvé, bien que la question me semblait assez évidente. Mon intuition se confirma lorsque je reconnu le visage du vieil ami de mon père, qui avait certes vieillit depuis le temps, mais qui restait reconnaissable.  

« Bordel de merde… »

J’hésitais entre la joie et l’exaspération la plus totale. Comment… comment ça pouvait être possible? Merde quoi! On avait tourné en rond dans ce désert pendant quoi… cinq jours? J’avais arrêté de faire le compte. Tout ça pour… pour que cet enfoiré nous trouve quand on était à deux doigts de crever et nous donne de l’eau comme si rien était?! Bon sang… j’avais une envie folle de l'étrangler!  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Lun 2 Avr - 17:37



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Alec ne m'a pas contredit lorsque j'avais dit être autant responsable que lui. Il m'avait montré les plans, il souhaitait se rendre dans le désert à la recherche de Jeb mais c'est moi qui avais accepté, moi qui avais choisi de l'écouter. Si je m'étais entêté, si j'avais décidé d'aller à Tuscon comme c'était prévu, on en serait pas là. A l'heure qu'il est on serait de retour dans notre appartement et la vie aurait continué comme avant. Alors oui, pour le coup nous étions aussi responsable l'un que l'autre, nous nous sommes condamnés nous-mêmes.

Maintenant on avait admis l'évidence, nous allions mourir. Ce n'était plus qu'une question de temps. Il n'y avait même plus de quoi avoir peur désormais, ce n'était qu'un simple constat. Nos jambes avaient fini par céder et la douleur elle dépassait tout ce à quoi je m'attendais ! Cette mort à petit feu était insupportable. Quand la douleur allait-elle s'arrêter ? J'essayais de nous distraire, en attendant, je demandais alors à Alec s'il croyait en l'au-delà. S'il croyait comme certains que quelque chose l'attendait après notre mort. Il m'a répondu qu'il ne savait pas s'il y croit, il n'a jamais été très croyant. Tout ce qu'il sait, c'est qu'on finit tous par finir six pieds sous terre. Ce n'était pas très joyeux tout ça.

J'imagine que ce sera une surprise pour toi alors...

Pour ma part je savais exactement ce qui m'attendais. Rien. C'est bien pour cela que l'on dit que c'est "la fin". Nous les Âmes nous avons tellement de vie, qu'en demander une autre après la mort ce serait un caprice ! Nous vivons une petite mort à chaque fois que l'on quitte un corps et l'on revient à la vie dans le suivant. Si je meurs ici, ce sera ma fin. Je n'avais aucun doute contrairement à mon hôte. Alec méditait là-dessus, se disant que s'il existe une vie après la mort, c'est qu'il devait y avoir un Dieu. Alec pensait que si c'était le cas, c'est qu'il ne se souciait pas des humains et de leur sort. Je n'ai rien dit, le laissant méditer sans donner mon avis. Puisque je n'en avais pas vraiment sur la question.

Je changeais de sujet, demandant ce que faisais les coyotes quand on avait besoin d'eux. C'était le seul moyen d'en finir rapidement avec cette douleur ! Il valait mieux en finir rapidement que de supporter ça durant des heures encore. Alec m'a répondu qu'ils devaient être occupés à courir après un Geocoucou qui est trop rapide pour eux. Un extrait du dessin animé dont il parlait m'est revenu en tête et je me suis mis à rire. Cette blague rendait l'agonie moins pénible.

C'est sûrement ça.

On essayait de se tenir l'esprit occupé avec nos souvenirs. Les miens devaient avoir l'air d'extraits de films de science-fiction pour Alec. On regardait comme si l'on zappait sur différentes chaînes, on ne gardait que les meilleurs. Dans cette situation les mauvais souvenirs n'étaient pas les bienvenus. Alec est devenu silencieux, probablement s'était-il endormi. Cela m'attristait, j'avais peur de ne plus jamais l'entendre à nouveau et petit à petit, je m'endormais aussi. J'étais si fatigué...

Alec a mis plus de temps que moi à réagir quand quelqu'un nous a secoué, il ne s'est fait sentir à nouveau que quand l'eau est apparue. L'eau, plus jamais on oublierait à quelle point elle est précieuse ! Après avoir bu autant qu'on pouvait on récupérait un peu de nos forces. La douleur était toujours présente mais semblait moins vive. Quand on a reconnu Jeb, c'était une véritable surprise, nous qui pensions qu'on allait mourir ! Autant j'étais juste surpris de le voir ici, que mon hôte lui était plutôt en colère. Il voulait l'étrangler pour se venger de cette mésaventure. L'idée m'a fait frissonner d'horreur.

Jeb s'est levé et il s'est tourné pour faire signe d'approcher. Facile de deviner qu'il n'était pas seul. Comment c'était possible ? Je m'attendais à le trouver lui, seul dans son refuge. Je me suis mis à genoux regardant les autres humains qui arrivaient, ils étaient quatre en comptant Jeb ! Et ils ne semblaient pas ravis de nous voir, ils s'étaient rapprochés et avaient les bras tendus vers moi. Ils tenaient des objets étranges.. Des armes ! La surprise laissait place à l'horreur. Un homme, qui avait un pistolet accroché à sa ceinture, m'a dévisagé et s'est tourné vers Jeb pour lui parler.

"Pourquoi tu lui a donné de l'eau ? C'est l'un d'entre eux !"

Une femme tout aussi âgée que Jeb, voir  plus encore, m'a lancé un regard chargé de haine. Le deuxième homme restait silencieux, sur ses gardes. Ils se sont mis à parler. Jeb a répondu que s'il ne l'avait pas fait, je serais mort. La femme a poussé un sifflement agacé, disant qu'il aurait dû me laisser mourir, que j'avais probablement ramené toute une armée sur eux.

"Jeb.. Comment..."

Je me suis arrêté net en pleine phrase, la femme s'est approchée à toute vitesse et m'a giflé, visiblement très en colère. Jeb l'a attrapée par le bras pour l'écarter en lui disant d'arrêter, j'apprenais alors qu'elle se nomme Maggie. Elle s'est dégagée le bras d'un geste vif, faisant face à Jeb. Ce dernier lui a assuré que j'étais seul, que les Âmes seraient intervenues pour me sauver bien avant lui. Maggie ne semblait pas être satisfaite de cette réponse, puisqu'elle pestait en disant que j'allais manipuler Jeb. L'homme au pistolet a repris la parole pour demander si Jeb comptait m'emmener, il a acquiescer et s'est approché pour m'aider à me relever, j'ai hésité mais en voyant qu'il insistait j'ai attrapé la main qu'il me tendait. Maggie était outrée, disant que Jeb avait perdu l'esprit. Celui-ci a haussé les épaules avant de répondre.

"Je suis chez moi Mag, je fais ce que je veux."

Jeb m'a donné une tape amicale dans le dos, contrairement à ses amis il ne montrait aucune hostilité mais j'étais terrifié. Il expliquait à ses congénères qu'il avait connu Alec, disant que d'après son règlement le droit de vie ou de mort sur mon corps lui appartenait. Je prenais conscience que c'était réellement du suicide de venir ici. Pour une raison bien précise. Ils ne savent pas qu'Alec est toujours là, ils ne voient que moi ! Jeb ne voyait pas, ou ne voulait pas voir, ma terreur. Il m'a bandé les yeux et m'a guidé en posant une main dans mon dos. On a commencé à marcher pendant que je réalisais l'ampleur de la situation.

Alec... Ils ne savent pas qu'un humain peut rester en vie dans le corps. Je peux essayer de l'expliquer mais ils ne me croiront pas. Ils vont penser que je mens pour me sauver. Pire encore, ils penseront que je suis un Traqueur. Oh Seigneur... Ils vont nous tuer.

Nous avons marché un long moment, difficile de savoir la durée puisque le temps semblait avoir considérablement ralenti à cause de l'angoisse. Peu importe où nous allions, j'étais convaincu que l'on allait mourir bientôt. Malgré tout, Jeb se montrait patient, il ne s'énervait pas quand je trébuchais et lorsque cela arrivait trop on s'arrêtait pour boire. Le soleil a fini par se lever et un moment plus tard quelqu'un devant nous ne marchait plus dans du sable et puis très vite c'était notre tour, le sol était dur et le soleil avait disparu, je ne le sentais plus. Jeb m'a alors averti de faire attention mais privé de la vue je me suis arrêté net, ne sachant pas à quoi faire attention. Il m'a appuyé sur la tête pour que je me baisse. Quelques minutes plus tard il m'a dit que je pouvais me relever mais par réflex je marchais courbé. Difficile ensuite de savoir où l'on se dirigeais, probablement sous terre dans des tunnels, la direction était impossible à suivre puisque nous avons pris plusieurs virages. On ne devait pas être très loin de la surface, j'avais davantage eu l'impression de monter plutôt que de descendre. J'aurais aimé que mon bandeau glisse car je n'osais l'enlever moi-même et l'idée de ne pas voir mes ennemis me remplissait de terreur.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Dim 15 Avr - 23:52


Failed
ft. Scotty ♥️
C’était étrange comment la vie pouvait parfois se foutre de notre gueule. Passer des années de fuite, à croire qu’on était le seul survivant pour finalement se rendre compte qu’il y en avait plusieurs autres comme nous et qui vivait en petite communauté… enfin, c’est ce que j’imaginais, vu le nombre qu’ils étaient là. Si Jeb avait parlé à d’autres de ses amis de sa cachette, il y avait fort à parier qu’il devait y avoir d’autres gens. Sauf si, à l’inverse, il n’avait rien dit, ce qui aurait été logique au cas où l’un de ses confidents se feraient prendre. Je me sentais étrangement visé par moi-même par cette pensée. Après… je l’avais tellement occulté et mit loin dans mes pensées que je ne m’en étais pas souvenu avant même d’avoir vu les montagnes, comme quoi ça a du bon de ne pas toujours tout se rappeler.

Plus les minutes avançaient et plus j’avais des envies de me passer les nerfs. Pour qui elle se prenait cette bonne femme, à frapper mon glaçon! À frapper mon… notre corps? Je savais bien que je n’avais aucun moyen de pouvoir lui dire mes quatre vérité, mais si un jour je le pouvais, je lui ferais passer l’envie de s’en prendre à une pauvre personne – même si c’était un de leurs ‘ennemi’ – qui avait faillit crever dans un désert sordide. Une chose me rassura toutefois… Jeb se souvenait de moi. Il ne m’avait pas oublié. Je crois bien que si j’avais pu froncer les sourcils en cet instant, je l’aurais fait. À l’entendre parler, je me demandais s’il n’en savait pas plus qu’il ne désirait nous le faire voir. Les autres semblaient tous tellement méfiant mais lui semblait… serein. Je n’eu toutefois pas le temps de détaillé plus qu’ils nous bandaient les yeux, sans doute pour qu’on évite de savoir où était réellement la cachette. Quoi de plus normal après tout… il ne fallait pas non plus s’attendre à être servit sur un plateau d’argent.

Alec... Ils ne savent pas qu'un humain peut rester en vie dans le corps. Je peux essayer de l'expliquer mais ils ne me croiront pas. Ils vont penser que je mens pour me sauver. Pire encore, ils penseront que je suis un Traqueur. Oh Seigneur... Ils vont nous tuer.

« Calme toi. S’ils avaient réellement voulu nous tuer il leur aurait suffit de nous laisser crever de soif. Prend de grande respiration mon grand. »

C’était drôle. Non pas que la situation était amusante, mais de dire ça. J’oubliais parfois que j’avais affaire à une entité alien qui avait des millier d’année. Il y avait même des fois où je me retrouvais à devoir lui expliquer certaine chose sur les humains ou sur des situations et ça me faisait… un peu rigoler. Un peu.

« Pour l’instant, essaie de rester calme et attendons de voir ce qu’il va se passer. S’ils tentent quoi que ce soit, je suis prêt. »

Ouais bon ça… c’était à moitié vrai. J’étais encore affaiblit et je fanfaronnais plus qu’autre chose, mais en cas d’extrême urgence je pourrais sûrement réitérer l’exploit de la ruelle pour nous sauver. J’espérais ne pas en arriver là parce que je ne sais pas trop ce que j’aurais pu faire face à des hommes avec des fusils et connaissant mieux les lieux que moi, mais ça serait toujours mieux que de crever sans essayer de nous sauver. Ça me faisait penser à mon suicide raté d’ailleurs. Je me voyais bien aller dans une fête mondaine et faire ‘bonjour, je me suis suicidé et je me suis raté, elle est belle la vie hein?’ … oui bon d’accord je faisais passer mon stresse comme je pouvais avec mes conneries! La fatigue n’aidait en rien, mais j’étais bien trop heureux de savoir qu’il y avait d’autres survivants et surtout, heureux d’être en vie. Je sentais la nervosité de mon cher coloc et je pouvais le comprendre. Je n’aimais pas ne rien y voir non plus. C’était déjà chiant de ne rien pouvoir contrôler, alors si en plus on me privait de ma vue… là je ferais une attaque mentale je crois.

« Hey! J’avais raison! »

Je venais de le réaliser et j’avais laissé échappé ça plus pour moi-même que pour lui, mais au final, j’étais content. Non seulement on avait survécu, mais j’avais aussi eu raison. Pour une fois dans ma vie j’avais réussis quelque chose!  
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Mar 17 Avr - 16:03



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Alec s'imaginait que d'autres humains les attendaient dans la cachette de Jeb. C'était possible si Jeb avait en effet parlé de sa cachette à plusieurs personnes, mais je préférais croire que tout le groupe était présent devant nous. Jeb était sûrement prudent pour avoir survécu aussi longtemps, cela m'étonnerait donc qu'il y ait du monde qui connaissent l'existence de cet endroit. Je me demandais d'ailleurs comment il avait su où l'on se trouvait ? Est-ce qu'il nous avait observé de loin en attendant le bon moment ?

Alec était de plus en plus sur les nerfs, le fait que Maggie soit venue me frapper n'arrangeait rien. Il rêvait de pouvoir lui claquer ses quatre vérités. Je frissonnais, je n'aimais pas sa colère, elle était tellement plus violente que la mienne ! Alec était tout de même soulagé que Jeb ne l'aie pas oublié, se demandant si ce dernier n'en savait pas plus que ce qu'il laissait croire pour être aussi serein. Une idée peu rassurante en effet. Alec essayait de me rassurer, disant que s'il avait voulu nous tués, il aurait laissé le désert s'en chargé. Il s'amusait ensuite du fait qu'il devait régulièrement m'expliquer certaines choses, alors que j'étais bien plus âgé que lui. Je n'étais sur Terre que depuis quelques mois, Alec était donc bien plus mature que moi, techniquement, pour ce monde, je suis encore un enfant.

Peut-être pas, ils peuvent nous garder en vie pour obtenir des informations.

Je me souvenais que les humains gardaient parfois leurs ennemis en vie pour ça. Peut-être qu'ils cherchaient à avoir des informations. Je savais alors exactement ce qu'ils voudraient savoir, mais je ne leurs dirais pas. Enfin c'est de belles paroles mais je ne souffre pas encore. Je savais qu'Alec pourrait supporter la torture mais moi ? Alec d'ailleurs essayait toujours de me rassurer voyant que je ne parvenais pas à me calmer, disant qu'il se tenait prêt à intervenir au moindre problème.

Ils sont trop nombreux, tu ne pourras rien faire. Et si l'on fuit, le désert ne manquera pas de nous rôtir sur place cette fois...

Et je savais bien qu'il mentait, puisque je l'entendais pensé qu'il était sûrement trop affaibli pour nous venir en aide en cas de problèmes. Et il avait sûrement oublié à quel point cela avait été difficile de lui laisser le contrôle lorsqu'un humain nous a agressés dans la ruelle. Alec m'a sorti de mes pensées en disant qu'il avait raison, que Jeb et sa cachette existaient bel et bien, qu'il y avait d'autres survivants. Cette idée le réjouissais. Tout n'était pas perdu. Et j'étais content pour lui, qu'il retrouve un monde humain qu'il croyait perdu à jamais.

Oui, tu avais raison !

Après un long moment de marche et après être entré dans ce qui me semblait être des galeries souterraines, nous avons tourné dans un virage et les autres ne nous ont pas suivi, je n'entendais plus que mes bruits de pas et ceux de Jeb. Peut-être avaient-ils rejoints le reste du groupe ? Jeb a fini par enlever mon bandeau. On était dans une pièce à peine plus large que le tunnel, on a été accueillis par une lumière bleue, qui provenait d'un tube posé sur le sol. Jeb a dit que j'allais devoir rester là quelques jours, le temps de trouver une autre place, cette pièce servant habituellement de zone de stockage qui allait être de nouveau utilisée dans quelques jours.

Nous avons très vite eu de la visite, un jeune garçon âgé d'une quinzaine d'année tout au plus. Jeb l'a salué, j'apprenais alors qu'il se nommait Jamie. Jeb lui a confié son fusil, lui demandant de monter la garde pendant qu'il allait chercher de quoi manger et des paillasses pour dormir. J'étais horrifié, il n'allait tout de même pas confier une arme à un enfant ? Jeb n'a pas relevé mon inquiétude et il est parti dans le tunnel en sifflotant. Durant son absence, Jamie a essayé de me faire parler en me questionnant, demandant comment je m'appelais et d'où je venais, mais je n'ai pas osé lui répondre. Il a paru déçu mais n'a pas insisté.
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Mer 18 Avr - 23:54


Failed
ft. Scotty ♥️
La situation ne me plaisait pas non plus, mais je tentais de ne pas avoir l’air défaitiste. Juste le fait de ne plus être dans ce foutu désert à crever de soif était une bonne chose, à mon sens. Les survivants pourraient ensuite faire ce qu’il voulait que ça ne me dérangerait pas. Bon d’accord, j’exagérais un peu.  Apparemment, à ce niveau là, mon coloc avait des pensées similaires, sachant que s’il se faisait torturé pour que les autres puissent avoir des informations, qu’il ne tiendrait pas longtemps. En ce qui me concernait, j’avais vécu tellement de moment où j’avais cru mourir de faim, de douleur à cause d’une blessure ou simplement le fait de m’être tiré dessus que niveau souffrance j’étais rodé. Enfin… il m’en fallait beaucoup pour me faire craquer. La torture physique s’était une chose, mais la torture psychologique… étrangement, juste le fait d’être coincé dans mon propre corps m’avait semblé être une véritable torture à l’époque. Elle était toutefois devenu supportable lorsque j’avais décidé de m’ouvrir un peu plus à cette âme qui décidait de nos moindre fait et geste. Hm… bon, je divaguais encore, ce n’était pas vraiment étonnant vu notre état, mais ça permettait de penser à autre chose.

Ils sont trop nombreux, tu ne pourras rien faire. Et si l'on fuit, le désert ne manquera pas de nous rôtir sur place cette fois...

Je souris mentalement – aussi possible que c’était qu’être une conscience qui sourit… on va dire que c’était possible – ne pouvant m’empêcher de me dire qu’il avait tout de même raison.

« Rabat joie. Tu sais que t’es pas drôle, des fois? »

Soit il manquait d’humour ou d’auto-dérision, soit c’était moi qui était affreusement chiant et qui avait un humour de merde. Ou peut-être les deux. Je n’avais d’ailleurs jamais compris ce que Maeva me trouvait au moment où on s’était mit ensemble. Cette simple pensée parvint à me rendre nostalgique au point où j’arrêtai de raconter des conneries et me cantonnai dans un coin de ma tête. J’en venais à me demander si elle ne m’avait pas choisit par défaut de trouver autre chose. Après tout, on était en pleine invasion alien et les humains n’étaient plus qu’une rare minorité. On prenait ce qui nous passait sous la main en matière de bouffe et de logis, se cachant pour éviter l’envahisseur… c’était peut-être la même chose pour elle?

Je ne m’étais pas rendu compte en me perdant dans mes pensées, que nous étions dans ce qui devait être une zone de stockages. Jeb passa son arme à un gamin – je disais gamin mais il devait être au milieu de son adolescence en fait – pour finalement partir, nous laissant avec lui. Je voyais la réticence de mon Glaçon à lui répondre et je lâchai un petit soupir.

« Le temps va être long si tu te renfermes. Tu peux au moins lui parler un peu, il va pas te bouffer. Vu la façon dont il tient son arme, il compte pas tirer. Dis lui au moins comment tu t’appels, que je rigole un peu. »

On avait beau mieux s’entendre, je continuais de trouver son nom ridiculement long. Je n’avais d’ailleurs jamais compris pourquoi il se faisait appelé ainsi et je n’avais jamais poser la question au final. J’avais envie qu’il discute avec ce garçon aussi. Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas vu d’autres humains, j’avais presque oublié comment ils interagissaient les un les autres. Avec les âmes, ça me semblaient tellement… ennuyeux.

« Fait moi plaisir. »

Je me montrais presque suppliant, mais il fallait me comprendre, aussi. J’aimais bien mes discussions avec mon locataire… mais à toujours ‘côtoyer’ la même personne, on finit par devenir cinglé. Et j’étais curieux – peut-être un peu trop même, mais tant pis.
(c)Hesa
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Ven 20 Avr - 13:40



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

Alec trouvait que c'était une bonne chose qu'on soit sorti du désert. Pour ma part, je n'arrivais pas à m'en réjouir, j'étais bien trop angoissé pour ça. Mon colocataire ne s'inquiétait pas pour la torture, il savait qu'il tiendrait le choc si cela arrivait, je ne pouvais pas en dire autant. Je ne me rappelais que trop bien la douleur de la balle qu'il avait reçue, qu'il avait lui-même tirée, insupportable alors qu'elle avait vite cessé, les Traqueurs l'avaient rapidement sédaté. Personne n'avait cherché à faire duré la douleur. Et le suicide était une option plus horrible encore, parce qu'elle impliquait un meurtre, celui d'Alec. Nos sorts étaient liés, dans la torture comme dans la mort.

Lorsque Alec disait, dans l'espoir de me calmer, qu'il interviendrait en cas de problème, je lui disais qu'il ne pourrait rien faire. Et je préférais ne pas penser à cette possibilité. Il m'a dit que j'étais un rabat-joie, que je n'étais pas drôle des fois. Il n'avait pas tort, et j'avais encore moins le sens de l'humour lorsque l'on risquait notre vie comme c'est le cas maintenant. Je n'ai rien répondu, je ne savais pas quoi lui dire. Et il avait de toute évidence déjà d'autres pensées en tête. Il se demandait ce que Maeva lui avait trouvé, j'ai senti mon coeur se serrer. C'était toujours une telle souffrance de penser à elle. Je trouvais en plus qu'il avait tort, non elle ne l'avait pas choisi parce qu'elle pensait qu'il était le dernier homme sur Terre.

Ne pense pas des choses pareilles, bien sûr que non elle ne t'aimait pas juste pour ça ! Tout comme tu ne l'aimait pas pour ça non plus.

Quand on se retrouvait dans le silence du tunnel, en compagnie de Jamie qui jouait les gardes, Alec était davantage préoccupé par le fait que je ne répondais pas aux questions de l'humain devant nous, que par le fait que ce dernier avait une arme dans les mains malgré son jeune âge. C'était surtout cela qui me préoccupais, je n'allais pas le laisser s'interposer si quelqu'un venait ! Alec m'encourageais à lui parler, disant qu'il n'allait pas tirer. J'étais surpris qu'il pense ça, l'idée ne m'avait même pas traversé l'esprit. Et tant qu'à faire, si je pouvais choisir, je préférais une balle dans la tête. Alec insistait pour que je dise au moins mon nom, parce qu'il voulait voir la réaction de Jamie, espérant sûrement qu'il allait en rire. Il se demandait d'ailleurs pourquoi on m'avait appelé ainsi, cette question-là, je pouvais répondre.

Parce que c'est ce que je faisais durant mes cinq vies sur la Planète des Brumes, je taillais la glace.

Jeb est revenu, les bras chargés, alors qu'Alec me demandait de lui faire plaisir et de répondre au jeune garçon. Jeb a distribué la nourriture, c'était la même chose pour nous trois : soupe, pain et une petite bouteille d'eau chacun. J'étais tellement affamé que j'ai tout mangé en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ! Et ce, malgré les protestations de mon estomac qui réagissait mal à cet afflux de nourriture après des jours de privation dans le désert. Ce n'est qu'après coup que je réalisais que le fait qu'ils nous nourrissent pouvait autant être bon signe que mauvais signe. Jeb m'a également demandé mon nom, Jamie lui a répondu qu'il avait posé la question et que je n'avais pas répondu. Les deux paraissaient déçu, Jeb est resté silencieux un instant avant de reprendre la parole.

"Tu n'es pas obligé de nous le dire. C'est ton choix gamin. Si tu veux on peut continuer à t'appeler le mille-pattes ou le parasite."

J'ai froncé les sourcils, des surnoms peut agréables à entendre, il faut l'avouer. Ce n'est pas comme s'ils me demandaient une information d'une importance capitale. Si ça pouvait m'éviter de supporter ces surnoms affreux et Alec insistait tellement lui aussi...

"Ils m'appellent Sculpteur-des-Glaces."

Les deux humains qui étaient d'abord déçus que je ne parle pas étaient désormais surpris que je le fasse. Les humains ne sont jamais contents ! Jeb souriait, visiblement fier d'avoir réussi à me faire cracher le morceau. Leurs yeux brillaient de curiosité. Jamie a souri, visiblement amusé, mais aucun n'a ri. Jamie m'a demandé d'où je venais mais cette fois je n'ai rien répondu. Jeb a finalement parlé de nouveau.

"Ton nom est un peu trop long, je vais t'en trouver un plus court. La vie est courte, surtout en ce moment !" Il a marqué une pause, réfléchissant. "On pourrait t'appeler... Scott ?"

Il me regardait comme s'il attendait mon approbation. Il pouvait bien m'appeler Scott ou n'importe quel autre prénom humain, si ça pouvait lui faire plaisir. J'ai haussé les épaules, il a pris ça comme un accord et s'est exclamé joyeusement que c'était décidé. J'attendais maintenant les commentaires de mon hôte à propos de ce choix de prénom. Je savais très bien qu'Alec n'aimait absolument pas le nom que les miens avaient choisi pour moi. Jeb s'est levé, disant qu'il allait nous chercher de quoi dormir et voir si les tensions s'apaisaient. J'ignorais de quoi il parlait et je n'avais pas très envie de le savoir. Jeb est revenu plus rapidement que tout à l'heure, avec deux paillasses et deux oreillers qu'il a installés, il a ensuite dit à Jamie de partir dormir, ce dernier a obéit tout de suite.   Quelques secondes après son départ, Jeb s'est mit à siffloter. Je n'aimais pas l'idée de tomber dans l'inconscience en plein terrain ennemi, mais j'étais si fatigué. Il m'a fallu un long moment pour m'endormir, le moindre bruit me faisais sursauter.
©️ By Halloween sur Never-Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Hier à 5:01


Failed
ft. Scotty ♥️
Mon colocataire avait tenté de me rassurer en ce qui concernait mon ex petite amie décédé, mais une part de moi continuait de se questionner. Il avait peut-être raison et j'étais peut-être simplement tellement peu confiant en moi-même que je ne pouvais m'empêcher de croire que tout ça n'avait été qu'un gros canulars. Je savais les sentiments que j'avais éprouvé pour elle et les moments passé ensemble était bien réel. Ils étaient là, gravé dans ma tête, ballotté comme un bateau par les vagues parmi tant d'autres souvenirs. Que cela soit les jours à erré dans la forêt, à crever de faim parce qu’on avait pas pu se ravitailler, ou notre joie d’avoir trouvé cette cabane dans les bois, à l’abri des traqueurs qui cherchaient des survivants. Mais peu importe tout les souvenirs qui me revenaient, le chemin de mes pensées se finissaient toujours de la même façon. Moi tenant mon arme pointé sur elle, après que je me sois rendue compte qu’elle était l’une des leur. Je me demandais alors, à chaque foutue fois, si elle aussi était resté dans sa tête, tout comme moi. À savoir si elle avait été conscience de mon acte, ou si elle n’était plus là… peut-être avait-elle eu espoir que je puisse la sauver, chose que je n’avais pu faire. Rien que d’y penser me mettait sur les nerfs et me frustraient contre moi-même. Heureusement que j’étais enfermé et que je ne pouvais pas bouger. Avoir eu possession de mes membres, je crois bien que je me serais éclaté le poing sur le mur pour faire passer ma rage… transférer le mal psychologique en mal physique.

Ensuite, Glaçon me raconta le pourquoi de son prénom. Sincèrement, ils ne se foulaient pas pour trouver des noms. Mes parents m’avaient déjà raconté, quand j’étais tout petit, qu’ils avaient galéré à choisir un prénom. Je ne me rappelais plus vraiment de leur critère, mais au final ils en avaient choisi un plutôt long, qui avait fini par m’emmerder au point que je demandai ensuite à tout le monde me connaissant de m’appeler Alec, et pour ceux ne me connaissant pas, je me présentais comme tel et point final. C’était plus court et moins chiant à écrire, et comme j’étais un gros fainéant… c’était parfait.

Jeb finit par revenir dans la salle où on était, les bras chargés et déposa ses affaires. Sculpteur se jeta sur la nourriture et j’en ressentis l’espèce de haut le cœur qui suivit.

« T’es dingue, t’aurais pu être malade crétin! »

Je me claquai mentalement la tête, autant qu’un euh… esprit ou je ne sais quoi de ce que je pouvais être, le pouvait. N’empêche, c’était la première fois que je me le demandais. J’étais quoi, moi? J’étais devenu une conscience? Un esprit? Un vide humanoïde?… Question existentielle quand tu nous tiens. Bon au final, me sortant de mes idiotes questions, l’âme m’habitant répondit à la demande de Jeb et je fus surpris de voir qu’aucun de Jamie ou Jeb ne réagissait. Nul. Ils étaient nul bon sang. Je fus d’autant plus étonné lorsque le vieil ami de mon père donna un autre prénom à Sculpteur et je lâchai un petit sifflement amusé.

« Scott… j’adopte sans hésité! » Je pris une petite pause, toussotant. « Pas que j’aime pas ton nom hein. Il est juste… long et trop coloré pour moi. »

J’échappai un petit rire, mais ne rajoutai rien de plus. Il savait que je n’aimais pas son appellation, même qu’il m’arrivait encore d’en rigoler à certain moment. Pas vraiment par méchanceté, mais plutôt parce que… je trouvais que ça ne me collait pas vraiment bien à la peau. J’avais une tête à sculpter des glaçons? Enfin bref. Vint ensuite le moment de dormir et je me laissai engloutir par l’obscurité, désireux de reprendre un peu des forces. Ça ne me servait pas à grand-chose, mais j’aimais me sentir en pleine possession de mes moyens.

Le lendemain, Scott ouvrit les yeux, me permettant à nouveau d’y voir clair. J’étais réveillé depuis un petit moment, mais ne pouvant rien faire, je m’étais amusé à lui balancer des souvenirs agréables, du moins je l’espérais, histoire de le calmer un peu. J’avais un peu l’impression d’être une télévision et de pouvoir choisir les chaînes. C’était amusant. Je vis Jeb debout près de la sorti et cette espèce de rage que j’avais ressenti la veille, pour nous avoir fait errer dans le désert pendant des jours, refit surface. Je ne sais pas comment, mais l’espace d’un instant, je sentis Scott se tasser dans notre tête et je pu à nouveau sentir mes membres, comme cette fois-là dans la ruelle. Profitant d’être au commande pour un bref instant, je fis les quelques petits pas me séparant de Jeb et lui collai mon poing dans la figure. Je n’en avais rien à foutre qu’il nous ait nourrit ou loger. Il nous avait laissé pourrir dans ce désert de malheur pendant des jours sans lever le petit doigt!

Une certaine satisfaction m’envahit, mais pour ce qui était du reste… ce fut le noir. Je me sentis tiré vers l’arrière, dans mon esprit, sensation presque semblable à celle d’un évanouissement et je n’eus pas conscience de ce qui se passa par la suite. Comparé à la première fois, j’avais fais quelques geste en plus. J’avais marché. Ce n’était que quelques pas, techniquement, mais je m’en étais senti heureux l’espace de quelques secondes. Au final, j’avais sûrement mit Scott dans la merde à avoir frappé Jeb, mais je n’en avais rien à foutre. J’étais bien trop heureux d’avoir pu me défouler de ma rage accumulé…
(c)Hesa

HRP du love love coeur coeur :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Body and Soul... Two differents things.

∞ âge : Probablement plusieurs millénaires, son hôte lui est âgé de 24 ans
∞ job : Interne au Grey-Sloan
∞ race : Âme
∞ univers : The Host (Les Âmes Vagabondes)

My heart and I agree that you're the only one for me.

∞ messages : 258
∞ avatar : Grant Parfait Gustin ♥
∞ pseudo/prénom : Vagabonde ♪


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Hier à 20:55



Failed (Flashback)
Feat. Alec Shepherd

J'avais essayé de le rassurer lorsqu'il pensait que Maeva l'aimait à défaut d'avoir d'autre choix, puisque ce n'était pas la vérité. Seulement malgré ce que je lui disais, il n'y croyait pas vraiment. Et voilà qu'après Alec se demandait si elle était restée prisonnière dans son corps, tout comme lui l'est. Est-ce qu'elle espérait qu'il allait la sauver. Là je savais avec certitude la réponse, j'étais certain. L'idée n'allait pas lui plaire, ou au contraire elle allait le rassurer. Je frissonnais en sentant sa colère, je n'aimais pas ça, pas du tout.

Non Alec, Maeva n'était plus là. Si elle était restée comme tu l'as fait, les Traqueurs n'auraient jamais su où te chercher. Parce qu'elle n'aurait jamais laissée l'Âme le savoir, jamais elle ne t'aurait mis en danger. Elle lui aurait bloqué l'accès à ta mémoire, tout comme tu l'avais fait.

C'était une certitude, elle n'aurait jamais laissé faire ça. Les Traqueurs savaient où Alec habitait, ils connaissaient ses habitudes. Si Maeva avait été présente, jamais elle n'aurait laissé l'Âme savoir tout ça, elle aurait peut-être même caché son existence. Ils avaient accédé à ta cabane, ils me l'avaient dit. Moi-même Alc ne m'avais jamais donner la localisation exacte de cette cabane, il m'avait montré les images mais jamais le chemin pour m'y rendre. Aujourd'hui encore je l'ignorais. Si l'Âme l'avait su, c'est qu'elle avait entièrement accès à sa mémoire. Et je voyais mal Maeva la laisser faire ! Elle l'aimait trop, elle n'aurait pas mis sa vie en danger, elle aurait tout fait pour le protéger.

Alec n'a pas apprécié que je me jete ainsi sur la nourriture, disant qu'on aurait pu être malade. Quelle importance ? Ce n'aurait été qu'une excuse pour manger de nouveau ! Même je regrettais rapidement d'avoir mangé, trouvant que c'était mauvais signe qu'ils veulent nous garder en vie. Jeb se montrait gentil, il n'était pas hostile un instant, mais ce ne pouvait être que pure comédie. Je ne pouvais pas mentir, mais les humains pouvaient le faire et je n'y verrais que du feu. Voilà alors qu'Alec repartait dans son activité favorite, à savoir se poser des questions étranges dans les moments les plus insolites. Là il se demandait ce qu'il était désormais, s'il était devenu un genre de fantôme, je l'ai laissé partir dans son délire sans l'interrompre. Je dois admettre que parfois ça m'amusait de l'entendre partir dans de tels questionnements.

Il s'est finalement arrêté de lui-même, lorsque j'avais décidé de céder et de dire mon nom. Il était déçu que Jeb et Jamie n'aient pas réagis, il s'attendait sûrement à les voir éclater de rire. En tout cas, il appréciait le nouveau prénom trouvé par Jeb, cela l'amusait, disant qu'il l'adoptait sans hésitations ! Avant d'ajouter, sans doute pour ne pas me blesser, que ce n'était pas qu'il n'aimait pas mon nom -mensonges, je savais qu'il le détestait !- mais qu'il était trop long. De toute façon, Alec trouvait déjà son propre prénom trop long ! J'aurais pu rire, mais Jeb et Jamie se seraient posés des questions.

Difficile de savoir combien de temps j'ai dormi, mais j'étais désorienté au réveil, il m'a fallu du temps pour me rappeler où je suis. C'était peut-être cela qui a permis à Alec de passer, ce n'est qu'arrivé près de Jeb que je réalisais que ce n'était pas moi qui avait marché. L'homme s'est arrêté de siffler pour nous lancer un "Bonjour" enjoué et sans attendre Alec lui a donné un coup de poing, j'ai senti tous les os de mon bras vibrer sous l'impact, Jeb a étouffé un gémissement, les yeux écarquillés de surprise. C'est là que j'ai totalement retrouvé mes esprits, quand Alec l'a frappé, j'ai reculé vivement, manquant presque de tomber tant le mouvement a été brutal, attrapant ma main "étrangère" de mon autre main, la tenant avec une grimace de dégoût comme s'il s'agissait d'un serpent. Je ne voulais plus qu'Alec utilise mon corps pour accomplir des gestes violents !

Ce dernier, épuisé par la force que lui avait demandé cet exploit, était parti dans les profondeurs de notre esprit. Je suis allé le réveiller, hors de question que j'assume les conséquences de ces actes tout seul !

Maintenant s'ils nous tuent ce sera de ta faute !

Je me suis recroquevillé dans un coin de la pièce, craignant des représailles pour ce geste. Alec avait dit dans le désert, qu'il devrait le frapper pour nous avoir laissé errer ainsi, je pensais qu'il rigolait mais apparemment il était sérieux ! Jeb m'a regardé, comme s'il venait de mettre en place les dernières pièces d'un puzzle. Etrangement je ne lisais aucune colère sur son visage, juste de la surprise et de la curiosité. Il a rit, probablement en voyant mon expression horrifiée, puis il a dit qu'il savait que ce geste ne venait pas de moi à en voir ma tête. Quel drôle d'humain ! Il m'a demandé si Alec était encore là, à l'intérieur, je n'ai rien répondu, ce n'était pas la vérité qu'il attendait mais un mensonge, une bonne raison de me tuer. Après un petit moment, il s'est mit à parler gaiement, me proposant d'aller faire un tour, d'aller nous dégourdir les jambes.

Je n'ai pas répondu, mais Jeb n'attendait apparemment aucune réponse de ma part il s'est levé, m'a dit de ne pas faire mon timide et que je devais de toute façon connaître les lieux tôt ou tard. Il est parti dans le tunnel en me demandant de le suivre, mais il ne m'a pas attendu. J'ai dû courir pour le rattraper, je me suis arrêté à l'entrée du tunnel, me tournant vers la lampe, la seule source de lumière, étais-je censé la prendre ? Jeb a vu mon hésitation, il a fait secouer la tête et a dit qu'il n'en avait pas besoin. Je l'ai alors rejoins et je l'ai suivi dans les ténèbres. On est arrivé dans la salle principale, gigantesque et avec un plafond lumineux à tel point qu'on croirait un ciel artificiel, je n'arrivais pas à voir comment il était éclairé. Les humains présents nous ont lancé de brefs regards curieux mais on vite reporté leurs attentions sur ce qu'ils faisaient. Ils étaient plus d'une dizaine ! Et je doutais que tous les humains vivants ici soient présent dans cette salle.

Je l'ai suivi dans un autre tunnel alors qu'il m'expliquait quel était cet endroit, un ancien volcan éteint -ou presque-, il avait trouvé ces grottes dans les années soixante-dix et avait mis des années à les aménagés. C'était des galeries qui se sont formées à cause des bulles de gaz. Il disait que ces grottes étaient un don du ciel. Il a mentionné le plafond de la grande salle, je mourrais d'envie de lui demander comment ça fonctionnait mais je me suis retenu. Il s'arrêtait souvent de parler, pour me laisser l'occasion de répondre, mais en voyant mon mutisme il reprenait vite son histoire. Si Jeb tenais à nous faire visiter les lieux, espérait-il que je vivrais assez longtemps pour avoir besoin de connaître les différentes pièces ? Combien de temps espérait-il nous garder ici ? Finalement, on avait peut-être une chance de survie, aussi infime soit-elle...
©️ By Halloween sur Never-Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 36 ans
∞ job : Mécanicien
∞ race : Humain
∞ univers : The Host/Les âmes vagabondes

∞ messages : 80
∞ avatar : Jensen Ackles
∞ pseudo/prénom : Vava/Hesa


MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   Aujourd'hui à 3:56


Failed
ft. Scotty ♥️
J'avais l'impression d'être secoué par une violente brise. Un peu comme quand on marchait dans la rue, avec cette sensation de se faire emporter par le vent tant celui-ci était fort. Et pourtant, ce n'était rien d'autre que Scott qui m'avait sorti de ma létargie pour que j'assume mes actes et que je les subisse autant que lui. Je ne pu pourtant pas m'empêcher de rigoler en l'entendant que ça serait de ma faute si on en mourrait. Je lui répondis alors que ça ne serait sans doute pas la première, n'y même la dernière des fois où je manquerais de nous tuer. Je blaguais légèrement en disant ça, mais je connaissais ma tendance à me mettre dans la merde. J'avais étrangement été rassuré lorsqu'il m'avait dit que Maeva n'était plus dans son corps, comme moi. Le fait que les traqueurs avaient su mes habitudes le prouvaient, chose à laquelle je n'avais pas pensé. Je ne savais pas encore exactement comment fonctionnait les âmes, mais le fait de savoir que dès qu'on disparaissait, tout nos souvenirs leur été révélé me rendait... légèrement malade. De me dire que notre mémoire devenait en quelque sorte la leur... on passait notre vie à se bâtir une existence, pour au final qu'elle tombe entre les mains d'un autre. Je n'y pouvais pourtant rien, je devais faire avec. Au moins moi, j'étais toujours là. Je ne comptais pas partir de si tôt.

Enfin... En reprennant en quelque sorte conscience, je m'aperçu de la façon dont Jeb avait réagit. Pourquoi j'avais l'impression qu'il se doutait de quelque chose? Ma pensée se confirma lorsqu'il demanda si j'étais toujours à l'intérieur, mais je ne dis rien de plus. Ce n'était pas vraiment comme si je pouvais pousser mon colocataire à dire que oui, j'étais toujours présent. Pour avoir cotoyer Jeb lorsque j'étais plus jeune, même si je ne l'avais pas vu très souvent, je me doutais que ses intentions n'étaient pas mauvaise. Je l'avais frappé, ça m'avait fait un bien fou, mais quelque part, je lui étais reconnaissant. Pas de nous avoir laisser moisir dans le désert, mais de ne pas traiter Scott comme de la merde, comme la plupart des humains le faisaient en croisant une âme.

Tout comme Scott le faisait, je me mis à détailler les lieux. J'étais surpris de savoir qu'il s'agissait en fait d'un ancien volcan. Il était fou ce Jeb! Désert, volcan... il en avait d'autres des surprises délirantes du genre?! Au moins j'étais rassuré. Il ne nous traitait pas comme un ennemi potentiel, faisait la conversation, même si l'âme m'habitant ne désirait pas discuter. Tant pis... ça me permettrait un peu de me reposer. Mon tour de force improvisé m'avait affaiblit, mais je faisais tout pour tout de même rester là, sait-on jamais.  
(c)Hesa


HRP blblbl:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Flashback) Failed [Feat. Alec Shepherd]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINER] Un endroit lugubre pour un changement à jamais //Feat Alec, le diable//
» Qu'est ce que tu fais ici ? //Feat Alec//
» The failed Haitian Diaspora
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» "failed connect to server login"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND :: 
Neverland
 :: Downtown
-
Sauter vers: