Partagez | 
 

 you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Peyton Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : dix neuf ans
∞ job : barmaid au P3 et étudiante qui se cherche
∞ race : hybride : mi-sorcière mi-cupidon.
∞ univers : charmed.



∞ messages : 412
∞ avatar : zoey deutch.
∞ pseudo/prénom : alex, bruning bruise.


MessageSujet: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Mar 30 Jan - 1:33

 
you run a good race 'cause you try to replace

Comme chaque vendredi soir, la jeune sorcière s'affairait derrière le bar du P3. L'endroit pourtant désert à peine quelques heures auparavant était maintenant bondé. Sa tante avait fait un gros coup ce soir là en débauchant un groupe qui cartonnait. Elle ne savait pas comment elle dénichait certains contacts mais il allait falloir qu'elle lui en dise plus si elle comptait réellement lui passer la relève lors de l'ouverture de son restaurant. L'ambiance était électrisante et ce rock ne lui donnait envie que de toute envoyer valser et grimper sur le comptoir. Mais elle se contentait de marmonner, se balancer légèrement alors qu'elle s'essayait en mixologie. Le cocktail tropical s'écrasait à ses pieds alors que tout son corps se tétanisait devant le voile qui saisissait ses yeux. Elle sentait l'urgence alors que des images sans couleurs défilaient. Une silhouette d'homme dans une ruelle. Un coup. Une prise. Des doigts se transformaient en longue pique. Des cris. La douleur alors qu'elle s'enfonçait dans le crâne de l'innocent. Comme éjectée, Peyton reculait sous la puissance des émotions reliés aux visions. Bien différent de ce qu'elle avait expérimenté. Pire. Elle préférait encore se passer des détails qui la rendrait nauséeuse. Désorientée, ses yeux papillonnaient à ses chaussures partiellement trempées et au bout de verre éparpillées. Elle ouvrait, fermait la bouche, avant de se débarrasser du torchon accroché à sa tenue. « Il faut... Il faut que j'y aille. » Elle n'aurait même pas pu dire à qui cette prise qui s'était refermé sur son bras appartenait. Il fallait qu'elle parte. Maintenant. Rien dans sa prémonition ne l'indiquait et pourtant elle en était persuadée. Il fallait qu'elle le trouve. Elle sortait du P3 en trombe, se repassant chaque parcelle de cette vision maintenant gravée. Essayant de dénicher la solution, ce qu'elle avait manqué pour le trouver. Et quand le reflet de la grande roue de Neverland se révélait à son esprit, elle sut quelle direction prendre.

Jurant dans sa barbe, elle maudissait l'écho que ses talons répercutait à son passage. D'autant qu'il y avait plus pratique pour botter les fesses à une paire de démons. Un bruit sourd et elle bondissait devant un chat qui venait de retourner une poubelle. Ses yeux roulaient devant sa réaction avant qu'une voix ne lui parvienne. Elle accélérait, courrait jusqu'à apercevoir l'innocent de dos face à deux collectionneurs. « Leave him alone ! » Les trois visages se retournaient face à cette intrusion alors que ses poings se tendaient, prête à le protéger coûte que coûte. Mais ils s'avancèrent, vite, vers l'homme et elle balançait son bras pour les contrer. Alors qu'un démon volait contre le mur, l'autre sembla éviter son pouvoir et il en profitait pour agripper le cou de l'égyptien pour le resserrer contre lui.  « Don't ! » Elle criait alors qu'elle voyait sa prise libre se transformer en cette pique meurtrière.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hassan Zweig
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : thirty-nine and terrified to be forty very soon
∞ job : he used to be a pilot for the egyptian army, then he joined the atlantis expedition; now he's looking for a job to do.
∞ race : human
∞ univers : stargate atlantis (inventé)



∞ messages : 183
∞ avatar : oscar isaac, the only prince
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Ven 2 Fév - 15:22

Tout est parti dans tous les sens. Il ne sait pas quand est-ce que ça a commencé, ni même comment les choses ont pu dégénérer à cette vitesse ou à ce point, mais il est mal. Et ce n’est pas peu dire. Ils ont surgi devant lui, deux silhouettes inquiétantes et son réflexe a été de sortir son arme, celle qu’il garde dans un holster par pure précaution. Il tire, mais il n’a pas besoin de voir l’absence de dégât pour savoir que ça ne leur fera rien. Il ne leur laisse pas le temps de réagir qu’il fait demi-tour pour fuir, le plus loin possible, le plus vite possible. Un point de côté apparaît dans ses côtes quand il s’enfonce dans une petite rue à l’éclairage vacillant. Bien joué, qu’il se marmonne alors qu’un mur de briques se dresse finalement devant lui, coupant court à sa fuite. Il s’arrête brutalement, se passe une main sur le visage, prêt à rebrousser chemin mais ils sont déjà là et l’empêchent de passer. Il déglutit en leur lançant un regard, avant d’esquisser un faible sourire. Il est foutu, il le sait. Et quelque part, ça ne le dérange pas plus que ça – c’est peut-être l’opportunité pour lui de mettre un terme à cette tristesse permanente, à cette douleur dans sa poitrine, à cette noirceur qui a prit possession de son crâne et de ses pensées. L’opportunité de pouvoir retrouver Tess, peu importe où elle soit. Il se passe une main dans les cheveux, affichant un visage plus brave que cette appréhension qu’il ressent malgré lui jusqu’au fond de ses entrailles. Il avance un peu et ferme les poings, déplaçant tout son poids sur sa jambe restée légèrement en retrait. Bon. Il peut se débrouiller avec un crochet du droit et s’il parvient à enchaîner avec un coup de pied retourné, peut-être que… Une voix qui s’élève le fait se retourner à moitié pour apercevoir une… Gosse ? Il aurait rit du risible de la situation si les deux coco prêts à en finir avec lui ne s’étaient pas avancé à cet instant avant que l’un d’eux ne s’envole avant d’aller cogner contre un mur. Il a à peine le temps de tourner les yeux que le second a des doigts qui se sont changés en une lame qui a l’air beaucoup trop tranchante pour qu’il ait envie de la goûter. L’espace d’une seconde, alors que la pique se dirige vers son front, Hassan ne peut s’empêcher à le comparer à un réplicateur avant de sortir de ses rêveries liées à Atlantis et de se baisser, évitant de justesse le coup qui lui aurait sans doute été fatal. Il se relève et balance son poing dans la mâchoire de la chose, avant d’enchaîner avec un coup de pied dans l’abdomen pour le forcer à reculer. Un sourire plutôt fier s’affiche sur son visage quand il repère le second se relever et se diriger vers la jeune fille. « Behind you ! » Qu’il lui crie avant de sentir une douleur lancinante sur le flanc gauche et de tourner la tête. « Damn, it fucking hurts like Hell. » Il recule d’un pas alors que la lame, qui n’a fait que le frôler jusqu’à présent, s’éloigne pour mieux revenir et se jette sur le côté – la trajectoire est mal calculée et sa tête cogne contre le bac à poubelle avant qu’il ne puisse se relever, grimaçant à cause de sa blessure superficielle. Ok, son congé l’a un peu ramolli niveau combat au corps à corps.


if i can let the memory heal, i will remember you with me on that field. when i thought that i fought this war alone, you were there by my side on the front line
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Peyton Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : dix neuf ans
∞ job : barmaid au P3 et étudiante qui se cherche
∞ race : hybride : mi-sorcière mi-cupidon.
∞ univers : charmed.



∞ messages : 412
∞ avatar : zoey deutch.
∞ pseudo/prénom : alex, bruning bruise.


MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Jeu 1 Mar - 14:22

 
you run a good race 'cause you try to replace

Elle était tétanisée, encore sous le choc que son pouvoir ne lui ai fait aucun effet. Et elle lui criait de s'arrêter, impuissante, devant la scène qui se déroulait sous ses yeux, une nouvelle fois. Et c'était son cœur qui faisait un véritable bond quand l'innocent évitait de justesse la pique meurtrière. Ce battement dans sa poitrine l'étourdissait quelques instants même si son regard ne les lâchaient pas. Pendant quelques secondes, elle avait bien cru qu'elle était arrivée trop tard, pire qu'elle l'avait provoqué. Pendant ses interminables secondes, elle avait bien cru assister à son premier meurtre. Chose à laquelle elle avait constamment échappée depuis son arrivée. Elle avait déjà retrouvée des personnes décédés, déjà vu à quoi ressemblait la mort mais elle n'y avait jamais assisté. Et espérait qu'elle n'y assisterait pas encore pendant très longtemps. Elle revenait à la réalité à ses paroles, se retournant automatiquement pour bloquer le bras et la pique qu'il comptait lui enfoncer dans le crâne. Son visage se déformait sous l'effort alors que le collectionneur prenait l'avantage. La pique se rapprochait dangereusement et son regard zigzaguait autour d'elle, jusqu'à qu'elle se pose sur une cagette, qu'elle envoyait avec force contre le démon. Elle visait mal, trop fort et elle sentait sa tête heurtée également par l'impact. Atterrissant au sol, elle se mouvait légèrement, essayant de remettre le monde à sa place. Et c'était un bruit sourd qui lui remettait l'innocent dans l'esprit. Elle se retournait, se levait confusément pour voir les deux démons de part et d'autre de la ruelle prêt à en finir avec eux. Elle essayait une nouvelle fois d'éjecter celui près du brun mais il l'absorbait à nouveau, sans aucune difficulté. Ils étaient trop forts, elle ne pouvait pas prendre le risque de les faire tuer tous les deux, il fallait qu'ils partent d'ici.Maintenant.  Alors elle n'hésitait pas et fonçait sur l’innocent pour les faire disparaître dans son halo rosé.

Ils tombaient avec force contre le sol du couloir. Bon généralement, elle était plus douée pour les atterrissages mais ce coup à la tête la laissait encore légèrement confuse. Elle roulait sur le dos, palpait sa douleur où perlait quelques goûtes de sang. Elle grimaçait et se retournait pour voir l'état de l'innocent. « Vous allez bien ? » Mais à cet instant, elle comprenait qu'elle les avait rayonné à un mur de trop. « On ne peut pas rester ici. » Leur colocation se faisait déjà assez remarquée dans cet immeuble pour qu'elle en rajoute. Sa main palpait sa veste et elle sifflait de soulagement quand elle put sentir ses clés. Elle déverrouillait la porte et commençait à l'ouvrir avant qu'elle ne se referme brutalement. Elle réessayait une nouvelle fois pour donner le même résultat. « J'ai pas le temps pour ces conneries Sam, on a été attaqué. » qu'elle marmonnait dans sa barbe et la porte s'ouvrait pleinement. Elle pénétrait sans attente, la gardant ouverte pour faire rentrer l'innocent tout en criant. « Ginny ? » Mais aucune réponse. C'était déjà ça de gagner. Elle n'en était pas arrivée à toute la partie chasse aux démons avec sa colocataire. Elle sursautait légèrement en sentant un contact sur sa cheville avant qu'elle se détende à la vue de son chat. « Vous êtes blessé. » Elle commentait en écho à sa vision où elle pouvait voir du sang tâché son tee shirt. « J'ai une trousse dans la cuisine. » Elle soufflait, passait une main dans ses cheveux, son coeur tardant à se stabiliser. Elle voyait du coup de l'oeil, sa tablette s'illuminait signe d'un nouveau message mais elle n'y prêtait pas attention, allant directement dans la cuisine, où trônait son vieux sandwich d'hier qui lui arrachait une grimace. Elle réfléchissait avant de tout retourner et un fin sourire vint illuminer son visage quand un placard s'ouvrait légèrement. Elle s'y dirigeait et fouillait pour trouver derrière la boîte de cookie ce qu'elle cherchait. Il allait falloir qu'elle s’organise un peu plus. Elle revenait sur ses pas, trousse en main et jetait un regard prudent sur l'homme. « Je peux y regarder ? » Elle n'était pas médecin avec une famille comme la sienne on avait l'habitude de ce genre de traitement. « Je m'appelle Peyton.. au passage. » Elle tentait un sourire tordu, s'attardant sur ses réactions maintenant que la panique s'était dissipé.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hassan Zweig
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : thirty-nine and terrified to be forty very soon
∞ job : he used to be a pilot for the egyptian army, then he joined the atlantis expedition; now he's looking for a job to do.
∞ race : human
∞ univers : stargate atlantis (inventé)



∞ messages : 183
∞ avatar : oscar isaac, the only prince
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Dim 25 Mar - 14:44

Il est foutu. C’est ce qu’il se répète en boucle, sans être en mesure de changer de disque à l’intérieur de son crâne. Son sourire arrogant alors qu’il avait balancé quelques coups a complètement disparu en voyant la chose se redresser comme si de rien n’était et il n’a presque plus conscience de la gamine qui est intervenue. Hassan, il déglutit. C’est la fin et il n’est, finalement, pas certain d’y être complètement préparé. C’est différent de vouloir mettre fin à ses jours et de se faire assassiner. La dernière fois, il avait l’entier contrôle de la situation – ou presque, si cette nana n’était pas intervenue – et il était serein avec cette décision, cet instant ultime sur Terre. Là, il n’a le contrôle de rien, pas même de la peur qui a envahi son cœur et son être en le paralysant à demi. Il n’est pas prêt à mourir, pas comme ça, pas de la main d’un inconnu – pas alors qu’il n’a pas fini de régler ses différends avec la rouquine ailée. Du coin de l’œil, il aperçoit la gosse balancer son bras sans aucun autre résultat qu’une tête penchée de la part de la chose qui lui fait face. Hassan, il sait qu’il devrait faire quelque chose pour aller la sauver. Ce n’est qu’une gosse, une merdeuse qui est intervenue sans savoir à quoi elle avait à faire, sans connaître son ennemi et elle ne mérite sûrement pas de finir avec la cervelle transpercée par cette lame. Mais il ignore quoi faire et s’il se doit d’être honnête, il n’a pas envie de jouer les héros, lui, aujourd’hui. Son courage, il est loin. Il inspire toutefois profondément, relève les poings – une attitude encore plus ridicule qu’il en a conscience – mais n’a pas le temps d’esquisser le moindre pas. Il sent des bras s’enrouler autour de sa taille et soudainement, il tombe contre un sol moins abrupt que le goudron de l’allée. Hébété, il reste par terre, les yeux ouverts sur ce toit qui vient d’apparaître sans qu’il n’arrive à saisir comment. Il avale difficilement sa salive avant de légèrement tourner la tête en direction de la gamine qui reprend déjà la parole. On ne peut pas rester là ? Ah bon ? D’accord. C’est dommage, l’ancien pilote de l’air serait bien resté allongé au milieu de ce – il se redresse légèrement et reconnaît l’étroitesse d’un couloir d’immeuble – ce couloir le temps de retrouver ses esprits. Il en a vécu, des choses insensées, avec Atlantis, mais jamais à ce point. Cette téléportation, il est certain qu’il ne l’a encore jamais vécu. Au revoir les Asgards et les Anciens, cette gosse qui ne doit pas avoir plus de seize ans vient de vous mettre la paté. Des yeux, il la suit se relever et se diriger vers une porte et lui, il est toujours cloué au sol, pas certain qu’il ait envie de le quitter. « Je crois, » répond-t-il finalement avant de se redresser jusqu’à se retrouver assis. Il a un peu mal aux côtes, ceci dit. Et à la tempe. Et son épaule le faire souffrir tel un martyr mais il est bien trop fier pour faire le moindre commentaire – et puis, à moins qu’elle ne soit médecin, cette gamine ne peut rien pour lui. Quoique. Elle a peut-être d’autres technologies plus avancées en sa possession. Il se relève lentement, une main s’aidant du mur voisin alors que sa tête le lance. Il respire profondément avant de faire mine de la suivre et la porte se referme. Ah. Bon. Il entre finalement à sa suite, observe la décoration, à la recherche d’une tête brune qui pourrait être le Sam qui leur a fait la farce. Ou d’une Ginny. Mais il n’y a personne et tout à coup, il se demande si cette gosse n’est pas simplement folle à lier. Il ouvre la bouche, prêt à lui poser la question – ou quelque chose qui ferait comprendre la même chose mais elle le prend de court et il baisse les yeux sur la tâche rougeâtre de son t-shirt. Il pâlit. « Ah oui, » note-t-il avant de sentir sa tête lui tourner. Il porte instinctivement une main à sa blessure et la retire poisseuse. « C’est du sang. » Ses doigts sont teintés de rouge et alors qu’il soulève le vêtement, il aperçoit la coupure sur son abdomen. Pas très longue mais suffisante. « Et c’est le mien. » Il relève la tête et constate qu’elle est partie. Sans doute chercher un médecin. Ou appeler les ambulances. Ou prendre ses médicaments contre la folie, Hassan n’en sait rien. Il la voit finalement revenir avec une trousse de secours dans les mains et il esquisse un sourire figé. « Vous êtes médecin ? C’est pas que je vous fais pas confiance mais quitte à être recousu je préférerai que ce soit par quelqu’un qui ait l’âge de voter… » Il capitule pourtant rapidement, la douleur lancinante lui tirant une grimace de douleur et il se laisse tomber sur le fauteuil le plus proche lourdement. Ses yeux, eux, ne quittent pas les mains de Peyton tandis qu’elle fouille dans la trousse. « Hassan. » La tête en arrière, il ferme les yeux et souffle lentement, prêt à affronter l’horreur de se faire soigner sans être anesthésié. Il se dit que ça ne peut pas être pire. Il sait qu’il a tort. Ses paupières se soulèvent à nouveau et, pour essayer d’oublier, il focalise son attention sur les objets alentours. La télévision, la télécommande, les meubles, la table basse, la boîte de sparadrap qui s’envole dans les airs, la porte qui doit mener à une chambre ou bien à la salle d’eau et… La boîte de sparadrap dans les airs ? Il plisse les yeux mais celle-ci est bien en l’air, comme portée par une force invisible et il déglutit. « Euh… Peyton ? » Il n’attend pas de savoir si elle lui accorde la moindre attention, il désigne difficilement la boîte d’une main presque tremblante. « Il y a, euh… Les pansements qui volent. » Et maintenant, il se dit que la folie de la gamine s’est propagée jusqu’à lui. Il est devenu fou et il aurait préféré ne pas l’être.


if i can let the memory heal, i will remember you with me on that field. when i thought that i fought this war alone, you were there by my side on the front line
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Peyton Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : dix neuf ans
∞ job : barmaid au P3 et étudiante qui se cherche
∞ race : hybride : mi-sorcière mi-cupidon.
∞ univers : charmed.



∞ messages : 412
∞ avatar : zoey deutch.
∞ pseudo/prénom : alex, bruning bruise.


MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Ven 6 Avr - 16:28

 
you run a good race 'cause you try to replace

Il avait l'air sonné, elle lui aurait certainement demandé s'il planait si elle n'avait pas assisté à l'attaque. Elle pinçait les lèvres à sa remarque évidente, inquiète des coups sur la tête qu'il aurait pu recevoir. Mais il ne paniquait pas déjà, comme tous les innocents que Peyton avait pu secourir et c'était plutôt soulageant. Tant qu'il ne posait pas de questions, elle ne comptait pas lui donner de réponses. Elle partait rapidement rejoindre la cuisine, sortant sa trousse de soin d'urgence et un peu d'eau pour revenir aussi vite vers l'innocent. Elle arquait un sourcil à son commentaire. Quelle âge croyait il qu'elle avait ? Pff, ces vieux. « Vous préférez aller à l'hôpital et prendre le risque que ces démons ne vous traque ? » Elle en connaissait peu sur les collectionneurs. Elle essayait de se rappeler du livre des ombres et surtout des histoires que les soeurs avaient relatés. Elles en avaient déjà affronté, elle était pratiquement sûr qu'il s'intéressait à la connaissance contenu dans le cerveaux qu'ils aspiraient avec leur pique. Certains des savoirs, souvenirs d'Hassan devait être recherché. Il s'agissait peut être d'une coïncidence, qu'il était là au mauvais moment au mauvais endroit mais c'était rarement le cas. Il s'installait finalement sur le fauteuil et elle espérait futilement qu'il ne le tacherait pas de sang. Elle n'avait qu'une excuse dégueulasse à sortir à Ginny et elle n'en avait vraiment pas envie. Elle s'agenouillait devant lui, cherchant dans sa trousse les compresses et l'alcool. Elle relevait délicatement son tee shirt pour regarder de plus près sa blessure, aspergeait la première d'eau pour la passer dessus. « Ça semble superficielle. » Elle reprenait une autre compresse cette fois ci avec de l'alcool et commençait à nettoyer la plaie comme on lui avait appris. Elle grimaçait en écho à ses muscles qui se figeaient sous la douleur. La blessure n'était pas très profonde mais il aurait besoin de quelques points et sans anesthésiant.. Il devait bien lui rester de l'alcool quelque part ça serait toujours ça de pris pour lui. Et elle aurait bien besoin d'un verre pour calmer la fine douleur lancinante que son coup à la tête lui avait provoqué. Il interrompait ses réflexions et elle se retournait pour regarder ce qui captait son attention. « Oh merci Sam. » disait elle casuellement, en attrapant la boîte de bandages qui volaient. Puis elle se figeait, réalisant tardivement que l'innocent ne serait certainement pas aussi décontractée envers ce phénomène. Les fantômes de compagnie ne courrait pas les rues. Elle lui jetait un regard neveux. « C'est mon fantôme, un inoffensif gentil fantôme, aucune raison de s'en faire. » disait elle en tentant un sourire exagéré. Bon elle aurait pu faire mieux pour le rassurer. Mais après cette dose d'adrénaline et de douleur, elle n'avait rien d'autre en stock que la vérité. « Tenez ça. » Elle attendait qu'il prenne le relais sur la compresse sur sa blessure et se levait pour aller vérifier la placard du meuble télé où Mushu s'était installé. Elle poussait la boule de poil et attrapait du Gin, la seule bouteille d'alcool qui lui restait. « Pour les points.. ça vous aidera peut être. » Elle prenait une petite gorgée, grimaçant exagérément devant le goût - c'était meilleur avec un diluant pour sûr - avant de la mettre sur le bras du fauteuil. Elle se repositionnait, sortant une aiguille et des fils, espérant qu'elle ferait ça correctement. Elle l'avait déjà fait auparavant mais comme il l’avait soulevé, elle n'était en aucunement médecin. « Vous faites quoi ? En métier je veux dire, ces démons... Ils ne vous attaquent pas sans raison généralement. » Le faire parler pour le distraire de cette douleur, pour en savoir plus et comprendre pourquoi ces collectionneurs avaient tenté de le tuer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hassan Zweig
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : thirty-nine and terrified to be forty very soon
∞ job : he used to be a pilot for the egyptian army, then he joined the atlantis expedition; now he's looking for a job to do.
∞ race : human
∞ univers : stargate atlantis (inventé)



∞ messages : 183
∞ avatar : oscar isaac, the only prince
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   Aujourd'hui à 11:43

Quelque chose ne tourne pas rond et Hassan, il se demande si c’était pas une idée très très stupide que d’avoir suivi cette gosse. Même si, techniquement, il ne l’a pas suivi. Son regard passe de cette Peyton à sa trousse de secours, effectuant des allers-retours qu’il semble incapable d’arrêter avant de finalement se figer, la bouche ouverte. « Ces démons ? » Le plus discrètement possible, il tâte ses poches dans l’espoir de trouver un téléphone portable, un talkie-walkie, une boîte de conserve ou à peu près n’importe quoi qui puisse l’aider à contacter l’hôpital psychiatrique le plus proche pour la faire interner. Mais ses poches sont vides et il n’est pas apte à essayer de trouver un prétexte pour utiliser le téléphone de la jeune fille. Il fronce les sourcils pour tenter de se concentrer sur un mensonge, aussi ridicule soit-il mais rien ne lui vient et il finit par fermer les yeux. Bon. D’accord. Autant essayer de jouer le jeu. « Qui vous dit que ces… Démons… Vous êtes sûr que sont des démons et pas des aliens ? » Il l’observe un instant, soudainement très sérieux alors qu’il se souvient de tous ces peuples qui prenaient les Goa’Ulds ou les Wraith pour des démons. Elle n’a pourtant pas l’air plus arriérée qu’une autre – mais Hassan sait que l’habit ne fait pas le moine et, hell, cette gosse est certainement plus étrange que tous les Genii qu’il a pu rencontrer au cours de sa carrière. Dealer contre des aliens, ça, il sait faire. Dealer avec des démons… Il se croirait tout droit sorti d’une série des années quatre-vingt dix et il n’est pas préparé pour ça. « Anyway, qui vous dit que ces démons viendraient me traquer jusqu’à l’hôpital, uh ? Ils ne peuvent pas être aussi stupides que ça. » Il se souvient alors de leur visage, de la façon avec laquelle ils étaient parvenus à le coincer – ou plutôt, la façon dont laquelle il était parvenu à se coincer lui-même – et il se rend compte que les démons ne sont sans doute pas aussi stupides que ça. Lui, en revanche, il n’est pas en état de prendre la moindre décision rationnelle et il capitule. Se laisse tomber sur le fauteuil le plus proche, ferme les yeux alors qu’il serre les dents et se prépare à la douleur. Il grimace quand son t-shirt est soulevé, que le tissu s’éloigne de la blessure difficilement à cause du sang poisseux et, pire encore, du sang séché et ses doigts agrippent les bras du fauteuil quand elle nettoie la plaie. Il ne baisse pas les yeux. Préfère ne pas voir l’étendu des dégâts s’il ne veut pas s’évanouir devant une gamine aussi frêle. Il relève alors le regard sur la boîte de sparadraps, entend Peyton remercier le vide et Hassan, il bloque complètement. Elle vient de remercier l’air. Qu’elle a appelé Sam. Il hoche la tête lentement, plus pour lui-même que pour elle, essaie de trouver les mots appropriés avant de tourner le regard vers elle. « Wow, ça ne s’arrange pas avec les générations futures, on dirait, » qu’il souffle. « Un fantôme. Gentil. Qui vous donne des sparadraps ? » Il essaie de récapituler, une main se portant à ses tempes devenues soudainement plus douloureuses que son abdomen. Ok. Inspirer. Expirer. Garder son sang-froid, ne pas paniquer, ne pas hurler, ne pas se jeter hors de cet appartement de tarés. « Et vous ne l’avez pas appelé Casper ? » C’est tout ce qu’il trouve à dire et ça lui paraît déjà bien mieux que quand-as-tu-pris-tes-médicaments-pour-la-dernière-fois-car-il-serait-bon-que-tu-les-reprennes-vite-vite-genre-maintenant-merci-beaucoup. Il est trop hébété pour rajouter quoique ce soit sur le sujet, les yeux toujours fixés sur le vide où doit, devrait, se tenir Sam. Il essaie de discerner les contours d’un corps, une faille dans son champ de vision mais tout est parfaitement normal et Hassan sent son cœur s’affoler. Il va mourir d’un arrêt cardiaque causé par un gentil fantôme nommé Sam. Il aurait imaginé un peu mieux comme fin, mais pourquoi pas. Il est sûr que ça ferait rire quelques personnes, au moins. Mécaniquement, il pose la main sur la compresse qu’il tient contre sa blessure. La bonne nouvelle, c’est que cette histoire de gentil fantôme lui a fait oublier la douleur de sa blessure. La moins bonne, c’est qu’il n’aime pas tellement savoir qu’un fantôme, gentil ou méchant, puisse être dans les parages. « Et euh… Ce Casper, enfin Sam, enfin… Votre fantôme, il vous apparaît souvent ? » Il n’y connaît rien, lui, en psychologie, mais dès qu’il sortira de cet appartement hanté, il en touchera deux mots à la psy’ qu’il a été obligé de consulter. Elle va le croire fou mais il lui montrera que Peyton est sans doute encore plus atteinte que lui. Non pas que ce soit nécessairement une bonne chose – mais il s’en fout. Il relève les yeux vers elle alors qu’elle avale une rasade de Gin et il semble comprendre. Tout s’explique. Le Gin, ça doit pas aider. « Oui, pour les points, » qu’il répète avant de se figer. « Wait a minute, quels points ? » Il s’est redressé vivement et la douleur qui déferle sur lui alors lui tire une grimace et un gémissement plaintif. Il se laisse tomber à nouveau, les yeux toujours écarquillés en grand et la tête se secouant. « WOW WOW WOW ! On se calme Peyton’s Anatomy, ok ? » Il a une main levée entre eux, prêt à bondir hors du fauteuil à nouveau et à aller s’enfermer dans la pièce qu’il a noté quelques instants plus tôt. Ses yeux se posent sur l’aiguille et il blanchit. Il n’aime pas ça. Du tout. Ses mains tremblent attrapent la bouteille de Gin qu’il vide d’une longue rasade. Il se force à se détendre, ne serait-ce qu’un peu, soufflant par la bouche alors qu’il observe cette aiguille du mal venir s’approcher de lui. « J’suis pilote. Dans l’armée. Enfin j’étais. » Ses yeux suivent le chemin de l’aiguille jusqu’à ce qu’elle soit contre sa peau et il ferme les yeux, les doigts enfoncés dans les bras du fauteuil, les autres enroulés fermement autour du goulot de la bouteille d’alcool. « Et j’ai absolument aucune idée de pourquoi tes démons voudraient s’en prendre à moi. Les aliens, je dis pas, même si bon, je pense que le premier dans la ligne de mir serait Sheppard. Ou O’Neill. Voire même McKay, vraiment mais des démons ? Bordel. Je vis pas dans une putain de série télé, moi. » La preuve, il ne possède même pas de fantôme pour lui tenir compagnie chez lui. Peut-être qu’il devrait. Un fantôme qui lui apporterait une boîte de sparadrap – même si ça lui serait sûrement d’aucune utilité. Il porte la bouteille à ses lèvres. « T’en aurais pas d’autres ? » Boire jusqu’à s’évanouir lui semble être une bonne idée. Il sentirait rien et au pire, il serait trop ivre pour s’en rendre compte ou pour s’en plaindre. Il devrait se prendre un chat. C’est mignon les chats. Bon, ça n’apporte pas le sparadrap mais ça effraie moins les visiteurs, du coup.


if i can let the memory heal, i will remember you with me on that field. when i thought that i fought this war alone, you were there by my side on the front line
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey   

Revenir en haut Aller en bas
 
you run a good race 'cause you try to replace - hassan&pey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Capacités et capacités de race
» autres gifs de chien de race
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND :: 
Neverland
 :: Sunset Valley
-
Sauter vers: