Partagez | 
 

 go back in time, domino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Jamie Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : twenty-eight
∞ job : fixes cars and motorcycles at jimmy's
∞ race : wizard, descendant of charmed ones' sons and daughters
∞ univers : charmed, invented

∞ messages : 100
∞ avatar : aaron taylor-johnson
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: go back in time, domino   Dim 15 Oct - 17:45


go back in time
i'll have to turn around and walk away
i couldn't stay, i had to walk away

La porte du placard se referme lentement et Jamie, une moue agacée sur le visage, pousse un soupir. Alors non seulement il ne sait pas quelle était la chose qui a attaqué une partie de la ville la veille, mais en plus, il n’a rien chez lui pour préparer la moindre potion. Et il sait qu’il n’y a rien, non plus, dans le livre des Ombres pour y avoir passé la matinée – tout en essayant de ne pas inquiéter Piper plus que nécessaire. La pauvre s’était découverte grand-mère quand il avait débarqué au Manoir Halliwell à son retour en ville, ce n’est pas pour maintenant apprendre qu’un démon inconnu au bataillon essaie de mettre la ville sans dessus-dessous. Le sorcier ferme les yeux, se pince le nez. Il peut encore trouver une solution. Il sait qu’il existe différent type de magie donc peut-être que ce démon ne figure pas dans le monde magique à laquelle sa famille appartient. Une partie de sa famille, en tout cas – la plus grosse moitié, les Halliwell étant une sorte de mini-armée destinée à régner sur Neverland, mais quand même. L’idée lui vient à l’esprit. Sa mère. Elle saura – mom always knows. Il ne reste plus qu’à espérer qu’elle bien là – il y a des choses étranges dans cette version de Neverland qui lui échappe encore, comme notamment le fait que sa grand-mère n’ait même pas dix ans de plus que lui. Résigné, il attrape clé, casque et blouson, enfourche sa moto pour se rendre au magasin de sa mère. Peut-être qu’il aurait dû vérifier, au préalable, que le commerce existait bien. Lancé à pleine vitesse sur sa bécane, il n’a pas envie de faire demi-tour, pas plus qu’il n’a envie de risquer sa vie en utilisant son téléphone pour une rapide recherche. Ne lui reste donc qu’une seule solution. Localisation. Concentré sur la route, il se permet un petit écart en focalisant son attention sur sa mère et sur son envie d’aller la retrouver. De son besoin de la retrouver pour l’interroger et qu’elle puisse l’éclairer. Il ne met pas longtemps avant de la localiser dans sa boutique, à forrest lawn. Il esquisse un sourire satisfait – exactement comme il l’a pensé. Jetant un coup d’œil par-dessus son épaule pour s’assurer qu’aucune voiture ne venait, Jamie se penche davantage contre le guidon de la moto et la lance à pleine vitesse. Tant pis s’il se prend un PV.

Il retire son casque après être descendu de sa bécane et prend deux minutes pour observer la devanture du magasin. Exactement comme dans ses souvenirs. Ça fait plus de trois ans qu’il n’y a pas mis les pieds, mais il se rappelle encore de l’odeur des plantes. Il a passé une partie de son enfance là-bas. A observer sa mère vendre et préparer des potions, à l’écouter d’une oreille souvent distraite avant d’aller jouer avec quelques mandragores. Il s’estime fier d’avoir un membre de sa famille proche douée en potion – lui… Disons qu’il est plutôt un homme d’action. Attendre que la potion chauffe correctement, ce n’est pas vraiment ce qu’il appelle de l’action. En général, il laisse ça à l’une de ses sœurs pendant qu’il fonce tête baissée, quitte à se faire tuer. Il a un petit sourire sur les lèvres quand il pousse la porte de la boutique. Aussitôt, les flagrances du passé ressurgissent et il ferme les yeux deux secondes. Pour un peu, il croirait avoir remonté le temps. C’est si bon de se sentir chez soi. « Ma’ ? » Il referme la porte derrière lui, fait le tour de la boutique. Parfois, il caresse des fioles du bout des doigts, imagine sa mère surgir d’un coin comme elle l’avait l’habitude de le faire, avant. C’est quand il reconnaît son pas qu’il se tourne finalement vers elle. « Ah, Ma’, j’aurai besoin de ton aide pour… »  Il ne termine pas sa phrase. Y a quelque chose qu’il ne va pas. Il fronce les sourcils, l’observe. « Qu’est-ce que t’as fait à tes cheveux ? » Mais ce n’est pas que les cheveux, en réalité. C’est autre chose, aussi. Peut-être une colère parce qu’il a attendu tout ce temps avant d’aller saluer sa mère – la première, et sans doute unique, femme de sa vie. Ses sœurs ne comptent pas, elles restent des enfants dans sa tête, jamais elles ne deviendront des femmes. « Anyway, je sais, j’aurai du venir plus tôt et je suis désolé. J’ai juste… Trouvé un job direct dans un garage et, well, les repas de famille, tu sais que c’est pas trop mon truc, so… But still, hey ma’. » Il hausse les épaules, s’approche, l’enlace tendrement. Mais là encore, le sentiment que quelque chose n’est pas correct lui serre le cœur. C’est cette ville, il essaie de s’en convaincre.


everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost, everybody knows the fight was fixed, the poor stay poor, the rich get rich
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 25 ans
∞ job : maitre en potion
∞ race : Sorcière
∞ univers : Harry Potter

∞ messages : 133
∞ avatar : Lily Collins
∞ pseudo/prénom : Noémie


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Lun 16 Oct - 10:25

GO BACK IN TIME

       

Je jette un bouquet de ciguë dans ma marmite, remuant délicatement dans le sens contraire des aiguilles d’une monde. C’est sans recettes que je prépare ce filtre bien particulier. Plutôt dans la journée une femme était entrée dans la boutique dans l’optique d’en faire souffrir une autre d’une façon bien particulière. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres à l’évocation de son idée. D’une main experte je lâchais des hormones masculine dans la mixture puis laissez reposer pendant quelques minutes en cherchant dans mes étagères le dernier ingrédient. Je pris le petit flacon et vérifiait la fraîcheur de ses testicules de chat avant de les ajouter à la potion, remuer quatre fois dans les sens des aiguilles d’une montre, puis trois fois dans le sens contraire. Je baissais légèrement le feu pour laisser mijoter pendant plusieurs heures.

J’entends soudain la clochette de la boutiu tinter, je me détourne des mes livres de magie noire, plaçant une tonne de papier dessus, comme toujours, par précaution, on ne sait jamais qui peut entrer. Je contourne le comptoir pour aller à la rencontre de ce client, mais sa réaction à mon égards me laisse sans voix. Ma’ ?  Me prenait-il vraiment pour sa mère ? Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas ses questions et encore moi cet élan à s’excuser auprès de moi comme un enfant qui s’attend à être grondé. Puis il joint les actes aux paroles et je me retrouve dans ses bras sans pouvoir rien y faire. Je ne pouvais pas frapper un client ? Potentiellement pas si je voulais le garder. Avec un grognement bourru je le repousser. "Who are you ? I’m not your mother. Your joke is not funny, I have a work."  Je plante un regard noir dans ses yeux, me retournant déjà de lui avant de me stopper, dos à lui. Quelque chose dans ses yeux n’était pas s’en évoquer… mon propre père. Sans que je ne sache pourquoi, ni comment, mon coeur se serre un instant. Je souffle un coup, faisant volt-face pour le confronter de nouveau. “Who are you ?” Je fais un pas vers lui, le regardant longuement, ses traits m’évoque mon petit frère que je n’ai pas vu depuis si longtemps et le maigres souvenirs de mon père qu’il me reste. Mon frère avait à peine dix ans la dernière fois que j’ai posé mes yeux sur lui. Ce pourrait-il que… C’est impossible, pas ici...quoique le temps est ici plus étrange encore que l’endroit où j’ai pu atterrir la première fois. "Justin ?" Cela ne se pouvait n’est-ce pas ? Ce n’était pas lui ? Je ne pourrais pas le croire, mais la question serait pourquoi m'appeler Ma’ ? Il ne le faisait pas enfant. Lui et moi n’avons jamais été proche. Il était le chouchou de notre mère pendant que j’encaissais les coups. J’avais suivis de loin son évolution pendant le temps où je vivais en Italie. J’avais cru comprendre qu’il avait aussi mal tourné que ma mère, plongé dans l’alcool et les trafics, il avait fini en prison. Mais cet homme face à moi ne pouvait être mon petit frère, il était même plus vieux que moi. Je poussais un soupire en me détournant cette fois, un espoir semblait être né en moi pour finir pas s’éteindre aussi subitement qu’il était né. "Partez, s’il vous plait."

(c) naehra.




H.J:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jamie Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : twenty-eight
∞ job : fixes cars and motorcycles at jimmy's
∞ race : wizard, descendant of charmed ones' sons and daughters
∞ univers : charmed, invented

∞ messages : 100
∞ avatar : aaron taylor-johnson
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Jeu 30 Nov - 1:11

Sa mère, il la serre dans ses bras, un peu maladroitement mais avec beaucoup de tendresse. Sa mère, Jamie l’a toujours adorée et il s’en est toujours sentie proche. Mais là, dans cette ville étrange, il sent que quelque chose ne va pas et cette impression se renforce quand il se fait repousser. Ce n’est pas doux, ce n’est pas gentil. C’est deux mains qui le rejettent avec force et le sorcier, il se laisse faire, trop surpris pour agir tout de suite. Il croise son regard si sombre et si noir et il se sent pâlir. Ce n’est pas sa mère – ou plutôt, ce n’est pas la mère qu’il connaît. Ses mots, il les entend mais ils ne le blessent pas avec la même force que son geste. Elle ne le reconnaît pas et, pour cause, elle ne doit pas le connaître. Il déglutit, secoua la tête avant de tendre une main en direction de cette mère qui lui a parut différente. Il comprend, maintenant. Ses cheveux – plus courts, plus sombres. « Ma ? Je… » Mais il ne sait pas quoi dire. Insister ne l’aidera pas. Si elle ne le connaît pas, c’est qu’il n’est probablement pas encore né, ici. Promesse lui en a parlé, de cette possibilité, mais il l’a rejetée – il n’a pas cru sa cousine et maintenant, il le regrette amèrement. Elle se détourne, lui dévoile son dos et il reste sans bouger, incapable de la moindre parole tant il se sent idiot. Il relève le regard vers lui quand elle s’approche, presque menaçante et il esquisse un pas de recul, malgré lui. Sa mère, il sait qu’elle est puissante. Sa mère, elle pourrait faire trembler le monde si elle le désirait – et Jamie, lui, il ne le désire pas. Il ouvre la bouche mais les mots lui manquent et ne parviennent pas à s’échapper de façon audible. Il reste silencieux, donc, avec la mort dans le regard. Il ne sait pas comment il doit se présenter, il ne le sait plus. En quelques secondes, tout semble s’être écroulé autour de lui. Ses convictions, ses connaissances. Sa propre naissance est devenue incertaine. Est-ce que ses parents se connaissent ? Est-ce qu’ils sont déjà ensemble ? Au regard que sa mère lui lance, il comprend que ce n’est pas le cas – parce qu’elle est si froide, si sombre. Il met du temps avant de comprendre qu’elle vient de l’appeler par un autre nom que le sien ; un nom qu’il l’a déjà entendue prononcer, à de rares occasions. Il secoue la tête. « Je ne suis pas Justin. Je – je m’appelle Jamie. » Il pourrait s’étaler sur le fait que cet oncle qu’il n’a jamais connu ne fera sans doute jamais le chemin pour venir la trouver, mais il préfère ne pas en parler. Il a compris depuis trop longtemps que sa famille maternelle n’existe pas réellement – il préfère faire comme si sa mère était orpheline, comme si les Halliwell étaient devenue son unique famille. « En réalité, je suis venu chercher une plante que, je pense, vous vendez. » Il espère que ça attirera son attention, que ça lui permettra de briser cette glace fine qui s’est installée entre eux depuis qu’il a débarqué dans la boutique. Il ferme les yeux, s’avance d’un pas. Il devrait se présenter, lui dévoiler la vérité, mais il n’en a pas la force, tout de suite. Pas avant qu’il ait compris ce qu’il y a, chez sa mère, qui cloche. Pas avant d’avoir une solution, pour l’aider à redevenir celle qu’il a toujours connue. « De la coriandre. J’aurai besoin de coriandre. » Il pourrait aller la chercher tout seul ; il sait exactement où se trouve chaque objet. Mais il ne le fait pas, il préfère ne pas se trahir davantage. « Et si vous savez comment anéantir un mini-Godzilla avec une potion, aussi… » La nervosité le fait lâcher un rire alors qu’il ne décroche pas son regard de son visage de poupée. Une poupée froide et capable de le tuer d’un mouvement de la main, mais une poupée quand même.


everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost, everybody knows the fight was fixed, the poor stay poor, the rich get rich
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 25 ans
∞ job : maitre en potion
∞ race : Sorcière
∞ univers : Harry Potter

∞ messages : 133
∞ avatar : Lily Collins
∞ pseudo/prénom : Noémie


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Jeu 11 Jan - 20:06

GO BACK IN TIME

       

J’observe ce jeune homme sans savoir quoi penser de ce qu’il venait de faire. Il m’avait prit dans ses bras et même appeler maman. J’étais bien loin d’être une mère et à le regarder, il était visiblement plus vieux que moi de quelques années. Il était physiquement impossible que je sois sa mère, alors soit c’était un barje, soit quelque chose c’était passé et je n’avais rien compris. Je lui demandais de partir, mais il ne semblait pas décider. Trouvant une excuse, demandant une plante. De la coriandre, comme si je pouvais ne pas avoir une plante aussi banal dans ma boutique.  Je détournais mes yeux de son visage si familier pour me concentrer sur les plantes. Un bouquet de coriandre à la main, j’étais prête à retourner derrière la caisse lorsqu’il posa sa question. Je redressa la tête, le jaugeant un instant avant de demander "quel type de godzilla ?" Mieux vaut savoir à quoi on s’attaque pour trouver la meilleure arme. Je n’allais pas donner n’importe quoi à un type pareil qui me semblait tout droit sortir d’un asile. "Anéantir à quel point ? Juste dans la métaphore et l'égratignier et le rayer de la carte ?" À réfléchir, c’était peut-être moi qui était bonne pour la camisole de force et peut-être pas lui. Je le regardais, si j’avais été comme tout le monde, j’aurai sans doute esquissé un sourire après cette phrase, mais au lieu de ça je pris un livre sur une étagère et lui tendait “combattre un ennemi et l’anéantir” . “Vous devriez trouver ce dont vous avez besoin là dedans."

(c) naehra.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jamie Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : twenty-eight
∞ job : fixes cars and motorcycles at jimmy's
∞ race : wizard, descendant of charmed ones' sons and daughters
∞ univers : charmed, invented

∞ messages : 100
∞ avatar : aaron taylor-johnson
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Mar 30 Jan - 19:28

Jamie, il a une boule dans la gorge et la surprise peinte dans ses yeux. Sa mère, elle ne le reconnaît pas et, pire encore, elle n’est pas celle qu’il a toujours connue. Celle-ci est froide, distante, hautaine. Comme une figure lointaine, d’un passé qui, jusqu’à présent, n’a jamais paru existé pour lui que dans ses cauchemars. Il sait que sa mère a un passé sombre, il sait qu’elle n’a pas toujours été la femme chaleureuse qui l’a élevé et serré dans ses bras, mais il refuse de s’admettre que ça puisse être à ce point. C’est peut-être juste un mauvais jour, peut-être juste une mauvaise période – peut-être même est-ce cette période du mois dont ses sœurs lui parlent si souvent et qui est, pour lui, un mystère intime et féminin. Il trouve une excuse pour ne pas avoir à faire demi-tour, balbutie quelques mots et ne la quitte pas des yeux, pas même lorsqu’elle s’éloigne de lui pour revenir avec la plante qu’il lui a demandé. Il ignore les fleurs, la suit du regard quand elle se glisse derrière son comptoir-caisse et prend alors conscience qu’il devra partir, quitter les lieux et prétendre ne pas la connaître. Il évoque le monstre croisé quelques jours plus tôt et, une nouvelle fois, il ne peut empêcher son cœur de se serrer au ton qu’elle emploie. « Parce qu’il y a plusieurs types de Godzilla ? » Il grimace après s’être mordu la lèvre inférieure quelques secondes. « Un gros lézard. Pas très sympa. » Il s’essaie à un sourire, celui qu’il a toujours quand il a conscience qu’il va exaspérer sa mère, celui qui, d’ordinaire, lui permet de gagner un regard tendre, une caresse dans les cheveux et un baiser sur la joue. Mais en cet instant, il a le sentiment que ça ne fonctionnera pas et pas uniquement parce qu’il semble être plus vieux qu’elle. « Anéantir dans le sens où il disparaîtra et ne nuira plus dans le centre-ville. » C’est radical, il le sait, mais contre les démons, il ne faut pas faire dans la dentelle. C’est une leçon qu’il a apprise quand il était gosse et qu’il se doit de mettre en pratique pour sauver les innocents. Il esquisse un pas en avant alors qu’elle se tourne pour attraper un livre, qu’il récupère et feuillette rapidement. « Et vous ? Est-ce qu’il y a… Je sais pas, une formule ou une potion que vous me conseillerez particulièrement ? » Faire la conversation, pour ne pas avoir à la quitter. Il plonge le nez dans le livre pour ne pas être tenté de se blottir contre elle une seconde fois. Il ne connaît pas ce livre-là. Il n’en a même jamais entendu parler et certaines formules, si elles sont justes, lui paraissent presque violentes. C’est loin de la magie noire, mais c’est suffisant pour le mettre mal à l’aise. « Je vais le prendre, merci. » Il referme le livre dans un claquement avant de le déposer devant la caisse avec un petit sourire. Il s’éloigne légèrement avant de détourner les yeux. « Est-ce que… Est-ce que vous connaissez Chris Halliwell, par hasard ? » Ses doigts s’enroulent autour d’un livre qu’il ouvre, s’efforçant d’avoir l’air désintéressé. Mais dans sa poitrine, son cœur bat à une vitesse folle, prêt à lâcher à tout instant.


everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost, everybody knows the fight was fixed, the poor stay poor, the rich get rich
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : 25 ans
∞ job : maitre en potion
∞ race : Sorcière
∞ univers : Harry Potter

∞ messages : 133
∞ avatar : Lily Collins
∞ pseudo/prénom : Noémie


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Ven 16 Fév - 21:51

GO BACK IN TIME

       

Je ne sais pas quoi penser de cette situation. Il y a quelque chose chez lui qui m’intrigue. Son visage pour commencer, plus de m’attarde sur lui, plus j’ai l’impression de voir mon petit frère plus âgé. Mais cet homme est plus agé que moi, il ne peut pas être lui n’est-ce pas ? C’est impossible… Bien que je vis dans un monde de fou. Serait-il possible qu’il soit le petit frère qui est resté muet pendant toute mon adolescence ? Je ne pense pas, après tout il avait dit s’appeler Jamie, pas Justin. Pourtant ses yeux, oui ses yeux n’étaient pas sans me rappeler ceux de ce frère qui n’avait jamais levé le petit doigt pour me venir en aide. Mais je ne voulais pas y penser, pas maintenant, jamais à dire vrai. “Oui, il y a toute sorte de démons dans ce monde."  Et plus encore que je ne pourrais l’imaginer, j’en étais certaine. “Si vous voulez vous en débarrassez de façon définitive, je vous conseille une potion de destruction, ça sera plus simple que de tenter de lui jeter un sort, ça prendre moins de temps et il n’aura pas le temps de vous tuer pendant l’action."  Combien de sorcier perdait la vie parce qu’ils n’avaient pas le temps de terminer leur incantation ? Balancer une fiole, c’était bien plus rapide.“Page 843, si je ne me trompe pas, ou dans ses parages là, vous trouverez la potion parfaite. Juste ce qu’il faut d’explosion et pas trop de dégâts autour, vous ne me semblez pas être du genre à vous faire remarquer. Avec elle, il n’y aura que le lézard qui sautera, pas le reste autour."  Je me détournais pour retourner vers la caisse alors qu’il réglait le livre. Il allait partir, enfin, mais il se retourna pour me poser une question, pour une fois, même si je ne comprenais pas son but, je pouvais répondre par oui ou non. “Non, jamais entendu parler d’un Chris, ou d’un Halliwell. Si vous chercher à le localiser, je peux vous conseillez quelques sorts utiles."  Comme pour ne pas avoir à le regarder plus longtemps j’avançais dans la boutique pour trouver un livre sur les sorts de localisation. Je revenais vers lui en lui en tendant un “des sorts simples, mais efficace, ils ne se trompent jamais."  Mes yeux croisèrent son regard cette fois et ce qui j’y lu me coupa le souffle, cette fois, c’est au souvenir de mon père que ses yeux faisait référence. “Vous n’êtes pas venu ici par hasard n’est-ce pas ?"  Je n’étais pas bête, sans sentiments, mais pas complètement idiote. J’étais certaine que ce type me cherchait moi, pas la boutique. Il me prenait pour quelqu’un d’autre ou alors… “Vous me connaissez n’est-ce pas ? Vous saviez qui j’étais avant de venir ici."  Je soupirais, sans savoir trop comment expliquer ça “vous me regarder comme ci… je n'aies pas de mots pour l'expliquer…"

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jamie Halliwell
administratrice
Voir le profil de l'utilisateur



∞ âge : twenty-eight
∞ job : fixes cars and motorcycles at jimmy's
∞ race : wizard, descendant of charmed ones' sons and daughters
∞ univers : charmed, invented

∞ messages : 100
∞ avatar : aaron taylor-johnson
∞ pseudo/prénom : manon (BLINDNESS)


MessageSujet: Re: go back in time, domino   Mar 20 Fév - 19:42

Il pince les lèvres et grimace, malgré lui, quand sa mère répond. Elle le prend pour un novice – et sans qu’il ne sache vraiment pourquoi, il n’aime pas trop cette idée. Il a conscience de ne pas être le plus actif dans cette guerre du bien contre le mal, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’a jamais feuilleté le livre des Ombres de la famille – au contraire, il l’a épluché longtemps, s’est renseigné. Il s’est juste contenté de ne pas se précipiter dès qu’un démon apparaissait. Il se mord la lèvre avant de préciser sa requête, les yeux rivés sur ce visage rajeuni. Il voudrait pouvoir la serrer dans ses bras et lui demander ce qu’il lui est arrivé – pourquoi est-ce qu’elle semble si froide, pourquoi est-ce qu’elle a le visage aussi fermé, sans l’ombre d’un sourire. Son cœur se serre avec un pincement avant qu’il n’acquiesce lentement à ses mots. « Oui, une potion, on a juste à la jeter, pas besoin d’essayer de trouver des rimes. » Son sourire est restreint par la nostalgie qui le prend ; ce conseil, sa mère le lui a déjà donné et il s’en sert à chaque fois. Ses talents de poète, de toute façon, sont trop bien limités contrairement à la facilité d’une potion. Jamie, il est plutôt flemmard sur les bords. Un trait de caractère qu’il tient de son grand-père, à ce qu’il se dit dans la famille. Il esquisse un sourire avant de s’approcher, billets en main pour régler son achat. « Merci pour le renseignement. Ca va m’éviter des heures de recherches. » Il relève ses yeux bleus vers elle et, de nouveau, il est frappé par son manque d’expression. Ce n’est pas la mère qu’il connaît et ça le chagrine. Il se souvient qu’elle n’a pas toujours été la personne chaleureuse qui lui a donné naissance – mais jamais il n’aurait pensé avoir cette version d’elle en face de lui. Pour lui, c’était un mythe, destiné à l’effrayer quand il était gosse. Conscient qu’il s’attarde trop à la caisse, il s’éloigne, revient finalement sur ses pas pour poser la question qui lui brûle les lèvres. La réponse, il s’en doute, mais il accuse le coup tout de même comme un coup de couteau dans l’estomac. Sa déception, il se doit de la dissimuler alors il ouvre juste la bouche pour nier la supposition de sa mère mais il n’en a pas le temps. Elle lui tend déjà un livre qu’il attrape et feuillette machinalement. « Merci, je pense que je viendrai le prendre une autre fois, ce n’est pas urgent. » Et puis comme ça, il se donne la possibilité de la revoir avec un moyen de la faire redevenir celle qu’elle doit être, celle qui doit lui donner naissance. Il se fige alors qu’elle le questionne à son tour et il sent sa gorge être bloquée par une boule. Il reste là, bouche ouverte en face d’elle, incapable de trouver les mots pour lui donner tort ou raison. « Je vous connais, oui. Mais vous ne me connaissez pas encore. » Les mots s’enfuient de ses lèvres rapidement, sans doute trop rapidement, et il ne peut que fermer les yeux. « C’est une longue histoire et j’ai peur de ne pouvoir vous en dire davantage pour l’instant. Vous ne me croiriez pas. La Domino que je connais est… Différente. » Il laisse un sourire triste étirer ses lèvres. « Je sais que ça fait très vague et mystérieux, mais vous devez me croire, c’est plus simple si vous acceptez cette idée pour l’instant. » Le temps, pour lui, de trouver un moyen de la laisser s’ouvrir aux autres. Gosh, il aurait tellement préféré que ses sœurs soient là pour gérer ce merdier.


everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost, everybody knows the fight was fixed, the poor stay poor, the rich get rich
messagerie pati
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: go back in time, domino   

Revenir en haut Aller en bas
 
go back in time, domino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Back in time ↔ 04/06 | 17h35
» Bring me back in time, when life was so simple + Morwen
» let's go back in time (téo/ad)
» Shiro #000: Go Back In Time And Remember.
» (ellaniel) you’ll come back each time you leave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVERLAND :: 
Neverland
 :: Forest Lawn
-
Sauter vers: