Partagez | .
 

 not supposed to be there | Elyon

Roman
administratrice
avatar
administratrice


∞ job : Ancien terroriste, qui planque ces fesses
∞ race : Humain
∞ univers : Blindspot
∞ messages : 121
∞ avatar : Luke Mitchell
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageMer 25 Oct - 19:16

La jeune femme blonde que Roman balance sur son épaule est inerte. En faite, inerte n’est pas ce qui décrirait au mieux la situation. Morte s'adapterait peut-être d'avantage a la situation. La première fois, quelque chose s'était éveillé au fond de lui, à faire preuve d’une aussi grande dureté, le visage de sa sœur s'était imposé à lui, pour le ramener a la raison. Puis, avec le temps, c’était devenu un simple pincement au cœur. Pour n’être aujourd’hui, qu’un vague souvenir. Il ne ressentait plus rien. Ni amour, ni haine. Même pas de colère. Juste l’envie de venger ces souvenirs oubliés. Parce que, si a force, beaucoup d’entre eux étaient revenu, certains lui manquaient encore pour finir de compléter le tableau. A qui la faute ? Sa sœur. Et à chaque jour, sans ces souvenirs, il lui ramenait un nouveau corps. Son tableau de chasse commençait à s'agrandir. Parfois c’était lui, le meurtrier, parfois, il s'appropriait juste un corps délaissé, pour la morgue, en laissant sa marque. Un papier, à peine gros comme son nom. Quelques mots, écrit a l’encre noir, pour indiquer a sa sœur, que c’était bien lui, le coupable. Mais sans jamais écrire son nom. Il la testait. Pour savoir, d’un si elle le reconnaîtrait, deux, si elle le balancerait, ou si espoir existait encore. Son sweat blanc, est taché de sang, il aurait dû savoir que cette couleur était une mauvaise idée pour un meurtre. Mais en temps normal, il n’aurait pas du avoir de sang. Il s’était glissé dans la maison, sans se faire entendre, un ceinture a la main, et il l’avait glissé autour du cou de sa victime. Ca aurait dû finir ainsi, alors qu’elle manquait d'air, mais il l’avait sous estimé, elle s’était débattu, lui avait même créé une entaille au niveau de la joue avec ces ongles. Résultat le travail avait été plus sale que prévu, et il était autant recouvert de son sang, que de celui de sa victime. Il délaisse le corps, au pieds d’une ancienne usine. Un message, comme tous les autres. Celui-ci affiche « Tu m’as abandonné, encore » Il ne savait pas, si ces messages étaient perçu par sa sœur, ni si elle comprenait qu’il venait de lui. Il lui aurait fallu une taupe, pour cela. Et en fuite, c’était dur. Accroupi, il ouvre la bouche de sa victime pour laisser tomber le bout de papier sur la langue. Ou les policiers ne chercheront pas de suite, mais où sa sœur serait assez intelligente pour aller fouiller. En principe. Un sourire sur les lèvres, il se rappelle assez bien les ravages que cette langue ont fais sur son corps. Il s'était lui-même surpris a user ce genre de méthode. Il appréciait sa solitude, et sa retenu, qui n’était pas une grande qualité de beaucoup d’homme. Mais la blonde s'était montré plus obstiné, alors il avait fais preuve d'inventivité. Et elle s'était laissé embarqué dans une aventure d'un soir, sans savoir qu'il s’agirait de sa dernière. Il aurait pu la trouver doué. S’il n’en avait pas rien à foutre.

La sirène de police le ramène a lui, il saute sur ces pieds, et traverse l’entrepôt a toute allure pour rejoindre la rive opposé. Il ne s’arrête pas de courir pour autant. Avec son pull tâché de sang, il n’est pas d’une grande discrétion alors vaut mieux pas qu’il reste dans les parages au cas où les flics viendraient à faire un tour du voisinage. Il trotte, cinq bonnes minutes, et une voiture attire son attention. Garer devant un énorme bâtiment, qu’il ne prend même pas la peine d'observer. Il irait bien plus vite avec cette bagnole. Il s’approche de la portière conducteur, qu’il trouve ouverte à sa grande surprise. Lui qui s'était attendu à devoir la braquer. Ca lui facilitait même la tâche. Il ne se demande pas plus pourquoi les clés sont rester sur le contact. Il tourne la clé, le moteur rugi, et il s’élance a travers les rues calmez pour s’éloigner le plus de ce lieu. Plus il serait loin, moins il serait suspect.  Ce n’est que lorsqu’il jette un coup d’œil dans le rétroviseur pour s’assurer de ne pas être suivi qu’il remarque la blonde sur la banquette arrière. « Shit » Il pile brusquement, au milieu de la route. Pas bien grave, il est seul. « Qu’est-ce que tu fais là, bordel ? » Il ne manquait plus que ça, avoir une gamine sur le dos. Il essaya de déterminé son âge, mais impossible. « Bon, allez, descends » Il lui indique la porte, pour qu’elle tire sur la poignée et se casse. Mais elle ne bouge pas. Elle reste là, à le fixer. Et il se rappelle les tâches de sang sur lui. Merde. « Bon sang, tire-toi gamine ! J’ai pas envie de devoir te buter » A non ? Qu’est-ce que ça peut faire ? C’est pas différent que toutes les autres femmes qui a tué pour effrayer sa sœur. Non ? Peu être que si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Brown
Fairy
avatar
Fairy


∞ âge : dix neuf ans.
∞ job : étudiante.
∞ race : fée à la magie qui n'est encore dévoilée.
∞ univers : w.i.t.c.h.
∞ messages : 185
∞ avatar : dakota fanning.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageJeu 2 Nov - 11:29



Elle poussait un long soupir, contrariée, les bras croisés contre son buste, observant le paysage défilé par la vitre. Elle avait été obligée de les suivre à cette espèce de fête à laquelle elle ne voulait même pas participer. Elle aurait préférée sortir avec ses amies plutôt que se forcer à sourire, à jouer les petites filles parfaites. Le mal la rongeait inconsciemment. Elle devenait envieuse, facilement colérique et susceptible et ce depuis que les filles s'étaient éloignées d'elle, depuis que sa meilleure amie ne cessait de lui raconter des mensonges. Elle ne savait plus qui réellement croire dans son entourage. Elle ruminait ses pensées, restant silencieuse le temps du trajet, ses parents ne mentionnaient son silence, elle pouvait percevoir leur inquiétude dans leurs regards, mais elle ne prit la parole ou ne fit aucun geste pour les rassurer. Finalement, la voiture se garait près de l'établissement où ils devaient passé les heures à venir. Elle soupirait longuement, lissant  les plis sur son jean. « Tu viens ma chérie ? » Elle posait son regard sur le visage de sa mère, restant silencieuse, encore quelques secondes. « Je vous rejoins, j'ai juste besoin de cinq minutes. » Ils n'insistaient pas, ce n'était pas la première fois qu'elle agissait ainsi ni sans doute la dernière. Son père laissait ses clés sur le contact, le véhicule restant ouvert, de toute façon, elle ne comptait pas s'éterniser dans ce dernier, elle voulait simplement rester un peu seule, le temps de se poser, de reprendre ses esprits. Elle observait par la vitre, observait les passants durant un temps avant de se décider à les rejoindre, mais au moment même où elle s'apprêtait à faire un geste, une silhouette entrait dans le véhicule. Ce n'était pas son père ou sa mère, c'était un parfait inconnu qui n'avait même pas remarquée sa présence semblait-il. Elle se mordait la lèvre jusqu'à sang, restant immobile et silencieuse alors que la voiture filait dans l'avenue. Elle n'osait pas bouger, le dos collé au fauteuil, ses ongles écorchant ses paumes. Et finalement, leurs regards se croisaient le temps d'un instant, un regard dans lequel elle se perdait durant une seconde avant que le véhicule ne s'immobilisait brusquement. Et merde. Elle plissait les lèvres, essayant de rester calme lorsqu'il tournait son visage vers elle. Elle soutenait ce dernier, les prunelles légèrement assombries, ses dents raclant son inférieure. « Qu'est-ce que vous faites là ? » cingla t'-elle à son tour. Elle n'avait même pas son téléphone pour appeler ses parents ou la police. Elle était toute seule sur ce coup là. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était lui tenir tête en espérant que quelqu'un passerait pour qu'elle puisse lui demander de l'aide. Il lui intima de sortir, lui indiquant la portière, mais elle ne se mouvait, son regard ayant capturé un détail...Des tâches vermeilles sur le t-shirt de l'inconnu. Son pouls ralentissait, ses yeux s'écarquillaient, cela ressemblait à... « C'est du sang ? » Elle pensait que ce n'était que simplement un malfrat qui s'était emparé du véhicule, mais c'était pire que ça, surtout après ces dernières paroles. La peur s'insinuait en elle, relevant son visage vers le sien. Elle réfléchissait vite. Elle aurait du fuir, c'était la meilleure solution, mais au lieu de ça, elle restait plantée là. Alors, elle prit son courage à deux mains, malgré de légers tremblements, croisant les bras contre son buste, le défiant du regard. « Non. » Elle laissait quelques secondes s'écouler avant de reprendre la parole. « Je ne bougerais pas d'ici tant que tu n'auras pas ramener ce véhicule. » Elle abandonnait le vouvoiement emprunté plutôt et jouait avec le feu. Elle sentait l'adrénaline dans ses veines, son regard ne quittant celui bleuté de l'homme, un regard hypnotique et fascinant qui éveillait en elle d'étranges sensations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roman
administratrice
avatar
administratrice


∞ job : Ancien terroriste, qui planque ces fesses
∞ race : Humain
∞ univers : Blindspot
∞ messages : 121
∞ avatar : Luke Mitchell
∞ pseudo/prénom : Promesse - Laure

MessageMer 8 Nov - 17:08

C'était censé être facile, chaque détail prévu. Déposé ce corps, pour que sa soeur tombe dessus, laisser son papier, et se tirer. Au final, il aurait été plus vite à pieds, il n'aurait pas eu ce problème, de tomber sur une inconnue, sur la banquette arrière. Ce qui l'inquiétait, lui, ce n'était pas qu'elle porte plainte, pour braquage de voiture, vu son casier judiciaire, ça n'allait pas changer grand chose, et ça n'allait pas aggraver les recherches que l'on faisait déjà sur lui. C'était plus l'idée que cette blondinette, ne veuille pas descendre, et qu'il finisse par être dans l'obligation de l'abattre. Et pourquoi cela l'inquiétait ? Non, en faite, ça ne l'inquiétait pas. Ca lui servirait pour le prochain message qu'il aura à adresser à sa soeur. En fin de compte, il se prenait la tête, pour rien. Ce n'était qu'une petite intervention, qui allait faciliter sa journée du lendemain. Il n'aurait pas à prendre la peine de choisir une bonne victime. Il l'avait déjà, sur la banquette arrière. « Ce que je fais là, ne regarde que moi. En revanche toi, tu aurais mieux fais de suivre tes parents. » Avec ces mots, il prend conscience de sa cruauté, quelques instants. Lui-même n'a pas pu vivre avec ces parents, morts alors qu'il était encore jeune. Il s'est retrouvé démuni, avec sa soeur, et il veut ôter aux parents de cette jeune fille, la chair de leur chair. Mais sa culpabilité disparaît vite, lorsqu'elle reprend la parole. Il baisse son regard vers ses habits, pour découvrir les tâches de sang auxquelles elle fait allusion. Il pourrait démentir, mais il n'en trouve aucun intérêt. De toute façon, cette fille ne survivra pas, maintenant il en est convaincu. « Bonne déduction, que croyais-tu ? Tomber sur un voyou des bats quartiers ? Désolé pour toi, je suis bien pire que ça. » Un mauvais sourire s'empare de ces lèvres. Un sourire qui laisse sous entendre toute sa cruauté. Un sourire plein de terreur, qui pousserait presque à croire qu'il va la dévorer sur le champ. Au moins, Roman doit bien admettre que cette fille ne manque pas de courage. Mais ca ne sera pas à son avantage ce soir, c'est dommage pour elle. « Je t'ai laissé ta chance, ne viens pas pleurer après » Sans trahir une quelconque émotion, qui laisserait sous entendre qu'il va changer d'avis, il se détourne d'elle, pour se remettre face à la route. D'un geste, il verrouille toutes les portières, de façon à ce qu'elle n'est plus aucun échappatoire, et réenclenche la première, pour filer à toute allure à travers les routes. « Le courage n'est pas toujours un bonne chose, tu sais, parfois, ça a des allures un peu suicidaire » Comme aujourd'hui. Il croise son regard dans le retro intérieur, alors qu'il s'adresse à elle. Son regard bleu, emprunt d'une douceur, et à la fois d'une noirceur qui l'intrigue. Il s'en détourne assez vite, avant de quitter la route par un manque d'attention. Au bout de quelques minutes, il fini par tourner à droite, vers un chemin qui, dans une voiture aussi basse que celle-ci, ne manque pas de les secouer. Deux bons kilomètres en plus, et les voilà arriver face à une petite cabane, qui est pour l'instant son repère. Mais il ne pourra pas rester ici très longtemps, il le sait, on finira par le retrouver, s'il ne change pas de point de repère régulièrement. Il s'extirpe de la voiture, et ouvrir la portière arrière. Sans ménagement, il attrape la blondinette par le bras, serre assez fort pour lui faire mal, mais surtout pour qu'elle ne lui échappe pas. Il la traîne à ces côtés, jusqu'à la cabane, une fois à l'intérieur de celle-ci, il ne s'arrête pas, il poursuit son chemin jusqu'à une chambre au fond de celle-ci, et après avoir claqué la porte derrière lui, la pousse avec un brutalité qui n'appartient qu'à lui, sur une chaise. « Alors dis-moi, petite fille, qu'elle est la pire chose que tu n'es jamais faites ? Réfléchi bien, la réponse pourrait te sauver la vie » Il s'est détourné, en posant la question, pour attraper une arme dans un tiroir, et lorsqu'il se tourne vers elle, prend appuie contre la commode, s'est un flingue qu'il pointe sur sa tête. « Tic. Tac. J'ai pas toute ma journée, réfléchi plus vite » Son doigt glisse jusqu'à la détente, qu'il commence à presser, et qu'il n'arrêta pas, si elle ne se dépêche pas à lui offrir la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Brown
Fairy
avatar
Fairy


∞ âge : dix neuf ans.
∞ job : étudiante.
∞ race : fée à la magie qui n'est encore dévoilée.
∞ univers : w.i.t.c.h.
∞ messages : 185
∞ avatar : dakota fanning.
∞ pseudo/prénom : rain.

MessageLun 13 Nov - 22:52



La peur. Elle était présente en elle, filait dans ses veines, une peur qui pouvait se déceler dans son regard, mais son visage lui restait fermé. Elle serrait les poings, ses ongles écorchaient ses paumes, prunelles fixées dans ce regard glacé, emprunt de neutralité. Elle savait qu'il n'était pas un simple voyou qui venait de commettre un petit délit quelconque, les tâches carmines présentes sur ses vêtements en disaient long. Et ce sourire...Il était froid et sanguinaire, la noirceur emplissait les traits de l'inconnu. Elle frémissait de terreur, son souffle devenait plus court, le sang tapant sourdement contre ses tempes et malgré tout, elle s'était entêtée à rester alors qu'il lui avait donné une porte de sortie, une porte qui s'effaçait, qui n'était plus qu'illusion devant la fermeté et la froideur de ses paroles. Il n'y avait plus aucune échappatoire. Elle serrait les dents avec force, le bruit des portières qui se fermaient sonnant le glas d'une fin qu'elle n'avait peut-être pas anticipé aussi vite. La voiture filait sur le bitume, un paysage flou qu'elle ne songeait à regarder, ses prunelles toujours posées sur l'homme dont le regard croisait à nouveau le sien dans le rétroviseur, un regard qu'elle soutenait durant ses paroles, enfonçant un peu plus son dos contre le siège arrière, essayant de ne pas dévoiler l'angoisse qui la submergeait en cet instant. « Tu vas me tuer ? » Un murmure, un murmure qui sonnait comme une vérité, plus un fait qu'une question posée dont elle se doutait de la réponse. Évidemment qu'elle ne sortirait pas indemne de cette histoire. Elle plissait les lèvres avant de finalement tourner son visage, le posant sur la vitre, observant ce décor qui serait peut-être le dernier qu'elle percevrait de son existence. Elle écoutait les battements de son rythme cardiaque, sa respiration qui devenait irrégulière. La voiture virait pour s'enfoncer dans un chemin cabossé, roulant encore ce qui semblait être pour elle une éternité avant de se stopper devant une cabane perdue au milieu de nulle part. Elle plissait les lèvres, tendue, observant la silhouette de l'inconnu s'extirper du véhicule pour ensuite ouvrir la portière arrière. Il n'attendait guère pour l'empoigner par le bras, la forçant ainsi à sortir à son tour de l'habitacle. Elle grimaçait douloureusement face à la pression qu'il imposait, la forçant à le suivre et ce jusqu'à la cabane tandis qu'elle se tortillait pour essayer de se défaire de sa poigne. Elle ne songeait à crier, c'était inutile, elle le savait. Elle était seule avec lui désormais et ce à cause d'un geste stupide, d'un courage qui n'était plus que factice et pourtant, elle essayait de prendre sur elle, de ne pas dévoiler cette angoisse qui la submergeait à présent entièrement. Ils pénétraient les lieux, la porte se refermait dans son dos dans un grincement qui ne faisait qu'accroître la tension de la situation, l'homme l'entraînant vers une pièce au fond qui s'avérait être une chambre. Elle devenait blême avant d'être pousser vers une chaise sur laquelle elle tombait, assise, la respiration plus rapide, les doigts enserrant le bois, ses ongles écorchant l'assise. Il se mouvait, lui tournant le dos durant un instant avant d'à nouveau lui faire face, avec une arme, qu'il pointait droit sur elle. Elyon était piégée, faisant face à ce destin qu'elle avait scellée à l'arrière de la voiture. Elle entendait sa question, une question qui n'avait de sens, à laquelle elle n'avait aucune réponse précises. Elle n'avait jamais rien fais d'illégal. Elle avait eu parfois des pensées assassines envers ses amies, des pensées alimentées par cette solitude ressentie, mais ce n'était pas un acte proprement commis. « Je... » commença t'-elle dans un murmure qu'il interrompit. Le temps lui était compté, elle voyait son doigt glissé sur la détente, prêt à tirer. « Je n'ai jamais...Je n'ai pas... » Elle balbutiait et tremblait, la peur devenait omniprésente et l'étouffait. Elle n'avait aucune réponse à lui donner. Elle savait que c'était fini, elle espérait juste que cela se terminerait au plus vite. Elle fermait les paupières, ses ivoires s'enfonçant dans son inférieure jusqu'à sang, crispée, attendant de sentir la morsure de la balle dans son épiderme. Puis, il y eut ce sentiment étrange en elle, une vague de chaleur et de puissance qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. Lentement, elle ouvrait les yeux, posant son regard sur l'homme face à elle, choquée en constatant qu'il était enfermé dans une espèce de bulle qui l'empêchait de se mouver. Aussitôt, elle se redressait d'un bond avant de constater qu'elle n'était plus assise sur la chaise, mais bien sur le lit. « Qu'est ce que...C'est quoi ce bordel ? » Elyon ne comprenait rien à ce qui se passait. Elle n'avait fermé les yeux qu'à peine une seconde...Quant à cette bulle autour de l'homme...Elle finit par se dissiper, le libérant de son étreinte, mais elle était trop surprise pour réagir, oubliant pendant un instant ce qui s'était passé auparavant, son regard glissant sur ses doigts où un léger courant électrique se propageait, infime, durant quelques secondes à peine, mais assez pour lui faire comprendre que cette bulle et ce soudain changement de place provenait d'elle-même...Mais comment était-ce possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

not supposed to be there | Elyon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elyon Ornella (Poufsouffle)
» Elyon, écuyère d'Émeraude [Finii]
» (elyon)/GOLD DIGGER
» Dépotoir a images
» Jamie { you're not supposed to look back, you're supposed to keep going

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND ::  :: Downtown-